Navigation – Plan du site

Claire Mouradian et Anouche Kunth, Les Arméniens en France. Du chaos à la reconnaissance

Marie-Carmen Smyrnelis
Les Arméniens en France
Claire Mouradian, Anouche Kunth, Les Arméniens en France. Du chaos à la reconnaissance, Éditions de l'Attribut, coll. « Exils », 2010, EAN : 9782916002187.
Haut de page

Texte intégral

1Il faut tout d’abord saluer la création de la collection « Exils » en 2010, par les Editions de l’attribut, consacrée à une histoire sensible et humaine de l’immigration en France : elle se propose, en effet, de brosser le portrait de l’immigration en France à partir d’une analyse scientifique, mais aussi de portraits, de témoignages, de récits des immigrés ou enfants d’immigrés. Elle comporte déjà deux volumes : l’un consacré aux Espagnols et l’autre aux Arméniens.

  • 1  C. Mouradian, « Arméniens en France, Arméniens de France », in Les Arméniens en France. Du chaos à (...)

2C’est celui consacré aux Arméniens en France qui fera l’objet de ce compte rendu. Il est découpé en trois parties : l’une, rédigée par l’historienne Claire Mouradian (directrice de recherche au CNRS) qui fournit, à partir d’une importante bibliographie, des éléments d’analyse historique sur les étapes de la présence arménienne en France depuis l’époque romaine, puis surtout à partir du milieu du XVIIe siècle. Elle analyse la place qu’ils ont pu et su progressivement y occuper, génération après génération, depuis la première arrivée en France dans les années 1920 : la première génération s’est totalement consacrée à la survie matérielle, essayant d’échapper à l’usine par la pratique de métiers (cordonnier, tailleur, tapissier, bijoutier, etc.) transmis au sein des familles d’artisans, par l’appui de réseaux d’entraide des premiers arrivés en France et l’ouverture de petits commerces ethniques (épiceries ou restaurants orientaux). La deuxième génération, née ou grandie en France, a, été celle de la revanche sociale : grâce aux études entreprises, elle a pu se tourner vers des métiers d’ingénieurs, vers les professions libérales, l’enseignement, la recherche, les métiers du spectacle ou de l’art. Les troisième et quatrième générations, totalement insérées dans la société française, commencent à accéder aux carrières publiques et se sentent investies d’une mission de « revanche nationale » et d’un retour aux sources. C. Mouradian montre aussi comment la diaspora arménienne en France doit être appréhendée comme un tout composite, traversé de multiples clivages – sociaux, politiques, régionaux– et en constante reconfiguration1. Enfin, elle étudie, de manière approfondie, les institutions qui structurent la vie communautaire des Arméniens en France : églises, partis politiques, écoles, associations, presse.

3Les deuxième et troisième parties de l’ouvrage ont été rédigées par Anouche Kunch, qui termine une thèse à l’EHESS sur « Les Arméniens du Caucase dans la diaspora de France des années 1920 à nos jours ». La deuxième partie est consacrée aux récits de trois exilés en France, tandis que dans la troisième, ce sont trois portraits d’immigrés et enfants d’immigrés qu’elle nous livre : avec une plume alerte, Anouche Kunch décrit avec sensibilité les destins brisés des exilés, leurs souffrances, leurs errances dans toute l’Europe. Dans tous les portraits qu’elle retrace, elle interroge les questionnements identitaires des Arméniens, qu’ils soient exilés, immigrés ou fils d’immigrés ; elle détaille leur quotidien et analyse leurs liens avec le pays d’origine et avec l’Arménie. Ces récits font écho aux problématiques développées dans la première partie et lui donnent chair. Ainsi, ces histoires de vie racontent la difficile ascension sociale des Arméniens installés en France, génération après génération. Les trois portraits de la troisième partie sont ceux d’Arméniens qui ont « réussi » leur intégration en France : Simon Abkarian, acteur connu de théâtre et de cinéma ; Karine Arabian, styliste et créatrice d’accessoires (chaussures, sacs, bijoux) et Alice Aslanian, héritière de la fameuse librairie Samuelian, créée par son père. Un seul petit regret : le lecteur aurait aimé aussi découvrir un autre parcours d’immigré qui n’aurait pas connu une telle réussite sociale et professionnelle en France.

4Au final, un livre de qualité, à découvrir sans tarder, pour mieux connaître la diaspora arménienne en France, mais plus largement pour repenser, avec un autre regard, plus ouvert, la présence étrangère en France.

Haut de page

Notes

1  C. Mouradian, « Arméniens en France, Arméniens de France », in Les Arméniens en France. Du chaos à la reconnaissance, Toulouse, Les éditions de l’attribut, coll. « Exils », 2010, p. 27.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Carmen Smyrnelis, « Claire Mouradian et Anouche Kunth, Les Arméniens en France. Du chaos à la reconnaissance », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 28 septembre 2011, consulté le 18 août 2017. URL : http://lectures.revues.org/6434

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page