Navigation – Plan du site

Loïc Blondiaux, Le nouvel esprit de la démocratie. Actualité de la démocratie participative

Diane Rodet
Le nouvel esprit de la démocratie
Loïc Blondiaux, Le nouvel esprit de la démocratie. Actualité de la démocratie participative, Seuil, coll. « La république des idées », 2008, 109 p., EAN : 9782020966757.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Professeur des universités à l'IEP de Lille de chercheur au CERAPS (CNRS/université Lille II).
  • 2 Boltanski, Luc, Chiapello, Eve, Le nouvel esprit du capitalisme, Gallimard, 1999.
  • 3 Un article récusant cette distinction a par ailleurs été publié récemment sur laviedesidées.fr: Ber (...)

1Le titre de cet ouvrage de Loïc Blondiaux1 pourrait évoquer une chronique des mutations de la démocratie de ses origines à nos jours sur le modèle du désormais célèbre « Nouvel esprit du capitalisme »2. Il n'en est pourtant rien. L'ambition de l'auteur est au contraire tournée vers le futur de nos systèmes démocratiques. Ce nouvel esprit c'est celui qui naît depuis quelques années, d'un double mouvement: la critique quasi omniprésente de la démocratie représentative, et l'émergence diffuse de nouvelles pratiques de démocratie participative, locales le plus souvent.3

2L'auteur plaide pour une valorisation de ces formes de participation, seules à même d'offrir une réponse adéquate aux défauts du fonctionnement démocratique actuel, pourvu qu'elles ne reproduisent pas, précisément, les mêmes écueils (en premier lieu la confiscation du débat par une minorité de participants).

3Pourtant, plus qu'un simple plaidoyer, l'ouvrage s'attache tout d'abord à retracer les déboires de la notion de participation politique en France depuis les années 1960. Il traite ensuite des différentes conceptions de celle-ci et de trois de ses récentes mises en œuvre concrètes, avant d'énoncer dans le chapitre suivant les critiques pouvant s'adresser à ce type de dispositif; de façon à mieux défendre enfin les « raisons d'espérer » concernant la démocratie participative.

  • 4 Manin, Bernard, Principes du gouvernement représentatif, Paris, Calmann-Lévy, 1995.
  • 5 Celles-ci vont du projet du projet de « redistribution effective du pouvoir et des richesses » de P (...)

4Tout commence par un simple constat : alors que de nouveaux modes d'expression de la société civile ne cessent d'apparaître (blogs, forums, journalisme participatif...) les formes classiques de participation semblent au contraire aller à l'encontre d'une revitalisation possible de la démocratie. Face à cette situation déroutante, l'auteur se propose de dresser un bilan des raisons du retour de l'idée de démocratie participative aussi bien en France qu'à l'étranger depuis une vingtaine d'années. Comme le montre Bernard Manin4, le gouvernement représentatif tel qu'élaboré au XVIIIe siècle ne prévoit pas la participation des citoyens hors des périodes électorales. Celle-ci n'est réellement mise en avant qu'à partir des années 1960 aux Etats-Unis mais également en France, à travers des courants de la gauche non communiste (CFDT notamment) ainsi que des expériences locales (groupes d'action municipaux, comités de quartier...). Un renouveau de ces pratiques a lieu dans les années 1990, porté plutôt par une dynamique « descendante »: la loi d'orientation de 1991 définissant les fondements de la politique de la ville pose, par exemple, le principe d'un consultation préalable avec les habitants pour toute opération modifiant les conditions de vie dans les quartiers. Entre 1992 et 2002 plusieurs textes instaurent de même l'idée d'une consultation des habitants jusqu'à l'emblématique loi dite de « démocratie locale » en 2002. Celle-ci rend obligatoire la présence de conseils de quartier dans les villes de plus de 80 000 habitants. Autant de mesures qui pour l'auteur, posent des principes dénués de véritable contenu; rien n'oblige en effet le pouvoir à tenir compte des avis produits. A l'échelle internationale, des expériences relativement comparables sont menées. 5L'Union Européenne émet quelques propositions, telles que celle du traité de Lisbonne de 2007 d'encourager « un dialogue ouvert, transparent et régulier avec les associations représentatives de la société civile ».

  • 6 D'après des écrits tels que Beck, Ulrich, La Société du risque. Sur la voie d'une utre modernité, P (...)
  • 7 Thèse développée dans le célèbre ouvrage de Robert Putnam, Bowling Alone: The Collapse and Revival (...)

5Quelles que soient les raisons invoquées par ses défenseurs, la participation est présentée comme étant en mesure de répondre à un ensemble de mutations sociales profondes: la division croissante de nos sociétés, leur complexité, leur plus grande réflexivité6 ou encore la monté de formes de repli individualiste rendant nécessaire la recréation du « lien social » par la participation7.

6Face à la diffusion de ces discours, les élus demeurent réticents et privilégient au contraire une conception exclusivement représentative du pouvoir. De même, la participation des citoyens ne fait pas l'objet d'une demande sociale véritable: les forums électroniques des mairies sont faiblement fréquentés, les conseils de quartier mobilisent peu. On peut dès lors se demander si le fait que les élus accordent si peu de pouvoir aux citoyens n'alimenterait pas le désintérêt de ces derniers? En effet, lorsque de réels intérêts sont en jeu, comme c'est le cas entre autre lors de certains budgets participatifs latino-américains, la mobilisation est bien présente. L'observation des dispositifs laisse en outre penser que les citoyens sont souvent soumis à des injonctions contradictoires: s'intéresser à la chose publique mais sans trop être compétent, au risque d'être suspecté de ne pas être si « ordinaire » que ça, par exemple...

7En dépit de ces constats quelque peu pessimistes, l'auteur invite malgré tout à prendre au sérieux les expérimentations de participation, comme prémices d'une nouvelle vision de la démocratie. Il propose pour cela de remonter aux conceptions philosophiques qui les sous-tendent et les différencient.

  • 8 C'est cette conception que l'on retrouve par exemple au centre d'expériences telles que celle du «  (...)

8L'idée de participation repose tout d'abord sur une tension entre les idéaux de démocratie participative et de démocratie délibérative. Le premier s'inscrit dans la filiation de Jean-Jacques Rousseau et John Stuart Mill et conçoit la participation de chacun dans l'organisation de la cité comme une condition de la liberté et de l'épanouissement individuels. Le second en revanche, s'inspire de Jürgen Habermas et John Rawls, et se fonde sur l'idée que la légitimité et la rationalité des décisions collectives résident dans la mise en œuvre d'une délibération collective entre individus libres et égaux.8. Si ces deux conceptions se rapprochent par leur rejet d'une citoyenneté limitée au principe majoritaire et au vote, elles se distinguent fortement par leur finalité.

9La deuxième ligne de tension fondatrice est celle distinguant participation et recherche de consensus. En pratique, et dans la lignée de la politique délibérative d'Habermas, de nombreux dispositifs privilégient la recherche du consensus. Cette conception est néanmoins rejetée par des auteures issues de la théorie critique et du féminisme mettant en avant le fait que des groupes minoritaires ou fragiles (les femmes mais également les Noirs, les classes populaires...) seraient ainsi de fait marginalisées lors de la discussion.

10Ces variations sur le thème de la participation se retrouvent au sein des trois formes concrètes de démocratie participative décrites par la suite, menées dans le monde sous leur forme actuelle depuis la fin des années 1980.

11Le premier dispositif observé est celui du modèle du budget participatif: la population d'une ville dispose d'une part des budgets d'investissement de celle-ci, qu'elle affecte aux choix émergeant lors d'assemblées de quartiers ouvertes à tous. Cette initiative s'inspire de la démarche née à Porto Alegre en 1988 suite à l'accession à l'exécutif municipal du Parti des Travailleurs. La méthode des budgets participatifs, se répandant en Europe, ne semble cependant pas encore à la hauteur des initiatives menées en Amérique Latine, ne serait-ce que du fait que les budgets affectés apparaissent souvent encore dérisoires.

12Le modèle du débat public représente un autre type de réalisation de la participation. Il consiste à préparer un projet collectif tel que l'implantation d'un incinérateur ou encore la construction d'une ligne TGV. La Commission nationale du débat public (CNDP) en est un exemple instauré en France depuis 1995. Elle se compose d'élus, de magistrats, de représentants d'associations de protection de l'environnement et de consommateurs. Sa saisine est obligatoire pour les projets d'équipement atteignant un certain montant, et une quarantaine de débat ont été réalisés sous son égide entre 1997 et 2007.

13Le modèle des jurys citoyens consiste quant à lui à constituer un groupe de 15 à 20 citoyens « ordinaires » tirés au sort, ayant pour but d'élaborer un « avis éclairé » sur une question. Les thèmes peuvent s'avérer relativement techniques, comme on peut le constater au Danemark, où ont été traités des sujets tels que les organismes génétiquement modifiés (OGM) en 1987, ou encore la surveillance électronique en 2000. En France, des expériences de conférences de citoyens ont traité du changement climatique (2000) ou encore du traitement des eaux usées (2003). L'originalité de ces dispositifs est de considérer le citoyen « profane » à même de se prononcer sur des sujets complexes.

14Dans quelle mesure ces pratiques participent-elles réellement à un renouveau démocratique? Un certain nombre de critiques issues de l'observation des dispositifs peuvent être adressées à leur encontre, et une des qualités de cet ouvrage est précisément de les rappeler et les développer, de façon à contribuer véritablement à une avancée de la réflexion sur la participation.

15La première limite soulevée est que la démocratie participative est souvent réduite dans sa mise en œuvre à une démocratie de proximité. De ce fait, d'une part les intérêts locaux se trouvent exacerbés au détriment d'une réflexion portant sur l'intérêt général, et d'autre part, l'espace de participation se retrouve déconnecté de l'espace de prise de décision. Néanmoins ces écueils se semblent pas sans issue; des expériences telles que les conférences de citoyens composant des « mini publics » représentatifs permettent par exemple de répondre à l'argument de l'impossibilité d'une démocratie participative à l'échelle nationale. De même les nouvelles technologies de l'information et de la communication laissent espérer un possible désenclavement du local au profit d'une discussion plus globale.

16Le deuxième point problématique réside dans le constat que la majorité des formes de participations observées jusqu'à présent contribuent à reproduire les inégalités politiques déjà présentes plutôt qu'à les résoudre; on relève entre autres une très faible participation des jeunes, des populations d'origine étrangère et des catégories précaires au sein des conseils de quartier. Ces dispositifs reproduisent en effet souvent les conditions de participation des formes classiques de démocratie: prime aux compétences rhétoriques, aux capacités de prise de parole en public, ou encore absence d'enjeux essentiels pour certaines catégories, liés aux conditions matérielles de vie. La question de la représentativité des personnes mobilisées ne se trouve donc pas résolue.

17La critique suivante porte sur les possibilités d' instrumentalisation de ces dispositifs. Ces formes de consultation s'apparentent trop souvent à de la communication politique, plutôt qu'à l'organisation d'une réelle aide à la prise de décision. L'observation de différentes expériences témoigne notamment de la difficulté pour les élus de se trouver confrontés à une réelle opposition. Il en découle un encadrement des dispositifs tel que l'on est en droit de se demander quelle est la marge de liberté des citoyens convoqués, dans la mesure où ces derniers ne sont ni responsable de l'agenda, ni du calendrier de la discussion ni des règles de cette dernière...

18Enfin, le problème principal des dispositifs étudiés réside dans leur absence d'influence sur la prise de décision. La question de la responsabilité politique de ces nouvelles instances participatives demeure en suspens. Le vote apparaît jusqu'à présent comme l'horizon indépassable de ces interrogations, avec pour conséquence le fait que seuls nos représentants élus conservent, in fine, le privilège de la décision.

  • 9 Manin, Bernard, 1995, Principes du gouvernement représentatif, rééd. collection « Champs », 1996. L (...)

19Ces remarques ne suffisent cependant pas à rejeter l'idée de la participation. L'auteur décèle deux évolutions majeures de nos démocraties, à rajouter au modèle de la démocratie d'opinion élaboré par Bernard Manin.9 Il s'agit d'une part de la revendication par certains citoyens d'un droit d'expression politique, et d'autre part de l'exigence du fait que les gouvernements rendent des comptes. Les dispositifs de participation décrits précédemment constitueraient autant de réponses à ces demandes nouvelles. Contrairement à ce qui a pu leur être reproché, le conflit ne se trouve en aucun cas réduit lors de ces initiatives, et constitue même un moteur des forums participatifs. De plus, les citoyens ne se laissent pas imposer les avis d'experts déjà constitués mais parviennent à acquérir le degré de compétence nécessaire pour élaborer une véritable contre-expertise. Auparavant perçue comme un frein de l'action publique, la participation est de plus en plus souvent considérée comme une aide possible. Enfin et surtout, la mise en œuvre d'une « dose » de participation semble à même de modifier l'action publique dans quatre directions: les détenteurs de l'autorité politique traditionnels se voient obligés de prendre en compte d'autres points de vue, y compris critiques, l'élaboration d'avis politiques et techniques par de simples citoyens remet en cause l'identité des personnes susceptibles de participer à l'élaboration des décisions collectives en démocratie, les conditions du débat public, habituellement structuré par les médias de masses et les sondages, sont modifiées, et enfin, les dispositifs participatifs semblent à même d'imposer le fait que la décision publique devienne le produit systématique d'un débat préalable avec les citoyens.

20En conclusion, l'auteur propose « six brèves recommandations pour une démocratie effective »: prendre au sérieux les conditions matérielles de discussion (moyens d'information, d'expertise...), encourager l'émergence d'acteurs capables d'animer le débat de façon neutre, promouvoir une constitution démocratique mixte (en institutionnalisant des expériences tels que les jurys citoyens, les Budgets participatifs ou encre le Débat public), jouer sur la complémentarité des dispositifs, faire en sorte que le rôle de la participation ne demeure pas uniquement consultatif, et pallier enfin les logiques d'exclusion sociale caractéristiques du fonctionnement démocratique actuel.

21Le mérite de cet ouvrage est donc sans doute de chercher à décrire aussi bien les avantages que les limites des dispositifs mentionnés, bien que les premiers demeurent au final nettement privilégiés par l'auteur au risque d'apparaître parfois extrêmement optimiste. Une façon peut-être de procéder à une subtile mise en abîme: pour participer aux choix collectifs, le citoyen se doit d'être informé de tous les points de vue existants, avant de pouvoir en dernier ressort laisser libre court à son intime conviction.

Haut de page

Notes

1 Professeur des universités à l'IEP de Lille de chercheur au CERAPS (CNRS/université Lille II).

2 Boltanski, Luc, Chiapello, Eve, Le nouvel esprit du capitalisme, Gallimard, 1999.

3 Un article récusant cette distinction a par ailleurs été publié récemment sur laviedesidées.fr: Bernardini, Bruno, « L'opposition entre représentation et participation est-celle bien formée? » (07-04-2008)

4 Manin, Bernard, Principes du gouvernement représentatif, Paris, Calmann-Lévy, 1995.

5 Celles-ci vont du projet du projet de « redistribution effective du pouvoir et des richesses » de Porto Alegre à la prise en compte des « désirs des usagers des services publics » en Angleterre.

6 D'après des écrits tels que Beck, Ulrich, La Société du risque. Sur la voie d'une utre modernité, Paris, Aubier, 1986 et Giddens, Anthony, Les conséquences de la modernité, Paris, L'Harmattan, 1990.

7 Thèse développée dans le célèbre ouvrage de Robert Putnam, Bowling Alone: The Collapse and Revival of American Community, New York, Simon and Schuster, 2000. Voir également Bevort, Antoine, Pour une démocratie participative, Presses de Sciences Po, 2002.

8 C'est cette conception que l'on retrouve par exemple au centre d'expériences telles que celle du « sondage délibératif » du politologue américain James Fishkin, consistant à informer et faire dialoguer des citoyens pendant deux jours sur une question donnée. Cf Fichkin, James, « Vers une démocratie délibérative: l'expérimentation d'un idéal », Hermès, 31, 2001 (1ere éd. 1999).

9 Manin, Bernard, 1995, Principes du gouvernement représentatif, rééd. collection « Champs », 1996. Les caractéristiques de la démocratie d'opinion, depuis les années 1960 sont en résumé les suivantes : la personnalisation des élections, un affaiblissement structurel de l'emprise des partis, une liberté de choix plus importante des électeurs ainsi qu'une emprise croissante des médias et des sondages.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Diane Rodet, « Loïc Blondiaux, Le nouvel esprit de la démocratie. Actualité de la démocratie participative », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2008, mis en ligne le 30 mai 2008, consulté le 29 août 2014. URL : http://lectures.revues.org/609

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page