Navigation – Plan du site

Anne Bozzo, Pierre-Jean Luizard (dir.), Les sociétés civiles dans le monde musulman

Rachid Id Yassine
Les sociétés civiles dans le monde musulman
Anne Bozzo, Pierre-Jean Luizard (dir.), Les sociétés civiles dans le monde musulman, Paris, La Découverte, coll. « textes à l'appui/islam et société », 2011, 473 p., ISBN : 9782707164896.
Haut de page

Texte intégral

1Les sociétés du monde arabe et plus largement celles du monde musulman traversent aujourd’hui une période de crise au sens sociologique du terme. Pour nous aider à comprendre cette situation, ce ne sont pas moins de vingt-six auteurs qui ont contribué à édifier une œuvre collective restituant les réflexions menées dans le cadre de journées d’études organisées à Rome du 14 au 16 mai 2009. Aussi est-il important de garder à l’esprit que, même si l’ouvrage fut publié au moment des « révolutions » qui secouèrent plusieurs pays arabes, « les articles de ce volume ont tous été écrits avant les événements ». On appréciera alors davantage la pertinence de la démarche sociologique à l’initiative de ce livre, dont les analyses peuvent être confrontées au déroulement immédiat desdits « événements » qui témoignent d’un renouveau politique des sociétés civiles dans le monde musulman.

2C’est effectivement à partir du concept de société civile que l’ensemble des contributions s’évertue à rendre compte des rapports entre les populations « des pays d’islam d’Afrique et d’Asie » et leurs dirigeants politiques institués en la personne de l’État. La société civile est présentée comme un acteur social à part entière qui se définit nécessairement mais pas exclusivement, par-delà le seul phénomène associatif, dans un vis-à-vis avec l’État. La première partie de l’ouvrage s’arrête sur l’expression de « société civile », et J.-C. Vatin s’intéresse à « l’étendue d’un concept » issue de l’expérience politique des sociétés occidentales, aux pays façonnés par un « "rapport musulman spécifique" au politique ». La société civile apparait comme un instrument d’exclusions sociales et de luttes de pouvoir, tant est si bien qu’elle en devient multiple. A. Teti poursuit cette réflexion, dans une perspective généalogique, en insistant sur la « performativité paradoxale » du concept de société civile en lien avec d’autres concepts clés, dont celui de démocratie sur lequel l’auteur s’appuie tout particulièrement. Le propos peut se concevoir comme une entreprise critique de délégitimation du caractère normatif des discours et des pratiques de démocratisation dominants que l’on retrouve dans « les injonctions occidentales habituelles », entreprise elle-même conçue comme condition nécessaire à la perception et à la compréhension de l’essor de sociétés civiles modernes qui ne reproduisent pas nécessairement, ou pas de la même manière, les normes libérales du modèle démocratique des sociétés occidentales.

3Les quatre autres parties dont est constitué le livre font état de situations de terrain en s’intéressant aux liens qu’entretient l’idée de société civile avec, successivement, l’histoire du monde musulman (II), la condition religieuse de ses pays (III), l’État et la sphère politique (IV) et enfin l’espace public (V). Ce sont vingt-deux articles qui nous plongent dans les réalités diverses et complexes de plusieurs pays (Algérie, Palestine, Égypte, Iran, Turquie, Liban, Mali, Maroc, Tunisie, Irak, Pakistan) avec une insistance pour les cas de l’Égypte (cinq articles), de l’Algérie, du Liban et de la Palestine (deux articles pour chacun). Á ces contributions qui rendent compte de différentes expériences nationales, s’ajoutent celles qui privilégient une lecture transnationale des problématiques sociopolitiques que sont la question des femmes et du féminisme, « les réformes des systèmes juridiques et des appareils judiciaires », la question des élites et de l’économie politique, le Réseau euroméditerranéen des droits de l’homme et les types de systèmes médiatiques arabes.

  • 1  Rappelons que « les arabes sont minoritaires parmi les musulmans (20 à 25 %) » (Ralph Stehly, Prof (...)

4Si le projet de ce livre était de dresser un état des lieux des différentes conditions d’émergence et de déploiement de la société civile pour l’ensemble du « monde musulman », force est de constater que l’objectif est partiellement atteint tant on peut regretter la discrétion faite aux sociétés d’Asie centrale (notamment les républiques ex-soviétiques) et d’Extrême-Orient (notamment l’Indonésie, le plus grand pays musulman). L’Afrique subsaharienne aurait également méritée une attention plus particulière dans la mesure où la variété des configurations sociales, économiques et politiques de cette région périphérique du « monde musulman », aurait offert l’occasion d’étoffer davantage la justesse d’une approche des changements sociopolitiques en cours à travers le concept de société civile. On aurait ainsi apprécié de lire des analyses consacrées, d’Est en Ouest, à la Somalie, au Soudan, au Nigéria ou au Sénégal, autant de pays importants par le dynamisme social et la vitalité politique de leur société. Même s’il est évident que l’on ne peut s’intéresser à l’ensemble des pays du « monde musulman », il n’empêche que l’ouvrage conforte la fâcheuse impression que le monde arabe est l’essentiel du monde musulman1. Et certes, on ne peut parler du monde musulman sans faire l’impasse, en raison de leur notoriété historique, sur l’Iran (chiisme et révolution islamique) et la Turquie (Empire ottoman et identité européenne). Aussi, le livre s’attache-t-il bien à montrer la diversité d’un monde arabe loin d’être homogénéisé par l’autoritarisme et les diverses formes de violence d’État (corruption, régimes policiers ou militaires, justice arbitraire…). Cela dit, les sociétés civiles des pays de la péninsule arabique (en particulier l’Arabie saoudite pour les lieux saints de l’islam), et – actualité oblige – celles de la Lybie, de la Syrie et du Yémen, n’ont pas été analysées singulièrement, mais il n’empêche que le livre ne fait pas l’économie de les évoquer : ici et là, on les cite à titre illustratif.

  • 2  De l’eau halal au pâté pour chat en passant par les détergents halals, la Malaisie fait office de (...)

5Et si cet ouvrage avait l’ambition d’effectuer un traitement exhaustif des problématiques majeures liées à la construction et à l’activité des sociétés civiles dans le monde musulman, on ne manquera pas de soulever qu’à l’analyse du « féminisme islamique », il aurait été appréciable d’ajouter, par exemple, celles du marché du halal2, des réseaux djihadistes, des confréries soufis traditionnelles, des arts et des artistes musulmans… Á l’aide d’une analyse spécifique de ces phénomènes sociaux, les processus de modernisation, de sécularisation, de mondialisation et de globalisation que l’on retrouve mobiliser dans la plupart des articles de l’ouvrage, resituerait ce que A. Bozzo et P.-J. Luizard appellent « la spécificité musulmane dans le rapport au politique, mais aussi à l’économique et au social » dont on continue de se demander, après lecture, si elle existe bien.

6Cela dit, le foisonnement de données empiriques ne souffre guère des choix opérés tant au niveau des pays étudiés qu’au niveau des thèmes transversaux retenus. Au contraire, il aurait été difficile de consacrer une étude à un nombre plus important de contextes nationaux sans que la richesse des éléments factuels n’en pâtisse. On peut ainsi apprécier, à partir de plusieurs champs disciplinaires (politologie, sociologie, histoire, droit, économie, littérature), la découverte d’une jeunesse tunisienne « prise en charge mais pas prise en compte » par maintes initiatives gouvernementales à leur attention ; le parcours historique de la citoyenneté algérienne, de la société coloniale d’hier à « un nouvel essor de la conscience citoyenne » d’aujourd’hui, en passant par « l’introduction en 1992 de l’état d’urgence, véritable coup de grâce pour la société civile algérienne » comme un exemple du « blocage politique provenant des dirigeants dont l’obsession est de ne pas rendre compte aux citoyens de l’usage qu’ils font de l’autorité publique […] » ; la visite des lieux de sociabilité que sont les salons de grandes familles ou les cafés de quartier qui leur succèdent dans la Palestine d’avant Israël ; les revendications contradictoires liées au « problème de la composition multiconfessionnelle de la société égyptienne » à travers l’identité nationale des chrétiens de ce pays ; l’irréductibilité de la mobilisation politique aux enjeux économiques inhérents à celle-ci que donne à voir l’analyse du Mouvement vert en Iran ; les ambivalences du mouvement Gülen en Turquie et du Hezbollah libanais en termes d’expression de la ou d’une « société civile » ; le rôle des ONGaussi bien au Maroc avec la complexité et la difficulté de l’autonomie de la société civile à l’égard de l’État comme l’actualité autour de la réforme constitutionnelle l’illustre, qu’en Irak sous un régime d’occupation américaine qui fit de « la "société civile", le leitmotiv de la reconstruction politique » du pays ; la périodisation en cinq phases du mouvement des avocats au Pakistan où l’ingérence occidentale fait paradoxalement obstacle non pas à l’existence mais à l’affirmation d’une société civile pakistanaise.

7La lecture de cet ouvrage sans conclusion a fini de nous convaincre de l’utilité heuristique du recours à la « société civile » comme concept sociopolitique d’analyse des transitions en cours dans le monde musulman, mais aussi plus largement dans le reste du monde comme en témoigne le mouvement des « indignés » en Espagne. Néanmoins, le rapport de la société civile avec la politique demeure problématique, et l’ensemble des cas étudiés dans ce volume abonde en faveur d’une certaine malléabilité et perméabilité des frontières qui définissent la société civile comme un acteur dont l’autonomie politique n’est pas toujours évidente. C’est une des raisons qui fait de cet ouvrage collectif dont l’agencement des articles est magistralement conçu, une œuvre épistémologiquement dense, empiriquement riche et sociologiquement stimulante.

Haut de page

Notes

1  Rappelons que « les arabes sont minoritaires parmi les musulmans (20 à 25 %) » (Ralph Stehly, Professeur d’histoire des religions, université de Strasbourg, 2003).

2  De l’eau halal au pâté pour chat en passant par les détergents halals, la Malaisie fait office de leader à l’échelle mondiale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rachid Id Yassine, « Anne Bozzo, Pierre-Jean Luizard (dir.), Les sociétés civiles dans le monde musulman », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 11 juillet 2011, consulté le 23 juillet 2016. URL : http://lectures.revues.org/6010

Haut de page

Lieu

Algérie

Maroc

Tunisie

Moyen-Orient

Égypte

Irak

Jordanie

Syrie

Haut de page

Rédacteur

Rachid Id Yassine

Doctorant à l’École des hautes études en sciences sociales (CADIS / ICRESS) ATER à l’université de Perpignan Via Domitia (Art-DEV), et membre de Europublicislam (EHESS / ERC).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page