Navigation – Plan du site

Marwan Mohammed, La formation des bandes. Entre la famille, l'école et la rue

David Descamps et Agathe Foudi
La formation des bandes
Marwan Mohammed, La formation des bandes. Entre la famille, l'école et la rue, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Le Lien social », 2011, ISBN : 9782130578727.
Haut de page

Texte intégral

1Dans l’ouvrage La Formation des bandes. Entre la famille, l’école et la rue, le sociologue Marwan Mohammed tente de comprendre la formation des bandes, d’analyser leur fonctionnement et leurs fonctions. La thèse défendue par l’auteur est que la formation des bandes, définies comme « des regroupements juvéniles, informels et durables, qui se distinguent par une dynamique transgressive et un rapport conflictuel avec leur environnement immédiat » (p.6), résulte d’un « cumul de désavantages sociaux et spatiaux […]» (p.18).

2La force de cette thèse est de s’appuyer sur une enquête de terrain, qui s’est principalement déroulée entre 2003 et 2007, essentiellement dans la ZUS des Hautes-Noues, située dans l’agglomération parisienne. Il en ressort une monographie particulièrement riche, alimentée par différents matériaux, composés tout à la fois d’éléments qualitatifs et quantitatifs issus notamment d’entretiens menés par l’auteur.

3Pour Marwan Mohammed, la compréhension de la formation des bandes est indissociable de l’analyse de la famille, de l’école et de la rue, considérées toutes trois comme des espaces d’interactions et des instances de socialisation. L’engagement déviant au sein des bandes résulterait alors de la victoire de « la rue » sur l’école et la famille dans le processus de socialisation des individus. Dans ce processus, la rue tirerait en partie sa légitimité de la délégitimation de l’école mais également de la famille.

4Marwan Mohammed montre, dans le premier chapitre de son ouvrage, que l’école est un vecteur des conduites déviantes. Elle érigerait l’échec scolaire en norme dominante pour les enfants du quartier, et engendrerait « de la frustration et du pessimisme collectif, deux ressorts essentiels dans la formation des bandes » (p.46). Elle participerait également à la naissance d’une vision stratifiée de l’ordre social, opposant ceux qui sont disqualifiés aux autres.

5Pour de multiples raisons développées par l’auteur, c’est au collège que l’engagement déviant dans une bande semble s’affirmer. Le collège apparaît en effet comme un lieu où les déviances scolaires « favorisent la formation des bandes, en agissant comme un filtre normatif qui rend possible les cooptations » (p.69).

  • 1  On peut faire référence notamment aux « injonctions paradoxales » et aux comportements déviants de (...)

6Le rôle de la famille dans l’engagement déviant n’est pas négligeable pour Marwan Mohammed, qui lui consacre les deux chapitres suivants. Dans le premier, il insiste sur l’importance de l’ambiance familiale tout en montrant qu’il semble difficile d’établir un lien mécanique entre celle-ci et la participation aux bandes. Il insiste aussi sur les ruptures familiales (décès, perte d’emploi,…) qui peuvent déréguler l’ordre familial et ouvrir la voie à d’autres modes de régulation. Enfin, l’engagement déviant des enfants pourrait être lié à des incohérences et des contradictions normatives mettant en jeu la famille mais également d’autres institutions1. Dans le second, Marwan Mohammed se focalise sur la capacité des parents à opérer une supervision (un contrôle) efficace de leurs enfants. Celle-ci pourrait être affectée par un certain nombre d’éléments relevés par l’auteur : la taille de la famille, la composition de la fratrie ou encore l’activité professionnelle des mères qui peuvent parfois être peu disponibles aux « moments éducatifs stratégiques » (p.175). De plus, même effectif, le contrôle parental pourrait parfois s’avérer inefficace notamment du fait d’un processus de délégitimation sociale des parents.

  • 2  « La rue concerne toutes les sociabilités inscrites dans l'espace public » (p.233)
  • 3  « Le territoire est aux bandes ce que l'école est aux élèves, un lieu de socialisation et d'appren (...)

7La rue, envisagée pour l’auteur comme un espace de relations sociales2, constitue, au même titre que la famille ou l'école, un lieu de socialisation3. L’auteur lui consacre son quatrième chapitre. La spécificité de la rue réside pour lui dans le fait qu’il s’agit d’un lieu composé de multiples « pôles normatifs » qui jouent un rôle dans la définition identitaire des individus.

8Aux Hautes Noues, note Marwan Mohammed, le pôle normatif dominant est le « pôle déviant ». Dans ce quartier, « la rue » offrirait alors « un « programme » de socialisation » (p.244) poussé de règles et de normes. Et, spécialement celles propres au pôle déviant.

9Si les bandes ne trouvent ni leur genèse ni leur objectif dans la délinquance, celle-ci apparaît, sous la plume de l’auteur, comme « un sujet de discussion, un hobby, un moyen de valorisation et d'accomplissement » (p.273).

10A rebours d’un préjugé assez répandu, Marwan Mohammed montre que, parmi les bandes qu’il a étudiées, celles-ci « ne sont pas organisées autour d'un principe de fermeture raciale » (p.322). Leur fonctionnement renvoie plutôt à celle d’« un monde concurrentiel, dans lequel le statut personnel des uns se fait au détriment des autres ». (p.271) L'honneur et la réputation y apparaissent comme deux valeurs particulièrement importantes et déterminantes dans l’acquisition d’un statut social valorisé (celui-ci combinant performances transgressives et viriles). Pour l'auteur, « les bandes ont […] besoin d'ennemis, d'une conflictualité quotidienne qui décentre les enjeux d'ego » (p.338). L'agressivité que développe la bande au quotidien serait, pour Marwan Mohammed, « un moyen de revanche sociale qui permet de renverser ponctuellement la domination » (p.338). Les embrouilles et affrontements collectifs relèveraient quant à eux d'une autre logique : ils « s’organisent autour d’un espace local et régional des réputations » (p.346). Cet espace constitue pour l’auteur la « véritable matrice des affrontements » dans la mesure où elle met en jeu le statut des membres des bandes, des bandes elles-mêmes et du territoire. Dans ce cadre, la participation des jeunes aux affrontements pourrait être l’occasion de raffermir leur honneur, voire de s'offrir une solide réputation.

11Et c'est peut-être là tout le paradoxe. En adoptant des attitudes transgressives, ces jeunes ne feraient que poursuivre l'objectif de valorisation sociale propre à une société méritocratique. « La réussite en « embrouille », écrit Marwan Mohammed, permet[trait] de se conformer aux injonctions sociales à la performance, à l'accès au pouvoir et à la popularité » (p.369).

12En dépit de la faible taille de l’échantillon étudié, la qualité de la monographie réalisée par Marwan Mohammed est indéniable. Les ressorts de la formation des bandes sont clairement analysés et dévoilés par l’auteur. En privilégiant une analyse de la construction des bandes comme résultat d’une série d’interactions entre de nombreux acteurs, tant individuels qu’institutionnels, l’auteur restitue la multiplicité des influences, le faisceau de causalités, qui amènent les bandes à voir le jour. Par ailleurs, en réalisant une approche des phénomènes sociaux en termes de processus, l’auteur accorde une place importante au temps et à sa structure : les continuités, les ruptures, les événements prennent une place déterminante dans l’analyse des relations entre la famille, l’école et la rue, et donc dans l’analyse de la formation des bandes.

13Dès lors, il ne faudrait pas chercher dans cet ouvrage Une théorie sociologique générale de la formation des bandes. Certains lecteurs pourraient le regretter. A tort, selon nous, car l’analyse réalisée par Marwan Mohammed met l’accent sur la multiplicité des enchaînements particuliers et non systématiques qui conduisent à la formation des bandes. Par ce biais, l’auteur évite donc toute simplification dans l’appréhension du phénomène des bandes, ce qui renforce l’intérêt que peut présenter cet ouvrage.

Haut de page

Notes

1  On peut faire référence notamment aux « injonctions paradoxales » et aux comportements déviants des parents, ainsi qu’à leurs contradictions face au discours de l’Ecole.

2  « La rue concerne toutes les sociabilités inscrites dans l'espace public » (p.233)

3  « Le territoire est aux bandes ce que l'école est aux élèves, un lieu de socialisation et d'apprentissage, un lieu normé et hiérarchisé » (p.408)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Descamps et Agathe Foudi, « Marwan Mohammed, La formation des bandes. Entre la famille, l'école et la rue », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 16 octobre 2011, consulté le 26 septembre 2016. URL : http://lectures.revues.org/6568

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page