Navigation – Plan du site

Wenceslas Lizé, Delphine Naudier, Olivier Roueff, Intermédiaires du travail artistique. A la frontière de l'art et du commerce

Camille Dorignon
Intermédiaires du travail artistique
Wenceslas Lizé, Delphine Naudier, Olivier Roueff, Intermédiaires du travail artistique. A la frontière de l'art et du commerce, La Documentation Française, coll. « Questions de culture », 2011, 264 p., ISBN : 9782111281424.
Haut de page

Texte intégral

1Ce rapport commandité par le Département des études, de la prospective et des statistiques (DEPS) du Ministère de la Culture consiste en une description fouillée de l’état actuel de l’intermédiation dans le champ de l’art. Si le “travail artistique” a désormais sa sociologie, et son mentor, Pierre-Michel Menger, l’étude démontre que les intermédiaires des artistes méritaient bien un intérêt comparable à celui porté à leurs mandants. Pour tenter de rassembler des figures aussi diverses que celle du manager, de l’acheteur ou du directeur de casting, on peut dire que l’intermédiaire participe au réseau d’un « monde de l’art » selon l’expression de Becker en intervenant dans la formation d’une relation de travail. L’intermédiaire le plus connu est l’agent : l’article L7121-9 du Code du travail prévoit à son sujet que son activité, “qu'elle soit exercée sous l'appellation d'impresario, de manager ou sous toute autre dénomination, consiste à recevoir mandat à titre onéreux d'un ou de plusieurs artistes du spectacle aux fins de placement et de représentation de leurs intérêts professionnels”. Cependant l’action de certains intermédiaires se limite à la mise en relation.

  • 1 L’agent est notamment concerné : La loi n° 2010-853 du 23 juillet 2010 a notamment supprimé toutes (...)
  • 2 F. Sagan, Le lit défait, Ldp éd. 2011 p. 25

2L’intérêt majeur de ce rapport est d’embrasser l’ensemble du spectre des métiers des intermédiaires du travail artistique, ainsi que d’éclairer les raisons qui ont conduit à certaines libéralisations1. Avant de présenter plus amplement cette étude, on citera Françoise Sagan, qui fait dans Le Lit défait un portrait réaliste de l’agent : “Petite, râblée et vive (elle parlait volontiers d’elle comme d’un vif-argent), Tony d’Albret joignait à une âme d’esclave une avidité, un sens des affaires et une mauvaise foi qui en faisaient un des agents les plus efficaces de Paris. Selon leur degré de sensibilité, les gens qui la connaissaient la disaient tonique ou effroyable, mais tous reconnaissaient qu’il valait mieux l’avoir de son côté, car elle était un danger public. Elle adorait d’ailleurs cette définition d’elle-même”2.

  • 3 “Tactiquement, [l’agent] est un ennemi. Les éditeurs ont raison de ne pas l’aimer (…).”, cité p.47

3Portrait faisant écho au témoignage de l’agent Jean-Claude Zylberstein3, car l’étude conclut que les intermédiaires du marché du travail artistique sont bien des opérateurs de marché, “au sens où ils interviennent dans les transactions marchandes pour influer sur elles, et contribuent dans le même temps à produire ces transactions sous une forme marchande” (p. 241). Pour la grande majorité d’entre eux, ils sont donc, à un moment ou l’autre, incontournables, certains devenant eux-mêmes des stars difficilement joignables : une boucle de rétroaction amplifie les notoriétés de l’agent de l’artiste dont les célébrités se renforcent mutuellement.

  • 4 La licence d’agent artistique a disparu depuis l’entrée en vigueur de la loi précitée et a été remp (...)

4Le rapport, après avoir fait œuvre de définition, s’ancre dans une typologie et une analyse concrète des situations : c’est l’analyse qualitative qui est ici privilégiée. Le premier chapitre propose trois critères permettant de caractériser l’activité d’intermédiaire du travail artistique : une diffusion d’information susceptible de déboucher directement sur un échange de rémunération entre les personnes mises en relation, une intermédiation visant le travail des artistes et non le résultat de ce travail (les biens), une gestion individuelle des carrières. Ce qui rassemble les intermédiaires au service des artistes (agents littéraires, managers) et ceux qui sont au service des employeurs (directeurs de casting, agences de publicité). L’hétérogénéité de cette liste non exhaustive justifie les distinctions des développements ultérieurs : variabilité de l’importance des diplômes, encadrement légal de la profession4 ou non, entre autres.

5Dans le deuxième chapitre, l’étude se penche sur le cas des agents littéraires. Commencer par la profession dont l’apparition est la plus récente peut surprendre, pourtant le fait qu’elle soit la plus ouvertement contestée (des éditeurs refusent purement et simplement leur entremise) est très éclairant : elle est sans doute actuellement l’exemple le plus décomplexé du “management des talents”, nouvelle manière de gérer les carrières artistiques qui apparaît sous différentes formes plus loin dans le texte. Ainsi, la technicité des compétences des agents, notamment en droit d’auteur, leur permet d’imposer une nouvelle répartition de la rémunération de l’auteur, venant bouleverser les usages liés au contrat d’édition.

6Le troisième chapitre s’organise autour du clivage majeur de l’intermédiation du travail artistique dans le secteur cinématographique, entre professionnels de l’offre, les directeurs de casting, et ceux de la demande, les agents. Des développements passionnants sont consacrés à la polarisation du métier d’agent de talents cinématographiques entre agences gérant les comédiens voués aux têtes d’affiche et agences vouées aux acteurs peu connus.

7Dans le chapitre suivant, l’étude s’intéresse au marché du travail de la photographie publicitaire. Il montre pourquoi la chaîne de l’intermédiation est aussi longue, entre le photographe et l’agence de communication, entre “créativité et efficacité marchande” (p. 133), maîtres mots des campagnes de publicité.

8L’opposition topique entre agents et managers pour ce qui est du travail musical est traitée au cinquième chapitre : alors que les managers ont un champ d’intervention maximal pour un petit chiffre de mandants, les agents se concentrent traditionnellement sur le placement d’un plus grand nombre d’artistes. L’opposition est par ailleurs largement stylistique, dans la mesure où, schématiquement, les agents gèrent plutôt la musique savante et les managers la musique populaire.

9Le sixième chapitre présente des portraits d’intermédiaires dans le cinéma, puis dans la musique classique. Ces portraits croisés permettent de mettre en valeur l’importance de l’habitus professionnel des personnes interrogées. Les extraits d’entretiens cités font écho à ce qui ressort globalement de la lecture du rapport : le raccourcissement des délais de production et l’accroissement des logiques concurrentielles favorisent les parcours plus techniques (marqués par la formation universitaire) qu’artistiques (notamment, les reconversions).

  • 5 D. Vander Gucht, «L'artiste, entrepreneur du Moi», in L’artiste et ses intermédiaires, coll., Marda (...)

10C’est au septième et dernier chapitre que les auteurs de l’étude ébauchent les généralisations dont ils ont posé les bases tout au long des parties précédentes : les intermédiaires, s’ils continuent de faire écran à certaines nécessités aux artistes, leur transmettent de plus en plus “une certaine rationalité marchande” (p. 239). L’artiste devient bien un «entrepreneur du Moi»5.

11Le rapport, bien sûr, renseigne donc son lecteur sur les évolutions de l’intermédiation du travail artistique. Mais il donne également à voir, en creux, les mutations des pratiques artistiques dans leur quotidienneté.

Haut de page

Notes

1 L’agent est notamment concerné : La loi n° 2010-853 du 23 juillet 2010 a notamment supprimé toutes les incompatibilités sauf une -l’activité de producteur d’oeuvres cinématographiques ou audiovisuelles, et élargi l’assiette de sa rémunération.

2 F. Sagan, Le lit défait, Ldp éd. 2011 p. 25

3 “Tactiquement, [l’agent] est un ennemi. Les éditeurs ont raison de ne pas l’aimer (…).”, cité p.47

4 La licence d’agent artistique a disparu depuis l’entrée en vigueur de la loi précitée et a été remplacée par une inscription obligatoire sur un registre national.

5 D. Vander Gucht, «L'artiste, entrepreneur du Moi», in L’artiste et ses intermédiaires, coll., Mardaga 2010

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Dorignon, « Wenceslas Lizé, Delphine Naudier, Olivier Roueff, Intermédiaires du travail artistique. A la frontière de l'art et du commerce », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 05 octobre 2011, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/6489

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page