Navigation – Plan du site

Jean-Marc Moutout, De bon matin (Sortie en salles le 5 octobre 2011)

Igor Martinache
De bon matin
Jean-Marc Moutou, De bon matin, Les Films du losange, 2011.

À lire aussi

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Réalisé en 2003, et déjà évoqué sur ce site : http://www.liens-socio.org/Violence-des-echanges-en- (...)
  • 2  Sur la genèse de cette présentation tronquée et donc déformante de l'information afin de faire le (...)
  • 3  Outre l'actualité récente, une abondante littérature s'est développée sur le sujet depuis quelques (...)

1Jean-Marc Moutout aurait pu intituler son film « Violence des échanges en milieu tempéré » si ce n'avait pas été le titre de son premier long-métrage1. Mais tout compte fait, De bon matin n'est lui-même pas dénué de significations. C'est ce moment particulier de la journée où tous les possibles semblent ouverts. Sauf que, pris en étau par la torpeur de l'éveil et les nécessités logistiques de la préparation, nous nous laissons conduire par cet habitus routinier qui nous épargne la peine de penser. C'est aussi précisément ce moment que choisit Paul (Jean-Paul Darroussin) pour, sitôt arrivé dans les locaux de la banque qui l'emploie depuis près de trois décennies, abattre de sang-froid deux de ses supérieurs. Puis, tout aussi tranquillement, il va s'installer à son bureau et passe en revue la trame des événements qui l'ont amené là. Tel est donc le point de départ du film, lui-même inspiré d'un fait divers survenu à l'été 2004. Sauf que précisément la fiction permet ici comme souvent d'inverser la logique de « fait diversification »2 de l'information qui permet au contraire d'essayer d'en restituer la consistance, fût-ce sous une forme inventée. En d'autres termes, celle-ci esquisse une proposition d'analyse des soubassements indissociablement psychologiques et sociaux d'un « pétage de plombs ». Si cette issue tragique constitue en quelque sorte une illustration de la loi de conversion de la violence symbolique en violence physique comme aurait dit Pierre Bourdieu, ce n'est pas là l'aspect le plus intéressant du film. Celui-ci se situe au contraire dans la dynamique, bien moins spectaculaire, de la trajectoire professionnelle du personnage principal, en même temps que de celle des relations sociales dans lesquelles il s'inscrit. Il ne s'agit pas de céder à une « simple » dénonciation de la souffrance au travail, qui, comme on le sait bien maintenant, n'épargne pas les cadres3, mais davantage de montrer, comme l'explique le réalisateur, comment le travail (sous-entendu rémunéré) peut être un lieu de construction de soi autant que de destruction.

  • 4  L'archétype du « salaud » dont il ne faudrait pas oublier qu'il est lui-même construit institution (...)
  • 5  Ici une subvention de quelques milliers d'euros à une association humanitaire intervenant sur la s (...)
  • 6  Voir David Mélo, Les CDI dans la tourmente, Paris, Presses de Sciences-po, 2010.
  • 7  Voir Souffrance en France, Paris, Seuil, 1998.
  • 8  Voir Alain Ehrenberg, Le culte de la performance, Paris, Calmann-Lévy, 1991.
  • 9  Voir Alain Ehrenberg, La fatigue d'être soi, Paris, Odile Jacob, 1998.
  • 10  On notera aussi que Paul se rend à un moment à l'Eglise, illustrant le sens véritable de la fameus (...)

2On voit ainsi bien comment le personnage campé par Jean-Pierre Darroussin s'est « réalisé » comme on dit dans son activité de chargé d'affaires, organisant le reste de son existence autour de cette dernière, et construisant un rapport affectif vis-à-vis de ses clients, au point de rendre son épouse jalouse et d'en devenir arrogant. Il n'en reste pas moins guidé par un certain nombre de principes moraux de confiance et de fidélité, qu'il conservera jusqu'au bout, essayant sans succès apparent de les transmettre à son fils comme à certains de ses collègues. Son ascension et la reconnaissance qui l'accompagne sont cependant stoppées net le jour où débarque un nouveau responsable Alain Fischer4 (Xavier Beauvois) qui, de son propre aveu, est envoyé pour améliorer la « compétitivité » de la filiale annécienne via la mise en place d'un certain nombre d'indicateurs de « performance ». Mal évalué par ces derniers dont l'apparente objectivité permet de légitimer et dissimuler l'arbitraire des décisions de la direction, Paul voit son statut rétrograder progressivement en même temps qu'il perd la reconnaissance de ses collègues. Une dégradation qui se lit aussi spatialement : dessaisi d'un nombre croissant de responsabilités au profit d'un jeune ambitieux qu'il a lui-même formé, il doit quitter son bureau individuel pour retourner dans l'open space auprès de son bureau. Plus encore, il subit une série d'humiliations « ordinaires » allant du tutoiement asymétrique de son supérieur – qui confond ce faisant convivialité et condescendance-, au fait qu'on oublie de le prévenir pour des changements de réunion en passant par le fait qu'on lui fasse porter le chapeau pour le licenciement d'une de ses collègues. Cette relégation qui se produit en plein contexte de crise des subprimes conduit ainsi Paul à envisager différemment son travail, qui perd tout sens à ses yeux, voire en acquiert un négatif : celui de collaborer à un système inique qui prend largement de sa « main droite » à ses salariés comme plus largement au reste de la société, tout en redistribuant quelques miettes de la « main gauche » pour redorer son image5. Comme lui rétorque cependant un de ses subordonnés quand Paul prend la défense de leur ancien patron mis en cause pour un supposé enrichissement personnel, celui-ci confond ses positions et ses intérêts. Mais l'inverse est-il réellement possible ? Quoi qu’il en soit, celui-ci prend dans le même temps conscience de sa solitude, tant dans le milieu professionnel où ses tentatives d' « ouvrir les yeux » à ses collègues font chou blanc – révélant finalement l'absence de collectifs – de travail, sans même parler de syndicats-, qui explique pourquoi la protestation chez les « cols blancs » se conjugue souvent au singulier6, tandis que ses clients qu'il croyait être ses amis lui tournent le dos, que dans sa famille, où ses proches n'entendent pas des appels qu'il n'arrive lui-même pas réellement à formuler. Film sombre dépeignant la descente d'un homme ni victime, ni bourreau, ou alors les deux à la fois, De bon matin illustre ainsi simultanément la thèse de la « banalisation du mal » d'Hannah Arendt transposée par Christophe Dejours7 au « monde de l'entreprise », où chacun collabore sans forcément s'en rendre compte à la reproduction de l'injustice économique et sociale, participant à un « culte de la performance » qui s'étend dans toutes les sphères de l'existence8 - des dîners en ville aux loisirs les plus anodins-ici une sortie à la voile en famille-, dont l'issue se trouve souvent dans la dépression, que le même auteur qualifiait de « fatigue d'être soi »910. Rares sont les illustrations aussi subtiles de ces thèses (psycho) sociologiques dont l'actualité n'a pas besoin d'être développée.

  • 11  Voir Thomas Berger et Peter Luckmann, La construction sociale de la réalité, Paris, Méridiens Klin (...)

3On peut songer certes entre autres à L'emploi du temps de Laurent Cantet (2001), à propos de l'affaire Roman, mais aussi à Deux jours à tuer de Jean Becker (2008), où Albert Dupontel est pris d'une même « conversion » - au sens sociologique du terme de rupture dans la socialisation11-, mais le film de Jean-Marc Moutout semble doté d'une force supplémentaire. À vous de juger, comme dirait le titre d'une émission du « service public » qui montre qu'un fait divers n'entraîne pas forcément un bon traitement…

Haut de page

Notes

1  Réalisé en 2003, et déjà évoqué sur ce site : http://www.liens-socio.org/Violence-des-echanges-en-milieu

2  Sur la genèse de cette présentation tronquée et donc déformante de l'information afin de faire le spectacle, voir notamment Gérard Noiriel, Immigration, antisémitisme et racisme en France (XIXe-XXe siècles). Discours publics et humiliations privées, Paris, Fayard, 2006, chap. 2

3  Outre l'actualité récente, une abondante littérature s'est développée sur le sujet depuis quelques années. Voir entre (beaucoup d') autres François Dupuy, La fatigue des élites, Paris, Seuil, 2005

4  L'archétype du « salaud » dont il ne faudrait pas oublier qu'il est lui-même construit institutionnellement, comme le montre justement Violences des échanges en milieu tempéré.

5  Ici une subvention de quelques milliers d'euros à une association humanitaire intervenant sur la scolarisation au Mali – il n'est pas sans piquant de noter que l'avant-première à laquelle, avec plusieurs collègues enseignants de SES, nous avions été invités était elle-même organisée par la fondation d'un grand groupe d'assurances…

6  Voir David Mélo, Les CDI dans la tourmente, Paris, Presses de Sciences-po, 2010.

7  Voir Souffrance en France, Paris, Seuil, 1998.

8  Voir Alain Ehrenberg, Le culte de la performance, Paris, Calmann-Lévy, 1991.

9  Voir Alain Ehrenberg, La fatigue d'être soi, Paris, Odile Jacob, 1998.

10  On notera aussi que Paul se rend à un moment à l'Eglise, illustrant le sens véritable de la fameuse assimilation de la religion à un « opium du peuple ». Celui-ci y voyait ainsi « le soupir de la créature opprimée, l'âme d'un monde sans cœur, comme elle est l'esprit des conditions sociales d'où l'esprit est exclu » (Critique de la philosophie du droit de Hegel, 1844), autrement dit une réaction erronée – parce que sans issue- au sentiment justifié d'une aliénation.

11  Voir Thomas Berger et Peter Luckmann, La construction sociale de la réalité, Paris, Méridiens Klincksieck, 1986.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Jean-Marc Moutout, De bon matin (Sortie en salles le 5 octobre 2011) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 26 septembre 2011, consulté le 26 juillet 2016. URL : http://lectures.revues.org/6410

Haut de page

Rédacteur

Igor Martinache

Prag en SES à l'Université de Créteil (ex-Paris 12)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page