Navigation – Plan du site

Comprendre la finance contemporaine

Laure Célérier
Comprendre la finance contemporaine
« Comprendre la finance contemporaine », Regards croisés sur l'économie, n° 3, 2008, 296 p., La Découverte, EAN : 9782707154422.
Haut de page

Texte intégral

1Alors que les prévisions économiques les plus catastrophistes parient sur un retour de la crise de 1929, voire sur un effondrement du capitalisme du fait de la crise des subprimes, après que l'affaire Kerviel a mis, si cela était encore nécessaire, l'accent sur les montants faramineux gérés quotidiennement par un pan toujours plus important de nos sociétés, le troisième numéro de la revue Regards croisés sur l'économie, intitulé « Comprendre la finance contemporaine », et paru en mars dernier, tombe à point nommé. Le défi que se lancent les étudiants, principalement de l'ENS Cachan et les économistes à l'origine de cette publication semestrielle n'est pas simple à relever : Charles Fourier n'écrivait-il pas, au début du XIX° siècle, que « dévoiler les intrigues de la bourse et des courtiers, c'est entreprendre un des travaux d'Hercule » ? Et la bourse, comme la finance qui la dépasse, ne s'est-elle pas incroyablement complexifiée depuis ? C'est en trois temps que l'ouvrage nous fait « comprendre la finance contemporaine », dans toutes les dimensions que l'expression implique : il s'agit d'abord d'insister sur les bouleversements récents des marchés financiers, puis de nous interroger sur l'action des acteurs de la finance et sur leur rationalité. Last but not least, la troisième partie de l'ouvrage traite de l'instabilité financière, et des moyens d'y remédier.

2Charles Kindleberger écrivait, dans son Histoire mondiale de la spéculation financière paru en 1994,que les crises financières participaient du fonctionnement normal de la finance, ce que confirme Pierre-Noël Giraud : la finance est instable car elle permet l'échange de promesses de revenus futurs : « la part de l'imprévisible est [donc] absolument irréductible ». Et c'est par des purges régulières que le système assure sa stabilité de long terme. Cette instabilité de la finance aurait été ensuite accentuée par la libéralisation financière des années 1980, présentée par Françoise Renversez : hedge funds, fonds souverains et fonds de private equity seraient responsables du marasme ambiant, du fait d'une réglementation trop lacunaire de leurs pratiques et de leurs modes d'actions risqués. Cependant, Jean-Hervé Lorenzi et Philippe Trainar nuancent cette idée : les hedge funds par exemple, rachetant actuellement des titres dépréciés par la crise des subprimes jouent un rôle stabilisateur. Quant aux fonds de pension, Arnaud Deppen les réhabilite, en insistant sur leur vision de long terme. Seule l'opacité de ces acteurs doit être une source d'inquiétude. Un bémol cependant : l'instabilité de la finance actuelle n'est pas uniquement liée à la finance structurée, qui sous la forme de la titrisation, rend le risque difficilement repérable. David Thesmar souligne ainsi que la libéralisation financière, amenant les investisseurs institutionnels sur le devant de la scène, a conduit les entreprises à davantage de prises de risque. Ensuite, la libéralisation financière a favorisé l'endettement des pays, et celui des Etats-Unis, nous dit Vladimir Borgy, semble bel et bien non viable et vecteurs de troubles.

3Dans ce contexte, l'intégration financière européenne serait, d'après Adrian Pop trop sommaire : un manque d'intégration restreint les opportunités et les choix d'investissement. Mais une intégration plus poussée aurait pour corollaire une plus forte concentration des institutions financière, pas forcément souhaitable : la doctrine du « too big to fail » nous enseigne que les institutions sont d'autant moins incitées à la prudence qu'elles sont importantes et conscientes du fait que les pouvoirs publics ne peuvent se permettre de les laisser faire faillite... Enfin, comme le souligne André Cartapanis dans la seconde partie de l'ouvrage, mieux intégrer les systèmes financiers ne doit se faire sans respecter la diversité enrichissante des modèles de capitalisme européens.

4Keynes, suivi en cela par bien d'autres,a beaucoup fustigé, à propos de la finance, une économie casino, déconnectée des fondamentaux de l'économie réelle. De fait, la question des liens entre la sphère financière et la sphère réelle, et de la rationalité des acteurs de la finance est au centre des débats en économie. Comme l'écrit Valérie Mignon, un questionnement important a déjà lieu autour de l'idée d'efficience des marchés financiers. Couramment, un marché est dit efficient s'il reflète l'information disponible, les prix renvoyant aux valeurs fondamentales des titres. Mais une telle hypothèse n'est plus radicalement acceptée par grand monde aujourd'hui ; d'où l'importance de revoir nombre de théories et modèles de la finance. André Orléan synthétise ensuite certains de ses apports à l'école des conventions : les marchés produiraient, à partir d'opinions individuelles, une convention, ou conception de l'économie à venir. Cette convention émergerait d'une manière brillamment décrite par Keynes, utilisant la métaphore d'un concours de beauté : rien ne sert d'avoir raison contre tous, le vainqueur sera celui qui aura prévu quelle sera l'opinion majoritaire. D'où la possibilité d'une déconnexion entre finance et économie réelle : la rationalité devient mimétique. Or, la dimension cognitive des faits financiers, tout comme leur dimension sociale mise en valeur par la sociologie économique, notamment via les travaux d'Olivier Godechot, reste encore trop ignorée par l'économie. On peut remarquer cependant, avec Mathieu L'Hoir, les mérites des tests économétriques, que l'on aurait tort de mépriser au prétexte qu'ils n'expliquent pas tout.

5Un autre aspect du lien entre sphère financière et sphère réelle concerne la question du lien entre finance et croissance. La finance peut jouer un rôle positif sur le financement de l'innovation, par le biais, notamment, du capital-risque, particulièrement développé aux Etats-Unis. De plus, les marchés financiers peuvent être une solution aux problèmes de financement des retraites pour les pays développés. Sur cette question, Anne Lavigne revient sur la mise en place, en France, du Fonds de réserve pour les retraites, souffrant du désintérêt que lui manifesteraient les politiques des trois derniers gouvernements, malgré de bonnes performances récentes. Enfin, la microfinance est sous les projecteurs depuis que Muhammad Yunus reçut le Prix Nobel de la Paix en 2006. Yves Jégourel invite cependant à la prudence : ce secteur de la finance est disparate, aide avant tout les plus riches parmi les pauvres, et la question de la mesure de la performance sociale est loin d'être une mince affaire. Si l'existence de la microfinance est louable, elle reste encore largement améliorable.

6A chaque crise, son lot de recommandations pour éviter la prochaine... Et pourtant, comme les recommandations, les crises n'ont jamais été si nombreuses depuis la fin des années 1990. Qu'est-ce à dire ? Les recommandations sont-elles mauvaises ou sont-ce les hommes les entreprises et les Etats qui sont incorrigibles ? Avant de répondre à ces questions, un exposé des origines de la crise des subprimes est salutaire. Le sociologue et anthropologue Paul Jorion s'en charge, et nous permet réellement de mieux comprendre une crise, trop peu expliquée pédagogiquement jusqu'à maintenant. Dans cette crise la titrisation a joué un grand rôle : en revendant leurs prêts, les banques ont transféré le risque de ces prêts à des organismes qui on pu, eux aussi, au moins en partie, se débarrasser de ce risque. Au final, plus personne ne sait plus entre quelles mains est le risque, la défiance règne et le château de carte croule. Dans ce contexte, les pouvoirs publics ont-ils un rôle à jouer ? Paul Jorion souligne tout d'abord les méfaits de la déréglementation, orchestrée par les pouvoirs publics, mais c'est sa seconde réponse qui est la plus intéressante : en entretenant le mythe du propriétaire, en mettant en place moult mesures pour favoriser l'accès à la propriété, les gouvernements américains successifs ont entretenu une illusion qui a mené à cette crise, puisque, de facto, l'inégalité des revenus outre Atlantique rend impossible l'objectif d'une population propriétaire à 100%. Une fois cette crise expliquée, comment ensuite, faire comprendre la multiplication des crises depuis la fin des années 1990 ? Pour Patrick Artus, l'explication n'est guère complexe : les banques centrales ont une énorme part de responsabilité, puisqu'elles créent les conditions d'une prochaine crise à chaque fois qu'elles veulent en résoudre une, du fait de l'abondance de liquidité. « Le pompier est donc aussi incendiaire », conclut-il. Il conviendrait de cesser toute politique expansionniste, ce que ne semblent pas vouloir les Banques Centrales. Que faire alors ? Selon Jérémy Charbonneau et Nicolas Couderc, il serait plus que souhaitable d'encourager les systèmes de supervision et de régulation. Au niveau international, les normes des accords de Bâle II sont un pas en ce sens. Au niveau du secteur privé, les agences de notations pourraient être surveillées par des agences publiques, indépendantes, de supervision. Enfin, pour Michel Aglietta, poursuivre dans la création d'espaces économiques régionaux intégrés serait un bon moyen d'absorber les chocs mondiaux et de mieux préserver ce « bien commun qu'est la stabilité monétaire globale ». Mais rien ne sera idéal, selon ce dernier auteur, si les dirigeants politiques occidentaux persistent à refuser le droit à la prise de décision des pays émergents en matière de régulation internationale.

7On comprend bien mieux, en effet, la finance contemporaine après avoir lu ce dernier numéro de Regards Croisés sur l'Economie. La diversité des points de vue, marque de fabrique de la revue est on ne peut plus salutaire : avec le travail de sociologues, d'anthropologues, d'économistes et de professionnels de la finance, cette dernière peut ainsi être expliquée sous toutes ses dimensions ; son histoire comme ses aspects actuels sont ici exposés. On apprécie également les articles explicatifs et très pédagogiques des étudiants du comité de rédaction, tout comme le lexique de fin d'ouvrage. Au final, il s'agit d'un numéro très utile pour se remettre les idées en place sur la finance, ou tout simplement pour apprendre, et s'enrichir de points de vue divergents et complémentaires sur la situation actuelle. Quelques regrets cependant : un article de Dominique Plihon aurait été le bienvenu, pour apporter un point de vue supplémentaire à la question de la prévention des crises économiques. Surtout, on comprend mal les pages offertes à Roger Belot, président directeur général de la MAIF, sur le sens de son engagement : l'article ressemble surtout à une publicité, et la profondeur des propos ne rivalise guère avec les autres articles de la revue. D'autant qu'il ne manque certainement pas de chercheurs spécialistes de l'économie sociale en France, comme par exemple Jean-Louis Laville qu'il aurait peut être été plus judicieux d'interroger. Mais au final, l'impression retirée par la lecture de la revue est très bonne. Le prochain numéro de la revue paraît en septembre, et portera sur la pauvreté. On l'attend avec impatience !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laure Célérier, « Comprendre la finance contemporaine », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2008, mis en ligne le 28 août 2008, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/656

Haut de page

Rédacteur

Laure Célérier

Professeure agrégée de sciences économiques et sociales - Université Paris Est-Créteil - IUT de Fontainebleau.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page