Navigation – Plan du site

Bernard Lahire, Franz Kafka. Éléments pour une théorie de la création littéraire

Valérie Stiénon
Franz Kafka
Bernard Lahire, Franz Kafka. Éléments pour une théorie de la création littéraire, Paris, La Découverte, coll. « Textes à l'appui / Lab. Sciences Sociales », 2010, 636 p., ISBN : 9782707159410.
Haut de page

Texte intégral

1La sociogenèse d’un individu singulier est indispensable à la compréhension de sa pratique littéraire. Telle est l’idée au centre de la démonstration de cet ouvrage qui se présente comme une somme théorico-pratique assurée. Formulant clairement ses objectifs et revendiquant la spécificité de son approche, Bernard Lahire consacre cet essai à l’étude de la formation des catégories de perception et des dispositions comportementales de Franz Kafka en tant qu’elles agissent sur – et interagissent dans – l’œuvre littéraire, saisie dans son processus de création. On le pressent, Kafka pourrait bien être ici au sociologue ce qu’a été Flaubert à Sartre et à Bourdieu : un objet d’analyse idéaltypique au départ duquel formuler à titre expérimental une série de prises de positions théoriques. Parce qu’à travers le jeu littéraire, ce sont le plus souvent des expériences extralittéraires qui sont exprimées, il convient d’inclure, dans la biographie sociale de l’écrivain, toute l’« économie psychique d’un individu » (p. 38). Et le défi est de taille, puisqu’il s’agit de reconnecter l’œuvre à l’expérience sociale de son créateur, sans renouer pour autant avec le tabou du « vouloir-dire » de l’auteur. Attentif à éviter les deux écueils habituels des études littéraires que sont la surdétermination de la stratégie d’écriture et l’instrumentalisation de l’œuvre au profit d’une expression cathartique, le sociologue interroge ce qui conduit Kafka à investir le domaine littéraire de la manière dont il l’investit. Loin d’être simple, la question gagne encore en complexité dans la mesure où « [l]’œuvre littéraire est […] tout à la fois une forme d’autoanalyse et d’exploration des possibles – qui peut en certains cas se révéler extrêmement sophistiquée – et un travail spécifique sur la forme de l’expression littéraire. » (p. 86) Une écriture accessible, un questionnement clair et des qualités indéniables de problématisation font la richesse de ce travail remarquablement documenté sur l’écrivain tchèque.

Engagements théoriques

2L’ouvrage cherche sans détours à « convaincre […] de l’intérêt scientifique d’une démarche » (p. 21) et se présente à plusieurs reprises en compensation critique à la sociologie bourdieusienne, donnée comme une sociologie des producteurs et non des productions (p. 22). Lahire soutient, à propos de l’Ontologie politique de Martin Heidegger (1975), essai dans lequel il voit « le premier grand travail réalisé par Pierre Bourdieu qui pose la question de la nature d'une œuvre, ici philosophique, par rapport à la position de son auteur dans un champ » (p. 23), que Bourdieu y cède à une forme de réductionnisme contextualiste faisant primer le contexte d’action sur l’étude des dispositions et des expériences socialisatrices de Heidegger. C’est l’occasion de poser l’argument majeur de l’ouvrage : il manquerait à l’approche bourdieusienne une forme de sociogenèse, constat qui s’accompagne de plusieurs révisions critiques.

3La première conteste le modèle théorique de la sociologie des champs en ce qu’il serait générateur d’un « enfermement progressif du raisonnement et de l’interprétation dans les limites du ‘‘champ’’ (philosophique ou littéraire) […]. » (p. 13) Cela n’implique pas seulement de réinjecter un « contenu d’expériences » (p. 28) dans ce qui n’apparaîtrait chez Bourdieu que comme un ensemble de valeurs différentielles sur un échiquier de positions interagissantes. Il s’agit aussi de retrouver, en les reconstituant, les expériences sociales extralittéraires des écrivains pour éviter la supposée réduction de ces individus à leur « être-comme-membres-du-champ » (p. 27), réduction particulièrement problématique dans le cadre d’univers qui sont précisément non professionnalisés. Ces considérations, déjà développées notamment dans La Condition littéraire (2006), ont au moins deux conséquences conceptuelles. D’une part, l’écrivain préexiste à son entrée dans le champ littéraire et, d’autre part, il n’entre pas seulement, ni prioritairement, en littérature pour « jouer des coups », mais pour exprimer certaines problématiques personnelles. Aussi Lahire affirme-t-il que « [l]e plus gênant dans le modèle du champ réside dans le fait qu’il fasse disparaître l’idée que les écrivains auraient quelque chose à dire et que c’est précisément pour cette raison qu’ils sont entrés en littérature. » (p. 34) 

4Second cheval de bataille : la réaffirmation critique de l’habitus dans le sens d’une nécessaire pluralisation des cadres de socialisation. L’objectif de l’étude étant la saisie de la complexité du patrimoine individuel des dispositions, il s’avère nécessaire de prendre en considération « la différenciation sociale des activités en sous-univers de pratiques spécifiques, […] les situations de double vie vécues par une grande majorité d’écrivains […] alternant travail littéraire et travail rémunérateur, ou encore […] les processus de réception littéraire […]. » (p. 12). Ainsi qu’il l’avait déjà exposée dans L’Homme pluriel (1998), Lahire reformule sa révision conceptuelle de l’habitus entendu comme un système homogène de dispositions durables qui tendrait à atténuer les dissonances et les particularités dispositionnelles par l’effet d’une reconstruction réductrice.

5La troisième révision critique entend lutter contre l’enfermement dans le texte, parce que l’œuvre littéraire n’est pas seulement un coup joué avec et contre d’autres – œuvres ou auteurs – et qu’elle parle aussi du monde. L’enjeu est alors de cerner « comment les conditions d’existence et de coexistence présentes et passées (vivant à l’état incorporé) de Kafka non seulement le conduisent à être attiré par la littérature (comme d’autres le sont par les domaines pictural ou musical), mais engendrent des questions, des problèmes ou des obsessions qui se transposent de manière plus ou moins subtile et complexe sous une forme littéraire. » (p. 16) S’appuyant sur cette phénoménologie de la création alliée à une sociologie littéraire revisitée, Lahire envisage ensuite d’approcher l’analyse interne de l’œuvre pour « entrer dans la chair même du texte » (p. 14). La démarche est toutefois tempérée par une autre précaution majeure, celle qui va à rebours de la tendance à considérer que l’importance esthétique d’une œuvre serait évaluable indépendamment des contenus moraux, politiques et existentiels qu’elle expose et exprime.

Les conditions de la « biographie sociale »

6Intitulée « La fabrique de Franz Kafka », la seconde partie de l’essai vise à mettre à l’épreuve la cohérence et l’application des principes méthodologiques théorisés dans la première partie, en commençant par l’étude des divers cadres de socialisation dans lesquels Kafka s’est trouvé successivement inscrit. La méthode consiste à élaborer une biographie sociologique impliquant non seulement le parcours, mais aussi les expériences de tous ordres et les schèmes de perception de l’individu. Cela peut aller de l’intériorisation du regard inflexible du père à la réappropriation des catégories de compréhension bourgeoises, et de l’importance des amours de papier par correspondance au détail du type de prostituées de prédilection. La biographie sociale ainsi entendue récuse le simple enchaînement d’anecdotes pour mieux saisir des structures récurrentes (pp. 73-74), raison pour laquelle Lahire cherche à articuler les propriétés des individus, les propriétés de leurs pratiques et les propriétés des contextes de ces pratiques (p. 76). La méthode repose sur la complétude des données biographiques et sur la rigueur du retraçage des diverses expériences socialisatrices. Ce faisant, le sociologue opère un retour systématique aux sources par l’exploitation directe des matériaux, lus intégralement (en traduction française), en s’efforçant de respecter leur chronologie et leurs spécificités génériques.

7Lahire conçoit sa démarche selon une succession de plans de plus en plus rapprochés. Certes plaisante, la métaphore du réalisateur procédant du plan panoramique au gros plan, en passant par le demi-ensemble et le plan moyen, rencontre toutefois ses limites : l’essentiel n’est-il pas dans le montage de ces plans plutôt que dans leur juxtaposition progressive ? À cette lacune d’articulation du cadre de pertinence d’ensemble de l’analyse, qu’un séquençage chronologique sommaire ne permet pas toujours de compenser, s’ajoute le présupposé inhérent à la décision d’aller du contexte au texte, qui induit une sélection des données contextuelles en fonction d’une anticipation du cas à expliquer, condamnant ainsi au choix des éléments d’analyse que l’on sait – ou pressent – pertinents pour l’étude à mener. La sélection est d’autant plus cruciale que, d’une part, tout, dans l’ordre social donné, est potentiellement pertinent pour comprendre la situation de l’auteur qui a produit le texte (p. 110) et que, d’autre part, l’imposante masse de données kafkaïennes, issues de travaux universitaires, des informations factuelles et de la documentation de type « autobiographique », oblige à la mise en relation de données d’ordres très divers.

8Il n’est pas non plus certain qu’on touche à la singularité de Kafka à mesure que le plan se rapproche, selon un mouvement allant d’une relative uniformité générationnelle vers une irréductible idiosyncrasie susceptible d’expliquer la spécificité des enjeux littéraires pour cet auteur. Lahire précise d’ailleurs lui-même, au moment de détailler les diverses « expériences de socialisation » de Kafka (partie II, chapitre 5), que la singularité d’un individu ne peut se comprendre comme ce qui, de lui, résisterait à toute explication par le social, mais bien plutôt comme la spécificité des multiples traces qu’ont laissées en lui ses diverses expériences socialisatrices. Enfin, la variation des plans semble devoir s’accompagner de la nécessaire variation des outils d’observation pour les prendre en considération. Ainsi, le « plan panoramique » est surtout composé de données chiffrées linguistiques, démographiques et ethnographiques (scolarité, mariages, accès à des professions dans l’administration, etc.), alors que les plans suivants entrent dans le détail des structures textuelles et des modes de figuration littéraire. Lahire s’inspire de la sociologie de Norbert Élias en ce qu’elle permet de varier les échelles d’analyse, des macrostructures aux microstructures notamment, et ne s’interdit pas de puiser chez des théoriciens de l’art comme Erwin Panofsky et Michael Baxandall. Un tel syncrétisme méthodologique ne sacrifie-t-il pas la cohérence d’ensemble en multipliant les cadres de pertinence, même si le sociologue affirme que seule cette combinaison permet de se donner les moyens de penser des choses « impensables ou mal pensées » (pp. 11-12) ? La démarche suppose aussi la réinscription des données dans une nouvelle forme de temporalité dont les enjeux appellent des précisions indispensables : les antécédents sociaux, familiaux et autres coexistent-ils ou faut-il mettre au jour une structure hiérarchisante qui laisse certains prendre le pas sur d’autres ? Y a-t-il un « ordre » indiqué pour rendre compte d’un « passé incorporé » (p. 26) et d’un ensemble d’expériences de socialisation ?

9Kafka apparaît au fil de cette analyse comme un héritier refusant d’être hérité par l’héritage. Ce type de distorsions dans les transmissions socio-culturelles et familiales constituant la règle plutôt que l’exception, Lahire se centre sur ces « micro-décalages » (p. 150) pour penser le changement social, comme il l’a exposé dans La Culture des individus (2004), et rappelle que Bourdieu a lui-même posé des éléments conceptuels qui auraient pu s’accommoder de la méthode biographique ainsi pratiquée : « Pourquoi la biographie isolerait-elle l’individu biographié si le chercheur en fait l’instrument par lequel il reconstitue progressivement tous les fils, directs ou indirects, qui relient l’individu en question, tout au long de sa vie, à d’autres individus, à des lieux, à des groupes, à des institutions ou à des textes ? » (p. 38) On comprend que cette nécessité de justifier la centration de l’essai sur un cas singulier qui n’exclut pas la mise en œuvre de grands problèmes théoriques est appelée ici par la figure tutélaire de Kafka comme « beau cas », véritable défi de prouver l’inverse de ce qui a longtemps prévalu à propos de son œuvre, à savoir la tentation de détacher la littérature de ses conditions de création.

10Une fois reconstitué le passé incorporé de l’écrivain, il reste à examiner comment il s’actualise dans le domaine littéraire, ce qui requiert la mise en évidence des procédés par lesquels l’auteur transpose littérairement les éléments de sa problématique existentielle. Le cœur de l’essai réside ainsi dans la partie III, intitulée « In litteris veritas », qui s’emploie à situer Kafka dans le « jeu littéraire », occasion pour Lahire de livrer une belle analyse de la re-littérarisation kafkaïenne des images métaphoriques, en opposition à tout rôle ornemental et abstrait (p. 314). Le projet de Kafka se rapproche d’« une sociologie ou [d’]une anthropologie qui serait attentive aux logiques indistinctement subjectives et objectives se déployant dans le monde social. » (p. 318) Si asserter et mettre en intrigue sont des opérations qui appellent deux modes distincts de lecture, cette « narration théorisante », voire cette « théorie narrée » (p. 310) que pratique l’auteur n’a pas fini de déconcerter. Autant, dès lors, accepter le paradoxe selon lequel « Kafka prête lui-même, par le type de littérature qu’il crée, à ces dérapages constants faisant de lui un philosophe, un politique ou un penseur métaphysique. » (p. 307) Une telle disposition à être un observateur-questionneur non-participatif disposant d’une forme de distance réflexive serait rapportable à plusieurs désajustements par rapport aux cadres sociaux où Kafka s’est trouvé inscrit. Avec justesse, le sociologue rappelle toutefois que, féru de dépersonnalisation des protagonistes et de « désanecdotisation » des intrigues (p. 311), l’écrivain tchèque est moins ethnographe des milieux sociaux que « scénariste des structures relationnelles » (p. 308). Cette sociologie implicite se donne donc sur un autre mode que celle des romanciers du réel étudiés par Jacques Dubois (Paris, Seuil, 2000), mais cela suffit-il à récuser l’appréhension formaliste de l’œuvre kafkaïenne parce que « [l]e projet littéraire n’est […] pas […] principalement un projet formel ou esthétique, mais un projet de connaissance de soi qui passe par la recherche des formes littéraires adéquates » (p. 336) ?

11Se centrant ensuite sur les références lectorales de Kafka, Lahire soutient qu’« [e]ntre le lecteur (Kafka lisant), l’auteur (Kafka écrivant) et l’individu Kafka (Kafka inséré dans des cadres socialisateurs spécifiques et qui a une histoire particulière), il existe bien des correspondances que doit s’efforcer de mettre au jour le chercheur. » (p. 393) L’enjeu est de retrouver les schèmes d’expérience auxquels l’écrivain réagirait, même inconsciemment, comme à autant d’éléments d’un « patrimoine d’expériences » (p. 395). Le sociologue s’emploie donc, notamment par la close reading basée sur les analogies et les principes de structuration internes des textes, de relire dans ces affinités littéraires des similitudes de dispositions, opération singulièrement facilitée par le fait que Kafka lirait presque exclusivement par identifications, sur les deux modes de l’admiration et de la sympathie (pp. 426-427), par l’effet d’une communication différée avec ces auteurs sur la base de schèmes de perception communs hérités de dispositions similaires. De là à faire des lectures de Kafka la solution d’une thérapeutique personnelle destinée à apporter « des réponses littéraires à ses questions existentielles » (p. 397) et le réservoir de modèles auxquels s’identifier (p. 399), il n’y a qu’un pas, que le sociologue s’autorise plus d’une fois à franchir, sans toujours y mettre les réserves nécessaires.

12La partie IV, « Domination et point de vue des dominés », aurait pu être la plus sujette à caution si Lahire n’amenait quelques révisions intéressantes et salutaires, en particulier concernant le topos du supposé politisme prophétique de ces écrits qui offrent des amorces bien connues de réflexion sur le totalitarisme et la prolifération absurde de la bureaucratie (pp. 478-479). Le sociologue plaide pour la nuance en préférant éviter les lectures abusives et soutient que l’interprétation politique ne doit pas être prédominante, sauf à faire une lecture anachronique de l’œuvre. Quelques idées-forces permettent de restituer avec justesse une part de sa complexité à la figuration récurrente des rapports de domination et d’aliénation des protagonistes kafkaïens, notamment en avançant l’hypothèse que les schèmes de perception formés par les dispositions de l’écrivain sont des vecteurs majeurs de régulation et de réappropriation d’une condition sociale : « Comment Kafka, fils de bourgeois […], pouvait-il avoir une sensibilité réellement sociale et être en connivence avec tous ceux qu’il perçoit comme faibles, opprimés, humiliés ou dominés ? Douter de l’existence de ces liens […] ce serait oublier les conditions sociales de formation des dispositions et « options » morales et politiques les plus fortes […]. » (p. 463)

13L’épilogue qui clôt cet essai magistral est un plaidoyer contre l’exclusivité formaliste de certaines études littéraires et pour la reconnexion de l’analyse sociologique au contenu de l’expression et au réel figuré ou transposé par les problématiques existentielles au travail dans l’œuvre. Lahire a contribué à mettre au jour certains codes de transposition qui, s’ils n’apparaissent pas systématiquement avant cette conclusion, jalonnent véritablement son étude et concernent des aspects aussi fondamentaux que les décors, la stylistique, les interactions des personnages et la mise en intrigue par situations-problèmes. Finalement, c’est le bon sens de l’équilibre des données et de la quête de la vérité qui prévaut, avec l’ambition, partiellement réalisée, de reconnecter « un dire, un faire, une forme » (p. 579). Si la démarche n’est pas toujours fructueuse, elle offre du moins l’avantage de se tenir dans une position intermédiaire : ni textualiste, ni contextualiste, mais les deux à la fois et si possible dans une égale mesure, elle se régule selon les ressources exploitables d’un beau cas. L’objectif visant à reborner les cadres d’interprétation de l’œuvre kafkaïenne par la reconstruction des divers cadres de socialisation de l’écrivain est quant à lui pleinement satisfait, en particulier grâce au « soin mis à l’administration de la preuve empirique » (p. 597).

Droit de réserve

14Au nom du repérage « des schèmes fondamentaux, tant dans [l]es expériences biographiques familiales, scolaires, professionnelles, amoureuses ou lectorales que dans [l]es textes littéraires » (p. 104), la confusion s’opère plus d’une fois entre le métadiscours de Kafka sur sa pratique et la fiction narrative kafkaïenne, tout matériau étant potentiellement utile à l’analyse, ce qui induit le mélange des registres du testimonial, de l’observable et de l’avéré. Au sein des foisonnantes informations disponibles sur cet auteur mondial, il arrive en outre que Lahire reprenne des jugements comme des données biographiques, notamment par emprunt d’informations à d’autres biographes (ainsi, p. 140, à propos de la branche maternelle des Kafka). En outre, il tend à relire le parcours de l’auteur à travers les nombreux témoignages de ce dernier (journal, lettres), conditionnés par le point de vue de Kafka sur sa propre situation. Si le sociologue n’y puise que par fragments soigneusement commentés et contextualisés, il tend toutefois à y accorder un crédit et un statut identiques à ceux d’autres données objectives, de sorte que le relatif brouillage des caractéristiques génériques et axiologiques de ces documents pourrait nuire à l’objectivité de l’étude.

15Souvent paraphrastiques, la plupart des lectures directes des nouvelles et des récits sont fondées sur des corrélations – parfois des raccourcis – entre le texte et la vie de Kafka. Si elle plaide pour une lecture qualifiée d’« historique », par opposition à la lecture créative, et donc en faveur d’une approche consistant à « saisir l’œuvre dans son moment de création, dans le mouvement historique singulier qui l’a fait naître » (p. 590), cette analyse pourrait avoir à répondre au reproche de s’en tenir à la confirmation insistante des éléments d’information les mieux connus sur l’auteur : incompatibilité entre travail et littérature, entre mariage et littérature, figure écrasante et tyrannique du père, surinvestissement épistolaire de la relation amoureuse, ascétisme moral et comportemental, investissement de la pratique littéraire comme vocation, etc. Il est tout aussi légitime de se demander dans quelle mesure Lahire s’adonne à une lecture psychologisante qui redouble la sociogenèse de Kafka d’une psychogenèse centrée sur les « souffrances psychiques » (p. 431) de l’auteur, ainsi qu’en témoigne ce passage parmi d’autres : « [l]e flottement de l’attention parentale portée à son égard durant les premières années de sa vie, la peur inspirée par un père colérique, tout cela va conduire Franz Kafka, enfant, à se tourner vers une activité plus personnelle compensatrice. Et cette activité sera dans un premier temps la lecture, avant de céder la place à l’écriture littéraire. » (p. 148) En somme, le véritable travail scientifique accompli autour de ces textes prend deux orientations principales : d’une part, la genèse resituant les circonstances de l’écriture dans le parcours de Kafka ; d’autre part, le commentaire de la lettre du texte éclairé par – ou allant dans le sens – des éléments biographiques précédemment mis en évidence. Rétrospectivement, l’ampleur des précautions théoriques d’ouverture apparaît comme la condition pour pouvoir s’adonner aux plaisirs non coupables de ce que le Lahire, renouant avec l’épaisseur biographique et psychologique que certaines théories ont pu conduire à minimiser, identifie avec raison comme le retour du refoulé biographique.

16On regrette la persistance d’une rhétorique justicière à propos de lacunes ou d’erreurs de la théorie bourdieusienne. Pourquoi cette colossale étude qui peut parfaitement valoir pour elle-même s’ingénie-t-elle à se poser face à Bourdieu dans un rapport de dépassement par disqualification ? Les points de dissension semblent d’ailleurs mal identifiés, ce qui condamne à une opposition sur les mauvais objets. Ainsi, Lahire insiste pour pluraliser les expériences (sociale, familiale, scolaire, etc.) en considérant que ces paramètres ne sont pas suffisamment pris en considération, alors que l’habitus bourdieusien intègre ces éléments sans toutefois y impliquer systématiquement des « cadres de socialisation ». Lahire apporte son originalité en renversant la perspective, considérant que l’écrivain est aussi nourri de ces expériences, qui doivent donc trouver leur place dans l’analyse. Un second point de dissension consiste à invalider le sens bourdieusien du placement parce que, dans les faits, Kafka aurait été réfractaire à ce type de valeurs et de manœuvres, contrairement à son ami Max Brod, qui y est rompu (pp. 280-281). La stratégie ne doit toutefois pas être confondue avec le cynisme ni avec la pleine conscience de l’écrivain. Il peut y avoir une stratégie de la « non stratégie » ou de la non pro-activité éditoriale de Kafka, sans pour autant verser dans une surenchère de la pureté littéraire par aspiration à la consécration suprême, nécessairement tardive, voire posthume. La méthode bourdieusienne reste valable même si, chez Kafka, « rien, dans les principes qui gouvernent son comportement, n’incite à utiliser le vocabulaire de la stratégie » (p. 281). Inhibition, discrétion et autodépréciation de l’écrivain n’invalident pas les catégories bourdieusiennes et il convient de faire la part des choses entre l’abstraction objectivante, qui prend ses distances avec l’objet d’étude, et les schèmes de perception que Lahire entend précisément retrouver. Modélisation abstraite et méthode compréhensive gagneraient à être conciliées plutôt qu’opposées dos à dos. Relativisons donc cette affirmation selon laquelle « [l]e comportement de Kafka montre que le modèle de l’espace littéraire comme espace de luttes où chaque écrivain développerait une stratégie spécifique de conquête du pouvoir ou de la reconnaissance littéraire est à considérer avec beaucoup de prudence critique. » (p. 284)

Largeurs de vue

17Kafka n’a pas livré tous ses secrets et on prend plaisir, avec Lahire, à « pénétrer progressivement au cœur du labyrinthe de sa création » (p. 109). S’il est vrai qu’il faut pouvoir adapter son outil d’observation à l’objet observé (p. 16), allons jusqu’au bout de ce raisonnement œuvrant plus ou moins sciemment à rendre à l’analyste les pleins pouvoirs de sa subjectivité, puisqu’il lui revient de régler la longueur de la focale, influant par là même sur le degré de complexité de l’objet de son étude. Deux balises sont posées dans ces latitudes du sociologue : la pratique de l’incursion régulière dans les disciplines connexes et le devoir d’information sur les travaux issus d’espaces scientifiques nationaux différents (p. 16). Pourtant, faute de véritable direction à l’analyse, celle-ci progresse peu au-delà de ce qui est initialement mis en lumière avec la biographie sociale de Kafka, et la traversée de l’œuvre  atteint plus d’une fois les limites d’une interprétation qui se signale à l’attention par la formule récurrente « tout se passe comme si », inductrice d’une réalité toute potentielle et dénonciatrice de la supputation permise par une forme de libre commentaire que révèle en outre l’emploi de certaines formules : comme il est fort probable, Kafka entend dire que, etc.

18L’essai de Bernard Lahire n’en offre pas moins un séduisant appel d’air par sa reprise à nouveaux frais de certaines apories conceptuelles, en les remettant courageusement sur le métier, et ses considérations sur l’hiatus entre la théorie et la pratique. Cet ouvrage constitue tout à la fois un efficace rappel des fondamentaux, une belle mise en lumière de ce qui pose vraiment problème et une salutaire tentative de lire à rebours toute une série de présupposés persistants : le déterminisme sous ses diverses formes, l’exclusion des cadres de socialisation hors champ, la réduction de l’auteur à une position dans un champ, l’excès de méfiance à l’égard de l’illusion biographique passant sous silence les expériences socialisatrices, l’effacement problématique de la singularité de l’auteur, etc. On ne peut qu’apprécier la rigueur de cette démarche affrontant les problèmes scientifiques en les faisant travailler pour découvrir les limites de leur validité. Ce traitement de l’œuvre de Kafka comme expérimentation du monde à partir de problématiques existentielles transposées dans les cadres et les formes littéraires se distingue tant par son érudition et la précision des détails que seul un chercheur ayant attentivement côtoyé l’œuvre est en mesure de faire apparaître, que par sa volonté constante de ne pas sacrifier à l’analyse la saveur et les enjeux du grand œuvre kafkaïen.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Valérie Stiénon, « Bernard Lahire, Franz Kafka. Éléments pour une théorie de la création littéraire », Lectures [En ligne], Les notes critiques, 2011, mis en ligne le 24 août 2011, consulté le 24 juillet 2014. URL : http://lectures.revues.org/6153

Haut de page

Rédacteur

Valérie Stiénon

Aspirante du F.R.S./FNRS - Université de Liège

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page