Navigation – Plan du site

Karl Mannheim, Le problème des générations

Samuel Coavoux
Le problème des générations
Karl Mannheim, Le problème des générations, Armand Colin, coll. « Hors Collection », 2011, 168 p., 2e édition, ISBN : 9782200272661.
Haut de page

Texte intégral

1Le problème des générations est un ouvrage de sociologie formelle. Il ne s'agit pas tant d'y décrire des faits sociaux, que les formes qu'ils prennent, ou peuvent prendre. Son objet, la génération, est ainsi considérée comme une coquille à remplir dont seuls les traits extérieurs importent - du moins dans le premier temps théorique de l'étude des âges de la vie, auquel veut contribuer ce livre. Cette sociologie n'en est pas moins dynamique - l'objet rend cela nécessaire, la génération n'existant par définition qu'au sein d'une succession de générations - et parfois même historique - comme lorsque Mannheim mobilise ses propres travaux de doctorat sur l'histoire du conservatisme allemand pour illustrer ses thèses.

2La forme prévaut pourtant, et Mannheim constate alors - c'est là l'idée phare de son texte - que celle de la génération est très similaire à celle d'une autre formation sociale mieux connue, la classe. Toutes deux s'opposent aux groupes concrets, groupes qui tiennent par la force de liens préexistants (la famille) ou par une volonté commune (l'association). La génération comme la classe n'ont besoin ni de l'interconnaissance de leurs membres, ni d'une volonté commune. On adhère pas à ces formations : on en relève, et l'on ne peut les quitter, sinon quand les situations qu'elles désignent perdent de leur pertinence.

3Mannheim constate pourtant dans les sciences de son temps une tendance à naturaliser la génération dont témoigne par exemple le souci de découvrir des rythmes biologiques et sociaux naturels. Les savants s'affrontent alors sur le nombre de générations par siècle : viennent-elles tous les dix ans ? Tous les trente ans ? Où tracer les frontières entre générations ? Pour lutter contre cette naturalisation, il propose de distinguer trois éléments dans la génération. La situation de génération, en premier lieu, est une potentialité commune. Elle constitue un horizon partagé, mais pas nécessairement actualisé, par un ensemble de personnes nées à une même période. C'est cet horizon, et sa cohérence, qui définit la génération. On voit alors que la seule contemporanéité des individus ne suffit pas à créer une génération : la jeunesse de 1800 n'est pas la même à Vienne et à Beijing, et diffère même entre Vienne et la campagne autrichienne. Les générations, dès lors, doivent être historiquement, spatialement et socialement définies. Mannheim écrit ainsi :

« Quand on parle de ‘l'esprit du temps’, on doit voir aussi clairement que pour les autres facteurs, qu'à chaque fois ‘l’esprit du temps’ n'est pas celui de toute l'époque, mais que ce que la plupart du temps on considère et estime comme tel, trouve le plus souvent son assise dans une couche sociale (simple ou composée) qui, à un moment défini, a acquis une importance particulière et qui, par la suite, imprime sa marque intellectuelle aux autres courants, sans cependant les détruire ou les absorber. » (p. 101)

4Cependant, le partage d'un horizon ne peut faire naître qu'une génération potentielle. Comme la classe, qui, existant en soi (dans les conditions objectives partagées par les individus), n'existe pas nécessairement pour soi (en tant que groupe conscient de lui-même, de sa communauté de conditions et d'intérêts), la génération n'est actualisée et devient effective dès lors que l'horizon se réalise. L'ensemble générationnel, second concept précisant la génération, est constitué des individus partageant effectivement un destin commun. Enfin, l'unité de génération consiste elle en un groupe concret, à l'intérieur d'une génération.

5A partir d'un exercice mental, l'imagination d'une société sans génération, Mannheim dégage les principaux traits de notre société de générations : l'apparition et la disparition d'agents culturels, la continuité du changement, l'importance de la transmission et de la mémoire, etc., et appelle à l'étude de chacun de ses traits. Il précise également de quelle manière les groupes sociaux contribuent à définir les générations ; car c’est souvent un sous-groupe concret qui, en formulant les enjeux auxquels s’affronte leur génération, s’applique à la faire exister en tant que telle.

6Cette réédition est encadrée par trois textes de Gérard Mauger mettant en perspective la traduction, l'auteur, et enfin ses idées. Cet appareil critique est, au moins dans son ambition, exemplaire, et mérite en soi la lecture. En sociologue fidèle à l'idéal « d'objectivation participante » ou de « sociologie de la sociologie » (que d'autres appellent symétrie), la nécessité d’une application par le sociologue des outils qui lui servent à analyser le monde social à son propre travail, Mauger donne des pistes pour expliquer non seulement le texte lui-même, mais également sa traduction. L’œuvre de Mannheim, rappelle-t-il, tient beaucoup à sa position d'ambivalence permanente, tiraillé qu'il est entre sa Hongrie natale, et l'Allemagne dans laquelle il travaille, deux fois exilé (le nazisme le fait fuir en Angleterre), et nourri d’influences intellectuelles hétérogènes, de Simmel et Weber à Lukacs.

7La traduction doit pour Mauger être mise en perspective par rapport à trois facteurs : les positions des Etats et des langues dans les hiérarchies de prestige international, et leurs fluctuations, la position de l’auteur lui-même, et son évolution, et enfin le contexte professionnel du champ dans lequel s’effectue la réception, en l’occurrence l’état du champ sociologique français et son intérêt pour la génération « Marxiste bourgeois ». Mannheim est longtemps critiqué, en France, par la sociologie marxiste comme par la sociologie bourgeoise, et vertement évacué par Lucien Goldmann ou Raymond Aron. Sa sociologie de la connaissance, mal connue du fait d’une traduction approximative de son ouvrage Idéologie et utopie, réalisée à partir de la version anglaise « adaptée » plutôt que de l’original allemand, est taxée de légitimisme. Si Mannheim rejoint le rang des classiques de la sociologie à partir des années 80, c’est du fait à la fois du déclin du marxisme comme enjeu central du débat sociologique, et de la découverte des courants anglo-saxons qu’il a inspiré, de l’interactionnisme à l’ethnométhodologie. Il est ainsi mobilisé, par exemple, par Peter Berger et Thomas Luckmann dans leur ouvrage célèbre, La construction sociale de la réalité, au titre de théoricien de la connaissance ordinaire.

8Au-delà, cependant, de la possibilité d’une réception (Mannheim ne devient lisible de manière dépassionnée dans le champ sociologique à partir des années 1980), l’intérêt renouvelé pour sa sociologie des générations est du, quant à lui, à l’émergence d’un champ de recherche, la sociologie de la jeunesse et des âges de la vie. L’introduction de Mauger retrace l’émergence de cette problématique, sa diffusion dans les médias et dans le débat public, ainsi que l’état de la littérature actuelle. Le problème des générations est désormais, pour lui, double : il peut être décomposé en la question de la « génération sacrifiée » (au chômage de masse, à la dévaluation des diplômes, etc.) d’une part et en celle du conflit de générations d’autre part. La traduction d’un classique, dans ce cadre, sert à la fois à donner un accès direct à un texte trop souvent cité par procuration et à donner des racines à ce courant de recherches.

9L’ouvrage se termine enfin sur une présentation de trois lectures possibles – par l’idéologie, par les mentalités, et par l’habitus – de l’œuvre de Mannheim. Mauger y défend évidemment la troisième de ces lectures, et la développe de manière convaincante en montrant comment la théorie de la pratique, chez Bourdieu, permet de clarifier et de prolonger les intuitions et les concepts parfois flous de Mannheim. C’est qu’il y a nécessairement, au fondement de son analyse de la transmission culturelle, une théorie de la socialisation, théorie que Bourdieu a longuement développé. L’approche des champs permet par ailleurs de comprendre comment différents espaces sociaux peuvent être plus ou moins sensibles au problème des générations. Les coûts d’entrée dans le champ, notamment en termes d’habitus, sont en effet déterminants de la possibilité de changements générationnels (dans le cas des champs les plus ouverts) ou au contraire de la rigidité (pour les champs exigeant une forte socialisation des entrants).

10La diversité des interprétations de Mannheim, la fécondité de ses intuitions, et l’ambition mesurée dont il fait preuve dans un ouvrage résolument théorique, mais historique, précis, et conscient de ses propres limites, justifient sans nul doute son statut de classique de la sociologie, comme sa lecture par tous, tant la question des générations est présente dans de nombreux objets de recherche. On ne peut donc que se féliciter de la qualité de l’édition présentée ici. L’appareil critique de Gérard Mauger, clair, didactique, et toujours honnête, est un modèle du genre, malgré quelques redondances ça et là. Il décrit au mieux l’ambigüité du travail de traduction de classique, ne se laisse aller à aucune flatterie inutile sur la grandeur des auteurs du passé, et reconstruit parfaitement les contextes de production comme de réception de l’œuvre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Samuel Coavoux, « Karl Mannheim, Le problème des générations », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 25 juillet 2011, consulté le 01 novembre 2014. URL : http://lectures.revues.org/6081

Haut de page

Rédacteur

Samuel Coavoux

Doctorant en sociologie à l'École normale supérieure de Lyon et au sein de l'équipe "Dispositions, Pouvoirs, Cultures, Socialisations" du Centre Max Weber

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page