Navigation – Plan du site

Françoise Picq, Libération des femmes : quarante ans de mouvement

Pierre Yacger
Libération des femmes
Françoise Picq, Libération des femmes. Quarante ans de mouvement, Éditions Dialogues.fr, coll. « Nouvelles ouvertures », 2011, 529 p., EAN : 9782918135227.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Libération des femmes : Les années mouvement, Seuil, Paris, 1993

1Participante et chercheuse : c’est en assumant ce double point de vue que Françoise Picq a publié en 1993 une histoire du féminisme des années 19701. L’ouvrage Libération des femmes, quarante ans de mouvement est une réactualisation de ce premier texte dont il reprend l’essentiel en y ajoutant un éclairage sur les évolutions récentes des mouvements féministes.

2Françoise Picq propose à la fois une histoire des mobilisations féministes des années 1970 et un bilan des « années mouvement », ces années durant lesquelles la vie de nombreuses femmes ainsi que le paysage politique auront été profondément marqués par le Mouvement de libération des femmes.

3Cette importance, le MLF l’a acquise sans jamais s’institutionnaliser. Ni parti, ni syndicat, ni association, il est encore moins hiérarchisé. Si ce groupe de militantes n’a aucune organisation formelle, il possède paradoxalement une date de naissance : le 26 août 1970, lorsque dix femmes déposent une gerbe à la femme du soldat inconnu. Cette opération constitue le premier coup d’éclat d’un nouveau type de mouvement social, qui naît de l’initiative de femmes et vise à défendre leur cause par des moyens d’actions originaux. Autre raison de considérer l’acte comme fondateur : c’est après ce 26 août que la presse invente l’appellation « mouvement de libération de la femme ». Une expression que les militantes adopteront, après lui avoir fait subir une modification: le passage au pluriel.

4Mouvement de libération des femmes et non pas de la femme : la nuance est essentielle, car le MLF désire porter la parole de toutes les femmes afin de lutter contre les différentes formes d’oppression dont elles sont victimes. Cela implique de dénoncer les préjugés naturalistes, qui réservent certains rôles sociaux aux femmes ou aux hommes. Dès lors, parler de la femme n’a plus aucune pertinence.

5Le MLF, au contraire, cherche à instituer les femmes en groupe social. Ce groupe se définit positivement, par une expérience commune : celle de la domination masculine, qui peut prendre des formes extrêmement variées. Et négativement, par opposition aux « oppresseurs » : les hommes. Pour porter la parole des femmes, le mouvement choisit alors la règle de la non-mixité. Une règle qui possède également l’avantage de libérer la parole. Dans les mobilisations comme au sein des AG et des groupes de quartier, les femmes sont entre elles. Mères de familles, militantes gauchistes ou lesbiennes racontent, partagent et relient leur vécu pour la première fois. Le mouvement prétend en effet s’inscrire dans une dynamique « bottom-up » : les différentes théories sur la domination masculine et la patriarcat veulent partir de l’expérience vécue des femmes avant de monter en généralité (même si, dans les faits, beaucoup restent très marquées par la pensée politique de l’époque).

6Si le mouvement impose progressivement sa voix dans une vie politique saturée de luttes, dans une extrême gauche marquée par son atomisation, c’est au prix de combats se déroulant sur de multiples fronts. Les militantes, en effet, ne s’opposent pas seulement au conservatisme du pouvoir. Elles doivent également affronter la misogynie ordinaire, présente dans les rangs de toutes les organisations politiques ou presque, ainsi que les discours communistes ou gauchistes, pour lesquels la lutte des classes prime sur les luttes de libération.

7Malgré toutes les oppositions qu’il rencontre, malgré sa radicalité, qui a parfois pu l’exclure de certaines arènes politiques, le combat du MLF produit ses fruits. Les mentalités évoluent, les lois également : sur l’avortement, sur le viol, sur le travail des femmes… L’auteure rappelle comment ces avancées sont souvent jugées décevantes par les militantes, car nombre d’entre elles portent des revendications systémiques et désirent rien de moins que de renverser le patriarcat. Cette radicalité n’est toutefois pas le fait de l’ensemble des militantes, le mouvement regroupant des courants extrêmement variés. Au-delà des distinctions habituelles, entre réformisme et posture révolutionnaire ; entre sociologisme universaliste (la « condition féminine » comme construit social ) et différencialisme, l’auteure montre combien les clivages sont mouvants, au sein du MLF. De même, les moyens d’action sont des plus variés et vont évoluer dans le temps : journalisme et édition, opérations spectaculaire, AG, groupes de quartiers, travail social, actions en justice, mais aussi travail sur soi dans une veine plus psychanalytique. Entre les différents courants, la discussion est féconde au départ, plus tendue ensuite : les oppositions idéologiques deviennent peu à peu irréconciliables, les querelles de personnes deviennent de plus en plus difficiles à dépasser. Mais le mouvement résiste. Durant toutes les années 1970, il demeure capable d’intégrer cette diversité et de se mobiliser ponctuellement autour de causes fédératrices.

8En 1979, cependant, une fraction du mouvement s’empare de son image en créant une association nommée Mouvement de Libération des Femmes et en déposant une marque du même nom. Cette initiative marque le début du déclin : cette fois, l’entente n’est plus possible entre les différentes fractions du mouvement. La victoire de la gauche représente tout de même un ultime espoir important, Mitterrand ayant promis des avancées pour les femmes. Malgré quelques réalisations, notamment au cours des premières années, cet espoir sera rapidement déçu. Comme tant d’autres. En outre, les années 1980 marquent le début de l’institutionnalisation des mobilisation féministes : incitées par le pouvoir, des associations se multiplient, prennent des responsabilités sur des causes précises, obtiennent des aides publiques. Désormais, le discours ne pourra plus être aussi radical que par le passé. Il ne parviendra pas non plus à retrouver son unité. Le MLF a vécu, et le féminisme dévie presque inaudible au cours des années 1980.

9Depuis les années 1990, les mouvements féministes connaissent une nouvelle vie, des débats nouveaux sont apparus et agitent régulièrement la vie politique (laïcité, voile, parité…) et le genre est devenu un objet de recherche à l’université. L’auteure résume ces débats et parvient à montrer que les luttes féministes restent nécessaires, mais  que les clivages sont aujourd’hui extrêmement profonds. Il est donc particulièrement stimulant de se pencher sur l’histoire du féminisme des années 1980, qui, malgré ces contradictions et sa méfiance à l’égard de toute institutionnalisation, a su mener des combats de manière unitaire et parvenir à des avancées, parfois décevantes, jamais définitives, mais bien réelles.

10Grâce à un propos très incarné, Françoise Picq rend vie aux combats du MLF. L’ouvrage repose également sur un important travail de recherche et de distanciation, qui permet à l’auteure de tirer un bilan lucide de l’action du MLF, et de présenter les différents courants du MLF de manière relativement équilibrée. Toutefois, il manque peut-être à cet ouvrage une dimension de sociologie politique. Très marquée par l’épistémologie du MLF et l’idée selon laquelle la connaissance, le mouvement et la parole appartiennent à toutes, Françoise Picq reste floue en ce qui concerne les acteurs : elle cite peu de noms et ne détaille guère plus les trajectoires. Bien sûr, il est extrêmement difficile d’évaluer l’influence réelle du MLF sur la vie politique. Mais on aurait tout de même aimé que l’analyse des conflits internes, des engagements individuels et de leurs effets s’inscrive dans une analyse sociologique des trajectoires et des mobilisations. Ici, au contraire, la réflexion est plus centrée sur les valeurs. Malgré ce petit reproche, l’ouvrage demeure une référence indispensable pour comprendre la spécificité du MLF.

Haut de page

Notes

1  Libération des femmes : Les années mouvement, Seuil, Paris, 1993

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Yacger, « Françoise Picq, Libération des femmes : quarante ans de mouvement », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 14 juin 2011, consulté le 31 octobre 2014. URL : http://lectures.revues.org/5840

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page