Navigation – Plan du site

Laurel Zuckerman, Sorbonne Confidential. Un regard critique sur l'enseignement de l'anglais en France

Romain Meltz
Sorbonne Confidential
Laurel Zuckerman, Sorbonne Confidential. Un regard critique sur l'enseignement de l'anglais en France, Fayard, 2007, 332 p., EAN : 9782213631226.
Haut de page

Texte intégral

1Il est possible que Sorbonne confidential soit une version remodelée d'un document de travail que l'auteur avait initialement voulu comme un entraînement à l'épreuve de dissertation en français de l'agrégation d'anglais. Mais ce n'est qu'une hypothèse, que le fait que l'ouvrage soit (fort bien) traduit de l'américain viendrait plutôt infirmer. Peut-être cette chronique de l'agrégation a-t-elle été écrite dès le départ en anglais mais à la main, , après des années passées sur un clavier Qwerty, pour se préparer aux sept heures de la dissertation. Peut-être l'intention de l'auteur était-elle non pas d'écrire un livre mais de réaliser un documentaire sur les étudiants de l'agrégation : s'adressant une fois à un groupe de sa prépa, elle leur demande « le referiez vous [une scénette improvisée pastichant un cours] si j'apportais une caméra vidéo ? »

2Il est presque certain en tout cas que Sorbonne Confidential est à mi-chemin : pour un tiers, plongée dans une éventuelle confrontation avec les arcanes de l'administration française dans sa partie la plus visible ; pour un autre tiers, résumé à destination de ses compatriotes de ce mode de vie des Français de France (d'où la langue originale d'écriture) ; et pour un dernier tiers, les questionnements d'une femme qui arrive à la cinquantaine... Sorbonne confidential oscille entre ces trois directions. S'il fallait trouver des références littéraires - ce qu'Alice Wunderland se doit de faire dans ses travaux de dissertation - on pourrait dire que cet entre trois a pour sommet les Evidences invisibles de Raymonde Carroll pour l'aspect des malentendus culturels qui éloignent les américains des français, de l'étudiante (le film de Claude Pinoteau avec Sophie Marceau) pour les affres de la vie des agrégatifs et des Hommes du président de Sidney Pollack pour cette enquête que l'auteur de Sorbonne Confidential aurait sans doute voulu pouvoir mener pour crier sa vérité à une société éducative endormie.

3Le départ de l'histoire du livre est simple : suite à un licenciement, la narratrice, qui gagnait fort bien sa vie comme consultante informatique après avoir passée dix années à gérer la logistique d'Eurodisney, se retrouve au chômage. Une longue période de reclassement suivi par un coach aux cheveux longs se trouve interrompue par une idée géniale qu'une de ses amies italienne lui souffle : obtenir l'agrégation d'anglais.

4La sidération puis le désenchantement ne tardent pas à confirmer les réticences du consultant qui à regret l'a laissé s'embarquer dans ce projet...

5La sidération est plutôt le terme dominant de la première partie : toute la préparation du concours d'Alice se déroule à la Sorbonne dans une atmosphère d'étonnement perpétuel. Parallèlement à la question de sa préparation personnelle au concours, la narratrice se trouve confrontée à la question de l'apprentissage de l'anglais en France par l'intermédiaire des profs de ses propres filles (au collège et à l'école primaire) tandis qu'elle en vient à se frotter à l'enseignement de sa langue maternelle à travers son éventuelle participation à un acadomia local et contrefait. Peu à peu, donc, la sidération laisse la place à un certain découragement jamais découragé.

6Le désenchantement La thèse qui sert plus ou moins de termaillage au livre est que le système éducatif français élimine, après les avoir repérés, les candidats anglo-saxons à l'agrégation d'anglais. Alice, la narratrice du livre, forme des alliances éphémères avec d'autres candidats anglophones qui échoueront aussi, non sans l'avoir aidée à renforcer l'intuition de départ de son propre mari : « chérie, à l'agreg ils vont te prouver par A + B qu'étant ce que tu es, tu ne seras jamais qualifiée pour enseigner en France ».

7Pour autant, Sorbonne confidential ne parvient pas tout à fait à expliciter les mécanismes concrets de l'éjection des non francophones dans la préparation du fameux concours. De fait l'échec à l'admissibilité du concours sonne la fin des espoirs d'Alice d'être un jour fonctionnaire de l'Education nationale en même temps qu'elle signe le début d'une sorte d'enquête qu'elle envisage de mener pour révéler aux autres comme à elle-même les raisons profondes de cet échec. Une suite de lettres adressées au bureau des examens et concours lui apprend sa note désastreuse en linguistique, responsable principale du non-accès aux épreuves orales, puis lui permet de consulter sa copie, avant de réaliser que cette note infamante (1,5/20) correspond à une copie partiellement perdue et corrigée avec des feuillets (de très mauvais niveaux) appartenant à un autre candidat. La suite de cette enquête se heurte très rapidement à la lourdeur administrative française qui finira par avoir raison de la détermination de la narratrice. L'ultime page du livre propose une pirouette en guise de conclusion : « Mon enquête reste inachevée. Je ne peux pas publier les entretiens les plus révélateurs et les plus intéressants, car j'ai promis de respecter le droit de réserve de mes interlocuteurs ». De fait il faut bien reconnaître que si complot il y a, la preuve policière n'est pas apportée par l'auteur. Il y a bien cette histoire de copie embrouillée, mais le président du jury - charmant - finira par lui montrer qu'il s'agit d'une simple erreur de classement. Il y a bien cette découverte faite deux fois (pages 156 et 277) qu'une seule et même personne est l'auteur pour le CNED du livret d'analyse d'un ouvrage au programme (Sophie's Choice) et, justement, ce charmant président du jury de l'agrégation. Il semble bien que l'oral de l'agrégation permette des discriminations, mais si les Anglo-saxons ne parviennent pas jusqu'à ce stade ? Dans l'ensemble donc, le lecteur (français en tout cas) a un peu de mal à voir se constituer le crime de complot agrégatif anti-américain devant ses yeux.

8Les américains, les français et l'agrégation

9Sorbonne Confidential ne traite pas vraiment de l'anti américanisme de la société française. La narratrice aime visiblement son pays d'adoption, d'un rapport ambiguë mais positif : la résistance au changement est ce qui lui plait comme ce qui l'énerve le plus chez nous.

10Ce que traite en filigrane le texte, ce n'est pas tant des rapports qu'entretiennent les deux peuples, que du statut de la langue anglaise au sein de l'éducation nationale. Ce que montre chaque instant de la présence de la narratrice à la Sorbonne c'est que les membres du jury, les enseignants chargés d'assurer la préparation des étudiants futurs enseignants, le législateur (modification de la nature de l'épreuve au moment où les étudiants européens obtiennent le doit de concourir) ont joint leur force pour créer une définition nouvelle de la langue anglaise, et ont fini par créer une sorte de nouveau langage, essentiellement écrit, surtout fait pour être commenté, prévu pour être décortiqué au cours de traductions où des éléments de vocabulaires les plus reculés sont extirpés du dictionnaire, et aussi éloigné que possible des conditions réelles de production de la langue (méfiance surtout à l'égard de l'américain et ses accents régionaux trop nombreux) .

11Parallèlement, le lecteur américain comme français comprendra mieux la source de tous les malentendus qui séparent nos deux peuples : les français pensent en trois parties, les anglo saxons ignorent ce qu'est une problématique. Comme le fait remarquer Chips (une enseignante) à un étudiant anglo saxon qui a fait un exposé « lorsque votre sujet repose sur une dichotomie, vous devez trouver une problématique qui vous permette de parler des deux termes ici terre et ciel dans chacune des parties. Pouvoir spirituel par opposition à pouvoir temporel par exemple » (p.148)

12La narratrice comprendra trop tard (pour ce qui concerne l'agrégation en tout cas) qu'en France « la trinité explique tout » : le déroulement des réunions comme les dissertations à rendre au jury. Une porte se ferme en elle : elle ne sera jamais complètement française. Si elle l'avait été, il n'y aurait pas eu de Sorbonne Confidential.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Romain Meltz, « Laurel Zuckerman, Sorbonne Confidential. Un regard critique sur l'enseignement de l'anglais en France », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2008, mis en ligne le 25 avril 2008, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://lectures.revues.org/583

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page