Navigation – Plan du site

William Gasparini, Michel Koebel (dir.), « La double réalité du monde sportif », Savoir/agir, n°15, mars 2011

Delphine Moraldo
La double réalité du monde sportif
William Gasparini, Michel Koebel (dir.), « La double réalité du monde sportif », savoir/agir, 15, mars 2011, 132 p., Éditions du Croquant, ISBN : 9782914968874.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Revue de gauche dirigée par le sociologue spécialiste des croyances économiques qu’est Frédéric Le (...)

1C’est le dossier thématique consacré à « la double réalité du monde sportif » qui nous intéressera particulièrement dans ce compte-rendu du quinzième numéro de la revue de l’association Savoir/Agir1.

2Dans ce dossier de près de 60 pages, une dizaine de sociologues portent un regard critique et « dévoilant » sur le sport d’aujourd’hui à partir d’une problématique centrale : celle de la « double réalité du monde sportif », à la fois manifestation, compétition réelle, et manifestation symbolique, « ensemble des représentations d’un spectacle mis en scène et diffusé par les médias » (p. 9), c'est-à-dire à la fois une réalité objective et une réalité subjective (comme le rappelle Manuel Shotté à propos de l’athlétisme, s’appuyant sur cette distinction de Pierre Bourdieu, p. 24). C’est cette deuxième facette qui intéresse bien évidemment les auteurs : sport assujetti au politique, à l’économique et en particulier au modèle néolibéral dominant, mais aussi domination symbolique du sport avec la complicité des sportifs, amateurs ou professionnels. « C’est finalement au nom des valeurs de gratuité, d’éducation et de la passion que s’institutionnalise une organisation sportive éminemment libérale dans son fonctionnement » (p. 10), écrivent les deux coordinateurs du dossier, William Gasparini et Michel Koebel, en introduction. Un entretien conclusif avec Jacques Defrance, célèbre sociologue français du sport, permet de revenir sur les évolutions, la place, et la fonction de dévoilement de la sociologie du sport en France depuis son apparition dans les années 1960.

3Ce dossier qui se propose « d’interroger les vertus/valeurs du sport et de son organisation comme catégorie(s) de pensée » (p. 10) s’ouvre à juste titre sur un article de Gildas Loirand qui montre comment l’Etat français n’a cessé depuis les années 1960 de se désengager du domaine sportif, comme en témoigne en 2007 le rattachement des sports, qui avaient jusqu’alors toujours bénéficié de leur propre département ministériel, au ministère de la Santé. Pour le sociologue, cette évolution traduit paradoxalement l’avènement d’un sport marqué avant tout par la compétition, rompant avec les principes éducatifs et moraux (une vision du sport soucieuse de santé et d’éducation avant tout) qui soutenaient la création du secrétariat d’Etat à la jeunesse et aux sports de 1963, et que masque aujourd’hui l’association purement médiatique avec l’idée de santé. Cela fait conclure Gildas Loirand à une véritable « démission » de l’Etat devant les coûts sociaux et physiques du sport (les accidents liés au sport, notamment compétitif, étant plus nombreux que jamais).

4Le ton du dossier est donné. Dans les articles suivants, les différents auteurs tentent de dévoiler certains aspects de la « face cachée du monde sportif » (p. 10) : sa hiérarchie interne, les rapports de domination à l’œuvre, les effets pervers de la professionnalisation de certains sports, le rôle politique des instances locales de pouvoir, ou encore la précarité des sportifs. Dans son article sur les athlètes professionnels peu reconnus, Michel Schotté montre ainsi comment la structuration libérale de l’espace athlétique place l’athlète professionnel immigré, « entrepreneur de sa propre carrière », dans une situation précaire tant  financière que symbolique.

5C’est également aux athlètes (olympiques cette fois-ci) que s’intéresse Sébastien Fleuriel, dans un article faisant écho à celui de Michel Schotté et qui montre de la même façon que dans la division des rôles sportifs de l’athlétisme, ce sont les athlètes qui se trouvent en position précaire, exposés médiatiquement et socialement. Les dirigeants sportifs, qui dénient toute réalité aux conditions objective de production des performances, jouent un rôle non négligeable dans ce processus de précarisation des athlètes. Ce sont ces mêmes dirigeants qui accusent « le marché » alors qu’ils organisent des compétitions toujours plus exigeantes dans lesquelles les athlètes doivent s’engager sans filets de protection (ce que montrait également Michel Schotté). Au final, la formule de Sébastien Fleuriel exprime bien l’idée de « double réalité », réelle et symbolique, du monde sportif : « C’est qu’au principe de réalité, on préfère encore et toujours le mythe, celui d’un sport imaginé autrefois vertueux et perverti depuis par le marché » (p. 38).

6Hassen Slimani s’attache quant à lui, dans un  article sur le football français, à objectiver les mécanismes de reproduction des rapports de force qui structurent le champ du football, et de déconstruire ces « mythes fondateurs » assignés au sport par ses dirigeants (l’unicité de la « grande famille du football », « l’intégration par le sport », etc.). C’est en se recentrant sur les spécificités du champ fédéral (les rapports de pouvoir entre les différents échelons du football et entre ces échelons et les joueurs) qu’on peut comprendre les différentes affaires qui frappent le monde du football.

7Enfin, l’article de Michel Koebel conclut à propos cette enquête sur la « face cachée » du sport en dévoilant la place importante du sport dans l’espace politique local, où les sportifs de haut niveau sont autant de « vitrines locales », au détriment du sport amateur et associatif.

8Le troisième volet de ce dossier consiste en un article de William Gasparini consacré au sport à l’échelle européenne, et qui se veut « une sociologie critique de l’Europe du sport des fonctions que les acteurs de l’Europe institutionnelle attribuent au sport » (p. 50). Plus précisément, l’auteur revient sur la construction sociale (politique, économique, scientifique, mais aussi symbolique) de la catégorie de « sport européen » ou de « modèle sportif européen », selon plusieurs modèles : une européanisation sportive « par le bas » et une européanisation sportive libérale « par le haut ».

9Au final, ce dossier remplit fort bien sa tâche critique de dévoilement des différentes réalités du monde (des mondes ?) sportif(s), mettant au jour les rapports de force et les structures de pouvoir qui pèsent sur l’organisation des sports. L’entretien final avec Jacques Defrance est particulièrement éclairant sur la place de la sociologie française du sport de nos jours. On pourrait cependant regretter dans ce dossier l’absence d’articles consacrés à des sports moins médiatisés et dominants dans le champ sportif que l’athlétisme ou le football…

Haut de page

Notes

1  Revue de gauche dirigée par le sociologue spécialiste des croyances économiques qu’est Frédéric Lebaron (un long entretien portant sur son nouvel ouvrage, La crise de la croyance économique, lui est d’ailleurs consacré dans ce numéro).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Delphine Moraldo, « William Gasparini, Michel Koebel (dir.), « La double réalité du monde sportif », Savoir/agir, n°15, mars 2011 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 10 octobre 2011, consulté le 22 août 2017. URL : http://lectures.revues.org/6536

Haut de page

Sujet

Économie

Inégalités

Pauvreté - précarité

Politique

Sports et loisirs

Travail

Violence

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page