Navigation – Plan du site

Le Prix lycéen du livre de sciences économiques et sociales est attribué à La Loi du ghetto, le livre de Luc Bronner

Le Prix lycéen du livre de sciences économiques et sociales est décerné chaque année par des lycéens à partir d’une liste de dix ouvrages sélectionnés par le magazine « Alternatives économiques » et le site internet Liens socio. Créé en 2002, à l’initiative d’un groupe d’élèves du Lycée Modeste Leroy d’Evreux et de leur professeur de S.E.S, A. Catala, et piloté depuis 2005 à partir du Lycée J. Froment d’Aubenas, par F. Meynier et J. Patriarca, le Prix a connu un succès grandissant. Aujourd’hui une cinquantaine de lycées (français mais aussi étrangers) y participent. L’objectif du Prix lycéen est simple : favoriser la lecture d’ouvrages traitant de questions économiques et/ou sociales et permettre à des lycéens souverains dans l’attribution du Prix, de construire et partager leurs jugements critiques.

Après Je suis un chef de gang de Lamence Madzou et Marie-Hélène Bacqué (Prix 2010), témoignage et analyse du phénomène social des bandes, La loi du ghetto de Luc Bronner, journaliste au Monde (édition Calmann-Levy), recueille les suffrages. Le thème des banlieues et de la crise urbaine continue donc de retenir l’attention des lycéens. Il devance deux autres enquêtes, l’une sur le business carcéral (Le travail en prison de Gonzague Rambaud, édition Autrement) et l’autre sur l’oligarchie dans la France de Nicolas Sarkozy (Le président des riches, de Monique Pinçon-Charlot et Michel Pinçon, édition Zones).

Le choix des lycéens a porté sur un livre qui est le résultat d’un long travail d’investigation « au coeur des banlieues ». Aux discours et images politiques et médiatiques dominants (on remarquera en ouvrant le livre les extraits de discours de N. Sarkozy sur les banlieues placés en tête de chaque chapitre), Luc Bronner oppose une enquête construite à partir d’une expérience de terrain, faite de nombreuses rencontres avec les habitants des cités (dont celle, majeure et déterminante pour l’auteur, avec Karim, qui ouvre le livre). Pour l’ancien lauréat du Prix Albert Londres, il s’agit avant tout de « décrire, montrer, témoigner de la ghettoïsation de certains quartiers ». Bronner sait que le mot « ghetto » est refusé par une large partie de la recherche française. Il mesure également le poids historique du mot (le ghetto juif ou celui de l’apartheid). Mais peut-on désigner autrement ces quartiers qui sont coupés du reste de la société et à l’intérieur desquels s’est construit une contre-société, avec ses propres lois, ses propres codes et langages, ses propres hiérarchies ? Si le mot paraît difficilement acceptable et conciliable avec l’idée que l’on se fait de la République, n’est-il pas pour autant une réalité pour ceux qui y vivent ou y travaillent ? Peut-on ne pas voir ces frontières qui se sont construites autant de l’extérieur (l’auteur n’hésite pas à parler de « ségrégation sociale ethnique ») que de l’intérieur ?

Luc Bronner n'hésite en tout cas pas à tirer la sonnette d'alarme. « Les banlieues françaises sont en permanence, depuis quatre ans, au bord de la rupture ». « Les quartiers tiennent par miracle », « sur le fil du rasoir ». Faire le récit des banlieues, comme il le fait, revient à faire le récit « d'une longue dérive, une spirale où de nouveaux seuils sont franchis » . Aux dispositifs mis en œuvre par les émeutiers répondent des dispositifs policiers toujours plus importants (hélicoptères, drones, « Compagnies de sécurisation »...). Réponse de l'État qui ne se situe d'ailleurs pas seulement dans les moyens policiers mis en œuvre pour maintenir l'ordre. La bataille se joue « dans les moindres détails » et notamment sur le plan juridique. Et là aussi, pointe le journaliste, l'État a mis en place des mesures exceptionnelles qui, souligne-t-il, ne semble pas le moins du monde « intéresser les défenseurs des droits de l'homme ». Introduction et élargissement des témoins sous X, dispositifs visant à empêcher les rassemblements, à renforcer les contrôles d'identité, à étendre les gardes à vue, à permettre une intervention de la police dans la rénovation et le réaménagement des cités...L'expression « zones de non-droits », affirme le journaliste, n'a peut-être jamais été autant d'actualité...

Les lycéens du Prix ont donc plébiscité un ouvrage qui rendait compte, d'une façon polémique, d'une réalité difficile et violente, au cœur des tensions et des peurs propres à notre société. Réalité qui comme le soulignent certains lycéens membres du jury, « n'est pas forcément au centre de leurs intérêts » mais que l'auteur de « La loi du ghetto » a su dévoiler en apportant « une description complète, imagée, et objective », nourrie de « divers points de vue » (habitants des cités, spécialistes de la question des banlieues, hommes de terrain...). Un ouvrage riche qui, de l'avis des lycéens, a en outre le mérite d'être « accessible à tous »..."

Arnaud Ravel