Navigation – Plan du site

Antoinette Chauvenet, Corinne Rostaing, Françoise Orlic, La violence carcérale en question

Frédérique Giraud
La violence carcérale en question
Antoinette Chauvenet, Corinne Rostaing, Françoise Orlic, La violence carcérale en question, Presses universitaires de France, coll. « le lien social », 2008, 347 p., EAN : 9782130560142.
Haut de page

Texte intégral

1La violence est une forme de rapport social, qui trouve place dans une multitude d'autres rapports sociaux. En prison, elle semble être le phénomène dominant. Phénomène normal, naturel... ? Pourtant, un « nombre relativement important de détenus réussit à échapper aux incidents ». Toute la force de l'ouvrage d'Antoinette Chauvenet, Corinne Rostaing et Françoise Orlic consiste justement à ne poser la violence comme étant immanente à l'univers carcéral. C'est en composant, par touches successives, le fonctionnement carcéral, que l'on peut comprendre sa violence, pour les auteurs. L'approche se veut globale afin de replacer « les différents types d'incidents dans l'ensemble des relations sociales ». C'est ce principe méthodologique qui guide l'organisation de l'ouvrage et qui fait sa richesse.

  • 1 De même que Muriel Darmon, dans « Le psychiatre, la sociologue et la boulangère : analyse d'un refu (...)

2Cet ouvrage sur la prison est aussi l'occasion de reposer des questions de méthode pour la sociologie. L'enquête, réalisée par entretiens, s'appuie sur une parole que l'enquêté confie au sociologue. Cette parole est éminemment liée à la situation d'enquête, à la manière dont enquêté et enquêteur se sont présentés l'un à l'autre, à la manière dont ils s'appréhendent, se situent socialement et à la confiance qu'ils s'accordent. Le contexte de l'enquête de terrain informe la parole recueillie. Or en prison, le sociologue se heurte nécessairement à des rapports de défiance, de méfiance. La prison n'est pas un lieu propice au recueil d'une parole d'emblée confiante, surtout s'il s'agit de travailler sur la violence. Comment alors mener l'enquête ? Les auteurs rappellent que ces difficultés ne doivent pas être occultées, mais bien au contraire intégrées à la constitution de l'objet1. La recherche a été effectuée dans cinq prisons d'hommes entre mai 2001 et juillet 2003 : deux centrales, deux maisons d'arrêt et un centre de détention, dans un souci de comparaison et de représentativité. Par ailleurs, les auteurs ont également fait l'objet d'une pluralité de méthodes : observations, entretiens, analyse documentaire et questionnaires. 526 entretiens ont été réalisés, d'une durée moyenne de deux à quatre heures, pour moitié avec des personnels et pour moitié avec des détenus. 384 questionnaires exploitables ont été réunis, des données documentaires sur les établissements ont été rassemblées. Les auteurs sensibles aux conditions d'enquête les restituent dans un souci d'exemplification, témoignant par là d'un savoir faire sociologique certain.

3La prison est un monde sécuritaire, dont toute l'organisation matérielle et réglementaire, vise à priver les individus de liberté. Entre les détenus et les surveillants, la distance est instaurée dans un souci de protection. Les détenus vivent dans une structure sociale qui les isole du monde libre, mais celle-ci recrée en son sein des espaces de privation multiples. Les détenus sont séparés les uns des autres, cloisonnés, selon leurs occupations, ceux qui suivent des cours, ceux qui travaillent à l'atelier...ce qui a pour conséquence de les priver d'un possible monde commun. Pourtant, la prison est aussi un monde vécu en commun, de façon contrainte. La cohabitation forcée en cellule, la promiscuité spatiale, sonore, olfactive des espaces communs. Il y a donc le monde carcéral un paradoxe frappant : l'absence d'un monde commun résultant des cloisonnements institués par l'institution, se double de la définition d'un monde commun qui rassemble l'ensemble des détenus. Un symbole fort de cette coprésence obligée se matérialise dans un rapport à l'espace et au temps hétéronomes (horaires fixés par autrui pour la douche par exemple). Les règles de l'institution carcérale, qui empêchent de s'enfuir, qui imposent un espace de vie, induisent des rapports de face à face constants, entre détenus et entre détenus et surveillants. La prison est en outre, une « structure imprévisible » : le climat de la prison est mouvant, deux jours de bagarre peuvent déboucher sur l'absence d'incident pendant plusieurs jours. L'ensemble des relations sociales carcérales est imprégné d'un «imaginaire de violence ». L'image publique véhiculée par les médias, les experts est anticipée, intériorisée par chacun des détenus, par les surveillants, et contribue ainsi à produire la violence. La prison exacerbe l'imaginaire des détenus : la peur, la paranoïa sont des phénomènes normaux en prison. Les rumeurs renforcent les tensions nées de l'imaginaire, précipitent les violences. L'autre trait dominant de la prison est la peur : peur des codétenus, peur des surveillants, peur de soi. Les deux premiers chapitres ont ainsi permis de cerner de l'intérieur l'institution carcérale. Quelles sont les conséquences, en terme de violences, de ces caractéristiques ? Comment peuvent émerger des relations sociales ?

4Les détenus n'entretiennent que peu de relations entre eux ou avec l'extérieur : ils sont désocialisés. Toute sociabilité se heurte à des obstacles insurmontables. Les relations entre détenus sont peu régulées : « la faiblesse des relations sociales entre détenus a pour conséquence la faiblesse, la labilité et la variabilité des règles qu'ils établissent entre eux » (page 109). Pour survivre, les détenus doivent préserver leur identité. Empêcher qu'elle ne soit réduite au seul délit, oblige les détenus à construire une identité supportable, compatible avec le monde carcéral. Cela consiste bien souvent à « paraître sauvage » : se vanter des délits commis, paraître dur. Le faux semblant règle les relations entre codétenus. Montrer sa force, paraître en imposer sont des principes défensifs, générés par la structure sécuritaire, rendus nécessaires par « autoconservation ». Là résident des causes fondamentales de la violence carcérale. L'un des mode de réaction des détenus à l'ensemble de ces effets consiste à « prendre sur soi » (chapitre 4). Le travail, le sport sont des moyens créés par l'institution pour canaliser et limiter la violence. Mais chacun individuellement trouve aussi les moyens de résister. « Prendre sur soi passe bien souvent par le fait de retourner contre soi tout ce qui fait violence ». Les nombreuses tentatives de suicide en prison en sont le témoignage majeur. La hiérarchie tente de prévenir et de sanctionner les violences, de poser des freins. En prison, ne pas avoir d'ennuis et ne pas faire l'objet d'agression verbale ou physique demande des efforts et suppose un certain nombre de conditions. Bien des violences apparaissent sans contentieux interpersonnel immédiat ou précis et sans motif apparent et sont liées directement aux effets de l'enfermement. Les auteurs proposent une classification analytique des violences afin d'en restituer toute la complexité : ils distinguent, parmi les violences sans motif, les violences de type explosion, de celles qui ont un bouc émissaire. Les violences motivées le sont généralement pour des questions de vol, de drogue. Les problèmes de violence trouvent un terrain de matérialisation paroxystique dans les cellules. « Ce qui peut s'y passer est redoutable et redouté ». Espace clos sur lui-même, qui reste relativement moins surveillé, parce que représentant le seul refuge de la vie privée, la cellule est le lieu de déroulement des violences les plus graves. L'institution carcérale prend en compte la violence en termes d'incident. Des conflits entre détenus et surveillants peuvent aussi surgir à l'occasion de l'application du règlement. Le dernier chapitre est l'occasion d'appréhender ce type de violences.

5Replacée dans son contexte d'émergence, la violence carcérale acquiert une visibilité nouvelle : fruit du fonctionnement, matériel, symbolique et social de l'institution, elle apparaît comme la conséquence des conditions d'enfermement. La violence carcérale n'est pas posée comme un fait à expliquer a priori. C'est par la compréhension fine des rapports sociaux qu'engendrent le cloisonnement, la méfiance.., que les auteurs ont choisi de la mettre en avant. Très rigoureux par sa méthode, fécond dans sa progression, La violence carcérale permet de comprendre un phénomène complexe, en préservant sa densité. L'argumentation est solide et parvient à des conclusions robustes.

Haut de page

Notes

1 De même que Muriel Darmon, dans « Le psychiatre, la sociologue et la boulangère : analyse d'un refus de terrain », Genèses, 58, 2005, démontre l'enjeu que représente l'analyse d'un refus de terrain pour la poursuite de l'analyse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédérique Giraud, « Antoinette Chauvenet, Corinne Rostaing, Françoise Orlic, La violence carcérale en question », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2008, mis en ligne le 27 mai 2008, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/599

Haut de page

Rédacteur

Frédérique Giraud

Allocataire-monitrice à l’ENS de Lyon, doctorante au Centre Max Weber, équipe DPCS (Dispositions, Pouvoirs, Cultures, Socialisations). Frédérique Giraud est rédactrice en chef de Lectures.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page