Navigation – Plan du site

Georges Benguigui, Fabrice Guilbaud, Guillaume Malochet, Prisons sous tensions

Caroline Touraut
Prisons sous tensions
Georges Benguigui, Fabrice Guilbaud, Guillaume Malochet (dir.), Prisons sous tensions, Éditions Champ social, coll. « Questions de société », 2011, 330 p., ISBN : 9782353711192.
Haut de page

Texte intégral

1Les critiques renouvelées faites à la France par les instances européennes quant à la vétusté de ses établissements pénitentiaires et au non-respect des textes internationaux, l’accroissement constant de la (sur) population carcérale depuis 1975, et les désillusions suscitées par la loi pénitentiaire de 2009 qui, au-delà de quelques avancées notables, laisse pour beaucoup le sentiment amer d’un rendez-vous manqué, ont incité Georges Benguigui, Fabrice Guilbaud et Guillaume Malochet à proposer un ouvrage collectif intitulé Prisons sous tensions. Si la sociologie carcérale est aujourd’hui une discipline qui se développe, la variété des analyses empêche parfois de resituer une perspective globale. En proposant des études informées, assises sur des dispositifs d’enquêtes riches et adaptés, les différents chapitres de ce livre dialoguent pour offrir un panorama informatif sur les évolutions récentes du système pénal. Il questionne le fondement politique de la prison et les dimensions les plus concrètes de son fonctionnement en mettant au jour les tensions inhérentes à l’institution carcérale en raison de l’antinomie de ses missions. Les dix contributions, articulées en quatre parties, illustrent comment les tensions structurelles s’observent et se traduisent dans le quotidien carcéral.

2La première partie, « Réformer la prison : le butoir de la sécurité » interroge les capacités de changements de l’institution carcérale. Les auteurs soutiennent que les réformes institutionnelles successives ne changent pas les prisons dont les logiques de régulations restent fondamentalement sécuritaires. Ils rejoignent ainsi Michel Foucault pour qui les réformes participent au renouvellement constant de la légitimation de l’institution, elles en sont « comme le programme ». Grégory Salle, d’abord, réinterroge le basculement incarné par 1975 dans les politiques pénitentiaires. Si l’année marque un changement législatif et le début d’un accroissement toujours constant de la population carcérale, il souligne le caractère timide et ambigu de la réforme de 1975 puisque les mesures prises pour améliorer les conditions de détention s’accompagnent d’un tour de vis sécuritaire. Aussi, la pertinence de son propos consiste à montrer que cette date apparaît surtout comme une rupture dans « l’histoire de la formation et de la transformation des peines » au travers de la création du milieu ouvert et du développement de peines de substitutions. Loin de répondre à un souci d’humanisation, ces peines « paracarcérales » sont avant tout motivées par des « considérations économiques, stratégiques et utilitaires » et satisfont essentiellement de nouveaux besoins de contrôle social des populations marginales. Pour Georges Benguigui, la sécurité représenterait l’obsession toujours plus prégnante d’une administration pénitentiaire paranoïaque. En effet, elle fait preuve à la fois d’un « délire de persécution » dont témoigne sa suspicion permanente à l’égard de tous et d’un « délire de grandeur » s’incarnant dans sa volonté de s’afficher comme la troisième force de sécurité publique. La paranoïa de la prison résulte et atteste de la souffrance de l’institution dont le besoin de reconnaissance est immense. Le profond mal-être de l’administration pénitentiaire s’explique par une inquiétude constante quant au sens de ses missions. La monomanie sécuritaire est ainsi la marque de cette absence de projet institutionnel. Il en résulte une quête identitaire perpétuelle et douloureuse tant pour l’institution que pour le personnel de surveillance dont le travail semble vidé de toute substance. Enfin, Philippe Auvergnon, après avoir brossé l’histoire du travail pénitentiaire, étudie les possibilités d’élaborer un contrat spécial pour l’encadrer, texte qui s’ajouterait une législation déjà diversifiée en la matière dans notre pays. Selon l’auteur, l’absence de contrat de travail résulte d’un véritable choix de politique pénitentiaire car, s’il paraît illusoire d’appliquer les conditions salariales en tant que telles en prison, il est tout à fait envisageable juridiquement de créer un contrat spécifique adapté au milieu carcéral. Il représenterait alors une véritable avancée législative qui est particulièrement attendue pour limiter l’arbitraire avec lequel le travail pénitentiaire s’organise actuellement et pour ouvrir, enfin, de nouveaux droits aux travailleurs détenus.

3« Violences en détention », seconde partie de l’ouvrage, remet en question une des lectures courantes des causalités de la violence en milieu carcéral en en déplaçant la responsabilité. En effet, souvent présentée comme le fruit d’un caractère propre aux personnes incarcérées en raison d’une tendance à la « naturalisation des désordres sociaux par leur imputation aux seuls individus », Antoinette Chauvenet, puis, Corinne Rostaing démontrent à l’inverse que la violence carcérale est immanente au fonctionnement de la prison et aux rapports sociaux qui se tissent à l’intérieur des murs. Antoinette Chauvenet rend compte des effets nuisibles de la théorie « du reflet » et des approches culturalistes dans la construction des politiques pénales. Ces perspectives produisent une altérité qui accentue toujours plus le caractère répressif des politiques pénales et qui génère « des effets de violence » en détention. La prison serait productrice de violence, en ce qu’elle prive les individus de liberté, d’autonomie, d’un « monde commun » et d’un « espace de conflictualisation ». Pour l’ensemble de ces raisons, un « rien » peut devenir un incident majeur. Pour tout cela aussi, la prison est, pour l’auteur, un contre-exemple de ce qu’est une institution. Le texte de Corinne Rostaing aborde la question de la violence en se centrant sur les relations croisées. La force de sa contribution consiste à nuancer largement l’idée d’un « fossé infranchissable » entre reclus et personnel tout en analysant la complexité et les paradoxes qui spécifient ces rapports sociaux. Les discours interindividuels et les observations attestent d’un rapprochement entre les détenus et les surveillants, dont les interactions sont perçues comme plutôt « bonnes » par la majorité d’entre eux. Pour autant, la violence impacte sur les relations croisées de manière contradictoire : elle limite et fragilise les relations entre détenus, qui tendent pour certains à entretenir des liens de confiance et de proximité avec des personnels les protégeant, mais elle contribue, dans le même temps, au maintien d’une distance dans leurs rapports en soudant le groupe de surveillants.

4Dans la troisième partie de l’ouvrage, « Les habits neufs du projet carcéral », les auteurs analysent comment les réformes législatives récentes, loin d’atténuer les tensions constitutives de l’institution carcérale, les renforcent. Un des intérêts majeur du texte de Fabrice Guilbaud consiste à remettre en cause l’idée selon laquelle le travail pénitentiaire se déploierait plus aisément dans les établissements semi-privés, argument qui a largement motivé la réforme de 1987 sur la privatisation des prisons. L’auteur observe que les contraintes liées au contexte carcéral pèsent moins sur le travail dans les établissements publics, les tensions entre production et sécurité étant exacerbées dans les prisons partiellement privées. Ensuite, Thomas Le Bianic et Guillaume Malochet, après avoir présenté les déceptions relatives aux effets de la loi de 1994 devant garantir l’autonomie des soins dans les établissements pénitentiaires, explorent comment les lois de 1998 concernant la prise en charge des délinquants sexuels et celle de 2008 sur la rétention de sûreté placent les professionnels de santé en prison dans une posture antagonique. Entre leur volonté d’être pleinement des soignants et l’injonction de plus en plus pressante à ce qu’ils se positionnent en experts, partenaires à part entière de l’administration pénitentiaire, médecins et infirmiers sont constamment pris dans des contractions qui complexifient inexorablement l’exercice de leur métier en prison et détériorent les relations qu’ils sont susceptibles de nouer avec les détenus. Les paradoxes irrésolvables entre le soin, l’évaluation et le contrôle, découlent, selon les auteurs, d’un entrelacement regrettable des politiques pénales et des politiques publiques de sécurité, la prison devant participer au « nouvel ordre public », qui est lui-même la conséquence « d’une résurgence d’un populisme pénal ».

5L’ouvrage s’achève par une quatrième partie qui illustre en quoi les droits ou activités auxquels les détenus ont de plus en plus accès n’échappent ni à l’emprise sécuritaire, ni à la dialectique entre progrès et contrôle. Fanny Salane analyse la condition étudiante en décryptant les obstacles qui se présentent aux étudiants détenus pour mener à bien leur projet scolaire. Les contraintes spatiales et temporelles comme les difficultés d’accès aux supports pédagogiques résultent de règles sécuritaires strictes et s’expliquent par la complexité de l’organisation bureaucratique. Les nombreuses difficultés rencontrées par les élèves ou étudiants témoignent pour l’auteur de l’absence d’une véritable volonté politique en matière de scolarisation des détenus, au-delà des discours tenus par l’administration pénitentiaire. Dans son texte, Laurent Gras rend essentiellement compte des nombreux apports des activités sportives en détention. La pratique d’un sport ouvre aux détenus de nouveaux espaces de reconnaissance et permet de revaloriser leur identité. Enfin, Michael Andrieu relate un projet musical mené en maison d’arrêt, où quelques détenus devaient organiser un concert et enregistrer un CD dans le cadre d’ateliers. L’auteur expose les bénéfices et limites d’un tel dispositif, nécessairement soumis aux règles pénitentiaires et aux failles de l’organisation carcérale. Ainsi, « on » a, par exemple, omis d’informer la population carcérale du concert concrétisant plusieurs mois de travail pour les détenus impliqués dans l’activité musicale en question.

6Une conclusion générale aurait permis de revenir sur l’unité des contributions, puisque l’intérêt majeur de l’ouvrage réside justement dans sa capacité à souligner les tensions récurrentes qui traversent les prisons, entre l’idéologie rétributive qui fonde le système carcéral et les pratiques professionnelles qui tentent paradoxalement d’adoucir le cadre dans lequel elles émergent. À ce titre, l’ouvrage apparaît comme une contribution importante aux études sur la prison.

7La force de l’ouvrage est aussi de montrer la complexité à répondre aux questions relatives au changement de l’institution, à ses « améliorations » ou à son ouverture. En effet, le constat qu’il permet de dresser est irrévocablement ambivalent. Malgré les contraintes décrites, les contributions révèlent les possibilités qu’ont désormais les détenus de pratiquer du sport, de participer à des projets artistiques, d’être soignés, de mener des études, de travailler, etc. Toutes ces activités offrent aux personnes incarcérées autant d’occasion de revêtir une autre identité que celle de détenu, partiellement mise à distance. Elles représentent de multiples supports pour une conversion du regard que les autres portent sur les personnes détenues et sur la manière dont elles-mêmes se regardent. Ces possibilités constituent aussi autant de ponts entre le monde intérieur et le monde extérieur, témoins d’une certaine perméabilité de l’institution. Cependant, les textes illustrent aussi comment l’environnement carcéral pèse sur la santé, le travail, le sport, les études, les activités artistiques, les relations ayant cours dans les établissements pénitentiaires. Les analyses mettent en lumière l’imprévisibilité et la fragilité de l’institution, freins à tout engagement dans le temps, sources d’insécurité constante et entraves permanentes à l’élaboration de relations sociales normalisées. Ainsi, rien ne semble échapper au dogme de la sécurité qui spécifie l’institution carcérale. À tel point que l’on en vient parfois à se demander où il y a tensions. En effet, on peut s’interroger sur la dimension quelque peu rhétorique du concept de tensions au vu de la force avec laquelle le poids permanent de l’emprise sécuritaire est affirmé dans certaines démonstrations. Si l’hégémonie des logiques sécuritaires reste persistante voire croissante, l’administration pénitentiaire privilégiant avant tout sa mission de garde et de maintien de l’ordre, et que les politiques de réinsertion sont encore résiduelles, alors la notion de tension perd de sa force, la première s’imposant inexorablement.

8Au final, l’ouvrage montre avec intelligence les failles d’un système pénal centré sur la coercition, et par l’étude des pratiques, à quel point l’institution carcérale est aujourd’hui en crise. Nul doute que la lecture conseillée du livre rappellera à tous, chercheurs, professionnels ou tout autre citoyen, que la prison, espace marginal et marginalisé, reste pourtant un espace central pour comprendre les transformations contemporaines du politique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caroline Touraut, « Georges Benguigui, Fabrice Guilbaud, Guillaume Malochet, Prisons sous tensions », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 09 septembre 2011, consulté le 29 juillet 2016. URL : http://lectures.revues.org/6279

Haut de page

Rédacteur

Caroline Touraut

Docteur en sociologie, Centre Max Weber (UMR 5283)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page