Navigation – Plan du site

Christian Papinot, Mircea Vultur, Les jeunesses au travail. Regards croisés France-Québec

Benoît Tine
Les jeunesses au travail
Christian Papinot, Mircea Vultur (dir.), Les jeunesses au travail. Regards croisés France-Québec, Presses de l'Université Laval, coll. « Regards sur la jeunesse du monde », 2011, 330 p., ISBN : 9782763790893.
Haut de page

Texte intégral

1Ce sont quatorze auteurs qui s’interrogent, dans ce livre collectif, sur l’insertion professionnelle des jeunes telle qu’elle se décline en France et au Québec. L’ouvrage, coordonné par Christian Papinot et Mircea Vultur, permet de dresser un état des lieux de l’intégration professionnelle des jeunes qui entrent dans la vie active et développe pour cela un certain nombre d’aspects sur le rapport des jeunes au monde du travail. Cette démarche originale est d’autant plus intéressante qu’elle mobilise des concepts clés de la sociologie du travail et de la jeunesse qu’elle tente d’éclairer par des analyses pertinentes à travers des données quantitatives et qualitatives.

  • 1 Alessandro Cavalli, Olivier Galland, L’allongement de la jeunesse, Arles, Actes Sud, 1995.

2L’entrée principale de ce livre, à travers l’introduction, porte sur la lancinante question de l’accès à l’emploi des jeunes dans les pays occidentaux. La porte d’entrée de ce marché du travail est de plus en plus difficile à trouver. Quand on sait que l’identité professionnelle est vitale, son absence ne peut qu’entraîner une série de conséquences dans toutes les sphères de la société comme, par exemple, « l’allongement de la jeunesse »1.

3Il ne s’agit pas, dans cet ouvrage, de procéder à des analyses comparatives mais « d’approfondir l’analyse des thèmes choisis dans chacun des espaces nationaux français et québécois ». Et de montrer aussi que ces deux territoires, contrairement aux apparences, sont très différents : « Les contextes sociétaux, les configurations institutionnelles et les modes de régulation macroéconomiques propres à chacune de nos deux sociétés font que non seulement la réalité des jeunes, mais également la conception des enquêtes et les outils théoriques pour les analyser, procèdent de spécificités nationales qui rendent difficiles les tentatives de comparaison. » (p. 6)

4C’est un itinéraire en six parties que nous proposent ces auteurs. Chaque partie se compose de deux chapitres chacune : le premier sur la France et le second sur le Québec.

5Dans la première partie, intitulée « L’insertion professionnelle des jeunes et le marché du travail », la question du travail et de l’emploi des jeunes fait tout d’abord l’objet d’un état des lieux. Au cours des dernières décennies, cette interrogation est devenue centrale dans les deux pays et a pris de plus en plus de l’importance au cœur des préoccupations sociétales. José Rose, dans le premier chapitre, fait état des recherches menées sur l’emploi des jeunes en France ces dernières années. L’insertion professionnelle de cette catégorie de population est fortement conditionnée par les changements structurels intervenus dans la formation (filières universitaires courtes, essor du bac professionnel, déclin du CAP…), l’emploi (précarité, tertiarisation, féminisation) et le travail (hausse du chômage). Les logiques d’acteurs sont aussi à prendre en compte. Ainsi José Rose analyse-t-il les responsabilités respectives des jeunes, des entreprises et des pouvoirs publics. Il prône une politique « globale, directive, de régulation économique et sociale ». L’absence de données chiffrées concernant surtout les jeunes les plus vulnérables est regrettable.

6Dans le deuxième chapitre, Richard Legris, Guylaine Baril et Catherine Ouellet analysent cette fois la situation des jeunes québécois de 15 à 29 ans, avec nombre de tableaux à l’appui. Le Québec a enregistré ces vingt dernières années « sa plus longue période de croissance de l’emploi », en grande partie grâce à l’augmentation du travail à temps partiel. Par conséquent, les jeunes sont plus présents sur le marché de l’emploi, surtout dans le secteur privé, et leur durée du chômage diminue : ils chôment moins, et les femmes moins encore que les hommes. Le chômage concerne davantage deux sous-groupes : les étudiants et les jeunes sans expérience. L’instruction des femmes va croissant, si leur taux d’activité égale celui des hommes, elles gagnent toujours moins que leurs homologues masculins, se heurtent au plafond de verre et travaillent plus souvent à temps partiel. La récente crise économique remet sans doute tout ceci en question.

  • 2 Marie Duru-Bellat, L’inflation scolaire. Les désillusions de la méritocratie, Paris, Seuil, 2006.

7Dans la deuxième partie, intitulée « La prolongation des études et le déclassement à l’entrée sur le marché du travail », il est question de la valeur accordée au diplôme au cours des dernières années, de sa dévalorisation et de ses conséquences. Pour Pierre Merle, auteur du chapitre 3, l’une des réponses à la hausse du chômage en France est « la prolongation de la scolarisation », qui engendre à son tour une pléthore de « Bac + 3 » et au-delà. Or un diplôme élevé n’est ni une garantie contre le chômage ni un bouclier contre le déclassement. La « théorie du capital humain » – remise en cause par Marie Duru-Bellat2 – formulée par Gary Becker, prix Nobel d’économie 1992, et soutenue par l’Union européenne n’est qu’une condition parmi tant d’autres. Il existe effectivement une relation forte entre diplômes, emploi et modalités d’insertion. Le chapitre 4 de Mircea Vultur fait état du même constat. Au Québec comme partout ailleurs dans le monde occidental, on assiste non seulement à une démocratisation de la scolarisation, mais aussi à une augmentation du niveau des titres scolaires dans toutes les catégories professionnelles. L’auteur tente d’expliquer la « surqualification » qui s’en suit par des « facteurs macroéconomiques et d’agrégation des comportements individuels des jeunes ».

8La troisième partie de cet ouvrage collectif est intitulée « La transition école-travail et la formation professionnelle des jeunes ». Dans le chapitre 5, consacré à la France, Gilles Moreau décrit une exception française où coexistent deux systèmes de formation professionnelle des jeunes : l’apprentissage ou alternance et les écoles et lycées professionnels. Cette configuration serait fortement liée à l’histoire politique, sociale et économique de la France, et notamment au déclin progressif des formes traditionnelles d’apprentissage d’un métier. Ces apprentissages salariés et scolarisés, dont le statut juridique a subi plusieurs bouleversements, varient selon les académies, ont des vertus sociales très peu connues et évoluent dans un contexte incertain. La contribution de Pierre Doray (chapitre 6) lève le voile sur la formation professionnelle et technique (FPT) au Québec. Elle est très fortement dépendante des réformes politiques, institutionnelles et organisationnelles de ces dernières années, qui vont dans le sens de « l’autonomisation et la professionnalisation progressive par rapport à la formation générale ». L’objectif était de la rendre légitime et de la rapprocher des entreprises. Les résultats restent mitigés.

9La quatrième partie évoque les divers dispositifs d’insertion professionnelle qui, en France comme au Québec, font florès mais présentent des résultats contrastés. Dans un premier temps, Florence Lefresne revient sur le bilan, sombre, de trente ans de politique de l’emploi des jeunes en France. Elle relève une « intervention active des pouvoirs publics français » pour venir à bout du chômage, interventionnisme qui, selon elle, n’a fait qu’accentuer « l’amplification et l’institutionnalisation » de la relation formation-emploi, créant du coup une précarisation et une multiplication des statuts professionnels des jeunes. Léa Lima, dans le chapitre 8, nous montre qu’à partir des années 1980, le chômage des jeunes québécois est devenu une cause nationale. Des programmes et stratégies ont été mis en œuvre, qui reposent, d’une part, sur une classification des jeunes en quatre grands sous-ensembles, et d’autre part sur des actions d’information et de sensibilisation auprès de cette population (conseils, méthodes de recherche d’emploi, connaissance de soi…).

10La cinquième partie concerne les « trajectoires d’insertion professionnelle ». La contribution de Henri Eckert et Virginia Mora (chapitre 5), revenant sur les « enquêtes Génération » menées par le CEREQ de 1998 à 2005, nous invite à nous plonger dans quatre dispositifs d’insertion destinés à accompagner les jeunes Français vers l’emploi : régime traditionnel, régime paradoxal, régime heurté en début de parcours et régime d’éloignement de l’emploi durable. Certaines catégories (jeunes femmes, jeunes moins diplômés), sous l’effet de la régulation concurrentielle, se retrouvent fragilisées, voire exclues du marché de l’emploi. Dans le chapitre 10, Mircea Vultur et Claude Trottier font état du profond changement du contexte dans lequel s’opère l’insertion professionnelle des jeunes Québécois diplômés de l’école secondaire, cinq ans après l’obtention de leur diplôme – une insertion variée et faite d’étapes multiples : tâtonnements, incertitude, précarité, flexibilité, chômage de courte durée, reconversion professionnelle... et qui n’est donc « ni linéaire, prédéterminée et uniforme ». Ce tâtonnement contraste avec la période de croissance décrite dans le chapitre 2.

  • 3 Stéphane Beaud, 80 % au bac… et après ? La Découverte, Paris, 2002.

11La dernière partie de cet ouvrage a pour thème « Les nouvelles formes d’emploi des jeunes ». Christian Papinot décrit dans le 11e chapitre le parcours chaotique de Fabien, caractéristique de celui de « ces enfants de la démocratisation scolaire »3. Par ailleurs, les différents dispositifs institutionnels et les stratégies des acteurs ne parviennent pas à rendre le parcours d’insertion des jeunes facile ou moins heurté. Ainsi, leur passage par des emplois temporaires (CDD, intérim, apprentissage, stages et contrats aidés) se généralise, s’allonge, se banalise et tend à devenir la norme au début de la vie active. Il est question ici de la construction de l’identité de ces jeunes en tant qu’intérimaires et les conséquences qui en découlent. Diane-Gabrielle Tremblay, dans le dernier chapitre, analyse l’insécurité dans l’emploi des jeunes au Québec et leurs aspirations en matière d’horaires et de temps de travail. Elle explique la baisse du taux de chômage chez les jeunes par le développement des « carrières nomades » et « précaires » de ces nouveaux actifs. Dès lors, l’enjeu sera pour eux de sécuriser leurs parcours et de s’inscrire durablement sur le marché de l’emploi.

Haut de page

Notes

1 Alessandro Cavalli, Olivier Galland, L’allongement de la jeunesse, Arles, Actes Sud, 1995.

2 Marie Duru-Bellat, L’inflation scolaire. Les désillusions de la méritocratie, Paris, Seuil, 2006.

3 Stéphane Beaud, 80 % au bac… et après ? La Découverte, Paris, 2002.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benoît Tine, « Christian Papinot, Mircea Vultur, Les jeunesses au travail. Regards croisés France-Québec », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 26 juillet 2011, consulté le 28 mai 2016. URL : http://lectures.revues.org/6084

Haut de page

Rédacteur

Benoît Tine

Post Doctorant en Sociologie, Laboratoire Printemps, CNRS/Université de Versailles St-Quentin

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page