Navigation – Plan du site

Eric Verdeil, Beyrouth et ses urbanistes. Une ville en plans (1946-1975)

Marie Opoczynski
Beyrouth et ses urbanistes
Eric Verdeil, Beyrouth et ses urbanistes. Une ville en plans (1946-1975), Presses de l'Ifpo, 2011, EAN : 9782351591628.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  B. Secchi, Première leçon d’urbanisme, Marseille, Parenthèses, 2006.

1Selon Bernardo Secchi, « l’urbanisme est la trace laissée par un ensemble de pratiques qui visent la modification continue et consciente de l’état du territoire et de la ville, à la fois les traces concrètes d’une pratique et les discours qui les concernent »1. Aussi Éric Verdeil, géographe-urbaniste, procède-t-il dans cet ouvrage à l’analyse de l’évolution de la ville de Beyrouth entre 1946 et 1975, soit de l’indépendance du Liban jusqu’à la guerre civile, à travers différents prismes, notamment les évolutions politiques, les jeux d’acteurs et l’imaginaire des urbanistes. Beyrouth fut abondamment planifiée, à l’instar d’autres capitales arabes. Mais ces plans n’ont pas dirigé la croissance urbaine. Ils permettent toutefois d’illustrer l’imaginaire aménageur.

2Lors du Mandat français, la politique urbaine manque d’ambition : par nature transitoire, le Mandat n’a pas vocation à encourager le peuplement. De plus, et c’est une constante au-delà de cette période, les contraintes budgétaires pèsent fortement. Les projets se traduisent par une densification importante. La valorisation foncière constitue la clé de réussite des aménagements, l’appât qui permet de débloquer les négociations liées aux expropriations et qui sont la principale préoccupation des autorités, qui composent avec l’héritage ottoman. La confrontation avec le nationalisme arabe détermine une gestion largement militaire du Liban : aménagement de routes, agrandissement du port de Beyrouth.

3À la suite de l’indépendance, et contrairement aux pays arabes voisins, l’engagement de l’État est minimal. Les liens entre les politiques et la bourgeoisie d’affaire sont étroits. La doctrine majoritaire consiste à décrire le Liban comme un petit pays sans ressources naturelles et dont le développement doit par conséquent procéder de son ouverture économique, liée à sa position d’intermédiaire entre les mondes arabe et occidental. Les services et le tourisme sont encouragés, l’industrie purement et simplement « oubliée ». Les contraintes en matière d’aménagement sont faibles, la doctrine du laisser-faire règne. La présidence du général Chehab marque une véritable rupture. Il souhaite renforcer l’unité nationale en répartissant désormais équitablement l’effort national sur le pays. Il recourt à des techniciens français pour afficher, vis-à-vis de l’opinion, une rigueur scientifique et aussi pour s’assurer de capter des capitaux étrangers. La planification économique est confiée au père Lebret qui fonde l’IRFED, lieu de recherche et surtout de formation des élites du Tiers-Monde ; l’urbanisme est pris en charge par Michel Écochard. La réforme de l’urbanisme est moins conséquente que celle de l’aménagement régional, véritable fer de lance du régime. L’aménagement de Beyrouth ne constitue pas, aux yeux de l’IRFED, un levier majeur de réussite. La solution passe par la périphérie (contrer l’exode rural) et non par des interventions coûteuses à Beyrouth, aux résultats incertains. Les ambitions limitées d’Écochard (pas de véritable solution sociale, malgré sa préoccupation affichée « du logement du plus grand nombre ») s’expliquent par les limites d’un consensus au sein même des milieux professionnels locaux.

4Les « urbanistes » sont en réalité des ingénieurs civils ou des architectes. Il n’existe pas de formation spécifique au Liban. À la fin des années 1950 et au début des années 1960, ils sont nombreux à se mobiliser, conscients des problèmes urbains de Beyrouth, littéralement congestionnée. La réglementation ne fait que se plier aux intérêts privés des propriétaires fonciers et avalise même les infractions. Les prix trop élevés des terrains rendent impossible la réalisation des jardins prévus au début des années 1950. Les réformes de Chehab ravivent l’espoir d’une intervention de l’État pour corriger certains déséquilibres sociaux. Le principe de ces réformes n’est pas contesté, sauf parfois pour regretter leur manque de vigueur. Les urbanistes se structurent au sein d’un Ordre et militent pour améliorer leurs conditions d’exercice. Ils veillent surtout à ce que leur propre compétence ne soit pas écartée au profit de leurs alter ego étrangers, alors même que leurs formations initiales sont similaires.

5L’auteur présente ensuite les projets et évolutions mis en œuvre dans la banlieue Sud-Ouest, où se cristallise l’imaginaire aménageur beyrouthin. La volonté est de créer un quartier huppé, un lotissement de grandes villas. En réalité, l’urbanisation s’effectue par morceaux épars, résultant d’initiatives dispersées plutôt que selon un vaste plan d’ensemble. « Le bégaiement des plans ne signifiait pas tant, à force, la continuité des intentions que la répétition des échecs, en partie liée au problème de la mobilisation du foncier » (p. 179). Finalement, « décalage entre une image projetée et une réalité advenue » (page 194), cette zone accueillera des camps de réfugiés palestiniens au sortir du conflit israélo-palestinien.

6Dès l’origine, les politiques d’aménagement du Sud-Ouest s’inscrivent dans un rapport conflictuel entre un projet de société élitiste et des tentatives d’appropriation populaires. Ainsi, le projet d’en faire un laboratoire de la modernité urbaine et de l’ordre bourgeois est vite entravé par le développement d’une urbanité rebelle, tirant parti des failles de ce projet d’urbanisation. Cette urbanisation non réglementaire se concentre sur les lieux où les autorités n’ont pas été capables de commencer la construction des infrastructures prévues depuis le milieu des années 1960 ou d’achever les remembrements datant des années 1950.

7À travers une analyse approfondie de différentes sources écrites, l’auteur montre avec brio que l’urbanisme ressort d’un double registre de justifications mêlant l’hygiénisme et le développement d’une économie essentiellement de services. Le modernisme, la circulation et l’analyse des contraintes physiques sont les principaux angles d’attaque. Les conditions de vie, notamment des plus pauvres, ne sont pas abordées. « Les projets d’expropriation […] faisaient apparaître l’urbanisme d’État davantage comme un instrument de domination (des plus pauvres) que d’amélioration des conditions de vie » (p. 333). Pour les urbanistes libanais, l’aménagement reposait sur des montages s’appuyant sur le marché foncier, au risque de la spéculation, en limitant les contraintes imposées aux propriétaires. L’intervention publique consacre généralement les orientations prises par les acteurs privés et conforte l’organisation sociale existante. L’initiative de la croissance urbaine revient sans conteste au secteur privé.

Haut de page

Notes

1  B. Secchi, Première leçon d’urbanisme, Marseille, Parenthèses, 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Opoczynski, « Eric Verdeil, Beyrouth et ses urbanistes. Une ville en plans (1946-1975) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 25 juillet 2011, consulté le 24 juillet 2016. URL : http://lectures.revues.org/6080

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page