Navigation – Plan du site

Nicolas Herpin, Nicolas Jonas, La sociologie américaine. Controverses et innovations

Benjamin Ducol
La sociologie américaine
Nicolas Herpin, Nicolas Jonas, La sociologie américaine. Controverses et innovations, Paris, La Découverte, coll. « Grands Repères », 2011, 288 p., ISBN : 9782707158819.
Haut de page

Texte intégral

1Si la grande majorité des manuels universitaires en sociologie ne peut faire l’économie d’une présentation sommaire des travaux classiques de la sociologie américaine (École de Chicago, fonctionnalisme parsonien, etc.), force est de constater que bien peu d’ouvrages académiques en langue française se donnent pour ambition de saisir plus en détail les évolutions concrètes qui ont pu agiter cette discipline outre-Atlantique. Avec ce livre de près de trois cents pages, Nicolas Herpin et Nicolas Jonas apportent un éclairage salutaire sur les innovations et controverses qui ont émaillé l’univers de la sociologie américaine depuis les années 1970. Facile d’accès, ce livre s’adresse autant à un public universitaire qu’à toute personne intéressée à découvrir la diversité des démarches sociologiques en terre nord-américaine.

  • 1  Le lecteur intéressé par un panorama plus historique de la sociologie aux États-Unis pourra notamm (...)

2Panorama historique ou synthèse exhaustive? Prenant pour point de départ le bilan contrasté que dressent les sociologues américains de leur propre discipline, Herpin et Jonas s’attachent à reconstituer au travers d’une enquête empirique minutieuse, l’évolution des objets et des approches sociologiques aux États-Unis. Comme le rappelle les auteurs dans leur introduction : « l’objet de ce livre n’est pas de constituer une ‘‘histoire’’ ni un bilan de la sociologie aux États-Unis, mais de tester empiriquement une hypothèse sur ses orientations théoriques »1. Mais, quelle est donc l’hypothèse posée par nos deux auteurs?

  • 2  Comme indiqué par les auteurs, la sociologie américaine des années 1960 est très fortement marquée (...)

3Observant la sociologie américaine au tournant des années 19702, les auteurs s’interrogent sur la fragmentation que semble connaître la discipline non seulement en raison d’inclinaisons épistémologiques divergentes (sociologie positiviste contre sociologie réflexive, sociologie pratique contre sociologie critique), mais également en vertu d’un morcellement des grands questionnements théoriques et empiriques qui structuraient jusqu’alors ce domaine de recherche. L’enquête des auteurs prend ainsi pour cadre chronologique la période 1970 – 2000, temporalité au sein de laquelle Nicolas Herpin et Nicolas Jonas analysent un corpus documentaire composé de 314  livres et articles sociologiques. Malgré l’ampleur de la matière sélectionnée, les auteurs font état d’une non-exhaustivité pleinement assumée permettant au passage de justifier des absences ou des choix bibliographiques qui auraient pu autrement faire objet de controverses. Comme ils l’indiquent : « Il ne s’agit pas d’être exhaustif [mais] de présenter des travaux qui font comprendre comment a évolué la recherche ».

  • 3  Nicolas Herpin, Les sociologues américains et le siècle, Paris, Presses Universitaires de France, (...)

4Dans le premier chapitre de l’ouvrage, Herpin et Jonas présentent ce qu’ils identifient comme les quatre problématiques classiques (ou courants théoriques) de la sociologie américaine : l’École de Chicago, le culturalisme, le fonctionnalisme et l’interactionnisme, une typologie directement reprise de l’ouvrage publié en 1973 par Nicolas Herpin : Les Sociologues américains et le siècle3. Pour chacun de ces grands paradigmes, les auteurs s’attachent à nous présenter successivement un bref historique des travaux emblématiques devenus pour beaucoup des « classiques » de la discipline, mais également les orientations empiriques saillantes qui contribuent à l’émergence de quatre grandes problématiques dans le champ de la sociologie américaine, à savoir : la ville, le travail, la famille et la culture.

5À noter que le lecteur ne doit pas s’attendre ici à trouver une présentation exhaustive des quatre problématiques classiques de la sociologie américaine, mais davantage un rappel succinct des grandes lignes directrices pour chacun des paradigmes évoqués. Abordant en premier lieu le foyer originel le plus influent de la sociologie américaine en l’École de Chicago, Herpin et Jonas reviennent sur le développement d’une sociologie urbaine mettant tour à tour l’accent sur les phénomènes migratoires, la délinquance ou encore sur l’urbanisation grandissante du territoire étatsunien. Des travaux fondateurs de Thomas et Znaniecki sur l’expérience migratoire des paysans polonais à la monographie du ghetto juif de Louis Wirth en passant par la sociologie des bandes de Trasher, l’École de Chicago structure dans la période pré-1970, une grande partie des objets d’intérêt de la sociologie américaine. En conséquence, c’est à la fois « contre » et « avec » l’École de Chicago que le culturalisme, le fonctionnalisme et l’interactionnisme développent à leur tour les nouveaux objets de recherche que seront la jeunesse, la famille, le travail, ou encore la religion. Nous ne revenons pas ici en détail sur la présentation des trois autres grands paradigmes (le culturalisme, le fonctionnalisme et l’interactionnisme) qui connaissent un traitement similaire à la présentation faite par les auteurs de l’École de Chicago.

6La seconde partie de l’ouvrage est divisée en quatre chapitres d’importance équivalente. Ils abordent les évolutions et les hybridations que connaissent les quatre grandes problématiques présentées dans le chapitre initial. Pour Herpin et Jonas, c’est autour de ces grandes thématiques sociologiques (la ville, le travail, la famille et la culture) que vont se prolonger, se créer et s’opposer les travaux de la sociologie américaine post-1970. Afin de comprendre quelles en sont les dynamiques, les deux auteurs se proposent d’éclairer les continuités, les innovations et les possibles lignes de fractures qui émanent de cette configuration scientifique initiale.

  • 4  Voir notamment Barry Wellman, « The community question: the intimate networks of East Yorkers », A (...)
  • 5  On pourra penser au débat sociologique qui fait rage entre les tenants de l’École de Chicago et le (...)

7Première thématique abordée : la ville. Prenant racine dans l’héritage des travaux de l’École de Chicago, les travaux sociologiques post-1970 diversifient les frontières de l’analyse sociologique sur la ville en intégrant, au-delà des études traditionnelles sur l’immigration ou la criminalité, de nouveaux objets de recherche comme le démontre la multiplicité des travaux consacrés aux sociabilités urbaines4. Si les recherches empiriques menées à l’égard des phénomènes migratoires, des clivages ségrégationnels et des trajectoires délinquantes demeurent fortement marquées par l’influence de l’École de Chicago, le renouvellement des questionnements ouvre la porte à toute une série de nouvelles perspectives théoriques, qu’elles soient culturalistes ou interactionnistes5.

  • 6  Sur ce point, consulter l’article classique de Mark Granovetter, « Economic action and social stru (...)

8Seconde thématique privilégiée de la sociologie américaine post-1970 : le travail. Entendu au sens large, les auteurs abordent dans ce troisième chapitre « la question du travail, mais plus généralement celle de la structure sociale fondée sur la profession ». En partant de la problématique de la mobilité sociale intergénérationnelle posée par Talcott Parsons et plusieurs de ses élèves (Kinsley Davis et W. E. Moore), les auteurs passent en revue une série de travaux sociologiques consacrés à la transformation du marché de l’emploi, du cadre de production et de manière plus holiste à la mutation de la notion même de « travail ». Comme le notent, Herpin et Jonas, le développement parallèle de nouveaux outils théoriques dans le champ de l’économie n’est pas sans répercussions pour la sociologie du travail, puisque de nombreuses analyses empruntent désormais des grilles de lecture instrumentalistes (dont la « théorie des jeux ») pour appréhender leurs objets d’étude. Il ne faut toutefois pas exagérer cette influence disciplinaire qui demeure largement atténuée par les travaux de plusieurs figures éminentes de la sociologie américaine qui se chargeant de (re)socialiser ce qui pourrait parfois apparaître comme une lecture trop économiciste du social6.

9Troisième thématique devenue progressivement centrale dans la sociologie d’outre-Atlantique: la famille. À l’origine, on trouve l’approche fonctionnaliste de la famille énoncée par Parsons qui fait de la cellule familiale, une structure économique dépendante de la division des activités entre conjoints. Face à cette théorisation fonctionnaliste de l’institution familiale, plusieurs débats émergent tout d’abord autour de la question l’emploi des femmes, puis de manière plus diversifiée autour de l’éducation avec le développement de travaux pratiques porté par les sciences de l’éducation et finalement des études sur le couple et ses mutations. On retiendra du vaste catalogue des travaux sociologiques reliés à la famille que plusieurs concepts fondamentaux comme celui de « capital social » marquent durablement les débats intra-disciplinaires aux États-Unis. En définitive, Herpin et Jonas constatent que : « les recherches sur la famille, dans les décennies de la fin du XXe siècle, se sont rapprochées de celles sur le travail et éloignées de celles sur la culture, entendue au sens de Parsons. Font exception cependant les travaux sur la construction identitaire et notamment du genre, avec les conceptions interactionnistes du changement culturel ».

  • 7  Parmi les deux courants théoriques les plus discutés, on trouve d’un côté le modèle de la concurre (...)

10Dernière thématique évoquée par les auteurs : la culture. À l’instar des travaux de Pierre Bourdieu en France, la sociologie américaine s’intéresse très tôt à la distinction posée entre culture des élites et culture populaire. Si ces travaux sur les pratiques culturelles constituent un pôle de recherche évident dans le champ de la recherche sociologique aux États-Unis, la religion et l’évolution des pratiques religieuses forment incontestablement l’autre grand pôle de la sociologie culturelle américaine. La thèse de la sécularisation introduite par la sociologie wéberienne, reprise dans le fonctionnalisme parsonien, est mise à l’épreuve de l’exceptionnalité américaine qui interroge la persistance des phénomènes de religiosité aux États-Unis. Plusieurs courants théoriques viennent ainsi proposer des clefs de lecture alternatives à la permanence du « fait religieux » dans la société américaine7.

11À la lumière de leur étude empirique, Herpin et Jonas sont amenés à conclure que la sociologie américaine ne connaît pas véritablement de « consensus théorique d’ensemble, aucune des quatre problématiques n’ayant pris l’avantage sur les trois autres ». À l’inverse, les auteurs posent le constat d’une « discipline qui reste largement éclatée » et dont les contributions même si « elles suscitent un consensus durable, ne sont pas sources d’innovations de nature technique ou scientifique comme dans les sciences de la nature ». On pourra rétorquer à nos deux auteurs que ce constat pourrait être sensiblement le même pour la sociologie française et qu’il ne constitue en rien une spécificité américaine. La spécialisation thématique qui s’exerce aux États-Unis n’est pas tant l’incarnation d’une atomisation théorique que d’une pluralité des orientations sociologiques et des débats propres au champ disciplinaire.

  • 8  Stephen P. Turner et Jonathan H. Turner, The Impossible Science: an Institutional Analysis of the (...)

12À ce titre, la discussion finale autour du statut scientifique de la sociologie aux États-Unis et des débats épistémologiques contemporains nous apparaît comme la partie la plus faible de cet ouvrage. La tentation jamais abandonnée de la sociologie américaine de se structurer comme « science » sur le modèle des sciences de la nature aurait mérité de la part des auteurs, un traitement plus attentif. Si Herpin et Jonas notent avec justesse la progression des travaux inspirée de la microsociologie et de la sociologie historique, ces derniers demeurent bien peu explicites sur les débats méthodologiques qui traversent le champ sociologique américain au tournant du nouveau millénaire. À plusieurs égards, on aurait aimé que les auteurs prennent le risque de nous proposer une « sociologie de la sociologie américaine »8, démarche susceptible de mieux éclairer les modalités de transformation de la discipline outre-Atlantique.

13Au demeurant, l’ouvrage de Nicolas Herpin et Nicolas Jonas de par sa démarche et ses ambitions mérite l’attention de tout lecteur intéressé à l’univers de la sociologie telle qu’elle s’exerce outre-Atlantique. Il vient notamment combler un vide dans la littérature universitaire francophone. On retiendra tout d’abord la rigueur de la démarche méthodologique à travers laquelle les auteurs se proposent d’analyser l’évolution des grilles de lecture mobilisées par les sociologues américains. Si le découpage thématique choisi par Herpin et Jonas pourra à première vue dérouter le lecteur habitué au traditionnel panorama chronologique, il n’en demeure pas moins un choix pertinent, favorisant au passage un dialogue comparatif entre courants théoriques et travaux sur la longue durée. Par ailleurs, on notera le soin que les deux auteurs apportent à décrire les protocoles de recherches évoquées. Pour tout étudiant en sciences sociales, il s’avère extrêmement intéressant de pouvoir comparer les choix méthodologiques et les différentes stratégies de recherche des travaux sociologiques référencés dans cet ouvrage.

  • 9  Robert Putman, Bowling Alone: The Collapse and Revival of American Community, New York, Simon & Sc (...)

14Plusieurs regrets émergent néanmoins à la lecture de cet opus. Bien qu’explicitement justifié en introduction, on regrettera le choix des auteurs de prendre l’année 2000 comme borne chronologique finale de leur enquête, tant la décennie 2000-2010 aura été riche dans le renouvellement de débats sociologiques aux États-Unis. On pourra penser au renouvellement du débat autour de la notion de « capital social », déclenché à la suite de la parution de l’ouvrage de Robert Putman, Bowling Alone: The Collapse and Revival of American Community9 en 2001 ou encore aux vifs débats qu’engendre la sociologie des réseaux. Par ailleurs, on s’étonnera qu’un éditeur comme La Découverte n’ait pas pris plus de soin à corriger les coquilles et quelques erreurs bibliographiques (notamment les dates de publication) qui se sont glissées dans l’ouvrage. Au final, il n’en demeure pas moins que La sociologie américaine. Controverses et innovations répond à sa vocation première, soit celle de constituer plus qu’un simple panorama de la sociologie made in US.

Haut de page

Notes

1  Le lecteur intéressé par un panorama plus historique de la sociologie aux États-Unis pourra notamment consulter l’ouvrage collectif publié à l’occasion du centenaire de l’American Sociological Association (ASA) : John C. Cahloun (Dir.), Sociology in America, Chicago, University of Chicago Press, 2007.

2  Comme indiqué par les auteurs, la sociologie américaine des années 1960 est très fortement marquée par l’attrait qu’exerce paradigme fonctionnaliste de Talcott Parsons.  

3  Nicolas Herpin, Les sociologues américains et le siècle, Paris, Presses Universitaires de France, 1973.

4  Voir notamment Barry Wellman, « The community question: the intimate networks of East Yorkers », American Journal of Sociology, vol.84, n.5, 1979 ou encore Claude Fischer, « The public and private worlds of city life », American Sociological Review, vol.46, n.3, 1981.

5  On pourra penser au débat sociologique qui fait rage entre les tenants de l’École de Chicago et les interactionnistes autour des notions de « récidive» et « désistance ». Pour plus d’éclairage sur le sujet, consulter le présent ouvrage (p.87-88).

6  Sur ce point, consulter l’article classique de Mark Granovetter, « Economic action and social structure : the problem of embeddedness », American Journal of Sociology, vol.91, n.3, 1985.

7  Parmi les deux courants théoriques les plus discutés, on trouve d’un côté le modèle de la concurrence religieuse de Laurence R. Iannacone (« The consequences of religious market regulation : Adam Smith and the economics of religion », Rationality and Society, vol.3, 1991) et de l’autre, la sociologie historique de de Philip S. Groski (« Historicizing the secularization debate : church, state and society in late medieval and early modern Europe, circa 1300 to 1700 », American Sociological Review, vol.65, n.1, 2000.

8  Stephen P. Turner et Jonathan H. Turner, The Impossible Science: an Institutional Analysis of the American Sociology, Newbury Park, Sage, 1990

9  Robert Putman, Bowling Alone: The Collapse and Revival of American Community, New York, Simon & Schuster, 2001

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benjamin Ducol, « Nicolas Herpin, Nicolas Jonas, La sociologie américaine. Controverses et innovations », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 29 août 2011, consulté le 08 décembre 2016. URL : http://lectures.revues.org/6206

Haut de page

Rédacteur

Benjamin Ducol

Auxiliaire de recherche, chaire de recherche du Canada sur les conflits identitaires et le terrorisme, Programme Paix et sécurité internationales

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page