Navigation – Plan du site

Didier Demazière (dir.), « Les discours de l'accompagnement : nouvelles normes du retour à l'emploi », Langage & société, n°137, septembre 2011

Anne Jacquelin
Les discours de l'accompagnement : nouvelles normes du retour à l'emploi
Didier Demazière (dir.), « Les discours de l'accompagnement : nouvelles normes du retour à l'emploi », Langage & société, n°137, septembre 2011, Paris, Maison des Sciences de l'Homme, EAN : 9782735113224.
Haut de page

Texte intégral

1Dans ce numéro de la revue pluridisciplinaire Langage et société, Didier Demazière et Marc Glady ont cherché à réunir des textes qui analysent les pratiques langagières de l’accompagnement à l’emploi. L’objectif est de s’intéresser aux outils du discours du Pôle Emploi et autres organismes d’insertion économique (y compris la version Belge). Par cette sociologie de l’objet, on apprend à lire et écouter dans les discours ce qui se joue au cœur du monde de l’insertion du côté des professionnels et des politiques.

2De très bons ouvrages traitent de ce type de problématique, en particulier le travail de Serge Paugam qui a construit une typologie du rapport des « assistés » aux organismes d’insertion1 et dans lequel il analyse la teneur du discours pour y trouver le taux d’attachement des « assistés » à leur assistance. Du côté des professionnels, on trouve dans ce numéro un intérêt pour le discours d’accompagnement, la réorganisation des structures d’accueil, la culture du résultat. Par exemple, dans « Les dynamiques langagières de l’accompagnement », Ingrid de Saint-Georges montre comment le discours « préfiguratif » impacte l’accompagnement de ces chômeurs en reconversion professionnelle. En effet, l’étape importante de l’accompagnement n’est pas tant le retraçage du passé et de l’échec mais plutôt la projection sur l’avenir du chômeur, l’ouverture des possibles. Ce type de discours sera déterminant en ce sens que ce que dit l’accompagnant est susceptible de déterminer le parcours de l’accompagné : « Le professionnel accompagne donc aussi le processus décisionnel du bénéficiaire » (p.53). En montrant cette forme perlocutoire (effet du discours sur l’interlocuteur) du discours, l’auteure interroge les limites de la posture d’accompagnant, par exemple dans les cas où il n’a plus de ressources ou de conseils à donner. Jusqu’où chercher à imposer ses ressources, à quel point devoir influencer l’autre, gérer sa « force illocutoire » (proposer ou faire pression) ?

3Si le discours des accompagnants prend toute son importance aujourd’hui, c’est parce qu’il illustre une réelle évolution du rôle des organismes d’insertion qui rationalisent leur organisation et leurs missions, sous traitent les activités de formation, de bilan, de coaching, etc2. Cet ouvrage illustre par le discours de ses membres les changements d’orientation du Pôle Emploi qui a créé des « clubs RH » ayant pour vocation d’ici 10 ans de devenir l’organisme privilégié de placement des chômeurs dans le bassin économique local3. La demande politique d’un nouveau management des politiques publiques4, l’injonction à une certaine productivité orientent nécessairement le discours et les interactions entre les parties prenantes, d’où l’intérêt d’une analyse des discours. Sophie Divay dans l’article « Une progressive rationalisation de l’encadrement des chômeurs » montre que la recherche d’emploi devient un univers balisé et encadré. Dans une double enquête très documentée, l’auteure parcours les principaux dispositifs d’insertion professionnelle ou économique. Elle rappelle les étapes de la recherche, processus partagé par tous les organismes et qui mettent le chômeur dans une dimension dans laquelle il doit se livrer, s’investir et devenir stratège. Finalement, cette auto-formation encadrée comporte des tensions ou des échanges « plus symbolique[s] que pratique[s] » pour faire d’eux un « bon chercheur d’emploi », avec l’injonction à être actif et autonome. Les conseillers eux-mêmes sont de plus en plus encadrés dans leur marge de manœuvre : open space, temps encadrés, rapports de RDV, etc. L’objectif étant un retour à l’emploi quel qu’il soit et coûte que coûte, en témoigne l’anglicisation tant du vocabulaire que des pratiques.

4Il en va de même en Belgique selon Bernard Conter : il nous fait découvrir les documents et discours politiques et administratifs que le Plan Belge met en place pour amener les structures et les chômeurs à combattre la passivité. Mais ce texte donne surtout à voir la stratégie politique derrière ce projet et comment les documents dénotent de l’intention sous-jacente d’une politique sur sa population. Au-delà de la diffusion de nouveaux éléments de langage auprès de sa population, on voit que le système belge, au même titre que les autres pays européens, s’inscrit dans une révolution de l’univers du chômage pour lui donner une dimension individuelle et dynamique.

5Pour aller plus loin sur les techniques d’analyse du discours, bien qu’elles soient assez peu accessibles à ceux qui ne maîtrisent pas le vocabulaire technique des fonctions langagières et de l’analyse discursive, Marc Glady offre une démonstration d’une rhétorique loin d’être anodine dans une situation d’accompagnement. Il y analyse des jeux de langages et des figures de styles à partir d’une enquête réalisée par des étudiants auprès de professionnels. Par exemple, la « mobilisation discursive de l’auteur » (p.27) est en fait le « vous » du professionnel qui invite l’interlocuteur dans son imaginaire par des anecdotes concrètes au métier et créé une connivence ; l’« énoncé à connotation critique » du type « je ne dis pas », « je n’ai rien à dire » permet d’alerter sur les problématiques du métier d’accompagnement : formation, évolutions politiques, changement des publics ; les « ruptures énonciatives » qui font passer du rapport professionnel au rapport personnel, les ellipses qui servent à ne pas dire ce que vous aurez déjà compris dans le ton de l’énonciation ; bref, tous ces éléments montrent comment l’accompagnant comme l’accompagné devront agir dans le processus d’accompagnement. Par ce biais, l’auteur confirme ses conclusions : tensions dans le travail des accompagnants, problématiques de résultats, inadéquation entre la diversité des formations dont sont issus les professionnels et la marge de manœuvre dans le travail. Ces « jeux de langage » sont des outils « symboliques » qui sont nécessaires à tout sociologue afin de mieux saisir les problématiques sur les conditions d’échanges entre les parties prenants de l’entretien sociologique autant que dans n’importe quel autre type d’entretien qu’ils concernent l’embauche, l’évaluation, l’accompagnement à l’emploi, etc. (temps, vocabulaire, connaissance, compréhension).

6Si la revue promettait une bonne couverture d’un marché complexe et aux multiples acteurs, les articles proposés couvrent finalement assez peu de problématiques concernant de nouvelles normes d’accompagnement à l’emploi en particulier. Ce que le « parler veut dire » a du sens pour ces situations sociales et on peut donc saluer la démarche des auteurs. Cependant, on peut regretter que le travail d’analyse de discours fasse si peu référence aux travaux de Goffman tant sur les rôles que sur les types de discours. De même, des rapports plus conflictuels, dit de « domination » entre l’insider et l’outsider, auraient pu être mis en avant pour faire plus de références aux éléments méso ou macro sociaux qui encadrent complètement la nouveauté de ces discours (mode de recrutement des personnels, changement de la mission des organismes, baisse des budgets, etc.).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Jacquelin, « Didier Demazière (dir.), « Les discours de l'accompagnement : nouvelles normes du retour à l'emploi », Langage & société, n°137, septembre 2011 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 14 octobre 2011, consulté le 29 juin 2017. URL : http://lectures.revues.org/6557

Haut de page

Rédacteur

Anne Jacquelin

Doctorante Université Paris 8 – CNRS, Centre de Recherche Sociologique et Politique de Paris (CRESPPA), Équipe Genre Travail Mobilités

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page