Navigation – Plan du site

Nels Anderson, Olivier Schwartz, Le Hobo. Sociologie du sans-abri. Suivi de L’empirisme irréductible

Igor Martinache
Le Hobo, sociologie du sans-abri
Nels Anderson, Olivier Schwartz, Le Hobo, sociologie du sans-abri. Suivi de l'Empirisme irréductible, Paris, Armand Colin, 2011, 396 p., ISBN : 9782200272647.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cette préface précède la présentation originelle d’Olivier Schwartz qui resitue notamment le texte (...)

1Être qualifié de « classique » vaut souvent à un ouvrage d’être autant cité qu’il est rarement lu. Tel est le cas du Hobo de Nels Anderson qui, publié en 1923, a dû attendre sept décennies pour être traduit en français et augmenté en prime d’une éclairante – et rapidement érigée, elle aussi, au rang de « classique » –  postface d’Olivier Schwartz, intitulée « L’empirisme irréductible ». On ne peut qu’espérer que cette réédition décide un plus grand nombre de lecteurs à se pencher sur ces deux textes, comme les y incite également la préface d’Anne-Marie Arborio et Pierre Fournier ajoutée pour l’occasion et explicitement intitulée : « Pourquoi lire Le Hobo aujourd’hui ? »1. Comme l’écrivent ces derniers, Le Hobo mérite l’attention de tout sociologue, apprenti ou confirmé, non seulement pour l’objet qu’il entend traiter (et donc construire) que pour les nombreuses questions de méthode qu’il ne manque pas de soulever. Rattrapé un peu par hasard par la sociologie, Nels Anderson décrit en effet dans Le Hobo un milieu auquel il a lui-même appartenu plusieurs années du fait de sa trajectoire personnelle et familiale (venu de Suède, son père était lui-même devenuHobo), et s’avoue, faute de formation préalable, assez néophyte en matière de méthodologie dans l’élaboration de ce qui constituait en fait son mémoire de maîtrise (« J’étais incapable de répondre si on m’interrogeait sur ma méthode », écrit-il p. 49).

  • 2  Les Moissons du ciel (Days of Heaven, 1978), réalisé par Terrence Malick et interprété entre autre (...)
  • 3  À distinguer de la précarité du travail, comme y insiste Serge Paugam (voir notamment Le salarié d (...)
  • 4  L’analyste le plus fin en est sans conteste Robert Castel. Voir notamment son maître ouvrage : Les (...)
  • 5  Voir aussi, dans la même veine, les travaux d’Anne-Sophie Beau concernant la grande distribution n (...)

2En ce qui concerne tout d’abord le thème, la catégorie de Hobo, comme Nels Anderson s’applique à le répéter, ne recouvre pas l’ensemble de ceux que l’on qualifierait de « sans-abris », mais plus précisément un ensemble de travailleurs journaliers – de jeunes Américains célibataires, pour l’essentiel – évoluant dans une précarité qui affecte non seulement leur statut professionnel mais plus généralement leur mode de vie dans sa globalité2. Ils se déplacent en effet en permanence d’un endroit à l’autre au gré des opportunités d’embauche dans les champs ou sur les chantiers, empruntant clandestinement les wagons des trains de marchandise. L’étude d’Anderson a ainsi pour premier mérite de rappeler que la précarité de l’emploi3, avec ses implications profondes sur l’ensemble de l’existence4, n’est malheureusement pas un phénomène nouveau, mais s’avère consubstantielle à l’organisation capitaliste de la société, en particulier dans certains secteurs caractérisés par la flexibilité, du fait, par exemple, de l’irrégularité de l’activité5.

  • 6  Voir, sur le cas des allocataires de l’ancien RMI, les travaux de Nicolas Duvoux, notamment L’auto (...)
  • 7  Le récit que Nels Anderson fait d’une nuit (partiellement) passée dans l’un des plus fameux d’entr (...)
  • 8  Qu’il serait préférable de qualifier de low price étant donné que les coûts sociaux et environneme (...)

3L’étude révèle également que la confrontation au sous-emploi, voire à la rue, est différemment et inégalement vécue par les uns et les autres en fonction de leurs ressources et trajectoires personnelles6 – constat a priori évident mais que les architectes des politiques publiques, comme les commentateurs ordinaires, semblent le plus souvent oublier. Plus encore, en détaillant les valeurs et les formes d’organisation des Hobos – plus particulièrement au sein du quartier de Chicago où ils se concentrent alors, significativement surnommé la « Hobohème » –, Nels Anderson montre qu’être Hobo représente plus qu’une condition : c’est une véritable culture au sens sociologique du terme, c’est-à-dire un ensemble de normes et de valeurs qui se cristallisent notamment au sein d’un certain nombre d’institutions (hôtels et asiles de nuit singulièrement spartiates7, cantines de fortune, boutiques de fripes et autres lieux de divertissement bon marché – le tout composant un système d’institutions marchandes qui n’est pas sans préfigurer l’actuel essor tous azimuts du low cost8), mais aussi et surtout une intense vie intellectuelle qu’incarne l’« Université hobo », créée par un philanthrope ambigu et, au-delà, une littérature faite notamment d’ouvrages socialistes ou libertaires et un imaginaire structuré par des chansons et poèmes invoquant divers mythes de la « route ».

  • 9  Le double écueil auquel sont confrontées les analyses des cultures populaires, comme l’ont montré (...)

4Nels Anderson décrit également le code moral implicite – les « lois de la jungle », comme il les baptise (p. 77 et suiv.) – qui régit cet univers, ainsi que les formes de débrouille, l’état sanitaire, la sexualité, le rapport au politique ou les diverses raisons qui ont pu mener à ce mode de vie, le tout sans céder ni au misérabilisme, ni au populisme9, mais en étant conscient des contradictions qui agitent ce milieu hétérogène. Analysant par exemple les échecs récurrents des Hobos à s’organiser collectivement, il n’hésite pas à pointer l’égocentrisme viscéral de ces derniers en dépit de leurs idéaux affichés de coopération, tout en observant que lesdites organisations – elles-mêmes en concurrence pour la représentation du groupe, et dont les intentions ne sont pas dénuées d’ambiguïté – sont indispensables à l’existence sociale des Hobos, permettant notamment de faire en sorte que leur « attitude de révolte à l’égard de la société se sublime dans ces groupes en idéalisme radical » (p. 311) plutôt que dans la criminalité(sic).

  • 10  Paris, PUF, 1990.
  • 11  Telle qu’il l’a du reste lui-même pratiquée parmi les familles ouvrières du Nord, qu’il analyse da (...)

5On voit ainsi que si le propos d’Anderson est écrit dans un style très vivant, la contrepartie en est une tendance à la généralisation (il parle ainsi fréquemment du « Hobo » au singulier) qui n’est pas sans verser parfois dans un certain relativisme. Cela met en évidence les fragilités méthodologiques de l’ouvrage, qui reflètent en fin de compte les difficultés de la démarche ethnographique en général. C’est ce qu’analyse avec une grande finesse Olivier Schwartz dans sa fameuse postface. L’auteur du Monde privé des ouvriers10y pointe ainsi le « paradoxe de l’observateur » qui, par sa seule présence, vient nécessairement perturber la réalité qu’il étudie. Si la familiarisation que provoque une immersion prolongée11 permet d’en atténuer les effets, il n’en demeure pas moins qu’il faille renoncer à toute ambition de pureté méthodologique en matière d’« observation participante » – ou de « participation observante », c’est selon –, ce qui n’exonère pas d’interrogations épistémologiques, tout au contraire.

6Olivier Schwartz explique ensuite en quoi l’approche interactionniste se révèle à première vue particulièrement adaptée aux phénomènes que la sociologie compréhensive entend étudier, tout en soulignant aussitôt le risque qu’il y a alors à trop se concentrer sur la « définition de la situation » par les agents impliqués et d’oublier, du coup, les contraintes structurelles qui contribuent non moins décisivement à la façonner. Il plaide, ce faisant, pour une perspective « maussienne » s’efforçant de tenir les deux dimensions et implique une certaine part d’interprétation, cela afin d’élaborer un découpage des « objets » potentiellement distinct du cadrage mis en œuvre par les enquêtés et de s’efforcer de rattacher les données « microscopiques » recueillies aux propriétés des groupes sociaux observés et de la société plus globale dans laquelle ils s’inscrivent.

  • 12  « Qu’est-ce qu’on joue maintenant ? » Le répertoire de jazz en action,Paris, La Découverte, 2011 [(...)
  • 13  Comme ne s’y est pas trompé Sébastien Chauvin, qui le cite abondamment dans son étude des travaill (...)
  • 14  Avec des descriptions et des interrogations d’une actualité étonnante concernant les formes de « d (...)

7Bref, c’est en incorporant quelque peu paradoxalement une réflexivité permanente quant à sa démarche que le sociologue peut se libérer de la quête vaine d’une pureté épistémologique sans verser dans l’impressionnisme du « sens commun ». Une attitude qui n’est pas sans faire écho au sens de la débrouille que développent les Hobos décrits par Nels Anderson, ou encore à celui de l’« improvisation » que décrivent Howard Becker et Robert Faulkner à propos des musiciens de jazz dans un essai récemment traduit en français12. Outre qu’il ouvre des pistes indéniablement fécondes à celles et ceux qui sont engagés dans une sociologie compréhensive du travail précaire13 comme des formes de vie à la rue14 – voire des migrations induites par des mutations industrielles et sociales –, Le Hobo mérite plus largement d’être lu d’un point de vue méthodologique par tous ceux qui entreprennent une enquête ethnographique, non pas tant pour l’envisager comme modèle à imiter que pour ses imperfections « nécessaires » et les réflexions qu’elles ne manquent pas d’initier de ce fait.

Haut de page

Notes

1 Cette préface précède la présentation originelle d’Olivier Schwartz qui resitue notamment le texte dans la perspective de l’« École de Chicago » (à ne pas confondre avec son homonyme monétariste en économie), dont Anderson incarne un des pionniers : il fut lancé par Robert Park lui-même qui paria alors sur lui malgré (ou à cause de) son profil peu académique.

2  Les Moissons du ciel (Days of Heaven, 1978), réalisé par Terrence Malick et interprété entre autres par Richard Gere et Sam Shepard, en fournit une bonne illustration cinématographique. Voir par exemple la critique parue dans Les Inrockuptibles au moment de sa réédition en salles l’an passé [http://www.lesinrocks.com/cine/cinema-article/t/46130/date/2010-06-20/article/les-moissons-du-ciel-les-champs-et-merveilles-de-terence-malick]. (Tous les sites mentionnés dans cette notice ont été consultés le 19 juillet 2011.)

3  À distinguer de la précarité du travail, comme y insiste Serge Paugam (voir notamment Le salarié de la précarité, Paris, PUF, 2000 [http://lectures.revues.org/546]), la première désignant l’instabilité de l’emploi et la seconde renvoyant à la pénibilité du labeur, les deux n’étant pas toujours (quoique fréquemment) associées.

4  L’analyste le plus fin en est sans conteste Robert Castel. Voir notamment son maître ouvrage : Les métamorphoses de la question sociale(Paris, Fayard, 1995) ou le recueil d’articles qu’il a récemment fait paraître : La montée des incertitudes(Paris, Seuil, 2009 [http://lectures.revues.org/766]).

5  Voir aussi, dans la même veine, les travaux d’Anne-Sophie Beau concernant la grande distribution naissante, notamment son article – « La gestion de la main-d’œuvre dans le grand commerce : un usage continu de la précarité (xixe-xxe) » – dans l’ouvrage collectif dirigé par Sophie Béroud et Paul Bouffartigue (Quand le travail se précarise, quelles résistances collectives ?, Paris, La Dispute, 2009 [http://lectures.revues.org/848]).

6  Voir, sur le cas des allocataires de l’ancien RMI, les travaux de Nicolas Duvoux, notamment L’autonomie des assistés(Paris, PUF, 2009).

7  Le récit que Nels Anderson fait d’une nuit (partiellement) passée dans l’un des plus fameux d’entre eux – le Hogan’s flop – est à cet égard assez édifiant (p. 89-91).

8  Qu’il serait préférable de qualifier de low price étant donné que les coûts sociaux et environnementaux de ce type d’activité sont en contrepartie bien plus élevés que ceux de leurs homologues « traditionnelles ». Question d’autant plus problématique que ce modèle est en outre généreusement subventionné par les pouvoirs publics au nom des emplois qu’il est censé créer (pour un exemple dans la grande distribution, voir Serge Halimi, « Wal-Mart à l’assaut du monde », Le Monde diplomatique, janvier 2006, en ligne [http://www.monde-diplomatique.fr/2006/01/HALIMI/13083] ; voir un autre exemple dans le transport aérien : Yves Kengen, « Payer les passagers pour voyager », Le Monde diplomatique, octobre 2008, en ligne [http://www.monde-diplomatique.fr/2008/10/KENGEN/16408].

9  Le double écueil auquel sont confrontées les analyses des cultures populaires, comme l’ont montré Claude Grignon et Jean-Claude Passeron dans leur fameux ouvrage tiré du séminaire qu’ils ont animé il y a plus de 20 ans à l’EHESS (Le Savant et le Populaire, Paris, Seuil, 1989).

10  Paris, PUF, 1990.

11  Telle qu’il l’a du reste lui-même pratiquée parmi les familles ouvrières du Nord, qu’il analyse dans son ouvrage précité.

12  « Qu’est-ce qu’on joue maintenant ? » Le répertoire de jazz en action,Paris, La Découverte, 2011 [http://lectures.revues.org/5296] ; où les auteurs mettent en évidence le fait qu’au-delà d’un « répertoire » commun, les musiciens doivent faire preuve d’une attention constante aux autres pour s’ajuster et se réajuster à leur jeu, mais aussi aux attentes des publics !

13  Comme ne s’y est pas trompé Sébastien Chauvin, qui le cite abondamment dans son étude des travailleurs journaliers, également à Chicago (Agences précaires, Paris, Seuil, 2010 [http://sociologie.revues.org/496]).

14  Avec des descriptions et des interrogations d’une actualité étonnante concernant les formes de « débrouille », le rôle complexe des liens familiaux, ou encore la question de la citoyenneté par exemple.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Nels Anderson, Olivier Schwartz, Le Hobo. Sociologie du sans-abri. Suivi de L’empirisme irréductible », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 20 juillet 2011, consulté le 26 mai 2016. URL : http://lectures.revues.org/6066

Haut de page

Rédacteur

Igor Martinache

ATER à l’Université Lille 2

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page