Navigation – Plan du site

Serge Paugam, Le lien social

Benoit Ladouceur
Le lien social
Serge Paugam, Le lien social, Presses universitaires de France, coll. « Que sais-je ? », 2008, 127 p., EAN : 9782130559580.
Haut de page

Texte intégral

1La notion de lien social est faussement simple à saisir. Très souvent mobilisée sans être définie, elle renvoie cependant à des mécanismes complexes dont l'analyse est au cœur de la pensée sociologique. Dès ses débuts la sociologie a montré l'évolution des liens sociaux dans un contexte d'individualisation croissant. L'analyse du lien social et de son évolution à la fin du XIXème siècle est inséparable de la compréhension du changement social, qui touche la société de l'époque. Ce thème est abordé dans le premier chapitre intitulé « L'interrogation sociologique ». Serge Paugam propose de réfléchir à partir de la thèse d'Emile Durkheim, De la division du travail social, soutenue en 1893. Ce dernier analyse le changement social en portant son regard au niveau des liens de solidarité. Les sociétés traditionnelles, à dominante agraire, étaient caractérisées par la solidarité mécanique organisée par la communauté locale entre des individus qui partagent les mêmes valeurs et se conforment aux règles collectives. La conscience collective que Durkheim définit comme «  l'ensemble des croyances et des sentiments communs à la moyenne des membres d'une même société » imprègne davantage les comportements dans les sociétés traditionnelles. La modernité se traduit par une solidarité organique, fondée sur la complémentarité et l'interdépendance des individus et des fonctions sociales qu'ils remplissent. Cette complémentarité, qui résulte de la division du travail social est rendue possible par un affaiblissement de la conscience collective. Le sociologue allemand Ferdinand Tönnies avait également posé la question de la transformation du lien social dès 1887. Il oppose deux types idéaux, la communauté propre aux sociétés traditionnelles, au sein desquelles la proximité et l'interconnaissance de ses membres est forte ; la société est quant à elle impersonnelle, les relations en son sein sont contractuelles et non plus fondées sur la seule confiance. Max Weber propose d'analyser la transformation du lien social en distinguant les rationalités traditionnelles et « affectuelles » des sociétés traditionnelles, des rationalités en valeur et en finalité des sociétés modernes. Serge Paugam mobilise dans son livre ces auteurs classiques, en les confrontant et précise ainsi leurs convergences et leurs désaccords. On peut noter ici que cette dialectique repose sur des analyses macrosociales mobilisant des idéaux types. Cela permet d'expliquer pourquoi des éléments caractéristiques des communautés sont mêlés et persistent au sein des sociétés contemporaines.

2Le deuxième chapitre intitulé « Solidarisme et lien social » part du paradoxe résultant de l'évolution du lien social dans les sociétés modernes : « l'autonomie croissante de l'individu débouche sur des interdépendances plus étroites avec les autres membres de la société ». La solidarité organique se met en place de façon institutionnelle, assurant à tous une plus grande protection contre les risques sociaux. Cependant, ce mouvement est progressif et va toucher l'ensemble des liens qui rattachent l'individu à la société. La communauté perd son rôle protecteur, l'individu peut alors s'en émanciper, investissant différemment les institutions traditionnelles. Il faudra attendre l'année 1946 instituant le système de protection sociale généralisée pour voir la solidarité collective appliquée à tous. Avant la guerre, l'idée d'une protection sociale assurée par des organismes d'assurances se développe en lien avec l'essor du salariat. Cette histoire spécifique de la France explique la dualité de son système de protection sociale, à la fois assuranciel, adossé au travail et universel financé par l'Etat.

  • 1 Norbert Elias, La société des individus, (1ère édition en allemand, 1987), Paris, Fayard, 1991.

3Le troisième chapitre analyse les conséquences du passage « Du lien social aux liens sociaux ». En effet, alors que dans les sociétés à solidarité mécanique les individus étaient inscrits dans un cercle étroit de socialisation, les sociétés modernes se caractérisent par la pluralité des liens reliant les individus au monde social. Les travaux de Georg Simmel et Norbert Elias ont mis en évidence la pluralité des appartenances, analysant le lien social des sociétés modernes comme l'entrecroisement de plusieurs liens. Elias se sert de l'image d'un filet pour illustrer ce qu'il nomme une configuration. «  Un filet est fait de multiple fils reliés entre eux. Toutefois ni l'ensemble de ce réseau ni la forme qu'y prend chacun des différents fils ne s'expliquent à partir d'un seul de ces fils, ni de tous les fils eux-mêmes ; ils s'expliquent uniquement par leur association, leur relation entre eux. »1

4La construction d'une identité est un enjeu essentiel dans les sociétés modernes. Elle repose sur l'inscription dans un ensemble de liens sociaux qui assurent à l'individu la reconnaissance d'autrui. L'auteur propose une typologie de quatre types de liens sociaux principaux (le lien de filiation, celui de participation élective, le lien de participation organique entre acteurs de la vie professionnelle, et le lien de citoyenneté) indiquant la forme de protection de reconnaissance associée.

5Dans le quatrième chapitre , intitulé « Fragilité et rupture », l'auteur mobilise les travaux des sociologues contemporains analysant les risques et les conséquences individuelles de la rupture des liens sociaux. Les conséquences de la rupture d'un lien sont variables d'un individu à l'autre. Les plus défavorisés n'ont souvent que peu de ressources pour tisser et entretenir des liens suffisamment nombreux capables de leur assurer une stabilité. Reprenant les quatre liens principaux énoncés dans le troisième chapitre, Serge Paugam indique les conséquences en terme de protection et de reconnaissance entraînées par la rupture de chacun d'eux. Son analyse faite dans la Disqualification sociale. Essai sur la nouvelle pauvreté paru en 1991 montre le risque de cumulativité de la rupture de lien social.

6Le dernier chapitre de l'ouvrage aborde « Les nouveaux défis » posés par le retour de l'insécurité sociale. La question de la cohésion sociale est au centre de cette réflexion. En effet, le principe de la solidarité organique est mis à mal depuis le durcissement des conditions de vie dans les années 1980 lié à l'explosion du chômage et de la précarité salariale. L'auteur indique qu'entre 1993 et 2001 l'explication de la pauvreté par la paresse dans l'ensemble des pays européens a fortement cru alors que l'explication par l'injustice sociale a fortement décliné. Cette stigmatisation masque la question de la place des plus désavantagés dans le système social. Aujourd'hui les moins qualifiés sont aussi les moins bien protégés, les moins stables professionnellement, et ceux qui bénéficient le moins de la formation continue. L'école joue aussi un rôle important dans la reproduction des inégalités sociales et économiques. Comme le dit l'auteur « Est-ce normal que les enfants des milieux défavorisés soient condamnés à échouer dans le système scolaire sans avoir la chance d'acquérir les bases nécessaires à leur intégration sociale ? » Pour répondre à ces problèmes, l'auteur préconise de ne pas opposer les politiques universalistes et catégorielles. Il propose ainsi de corriger temporairement les principes universalistes par des mesures catégorielles. De la même façon, les sociologues montrent aujourd'hui la persistance et la reconfiguration des liens de solidarité de type communautaire. Au sein des familles, les femmes fournissent des aides indispensables aux personnes dépendantes (les jeunes, les malades et les personnes âgées en particulier). La solidarité et le lien social ne sont pas du seul ressort de l'Etat. Au contraire, la pluralité des formes de solidarité correspond à la multiplicité des liens sociaux. Ainsi, l'objectif de renforcer le lien social passe par une action visant à accentuer chacun des liens sociaux en organisant leur mise en relation.

Haut de page

Notes

1 Norbert Elias, La société des individus, (1ère édition en allemand, 1987), Paris, Fayard, 1991.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benoit Ladouceur, « Serge Paugam, Le lien social », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2008, mis en ligne le 28 août 2008, consulté le 26 juin 2016. URL : http://lectures.revues.org/653

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page