Navigation – Plan du site

François Chazel, La sociologie analytique de Talcott Parsons

Benoit Giry
La sociologie analytique de Talcott Parsons
François Chazel, La sociologie analytique de Talcott Parsons, PUPS, coll. « L'intelligence du social », 2011, 230 p., ISBN : 9782840507628.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Présenté au chapitre III de la première partie de l'ouvrage.

1Soit un étudiant se proposant de rédiger un compte rendu sur le dernier ouvrage en date de François Chazel. C'est entendu : « l'acte-unité » consistant à produire un compte rendu est tenu par un certain nombre de conditions et réalisé à l'aide d'un certain nombre de moyens. Pour Talcott Parsons, il est aussi le produit plus général de « l'orientation normative » propre au système d'action au sein duquel il se déploie, s'inscrivant dans une série d'acte-unité s'amendant au gré d'un processus fonctionnel de comparaison à l'aune de ces « règles d'action » que sont les normes. Il suscitera peut-être quelques réactions, générant des rétroactions (feedbacks) influençant les productions futures de l'auteur et de ceux qui le suivront, dans le sens d'une plus grande conformité aux normes de production d'un compte rendu. Ces divers éléments composant le modèle de « l'orientation normative de l'action »1 parsonien, bien que très généraux, expliquent une part des régularités observables dans l'ensemble des comptes rendus publiés sur Lectures. Le nôtre en est aussi le produit. Il pourrait commencer ainsi :

2Plus de 30 ans après la mort de Talcott Parsons, le temps aurait pu venir de lui constituer une stèle livresque, en l'inscrivant de façon péremptoire et définitive comme le « dernier des classiques ». Il aurait subi le même sort, auquel le destinait la proéminence de la théorie dans son œuvre, que les auteurs du panthéon sociologique auprès desquels ses ouvrages reposent : une figure tutélaire dont on se rapproche ou que l'on met à distance, ses ouvrages devenus des recueils d'aphorismes pour historiens de la sociologie. En fin connaisseur de l'œuvre de Parsons, ce n'est pas du tout ce qu'a choisi de faire François Chazel. Ce nouvel ouvrage se propose de « revisiter » certains points de l’œuvre de Talcott Parsons par le prisme de la pensée de François Chazel. Plus précisément, ce dernier s'emploie à mettre à l'épreuve sa sociologie analytique, la logique de la pensée de Parsons, que l'auteur synthétise sous l’appellation « démarche analytique », et non seulement la formulation de résultats figés, leur intégration rigide au sein du paradigme structuro-fonctionnaliste.

3Sans doute François Chazel a-t-il une acception précise du terme théorie. Il travaille sur les textes de Parsons comme pour en extraire les dimensions utiles à la science sociale, une science qui s'applique, se pratique. En écartant de The Structure of Social Action ce qu'il peut avoir de l'ouvrage d'histoire des idées ou ce qui pourrait faire ressembler son propos à de l'exégèse (The Structure of Social Action consacre douze chapitres sur dix-neuf aux œuvres de Marshall, Durkheim, Weber et Pareto), François Chazel conserve les termes du véritable programme de recherche de Parsons dont il dégage les « orientations épistémologiques » et les propositions fondamentales : celles dont il décèle l'intérêt heuristique.

4Pour atteindre ce niveau de théorie proprement sociologique, à mi-chemin des considérations métathéoriques générales propres à la philosophie sociale et des descriptions ethnographiques sensibles aux moindres variations empiriques, François Chazel nous éclaire, avec Parsons comme compagnon de route, sur le degré d'abstraction adéquat des concepts sociologiques et plus généralement, sur la nature de ce que l'on peut appeler de la théorie sociologique. À ce titre, la « démarche analytique » de Parsons tend à l'éloigner de la simple construction idéale typique au profit d'une solution heuristique consistant à décomposer en « éléments analytiques » (c’est-à-dire en propriétés générales ni abstraites ni concrètes mais, à la façon de la masse ou la vitesse pour la physique newtonienne, efficientes) les « totalités concrètes ou hypothétiquement concrètes » naissant traditionnellement de l'enquête sociologique. Des « lois analytiques » pourront alors naître de cet effort scientifique des sciences sociales, formalisant les relations entre lesdits « éléments » constitués parce que le théoricien de Harvard nommait lui-même un « réalisme analytique ».

5C'est cet « horizon » parsonien que nous présente François Chazel. En trois parties. D'abord en examinant ses voies et ses enjeux. Ensuite en en proposant une application sur la théorie du pouvoir comme exemple d'élément analytique. Enfin, en en étudiant la réception dans trois pays européens que sont la France, l'Allemagne et l'Italie. L'économie de l'ouvrage pourra dérouter. En partie composé de textes déjà parus, il ne s'agit pas d'un livre à thèse unique, d'un argumentaire tenu de bout en bout. La diversité des sources y est pour beaucoup. La première partie s'appuie essentiellement sur The Structure of Social Action. On y observe cependant certaines ruptures dans la façon de mener l'argument. Ainsi, au cours du second chapitre, François Chazel commente la correspondance (oubliée) entre Talcott Parsons et Alfred Schultz, particulièrement révélatrice, par un jeu de contraste, des positions théoriques des deux sociologues. La qualité de l'écriture, elle, reste constante et porte le projet de l'ouvrage : ne pas faire œuvre de conservateur d'un quelconque musée théorique. Car bien qu'érudite, la démarche de François Chazel diffère sensiblement du livre d'histoire des idées.

6Ce n'est donc pas plus un manuel, ni une « introduction à la pensée de Parsons », notamment parce qu'il sacrifie peu à la pédagogie ou à un quelconque souci didactique. L'auteur y est même parfois un peu allusif (par exemple à la page 55, lorsqu'il est question des « multiples critiques », sans plus de précisions, qui ont été adressées à « l'orientation normative de l'action »). Les mots y sont choisis pour leur précision plus que pour leur simplicité, les citations sont référencées dans la langue des auteurs cités et les références utilisées sont le plus souvent très spécialisées, à l'image de la référence aux modélisations de Thomas Fararo au cours du chapitre consacré à « l'orientation normative de l'action ». L'ouvrage ressemble plus à un cahier de travail. Un outil indispensable pour qui voudrait aborder la sociologie parsonienne par le bout qui convient : celui de sa mise au travail scientifique. Pour toutes ces raisons, il mérite une lecture attentive, stylo en main, afin de profiter de toute l'érudition et la subtilité dont nous gratifie François Chazel dans cet ouvrage stimulant.

Haut de page

Notes

1 Présenté au chapitre III de la première partie de l'ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benoit Giry, « François Chazel, La sociologie analytique de Talcott Parsons », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 01 septembre 2011, consulté le 31 octobre 2014. URL : http://lectures.revues.org/6225

Haut de page

Rédacteur

Benoit Giry

Etudiant en Master de sociologie, Université Bordeaux-2, Centre Emile Durkheim (CNRS UMR 5116)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page