Navigation – Plan du site

Serge Guérin, Habitat social et vieillissement : représentations, formes et liens

Benoit Ladouceur
Habitat social et vieillissement : représentations, formes et liens
Serge Guérin, Habitat social et vieillissement : représentations, formes et liens, La Documentation Française, coll. « Habitat et solidarité », 2008, 237 p., EAN : 9782110070890.
Haut de page

Texte intégral

1La population française connaît une révolution silencieuse : la part des personnes de plus de 60 ans est passée de 11 % en 1960 à plus de 16% en 2006, et près de 30% selon les projections en 2020. Cette rupture démographique pose la question de la cohésion sociale et de la place de ces personnes dans la société. La réponse passe nécessairement par la prise en compte des lieux de vie de ces personnes. L'ouvrage collectif Habitat social et vieillissement : représentations, formes et liens,dirigé par Serge Guérin propose ainsi d'éclairer la problématique du vieillissement à partir de l'habitat social. En effet, si pendant longtemps le logement social a été occupé par des populations jeunes, ce n'est plus entièrement le cas aujourd'hui. La hausse importante et générale des prix de l'immobilier, couplée à une stagnation des revenus de certaines catégories de la population, a limité le flux des personnes quittant le parc social. Les demandes des septuagénaires pour s'installer dans ces logements sont même en hausse. Il s'agit de saisir les conséquences de ce qui est appelé un « nouveau paradigme démographique » que Jean-Claude Driant dans le chapitre 1, «  La place des personnes âgées dans le marché du logement. Etat des lieux et perspectives » cartographie de façon détaillée. Cette contribution fournie des statistiques très étayées sur les évolutions récentes concernant la présence croissante de ménages âgés dans le parc social. La mobilité est également sous le prisme du cycle de vie des retraités. La première partie de ce cycle va jusqu'à environ 74 ans, elle est caractérisée par une mobilité dirigée vers l'accession à la propriété. Au delà de cet âge, domine les statuts de locataires. Cette évolution se double d'une mobilité géographique, on constate, pour la deuxième phase du cycle, un net tropisme urbain, sauf pour Paris.

2Patricia Mallet-Champvert rappelle dans le chapitre 2 « Segmentation et adaptation de l'offre de solutions », combien l'image de la personne âgée véhiculée ordinairement est unifiante. « Il ne viendrait pas à l'idée de publicitaires ou d'entreprises de proposer le même produit à un jeune de 20 ans et à une personne de 42 ans. Et pourtant c'est ce qui se pratique pour les personnes retraitées et âgées ». Dans le secteur de l'habitat social, par exemple, l'un des enjeux consistera à ne plus penser « la personne âgée » comme groupe, mais comme une personne singulière, il s'agit alors de répondre à des demandes différenciées. L'Association pour le développement des Nouvelles Résidences avec Services pour les Personnes Agées (ANRESPA) a entrepris, à la demande de bailleurs sociaux, de rencontrer la clientèle spécifique que représente la population âgée, par le biais d'enquêtes personnalisées à domicile afin de cerner les besoins. Le chapitre 3 est une contribution d'auteurs Québécois, Martin Truchon et Lucie Bouchard. Ils dressent une rapide présentation historique, non sans intérêts, de l'habitat social au Québec. Ils débordent le thème strict de l'habitat social en montrant l'importance des services aux personnes âgées qui sont souvent dans des situations de perte d'autonomie. Une réflexion sur l'habitat de ces personnes passe donc par la prise en compte de leur assistance au quotidien. Cette question touche directement celle du financement de ces services. La contribution de Colette Eynard, « A la recherche d'un habitait adapté : les conditions d'un libre choix » (chapitre 6) complète l'analyse de Patricia Mallet-Champvert. Repartant de la nécessité de proposer aux personnes âgées un environnement divers, adapté, elle s'interroge sur la modalité la plus rationnelle de la fourniture des services.

3On peut aussi comprendre l'enjeu de ces demandes de personnalisation des bailleurs sociaux, grâce à la contribution de Michel Billé du chapitre 4, « Habiter c'est s'intégrer ». Qu'est-ce qu'habiter se demande l'auteur ? Quels sont les implicites recouverts par la notion d'habitat ? L'habitat est bien plus qu'un lieu, partie intégrante du quotidien, il permet de tisser une histoire. Cette étude trouve un complément dans l'analyse d'Hélène Réboul au chapitre 8 « La place des très âgés dans la résidence », qui revient sur les significations du domicile pour la personne âgée. Témoin des gestes et mémoire personnelle, le logement ne peut être quitté sans peine. De sorte que la solution de vie en collectivité nécessite pour une personne âgée, de la part du personnel, de la direction, une connaissance des éléments indispensables à un séjour réussi. Dans cette contribution très humaine et personnelle, Hélène Réboul cherche à faire ressentir aux lecteurs le lien profond qui se tisse entre une personne âgée et son habitat. Simone Pennec dans le chapitre 11 « Les liens de voisinage dans la ville aux temps de la vieillesse », de façon très complémentaire aux analyses précédentes, s'interroge sur les liens de voisinage que tissent les personnes âgées au sein de l'espace urbain. L'attachement au quartier transparaît comme un élément devant être pris en compte, que les atteintes aux conditions de mobilité peuvent conduire à restreindre. Les nouvelles technologies peuvent de ce point de vue relayer le besoin de sociabilité des personnes âgées (pp. 182-183) et devenir un supplétif aux voisinages manquants. Valentine Charlot et Caroline Guffens dans « L'expérience de l'habitat groupé pour personnes vieillissantes » (chapitre 12) introduisent le problème de l'habitat groupé, que l'on peut définir comme « un cadre de vie destiné à des personnes âgées, autogéré par ses habitants à des degrés divers, abritant en moyenne de cinq à quinze personnes » (p. 188). Elles étudient sur sept projets belges d'habitat groupé, et concluent que ce mode d'habitat peut répondre aux attentes de la collectivité et des personnes âgées.

4Au total, Habitat social et vieillissement : représentations, formes et liens forme un ouvrage complet, dont les quinze contributions, parfois redondantes, permettent de dessiner les enjeux de l'habitat social, compte tenu des attentes des personnes âgées et de la donne démographique. Comme le fait remarquer Serge Guérin, dans la conclusion de l'ouvrage, les retraités ne forment pas un groupe homogène, « vieillir ce n'est pas rejoindre une foule sans nom ». D'une part, la vieillesse est un phénomène sociologique multiple dont l'habitat permet d'avoir une bonne approche. D'autre part, les problématiques qui traversent la question de l'habitat social des personnes âgées concernent également d'autres générations. La façon dont les personnes âgées sont traitées et intégrées exprime plus largement des questions sociales qui se posent à d'autres populations vulnérables. Sur ce point la sociologie de la vieillesse à encore beaucoup à nous apprendre, en montrant la multiplicité des vécus d'une population hétérogène, traversée par les clivages socio-économiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benoit Ladouceur, « Serge Guérin, Habitat social et vieillissement : représentations, formes et liens », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2008, mis en ligne le 29 mai 2008, consulté le 27 mai 2017. URL : http://lectures.revues.org/605

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page