Navigation – Plan du site

Anne Verjus, Denise Zara Davidson, Le roman conjugal. Chroniques de la vie familiale à l'époque de la révolution et de l'empire

Elisa Herman
Le roman conjugal
Anne Verjus, Denise Zara Davidson, Le roman conjugal. Chroniques de la vie familiale à l'époque de la révolution et de l'empire, Champ Vallon, coll. « La chose publique », 2011, 342 p., EAN : 9782876735460.
Haut de page

Texte intégral

1Plonger dans l’intimité de vies conjugales bouleversées par le contexte révolutionnaire suppose une méthode et une vision historique originales, offertes par ces deux historiennes spécialistes de cette période et attentives aux rapports sociaux de sexe dans la famille, et au poids des conditions matérielles sur la morale développée dans un milieu donné. À la frontière de l’histoire, de la sociologie et des sciences politiques, écrite de manière romancée tout en conservant une rigueur scientifique, cette étude historique relate minutieusement les vies (d)écrites par leurs protagonistes, deux couples de la bourgeoisie fortunée de Lyon, qui voit son avenir déstructuré par les évènements politiques majeurs de la Révolution française puis de l’Empire.

2Le pari est réussi de tenir ensemble le quotidien du familial, des affaires, de l’enfance, de l’intimité amoureuse avec l’extraordinaire de cette période de transformations politiques cruciales aux effets immédiats sur les vécus individuels. Ces échanges épistolaires au sein du couple, ou entre proches (parents et enfants, voire amis), conservés au sein des fonds privés déposés aux archives municipales de Lyon, constituent la source principale de cette étude, de type monographique. D’autres sources (littérature de l’époque, autres correspondances mobilisées par d’autres travaux historiques) complètent cette abondante correspondance dont la principale originalité tient à son inscription dans une époque charnière, entre la Révolution et l’Empire, et à l’accès qu’elle permet au quotidien familial bourgeois, jusque là rarement abordé à cette période. Ces lettres permettent alors d’accéder à une autre dimension de la vie conjugale que celles ouvertes par les sources judiciaires centrées de fait sur les conflits, litiges, contencieux. Une réserve dans l’exposition «complète» de l’intimité, qui est aussi un éclairage supplémentaire sur la structure des rapports sociaux de sexe à l’époque, tient à ce que la quasi totalité des lettres sont celles des hommes en tant que mari, fils, gendre, ami, et celles des femmes en tant que mère, belle-mère, fille, amie. Les épouses sont donc quasi absentes, non qu’elles ne répondaient pas aux lettres (quelques unes sont tout de même répertoriées), mais il leur a été impossible de les conserver, et suivant l’usage et la morale elles les ont brûlées au seuil de leur vie.

3Cette étude s’inscrit aussi dans l’étude historique de la construction de l’intimité, de la vie domestique, de la famille comme ont pu le faire Philippe Ariès relativement à l’enfance, Anne-Marie Sohn concernant le couple, ou Yvonne Knibiehler pour la filiation et la maternité. Son originalité tient tant à l’époque qu’à l’attention permanente accordée à la construction du genre et à l’organisation des rapports sociaux de sexe, mais aussi de classe (notamment dans les relations avec les domestiques), attention qui permet un regard sur les subjectivités, les émotions, la morale et la possible distance au rôle des «personnages».

4Au fil de dix chapitres, chacun consacré à une dimension de la vie familiale, nous suivons parrallèlement et l’intrigue des relations conjugales unissant Magdeleine et Antoine, Pierre et Amélie, et l’analyse contextualisant ce que ces cas particuliers nous apprennent de façon plus générale de la trame des rapports sociaux dans la bourgeoisie fortunée de l’époque. Le premier chapitre éclaire une intimité dévoilée où les lettres du mari (Antoine) évoquent régulièrement, avec pudeur mais sans équivoque, la sexualité et la tendresse, la réciprocité du désir et des sentiments, l’idéal du partage et des sentiments «naturels» plutôt que celui du devoir qui semble appartenir à une autre génération. Dans le contexte d’unions arrangées par les parents, où l’on choisit des filles selon leur fortune, leur rang et la convoîtise qu’elles suscitent pour les garçons, il est évident que l’amour ne peut naitre, quand c’est le cas, qu’après le mariage.

5Les grossesses, la petite enfance et les soins aux enfants constituent le coeur des chapitres suivants. Ils décrivent une éducation différenciée selon les sexes, mais où il est devenu impensable de préférer ostensiblement un enfant à l’autre. L’intérêt marqué du père pour ses enfants, et l’expression d’une tendresse affectueuse révélant une complicité sensible, ne doit pas nous induire en erreur ; ce sont bien les mères qui ont la charge des enfants : leur instruction jusqu’à l’entrée au pensionnat des jeunes garçons, leur habillement, leur éducation et leur préparation à entrer «dans le monde», celui de la bourgeoisie. Mais ces femmes bourgeoises sont aussi délestées du poids concret des tâches matérielles du travail ménager assuré par les domestiques : la cuisine, la lessive, le chauffage, le ménage sont autant d’heures de travail dont elles sont «libérées». Elles en conservent la charge mentale puisqu’elles demeurent les employeuses principales de ces bonnes et autres cuisinières qu’il faut fréquemment recruter, remplacer, et surveiller. En ce sens, soulignent les auteures, ces couples bourgeois sont d’autant plus proches de nous que la répartition des tâches dans le couple est similaire à la nôtre : aujourd’hui les femmes françaises ont la charge mentale mais non entièrement physique des tâches ménagères, les machines à laver, aspirateurs et autres techniques les soulageant partiellement de ce travail, toujours inégalement réparti entre les sexes. Investies dans les affaires et le travail seulement à l’ombre des maris, elles n’en sont pas moins instruites et désireuses de participer, et l’époque révolutionnaire semble –comme d’autres périodes troubles- permettre un réaménagement temporaire des relations et assignations sexuées.

6Un autre chapitre est consacré à la santé, au corps et au rapport différent qu’ont les individus au temps : temps de la vie qui est plus court et risqué, et temps du présent dont le vécu a beaucoup changé : des distances courtes de nos jours (Paris-Lyon par exemple) représentent des voyages de plusieurs journées extrêmement longs et fatiguants, entrepris seulement pour des raisons d’affaires ou de famille mûrement réfléchies. Par le jeu de l’aller-retour entre le matériau épistolaire et les connaissances historiques générales, les auteures permettent de tourner le regard sur le rapport des individus à leur propre santé, sur les relations avec les médecins, sur les risques liés à la grossesse et l’accouchement, sur la perte des jeunes enfants, divers éléments vécus différement selon la position sociale. Ces classes supérieures peuvent se prémunir contre certaines causes de mortalité (famine, guerre, épidémies), notamment du fait de leur relative mobilité et de leurs réseaux sociaux. Ce rapport de domination et d’injustice sociale est particulièrement aigü dans la possibilité faite aux familles d’épargner leurs jeunes hommes des devoirs de la guerre : en dédommageant financièrement un autre homme qui assumera à leur place leur obligation militaire.

7Le mariage, en tant qu’union savamment préparée de deux familles, et en tant que cérémonie ritualisée, est très finement étudié. La place qu’il tient dans l’ouvrage est relative à celle qu’il occupe dans les vies racontées. Ainsi, l’éducation des filles est toute entière tournée vers cette fin ultime, vers cette nouvelle naissance que constitue leur vie de femme, et ce car la conception de l’individu comme membre d’une lignée joue alors un rôle très fort dans l’organisation sociale. Le mariage, mais aussi la vie professionnelle, doivent permettre avant tout d’agrandir le patrimoine à transmettre aux futurs enfants : qu’il s’agissent de l’enfantement, des acquisitions immobilières ou financières, du renom et du réseau, l’important est de ne pas transmettre moins que ce qu’on a reçu, bien davantage que de «vivre pour soi», expression qui n’a de sens qu’aujourd’hui. Les mères sont particulièrement mobilisées pour cet évènement : pour tramer en secret l’union possible et la négocier, pour préparer et inciter leurs filles à l’accepter, pour aider leurs fils à «accéder à l’objet de leur désir» - les auteures soulignent avec l’utilisation de cette l’expression combien fut pertinente la critique féministe qui plus tard dénonça la réduction des filles à un objet échangé, approprié, mis en concurrence.

  • 1  C’est le cas, à la suite d’un tragique évênement, entre Magdeleine et Antoine, laquelle souhaite i (...)

8Dans ce contexte -mais c’est peut-être aussi une illusion liée aux sources mobilisées ?- les conflits dans le couple sont très peu visibles, ils semblent minimisés, euphémisés ou ne pouvant advenir. Bien sûr, la socialisation sexuée est efficace, et si la fiction de la réciprocité domine pour la relation amoureuse, il n’en est pas moins que le pouvoir in fine revient aux hommes lorsqu’un conflit important se fait jour1.

9Le regard sur le passé rend visible ce qui caractérise nos vies conjugales aujourd’hui : elles ne sont plus indissolubles, et le statut conjugal est plus fondé sur l’enfant que le mariage. À la fin du XVIIIe le couple est une idée neuve et l’enfant reste à la périphérie. Le mariage permet alors aux femmes d’accéder à un «meilleur» statut que celui de fille, quoi que toujours dominé. Et la contrainte sociale est intégrée individuellement : «l’intérêt individuel doit rencontrer le bien commun», l’analogie fonctionnant ainsi du gouvernement du peuple à celui de la sphère conjugale. La construction de l’individualité suit une progression historique où l’époque révolutionnaire –même s’il s’agit d’une parenthèse refermée- participe à former une place pour l’individu comme membre d’une communauté : le couple, la lignée, la nation. La Révolution est ainsi l’élément déclencheur qui va bouleverser le droit de la famille : fin des privilèges, légalisation du divorce, devoir parental à l’égard des enfants naturels contribuent à jeter les bases d’une contractualisation des relations familiales encore effective aujourd’hui, ce qui rend d’autant plus passionnant pour des sociologues comme des historiens, d’aller lire la fiction de l’intimité échangée dans ces classes dominantes chahutées par ce contexte politique.

Haut de page

Notes

1  C’est le cas, à la suite d’un tragique évênement, entre Magdeleine et Antoine, laquelle souhaite imposer à son conjoint de vendre un domaine car il lui est moralement et sentimentalement impossible d’y revenir. Son conjoint refuse fermement, et évoque un risque de séparation définitive si son épouse continue de le presser dans ce sens, ce à quoi elle se soumet finalement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elisa Herman, « Anne Verjus, Denise Zara Davidson, Le roman conjugal. Chroniques de la vie familiale à l'époque de la révolution et de l'empire », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 15 juillet 2011, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/6030

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page