Navigation – Plan du site

Baptiste Coulmont, Sociologie des prénoms

Jean-François Blanchard
Sociologie des prénoms
Baptiste Coulmont, Sociologie des prénoms, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2011, 128 p., EAN : 9782707157782.
Haut de page

Texte intégral

1La sociologie des prénoms de Baptiste Coulmont, aux éditions « La Découverte », collection « Repères » expose la richesse et la diversité — mais aussi la complexité — de ce marqueur d’identification dont nous sommes tous porteurs et dont nous faisons quotidiennement usage dans le cercle de nos proches, en famille, entre amis ou au travail. Le prénom est à la fois lisible1 et stable car, saisi par l’État, il constitue une marque attestant de l’intégration de l’individu dans la communauté nationale. Mais, en même temps, il porte l’empreinte de subjectivités de diverses natures (la mode, la tradition, les affects…). Pour le chercheur en sciences sociales, le prénom est, en raison même de ses caractéristiques, un indicateur de choix exploitable aisément grâce au traitement informatique des données au moins sur le plan quantitatif. L’exploitation qualitative reste, elle, plus délicate mais néanmoins parfois irremplaçable.

2L’ouvrage, illustré d’exemples ou d’observations éclairants, rend compte de tout cela de façon attrayante. L’exposé prend appui sur un abondant corpus de recherches et d’études, l’abondante bibliographie fournie puise dans l’histoire, l’anthropologie et la sociologie. Quatre chapitres reprennent les différents registres dans lesquels se déploie la Sociologie des prénoms.

3En premier lieu (Chapitre 1 : Le prénom saisi par l’État), c’est dans le cadre d’un processus historique au cours duquel l’État affirme, au détriment d’entités plus locales et religieuses, son contrôle sur l’individu par l’identification des personnes que le prénom devient ce que nous en connaissons aujourd’hui. En dépit de repères juridiques précis (1792 : laïcisation de l’état-civil) le processus est lent, qui vainc les résistances, substituant une logique d’identification par ascendance à une logique marquant la singularité individuelle. Avec la Révolution, le nom de baptême et les registres paroissiaux commencent à perdre leur primauté. Autrefois inscrit dans un système d’interconnaissance dans un groupe restreint — cinq prénoms suffisant au Moyen Âge pour nommer une génération — le prénom régi par l’état civil va progressivement rendre possible l’exercice du pouvoir central dans ces politiques régaliennes de conscription et de scolarisation. Le système onomastique que nous pratiquons est issu de l’usage romain à trois éléments2. La diversification des prénoms s’accélère avec l’évolution socio-économique et l’individualisation.

4Baptiste Coulmont démontre dans le chapitre 2 que le prénom apparait dans l’histoire des pratiques sociales comme un « bien de mode ». On peut repérer divers phénomènes qui caractérisent son évolution sociale. D’abord, le recul des effets de la transmission familiale qui concevait le prénom sous la forme d’un héritage. En effet, à partir du milieu du 19e siècle le prénom va être choisi hors de la famille — plus facilement pour les filles, les garçons restant plutôt porteurs de la continuité. De fait, le stock des prénoms augmente et la croissance s’accélère : on trouvait vingt prénoms dominants pour une classe d’âge en 1946, on en compte 140 en 2004. Des phénomènes cycliques d’une durée de 40 ans environ peuvent être observés (par exemple le prénom Michel est en pointe vers 1940, il est alors portée par 1% de la génération), la structure des prénoms évolue (on note par exemple depuis 1970 la diminution du nombre de lettres constitutive des prénoms).

5Les prénoms marquent souvent les générations et des retours au goût du jour sont constatés après un siècle ou un siècle et demi de désaffection. Si l’engouement pour un prénom peut être rapide (à l’exemple des prénoms révolutionnaires), le déclin prendra alors la même allure. Au-delà de ces observations quantitatives, Baptiste Coulmont s’intéresse aux raisons qui gouvernent les variations de ce marqueur social qui sont d’autant plus subjectives que l’usage d’un prénom est libre et gratuit. Dans le choix des prénoms il existe une dimension liée à l’échelle sociale et une dimension liée à la sociabilité. Selon les catégories sociales, les choix seront tantôt novateurs, tantôt conservateurs, tantôt guidés par l’imitation ou le rejet. Les interactions sociales, la représentation du prénom pour les parents ou au sein du groupe sont des facteurs explicatifs des choix ou des évolutions car les prénoms peuvent évoluer soit sur un élément, soit par expansion sans trancher nécessairement sur l’usage courant.

6Le chapitre 3 aborde les usages sociologiques des prénoms. Le prénom est considéré comme un indicateur qui permet de mettre à jour une structure sociale latente, c’est une variable intermédiaire qui exprime le phénomène social étudié. Ainsi, assez naturellement, le prénom est-il indicateur du sexe, dans une certaine mesure, car certains prénoms ont pu changer de genre, ainsi Marie a d’abord été prénom masculin avant d’être féminin. L’usage du prénom reflète les évolutions de la structure familiale dans le temps. Le naming for kin est par exemple un révélateur des relations familiales. Aujourd’hui le second et le troisième prénom peuvent à ce titre intéresser l’anthropologue penché sur les liens familiaux de parentèle et d’alliance.

7Sur un autre plan, le prénom permet au sociologue, au chercheur en sciences politiques ou à l’historien d’appréhender l’opinion publique. L’exemple de l’Allemagne, du nazisme, à la séparation des blocs est donné au lecteur en illustration. Dans d’autres domaines, le prénom apparaît - sous réserve de résoudre les difficultés méthodologiques de faire parler les prénoms - comme un indicateur d’intégration, d’assimilation ou de discrimination. Ainsi, le prénom peut permettre de repérer l’ethnicité en milieu scolaire et de mesurer les inégalités (travaux de Felouzis3). La mise à l’épreuve des prénoms comme témoins d’inégalité - le testing - est une autre modalité de l’exploitation scientifique de cet indicateur.

8Le quatrième chapitre aborde l’usage social du prénom, qui reste plus difficile à appréhender. Qui dans un couple choisit le prénom ? Dans un couple mixte ce choix permet de mesurer l’équilibre des positions. Il semble qu’un partage soit souvent recherché mais cela n’est pas général. Nommer c’est reconnaître l’individu, le prénom vient à l’enfant conçu avant même d’être viable comme la reconnaissance d’une identité. À l’inverse, nier le nom ou le prénom est le signe même des institutions totalitaires ou aliénantes. L’usage des surnoms permet de nommer les personnes autrement. Baptiste Coulmont observe ce trait commun aux politiques, dans la mafia, chez les prostituées comme l’expression d’une norme relationnelle, d’une culture commune, une forme de complicité.

9La multiplicité des registres dans lesquels le prénom se décline peut apparaître à certains moments déroutante. À mesure que l’on entre dans le subjectif, le tableau prend une forme impressionniste. Comment s’étonner ? Le prénom est à la fois contrainte et espace de liberté. Outre son originalité l’intérêt de cet ouvrage est d’éveiller la curiosité aussi bien celle du débutant que celle du sociologue ou de l’historien chevronné.

Haut de page

Notes

1  Baptiste Coulmont emploie l’anglicisme legible

2  Nomen, pronomen, cognomen

3  Felouzis, Georges, « La ségrégation ethnique au collège et ses conséquences », 2003/3,

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Blanchard, « Baptiste Coulmont, Sociologie des prénoms », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 07 octobre 2011, consulté le 27 juillet 2016. URL : http://lectures.revues.org/6504

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page