Navigation – Plan du site

Bientôt privés de services publics ?

Patrick Cotelette
Bientôt privés de services publics ?
« Bientôt privés de services publics ? », Regards croisés sur l'économie, n° 2, 2007, 279 p., La Découverte.
Haut de page

Notes de la rédaction

Ce compte-rendu est paru initialement sur le site internet nonfiction.fr le 3 décembre 2007. Il est reproduit dans liens socio avec l'aimable permission de son auteur. Pour consulter la version originale de ce compte-rendu sur ce site, cliquez ici.

Un site à visiter : Regards croisés sur l'économie

Texte intégral

1Après un premier numéro fort remarqué, comme en ont témoigné les commentaires élogieux d'Alternatives Economiques ou du journal Le Monde, la revue Regards Croisés sur l'Economie poursuit par un deuxième numéro tout aussi volumineux et précieux que le précédent. De la question de la fiscalité, les rédacteurs passent désormais à la question des services publics et de leurs récentes mutations. Pour traiter de cette question fort complexe et hautement conflictuelle de nos jours, la revue a de nouveau pris le parti heureux de contacter de nombreux spécialistes (juristes, économistes et politistes) pour apporter un éclairage aussi complet que possible sur le sujet. Et l'ensemble des articles et interviews s'appuie sur de courts encadrés résumant en une ou deux pages des moments de la pensée économique ou des expériences historiques.

2La première partie de la revue est consacrée à une perspective plutôt juridique chargée de la définition générale de ce qu'est un service public, avec notamment deux très bons articles dÉloi Laurent (« L'intérêt général dans l'Union européenne : du fédéralisme doctrinal aux biens publics européens ? ») et de Dorian Guinard (« De l'indéfini à la fonctionnalité : réflexions actuelles sur la notion de service public »). Ces deux articles ont l'avantage de bien traiter du caractère évolutif et socialement construit de la définition du service public. L'évolution de cette définition doit d'ailleurs beaucoup à l'Europe, ce que montre bien Jean-Claude Boual (« Europe et service public »). Enfin, David Flacher et Hugues Jennequin (« Ouverture à la concurrence et service universel : avancées ou reculs du service public ? ») permettent de faire un bon bilan des débats sur les notions de « service public » et de « service universel » en les replaçant dans les évolutions réelles qu'a connu le secteur public en Europe.

3La deuxième partie porte alors plus sur l'approche économique du service public, notamment dans son opposition possible au marché. Les fondements et les enjeux économiques des privatisations sont bien montrés par Frédéric Marty (« La privatisation des services publics : fondements et enjeux ») tandis que leur bilan économique en France est admirablement dressé par Michel Durupty (« Les ouvertures de capital des entreprises publiques »). Différents exemples sont ensuite donnés des complémentarités, plus ou moins heureuses, pouvant exister entre l'idée d'un service public et de sa mise en œuvre par des entreprises en concurrence sur un marché, avec l'exemple des postes («  Les grands défis de la poste française », interview de Jean-Paul Bailly et « L'européanisation du service public postal » par Pierre Bauby), de l'éducation (« Le service public de l'éducation face à la logique marchande » par François Dubet) et de l'insertion des chômeurs (« Confier les chômeurs au privé : leçons des expériences internationales » par Nathalie Georges).

4Après deux parties admirables, surtout grâce aux articles précités, la troisième partie conclusive est finalement la plus faible. Relevant plus d'une approche politique, elle permet d'insister sur la nécessité d'une évaluation des services publics avant toute réforme véritable. L'exemple de l'insertion des chômeurs (« Réformer le service public de l'emploi : une fenêtre d'opportunité » par Jean-Claude Barbier) et des transports (« Personnels et usagers des services publics : des relations transformées ? » par Françoise Dreyfus) illustrent ainsi les conditions nécessaires aux réformes du service public. Un éclairage final est alors porté sur les transports par le biais de la question du service minimum. Il est à ce titre intéressant de voir que l'article défendant la loi du 2 août 2007 sur le service minimum (« Service minimum : nos voisins l'ont instauré sans drame », par Elisabeth Auvillain) ne rentre pas dans ses détails pratiques d'application, au contraire de l'article critiquant la réforme (« Service minimum : la loi inutile » par Anicet Le Pors). Ces deux articles finaux ont le mérite de montrer implicitement tout l'intérêt de cette revue : en effet, il est toujours nécessaire de croiser les regards sur l'économie pour mieux en comprendre les enjeux. Précisons enfin que le site internet de la revue (http://www.rce-revue.com) dispose de nombreuses ressources : notes de lecture, fiches synthétiques sur des notions d'économie, articles complémentaires aux numéros parus, ainsi que d'un blog alimenté très fréquemment par les rédacteurs de la revue, commentant l'actualité économique et politique avec un regard critique et distancié.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Cotelette, « Bientôt privés de services publics ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2008, mis en ligne le 14 avril 2008, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/580

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page