Navigation – Plan du site

Bastien Drut, Économie du football professionnel

Jacques Ghiloni
Economie du football professionnel
Bastien Drut, Economie du football professionnel, La Découverte, coll. « Repères Economie », 2011, 125 p., EAN : 9782707166951.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Stéphane Beaud, Traîtres à la nation ?, Collection Cahiers libres, La découverte, mars 2011.
  • 2  Erwan Poiraud et Thierry Teboul, Amour, gloire et crampons. Pour une sociologie du foot,  éd. Les (...)
  • 3  Comme par exemple le livre récent : L'autre public des matchs de football : Sociologie des support (...)
  • 4  Économie du sport de Jean-François Bourg et Jean-Jacques Gouguet, également en collection Repères (...)

1Le football professionnel est aujourd’hui un enjeu économique, social et politique majeur. Or, si des ouvrages de sociologie traitent de ce sujet, comme, par exemple, le livre récent de Stéphane Beaud1, celui d’Erwan Poiraud et Thierry Teboul2 ou encore ceux consacrés aux supporters des clubs professionnels3, il n’existait pas, à ma connaissance de livre en France consacré à l’économie du football professionnel. Certes, de nombreux ouvrages traitant de l’économie du sport4 évoquent ce sujet, et il existe des articles ponctuels, comme ceux de Cavagnac et Gouguet ou d’Aglietta, Andreff et Drut dans la Revue d’économie politique (n°118, 2008), mais il manquait un livre consacré exclusivement à ce thème.

2Le travail de Bastien Drut répond donc à ce manque dans le format de la collection Repères, en 120 pages. Il s’agit par conséquent plus d’une première approche, nécessaire, qu’une analyse approfondie, et on attend donc un ouvrage plus dense à venir.

3Le livre est découpé en cinq parties, chacune combinant des dimensions historiques et descriptives, ainsi que des problématisations. La première partie s’attache à l’étude des statuts juridiques des clubs de football professionnels en France (SAOS, SASP, EUSRL) et à l’étranger. L’auteur traite également de la diversité des propriétaires des clubs : les entreprises (Peugeot, Casino… en France, Audi Adidas en Allemagne), les propriétaires riches (Mohamed Al-Fayed, Roman Abramovitch au Royaume-Uni, François Pinault en France ou Paul Allen aux États-Unis) et enfin les actionnaires pour les clubs côtés en Bourse. À cette occasion, Bastien Drut s’interroge sur l’intérêt pour un club d’être présent sur les marchés financiers et pour les actionnaires de posséder des actions d’un club de football professionnel.

4La seconde partie s’intéresse aux inégalités très fortes au sein des différents championnats en Europe et des déséquilibres compétitifs qui en résultent. On peut constater que les titres nationaux remportés au niveau de chaque pays est le fait d’un petit nombre de clubs professionnels, que l’on retrouve en tête de la compétition chaque année, comme par exemple Chelsea, Manchester United et Arsenal en Angleterre, ou encore le FC Barcelone, le real Madrid et le FC Valence en Espagne. Ce déséquilibre s’explique par le système de promotion-relégation et le manque de solidarité, notamment financier, qui en découle. Par ailleurs, le développement des compétitions européennes, la Champions League en premier lieu, a contribué à accroître les inégalités en dotant les clubs qualifiés de recettes supplémentaires très importantes, surtout à partir des huitièmes de finale. Ainsi, dans cette compétition, Manchester United a encaissé en 10 ans plus de 315 millions d’euros. On voit donc, que pour les grands clubs, la participation à la Champions League devient vitale pour leur situation financière, d’où la réticence parfois à laisser leurs joueurs participer aux sélections nationales.

5La troisième partie s’intéresse aux recettes du football professionnel. Bastien Drut montre qu’elles sont marquées par une progression importante de leur montant au cours des vingt dernières années, quoique, une nouvelle fois, de façon inégale. L’une des explications de cette évolution est le développement des revenus liés aux droits de retransmission télévisuelle. L’auteur souligne qu’il existe des différences entre les pays, ainsi la France et le Royaume-Uni ont un système de répartition plutôt égalitaire, fondé sur la solidarité, alors que l’Espagne et l’Italie ont un fonctionnement très inégalitaire, ce qui renforce les déséquilibres compétitifs. L’autre source de recettes, plus traditionnelle, est celle de la billetterie. Il existe là également des différences importantes selon les clubs : durant la saison 2008-2009, Manchester United connaissait une affluence moyenne de 75 300 spectateurs, contre 37 400 pour l’Olympique lyonnais. Le partenariat apporte également des revenus (marques sur les maillots, nom des stades, nom des championnats..), quoique très volatiles. Le merchandising, les produits dérivés fournissent des recettes supplémentaires, bien que très liées à l’image et à la renommée des vedettes du football professionnel.  À noter que, depuis quelques années, certains clubs cherchent à diversifier leurs sources de revenus : acquisition du stade,  de clubs dans d’autres disciplines, de sociétés de loisirs, de billetterie, hôtels…

6La cinquième partie est consacrée au marché des joueurs professionnels. Après une description du fonctionnement du marché, et notamment de sa segmentation, ainsi que de son développement à la suite de l’arrêt Bosman, Bastien Drut traite de plusieurs questions intéressantes. Il se demande ainsi si l’on peut établir une corrélation entre la masse salariale des joueurs d’un club et ses performances sportives, ou encore si la fiscalité des différents pays influence le choix des joueurs quant à la signature du contrat dans tel ou tel club. Il montre également dans ce chapitre que les différences de stratégies de recrutement contribuent à renforcer les déséquilibres compétitifs.

7La dernière partie traite des dysfonctionnements et problèmes rencontrés par le football professionnel aujourd’hui, et donc de son avenir. Certaines de ces difficultés sont bien connues : explosion de la masse salariale des clubs, mettant en cause leur situation financière (d’où le souhait d’une régulation accrue du marché des joueurs professionnels), l’endettement excessif de certains clubs professionnels (moins problématique en France ou en Allemagne où il existe une régulation financière). Enfin, brièvement, l’auteur évoque les maux du dopage et de la corruption.

  • 5  Voir notamment l’article de Patrick Vassort dans la revue Illusio, n°6-7, printemps 2010. http://l (...)

8Comme déjà indiqué, ce livre est une première approche et une étude plus complète est nécessaire pour mettre en relation l’évolution du système économique et du football professionnel, et, pourquoi pas, trouver les affinités électives entre un esprit du capitalisme et une éthique du sport professionnel. Les deux derniers thèmes évoqués rapidement, peuvent également s’inscrire dans une étude plus approfondie de l’économie souterraine du football professionnel et de ses liens avec des comportements de type parfois mafieux5.

Haut de page

Notes

1  Stéphane Beaud, Traîtres à la nation ?, Collection Cahiers libres, La découverte, mars 2011.

2  Erwan Poiraud et Thierry Teboul, Amour, gloire et crampons. Pour une sociologie du foot,  éd. Les petits matins, 2007.

3  Comme par exemple le livre récent : L'autre public des matchs de football : Sociologie des supporters à distance de l'Olympique de Marseille de Ludovic Lestrelin, EHESS, Collection : En temps et lieux, 2010.

4  Économie du sport de Jean-François Bourg et Jean-Jacques Gouguet, également en collection Repères à La Découverte, ou encore Économie du sport de Wladimir Andreff et Jean-François Nys, PUF collection Que sais-je?

5  Voir notamment l’article de Patrick Vassort dans la revue Illusio, n°6-7, printemps 2010. http://lectures.revues.org/1047

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Ghiloni, « Bastien Drut, Économie du football professionnel », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 13 juin 2011, consulté le 29 août 2016. URL : http://lectures.revues.org/5825

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page