Navigation – Plan du site

Bernard Miège, L’espace public contemporain. Approche info-communicationnelle

Loïc Ballarini
L'espace public contemporain
Bernard Miège, L'espace public contemporain. Approche Info - Communicationnelle, Presses universitaires de Grenoble, coll. « communication medias societe », 2010, 227 p., EAN : 9782706116179.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Miège Bernard, 1995, « L’espace public : perpétué, élargi et fragmenté », L’espace public et l’emp (...)
  • 2 Miège Bernard, 2004. L’information-communication, objet de connaissance, Paris, De Boeck/INA.

1Bernard Miège s’intéresse depuis longtemps au concept d’espace public. En 1995, il lui avait consacré deux articles qui ont fait date dans le champ des sciences de l’information et de la communication1. En 2004, une large part d’un ouvrage résumant son parcours de chercheur lui était dédié2. Publié à l’automne 2010, L’Espace public contemporain est entièrement dévolu au sujet. Le livre est structuré en sept chapitres d’importance égale, qui constituent à la fois une synthèse et un prolongement de réflexions antérieures.

  • 3 Habermas Jürgen, 1993 [1962]. L’Espace public, Paris, Payot.
    —, 1987 [1981]. Théorie de l’agir comm (...)
  • 4 Miège Bernard, 2010, L’Espace public contemporain, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, p (...)
  • 5 Id., p. 74

2Dans le premier chapitre, intitulé « L’espace public : repères sociohistoriques et géopolitiques », Miège revient sur les principales filiations théoriques du concept. Il s’y présente comme un héritier critique de Jürgen Habermas, position régulièrement reprise tout au long du livre. C’est notamment le cas dans les deux chapitres suivants, « Examen et discussion des thèses habermassiennes », puis « Les discussions et débats : composante centrale de l’espace public ». Miège y relève les aspects les plus normatifs de la pensée d’Habermas, qui prend la forme d’une éthique de la discussion, d’abord présente en filigrane dans L’Espace public avant de devenir le point nodal de Théorie de l’agir communicationnel3. Le problème, écrit Miège, est que cette éthique repose sur la proposition « difficilement admissible » selon laquelle, pour qu’un débat relève de l’usage public de la raison, « les participants à l’échange sont supposés à la fois libres et égaux, et se trouver en position de coopérer activement à la recherche de la vérité »4. Or, ajoute-t-il plus loin, « on peut sérieusement mettre en doute l’efficacité de la démarche dans un monde dominé plus que jamais par le système capitaliste et la loi du profit maximum »5. Pourtant Miège ne fait rien de ces critiques essentielles. Il les signale, mais sans les intégrer à sa réflexion, alors qu’elles devraient conduire à remettre en cause d’importants passages d’Habermas sur l’espace public — comment en effet une théorie pourrait-elle prétendre expliciter la société si les cas qu’elle est en mesure de prendre en compte sont si limités qu’ils se réduisent à un idéal inobservable ?

3Le chapitre IV met en relation « La (les) médiation(s) et l’espace public ». D’où il ressort que les médiations sont de l’ordre des stratégies et actions persuasives, relevant de la communication publique ou institutionnelle, et considérant leurs récepteurs comme des usagers ou des consommateurs. L’espace public renvoie quant à lui aux échanges argumentatifs portés par les médias (anciens et nouveaux), les technologies de communication et les groupes militants. Ces échanges impliquent une conception du récepteur comme citoyen. Sans que les termes en soient jamais cités, on reconnaît ici l’opposition théorique fondamentale décrite par Habermas dans Théorie de l’agir communicationnel : d’un côté, l’agir stratégique, dont le but est de convaincre, au besoin en dissimulant ses fins ; de l’autre, l’agir communicationnel, orienté vers la recherche de la vérité par l’échange rationnel d’arguments, et dont l’agir stratégique constitue une perversion.

4Les chapitres V et VI, « Les médias, les nouveaux médias et le hors-média » et « Les cadres contemporains de l’espace public », donnent lieu à une réactualisation des théorisations précédentes de Miège. Il y reprend ses cinq modèles d’action communicationnelle, types idéaux décrivant le fonctionnement de la sphère publique politique à différentes époques, ainsi que les logiques sociales, phénomènes plus profonds qui entraînent les mutations de ces modèles.

  • 6 Id., p. 203.
  • 7 Id., p. 205.
  • 8 Id., p. 209.

5Enfin le chapitre VII, « Les dimensions sociétales et politiques de l’espace public », s’interroge sur la façon d’articuler espaces publics partiels et espace public général. Pour ce faire, Miège en appelle à se saisir de la dimension « sociétale » — dont on cherchera en vain une définition, mais qui s’entend comme un ensemble de valeurs et de représentations plus large que la stricte sphère politique. Il est ainsi clair pour l’auteur que « le projet d’un EP politique unifié n’est […] plus défendable »6. Au contraire, il convient aujourd’hui « de disjoindre, dans l’espace public contemporain les aspects sociétaux à la base des espaces partiels, de l’espace public politique et de situer ces deux composantes de l’EP face à/en regard avec le pouvoir politique et l’appareil d’État qu’il contrôle »7. « Au point sans doute de devoir écrire maintenant espace public au pluriel »8, conclut-il.

  • 9 Id., p. 13.
  • 10 Pailliart Isabelle (dir.), 1995, L’espace public et l’emprise de la communication, Grenoble, Ellug
  • 11 François Bastien et Neveu Érik (dir.), 1999, Espaces publics mosaïques. Acteurs, arènes et rhétoriq (...)
  • 12 Dahlgren Peter, 1995. Television and the Public Sphere, Londres, Sage Publications.
  • 13 Negt Oskar, 2007, L’espace public oppositionnel, Paris, Payot. Il s’agit d’un recueil de textes pa (...)
  • 14 Calhoun Craig (dir.), 1992, Habermas and the Public Sphere, Cambridge, Massachussets/Londres, The (...)

6L’intérêt principal de cet ouvrage tient certainement dans la réaffirmation d’une posture qui peut se lire dès le titre : L’espace public contemporain. Contre la vision canonique d’Habermas réduisant l’espace public à un âge d’or du débat raisonné, Miège considère qu’il peut être étudié aujourd’hui, à condition d’envisager ensemble espace public et société. « L’approche de l’EP ne saurait être séparée de questionnements qui l’englobent nécessairement », écrit-il. Le chercheur doit donc procéder à « la contextualisation de l’EP dans un cadre politique, culturel, sociétal et économique spécifié rigoureusement »9. Cependant Miège n’est pas le seul à tenir cette position parmi ceux qui s’intéressent à l’espace public. On peut notamment mentionner Isabelle Pailliart10, Bastien François et Érik Neveu11 en France, Peter Dahlgren en Suède12, Oskar Negt en Allemagne13, Craig Calhoun14 aux États-Unis. Tous, à leur manière, postulent que l’espace public est contemporain par essence, c’est-à-dire qu’il est fait de processus dynamiques en constante recomposition. Qu’est-ce qui fait alors l’originalité des propositions de Miège ? C’est ce qu’il est parfois difficile de déterminer, tant l’auteur entretient un flou certain à ce sujet. Lorsqu’il aborde les théories d’autres auteurs, Miège les évoque plus qu’il ne les examine en détail. De plus, il n’indique jamais quels aspects de ces théories il conviendrait d’intégrer ou de réfuter, se gardant ainsi de se situer par rapport à elles. Or, si l’espace public ne peut être étudié sans référence au contexte sociohistorique dans lequel il s’insère, on peine à croire qu’un auteur puisse en développer une conception qui lui soit propre sans l’articuler à celles qui prétendent arriver au même résultat que lui.

  • 15 Farge Arlette, 1992. Dire et mal dire, L’opinion publique au xviiie siècle, Paris, Seuil. Ce livre (...)
  • 16 Habermas, 1993, op. cit., p. 10.

7Ce flou conceptuel laisse une impression d’inachevé. De fait, la seule vraie nouveauté du livre réside dans la distinction entre médiations et espace public établie au chapitre IV. L’intérêt pour les aspects sociétaux était déjà perceptible en 2004, il n’est ici que développé et renforcé. Quant à la conclusion sur la nécessité d’écrire aujourd’hui espace public au pluriel, elle était une évidence pour le lecteur des articles de 1995 — d’autant plus qu’elle avait été démontrée dès 1992 par les travaux historiques d’Arlette Farge15. On peut même faire remonter le pluriel à Habermas lui-même, dont la description de la sphère publique bourgeoise s’appuie sur le refus préalable de prendre en compte « la variante que représente la sphère publique plébéienne »16.

8Il est également délicat de savoir à qui s’adresse le livre : pas aux néophytes qui y chercheraient une synthèse ouvrant sur un positionnement singulier, car sa lecture ne peut se faire sans connaissances préalables ; ni aux spécialistes, à qui manqueront les débats, les choix théoriques et les propositions empiriques. Pour les premiers, Miège ne s’attarde pas assez sur les fondements de la conception de l’espace public. Pour les seconds, il s’arrête là où l’on aimerait le voir commencer. Miège indique en effet des pistes plutôt que de s’engager dans leur exploration. En répétant, chapitre après chapitre, qu’il conviendrait de faire cela ou qu’il faut prendre garde à ne pas faire ceci, il dresse un catalogue de bonnes intentions à l’usage du chercheur intéressé par l’espace public, sans toutefois lui offrir d’appareillage théorique suffisamment solide ni de solutions d’observation ou d’analyse empirique des espaces publics. Au fil de la lecture, l’attente des propositions finales de l’auteur ne cesse de grandir — et de ce point de vue le suspense est bien entretenu —, mais c’est finalement la déception qui prévaut quand on arrive à la conclusion. Fallait-il vraiment un livre pour en appeler à une prise en compte des aspects sociétaux dans l’étude de l’espace public ? Un article aurait vraisemblablement suffi.

  • 17 Lecercle Jean-Jacques, 2004. Une philosophie marxiste du langage, Paris, PUF.
  • 18 Miège Bernard, 2004, op. cit, p. 142.

9Par sa longueur, le livre rend cependant plus évident le fait que Miège, qui se dit critique d’Habermas, ne l’est au vrai pas tant que cela. En témoigne le recours constant au terme d’action communicationnelle, directement dérivé de la théorie de l’agir communicationnel. Il ne fait guère de doute que Miège souscrit au programme habermassien faisant de l’usage public de la raison le moteur de l’espace public. Et c’est sans doute ce qui l’empêche d’en dépasser les limites, dont il est par ailleurs au moins en partie conscient. La théorie de l’agir communicationnel se présente en effet comme une théorie sociale, capable donc d’expliciter l’ensemble des phénomènes sociaux. Mais dans le même temps, elle n’accepte de prendre en compte au titre de phénomènes sociaux que ceux qui répondent à la définition de l’agir communicationnel. Or cette définition est extrêmement restrictive : elle n’inclut que les échanges visant à l’intercompréhension, c’est-à-dire les échanges dont l’objectif conscient et partagé par les interlocuteurs est l’établissement d’un consensus à travers l’usage public de la raison. Tout autre type d’échange est repoussé dans la catégorie de l’agir stratégique (ce que Miège appelle les médiations) et n’est pas jugé digne de constituer un élément explicatif de la totalité sociale. C’est ce qui fait dire au philosophe du langage Jean-Jacques Lecercle que la théorie d’Habermas peut être conservée comme philosophie dernière, comme espoir d’une société pacifiée où la raison l’aurait emporté, mais en aucun cas comme philosophie première susceptible d’éclairer la société telle qu’elle est17. Miège, au contraire de Lecercle, en reste à la philosophie première, considérant que la communication, à laquelle il prête étrangement une volonté, « accompagne les changements sociaux et culturels, dans tous les champs sociaux ou presque ; et elle en est “l’activateur”, le plus souvent méconnu et dissimulé, car elle recherche le consensus entre les acteurs sociaux concernés »18.

10Finalement, ce livre révèle surtout le paradoxe inhérent à la pensée de Miège sur l’espace public. D’un côté, il plaide pour une ouverture du concept d’espace public, qu’il considère comme perpétué, élargi et fragmenté, pour l’analyse contemporaine duquel il établit cinq modèles d’action communicationnelle reliés à des logiques sociales complexes, et qu’il propose même de faire sortir du média centrisme dans lequel il est en général confiné. Mais d’un autre côté, l’espace public contemporain, ainsi que tout espace public partiel, n’est jamais comparé qu’à l’espace public originaire décrit par Habermas, qui est lui-même une construction idéal typique très partielle, laissant de grands pans de la société de côté. Ce que Miège recherche dans ces espaces contemporains, ce sont les aspects normatifs d’un débat raisonné de type délibératif : l’ouverture à la dimension sociétale s’en trouve singulièrement limitée, car de très nombreux lieux d’échange des idées et des nouvelles, qu’ils soient physiques ou symboliques, n’ont pas grand-chose à voir avec l’idéal de l’usage public de la raison. À ce titre, ses tentatives de sortir du tout médias sont particulièrement révélatrices, puisqu’elles ne concernent que la prise en compte des clubs et associations, tout en excluant la famille, le travail, l’école et les conversations quotidiennes, toutes dimensions pourtant essentielles dans la dynamique contemporaine des espaces publics et dans la construction des opinions, qu’elles soient individuelles ou collectives.

Haut de page

Notes

1 Miège Bernard, 1995, « L’espace public : perpétué, élargi et fragmenté », L’espace public et l’emprise de la communication, I. Pailliart (dir.), Grenoble, Ellug.
—, 1995, « L’espace public : au-delà de la sphère politique », Hermès nº 17-18, p. 49-62, en ligne : http://hdl.handle.net/2042/15207.

2 Miège Bernard, 2004. L’information-communication, objet de connaissance, Paris, De Boeck/INA.

3 Habermas Jürgen, 1993 [1962]. L’Espace public, Paris, Payot.
—, 1987 [1981]. Théorie de l’agir communicationnel, Paris, Fayard.

4 Miège Bernard, 2010, L’Espace public contemporain, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, p. 70.

5 Id., p. 74

6 Id., p. 203.

7 Id., p. 205.

8 Id., p. 209.

9 Id., p. 13.

10 Pailliart Isabelle (dir.), 1995, L’espace public et l’emprise de la communication, Grenoble, Ellug.

11 François Bastien et Neveu Érik (dir.), 1999, Espaces publics mosaïques. Acteurs, arènes et rhétoriques des débats publics contemporains, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

12 Dahlgren Peter, 1995. Television and the Public Sphere, Londres, Sage Publications.

13 Negt Oskar, 2007, L’espace public oppositionnel, Paris, Payot. Il s’agit d’un recueil de textes parus de 1972 à 2001.

14 Calhoun Craig (dir.), 1992, Habermas and the Public Sphere, Cambridge, Massachussets/Londres, The MIT Press.

15 Farge Arlette, 1992. Dire et mal dire, L’opinion publique au xviiie siècle, Paris, Seuil. Ce livre essentiel pour l’étude des espaces publics n’est que trop rarement cité en sciences de l’information et de la communication. Il apparaît dans la bibliographie de Miège, mais étonnamment pas dans son texte.

16 Habermas, 1993, op. cit., p. 10.

17 Lecercle Jean-Jacques, 2004. Une philosophie marxiste du langage, Paris, PUF.

18 Miège Bernard, 2004, op. cit, p. 142.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Loïc Ballarini, « Bernard Miège, L’espace public contemporain. Approche info-communicationnelle », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 06 septembre 2011, consulté le 24 juin 2017. URL : http://lectures.revues.org/6264

Haut de page

Rédacteur

Loïc Ballarini

Docteur en Sciences de l’information et de la communication, Cemti, Paris 8

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page