Navigation – Plan du site

Sébastien Rouquette (dir.), L’identité plurielle. Images de soi, regards sur les autres

Aurélia Léon
L’identité plurielle
Sébastien Rouquette (dir.), L’identité plurielle. Images de soi, regards sur les autres, Presses universitaires Blaise Pascal, 2011, 344 p., ISBN : 9782845164598.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Rouquette S. (2010) L’hypermédia Internet, Bry-sur-Marne: INA Editions.
  • 2  Colloque « Identité, représentation et reconnaissance culturelle », 26 et 27 novembre 2009, Univer (...)

1Dans une étude parue en 2010 aux éditions INA, le sociologue Sébastien Rouquette passait Internet au crible de l’analyse communicationnelle et de la sociologie des médias pour en faire émerger les enjeux sociétaux, politiques et culturels1. Dans L’identité Plurielle. Images de soi, regards sur les autres, ouvrage collectif paru sous sa direction au premier trimestre 2011 aux Presses Universitaires Blaise Pascal et qui faitsuite à un colloque interrogeant les rapports entre représentation, reconnaissance et diversité culturelle2,c’est la question de l’identité qui est examinée à partir de sa saisie par les médias et plus largement dans l’espace public contemporain.

2Comment l’actualité renouvelle-t-elle le débat sur cette question classique s’il en est ? De la couverture par la presse française de la campagne de Barack Obama aux primaires de 2008 (Eric Agbessi et Rocio Prado) aux revendications identitaires des Tapeba du Nordeste du Brésil (Erika Thomas), en passant par l’analyse de L’auberge espagnole, le film de Cédric Klapish (Margareth Amatulli) et l’étude de l’image de la « crise nationale » datée au 21 janvier 2009 telle que traduite par les médias en Guadeloupe (Virginie Marie), une vingtaine d’auteur-e-s décline la proposition à travers dix-sept contributions, dans des formats courts, synthétiques, accessibles à un large public.

3Comment fonctionne le diptyque image de soi/image de l’autre ? Autrement dit, de quelle manière la construction des altérités concoure-t-elle à la représentation que l’on se fait de soi, et vice-versa ? Quelle est l’influence de ces représentations sur les revendications de celles et ceux qui sont engagé-e-s dans une lutte pour la reconnaissance de leur(s) identité(s) ? Et en définitive, dans quelle mesure le cadre de la globalisation, avec la multiplication des échanges qu’il engage, contribue-t-il à renouveler la manière même de poser le problème de l’identité ? Il s’est visiblement agi dans cet ouvrage, en se positionnant contre la perspective du repli et contre la posture d’indifférence d’un relativisme radical, de dégager une troisième voix pour aborder le phénomène identitaire. Au final, la perspective retenue se décline de trois façons.

  • 3 Kitschelt H (1995) The Radical Right in Western Europe, Ann Arbor: University of Michigan Press, p. (...)
  • 4  Cf. Ehrenberg A. (1998) La Fatigue d’être soi : dépression et société, Paris : Odile Jacob.

4Une première opération consiste pour les auteur-e-s à appuyer le constat d’une présence massive des questions de reconnaissance, des revendications et des « hybridations identitaires » sur les scènes publiques. Dans ce cadre, deux types de facteurs sont abordés comme nouveaux et mis en avant pour expliquer le renouvellement des enjeux liés à la question identitaire. D’un côté, les facteurs techniques (moyens de déplacement et de communication) multiplient les occasions de rencontres, d’échanges et de confrontation, autant desituations où se repose la question du soi et des Autres. De l’autre, les facteurs politiques et sociaux : comme attendu, il est ici question du mouvement d’individualisation des sociétés « post-industrielles »3 supposé surresponsabiliser les individu-e-s4, un mouvement interrogé pour sa participation à la production des « stratégies identitaires » contemporaines. C’est l’imbrication de ces deux types de facteurs, techniques et sociaux, qui, suivant les auteur-e-s, génère sur des terrains aussi variés le foisonnement des interrogations identitaires, la démultiplication des revendications et des problématisations qui leurs sont liées.

5Une autre opération consiste à interroger la part des stéréotypes dans la question de l’identité. Un premier aspect des stéréotypes est étudié ici, celui qui revient à les faire fonctionner comme des « réducteurs identitaires » (Rouquette, p. 12), c’est-à-dire comme des outils à agir avec l’autre sans que l’interaction n’implique de rencontre véritable, d’investigation en profondeur sur soi ni sur l’identité de l’altérité. On remarquera ici l’article d’Anne-Cécile Nentwig sur les musiques du monde qui met en évidence le rôle stabilisateur des clichés dans le cadre du tissu mouvant et complexe de l’univers sollicité par la question de l’identité chez des musiciens amateurs.

6Enfin, troisième opération, les auteur-e-s s’interrogent sur les circonstances permettant à des individu-e-s et à des groupes de dépasser cet usage au négatif des stéréotypes pour s’engager dans des relations d’échange. Quand on parle d’échange, on se réfère littéralement à un mouvement d’intention réciproque de la part de plusieurs parties (au moins deux), et c’est ici que se rencontre une deuxième fonction des stéréotypes : assurer l’image de soi. Le postulat est élémentaire : impossible d’interagir avec d’autres à moins de stabiliser momentanément une image minimale de soi. On lira avec intérêt le travail d’Aurore Van de Winkel notamment, qui porte sur les légendes urbaines et expose la manière dont les différentes déclinaisons des récits étudiés présentent autant de moyens pour les narrateurs de stabiliser la définition de leur groupe d’appartenance et de préciser les contours de leur identité propre.

  • 5  L’expression est d’Elsa Dorlin. Cf. Dorlin E. (2008) Sexe, genre et sexualités : introduction à la (...)

7Malgré les contraintes liées au format imposé aux articles présentés - qui pourraient laisser insatisfait-e-s les amateur-e-s d’approfondissements - malgré le nombre et l’hétérogénéité de ces textes, L’identité plurielle présente une remarquable unité de ton, liée sans nul doute au travail de présentation et d’agencement effectué par la direction de l’ouvrage. L’ensemble présente l’intérêt de proposer une manière quelque peu décalée d’aborder un problème qui a fait par ailleurs l’objet de maints traitements, en faisant le choix de mettre en avant les aspects multiples, complexes, fragiles et mouvants du phénomène questionné. Les auteur-e-s font le pari de traiter des deux principales manières d’aborder la question identitaire : mode ouvert (positif) et mode réservé (négatif), comme deux faces d’une même médaille, deux dimensions indissociables. Dans le cadre nauséabond des politiques cultivant l’illusion unificatrice des identités nationales, productrices avant toute d’« altérités altérées »5, d’Autres minorisé-e-s, on saluera cet exercice qui nous offre une respiration salutaire.

Haut de page

Notes

1  Rouquette S. (2010) L’hypermédia Internet, Bry-sur-Marne: INA Editions.

2  Colloque « Identité, représentation et reconnaissance culturelle », 26 et 27 novembre 2009, Université Blaise Pascal (Clermont-Ferrand).

3 Kitschelt H (1995) The Radical Right in Western Europe, Ann Arbor: University of Michigan Press, p. 8.

4  Cf. Ehrenberg A. (1998) La Fatigue d’être soi : dépression et société, Paris : Odile Jacob.

5  L’expression est d’Elsa Dorlin. Cf. Dorlin E. (2008) Sexe, genre et sexualités : introduction à la théorie féministe, Paris : PUF.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurélia Léon, « Sébastien Rouquette (dir.), L’identité plurielle. Images de soi, regards sur les autres », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 10 août 2011, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://lectures.revues.org/6089

Haut de page

Rédacteur

Aurélia Léon

Doctorante en sociologie à l’Université Lyon 2, membre du Centre Max Weber, UMR 5283

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page