Navigation – Plan du site

Claude Dargent, Sociologie des opinions

Pierre Mercklé
Sociologie des opinions
Claude Dargent, Sociologie des opinions, Paris, Armand Colin, coll. « U », 2011, 288 p., ISBN : 9782200261856.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Pour cela, il faudra plutôt consulter l’ouvrage récemment coordonné par Pierre Bréchon et Olivier (...)

1Le titre de ce nouvel ouvrage de la très fameuse collection « U » est un peu trompeur, et celui qui l’ouvrirait en espérant y trouver une synthèse de l’ensemble des connaissances et des résultats accumulés par les sciences sociales sur les mécanismes de l’opinion publique, sera probablement déçu. Vous vouliez savoir ce que pensent les Français en matière politique, religieuse, sociale, morale, comment ces opinions ont évolué au cours des dernières décennies, et comment elles varient en fonction des caractéristiques des individus et des groupes sociaux ? Dans ce cas, vous risquez de ne pas trouver ici les réponses à vos questions1.

2Mais vous y trouverez ce que vous n'y cherchiez peut-être pas au premier abord, et c'est au moins aussi passionnant : le livre de Claude Dargent vous propose en effet d'entrer dans la cuisine et l'arrière-cuisine des opérations de mesure et d’analyse des opinions. Autrement dit l'objet de son ouvrage, ce n'est pas l'opinion, c'est bien la « sociologie des opinions », autrement dit, les opérations et les procédures par lesquelles les opinions sont recueillies, mesurées et analysées en sciences sociales. Un titre plus juste pour cet ouvrage aurait donc dû préciser qu’il s’agit plutôt d’un très éclairant manuel d’initiation aux méthodes de fabrication et d’analyse des sondages d’opinion.

  • 2  Stoetzel Jean, 1948, Les sondages d'opinion publique, Paris, Éditions du Scarabée et Studio Raber.

3Cela étant posé, que propose ce manuel, et en quoi se distingue-t-il des nombreux autres ouvrages méthodologiques déjà publiés avant lui et qui s’inscrivent dans cette longue tradition éditoriale inaugurée en France il y a plus de soixante ans par le fameux ouvrage de Jean Stoetzel2 ? Tout d’abord, Claude Dargent, qui est professeur de sociologie à l’Université Paris-8 et certainement un des meilleurs spécialistes français des grandes enquêtes d’opinion, a la très bonne idée de faire précéder les parties proprement méthodologiques de l’ouvrage, d’une très longue première partie consacrée aux fondements socio-historiques de l’analyse des opinions. Même si un tel préambule est relativement habituel dans ce type d’ouvrage, il est ici particulièrement bien mené, et apporte un certain nombre d’éclairages inédits, en particulier quand il trace un lien extrêmement convaincant entre les orientations historiques des développements de la sociologie de la culture et celles des méthodes d’analyse des opinions.

4La deuxième partie de l’ouvrage, qui inaugure la réflexion méthodologique au sens plus strict du terme, est consacrée à la conception même des enquêtes d’opinion, depuis la l’élaboration des questions jusqu’à l’administration des questionnaires, en passant par la construction des échantillons. Dans ces différents domaines, il est évidemment difficile de faire preuve d’une totale originalité, et le livre de Claude Dargent a déjà le mérite de rappeler les fondements méthodologiques classiques des sondages d’opinion. Et s’il le fait de façon sans doute moins extensive que certains autres manuels plus volumineux, il présente toutefois un certain nombre de qualités distinctives qui méritent d’être soulignées. Pour commencer, le choix est fait de concentrer l’attention sur un nombre délibérément restreint de problèmes méthodologiques à la fois cruciaux et très concrets, plutôt que de prétendre à une exposition fastidieusement exhaustive de l’ensemble des options possibles. Par exemple, plutôt que de présenter l’ensemble des techniques possibles d’échantillonnage, le chapitre 5, qui leur consacre une vingtaine de pages, va se consacrer sur l’opposition classique entre l’échantillonnage aléatoire et la méthode des quotas, pour en faire ressortir les caractéristiques principales et guider efficacement les choix les plus importants qu’auront à faire les concepteurs d’enquêtes. Ensuite, Claude Dargent conduit ces discussions dans une langue limpide, et surtout avec une volonté inébranlable de systématiquement montrer les procédures concrètes et leurs résultats, et d’illustrer son propos d’exemples empiriques. Par exemple, pour expliquer en quoi consiste la méthode des quotas, il choisit de montrer par un diagramme comment son concrètement conçues les « feuilles de quotas » qui servent à guider les opérateurs dans la sélection des individus composant l’échantillon. Autre exemple de cette volonté de maintenir le regard au plus près des procédures effectives d’enquête : au moment d’examiner les problèmes posés par l’administration des questionnaires, Claude Dargent en appelle à une véritable « sociologie des enquêteurs et de la relation d’enquête » - relation dont les approches quantitatives tendent beaucoup trop généralement à ignorer totalement les effets. Et les pages qui concluent cette partie, consacrées aux problèmes posés par l’administration des questionnaires en ligne, sont également précieuses : tout en soulignant l’efficacité des méthodes de passation assistée par ordinateur pour réduire les risques d’erreur des enquêtés quand les questionnaires sont auto-administrés (en particulier grâce à l’automatisation des filtres et au contrôle des formats des réponses), ainsi que leurs avantages en termes de coût, Claude Dargent souligne les déformations possibles de l’échantillon liées au recours à un outil informatique dont la maîtrise varie encore très fortement, par exemple selon l’âge et le niveau de diplôme. Mais ici encore, la grande clarté du propos n’est pas du tout incompatible avec un évident goût de la nuance, et l’auteur prend bien soin de pointer quelques avantages supplémentaires de l’administration par internet, comme justement celui procuré par le fait que l’enquêté n’est plus confronté à un enquêteur, ce qui réduit les biais de désirabilité.

  • 3  Pour ne prendre des exemples de tels sites compagnons que dans le domaine des ouvrages de méthodol (...)

5La troisième et dernière partie de cette Sociologie des opinions est enfin consacrée plus spécifiquement à l’analyse des « données d’opinion » ainsi obtenues. Le préambule n’est pas inintéressant : après un rapide mais instructif panorama des grandes enquêtes internationales dans ce domaine, de l’European Value Survey (EVS) à l’International Social Survey Program (ISSP), Claude Dargent rappelle la relative indigence de la statistique française en matière d’opinion. Mais cette dernière partie vaut d’abord par l’exposé encore une fois très accessible qui y est proposé des principales techniques d’analyse quantitative des données, des simples tris à plat et tableaux croisés jusqu’aux techniques plus sophistiquées d’analyse multivariée, comme la régression logistique, à laquelle Claude Dargent consacre un développement toutefois un peu trop court pour suffire à guider des néophytes dans leur mise en œuvre. Dans ce domaine précis, l’ouvrage, un peu trop rapide, aurait sûrement beaucoup gagné à être doté d’un « site compagnon » sur internet, où l’auteur et l’éditeur auraient fait l’effort de fournir aux lecteurs des développements et des ressources complémentaires, comme cela commence à se faire de plus en plus3. Cela étant dit, tout n’est pas expéditif dans cette partie consacrée à l’analyse des données : on y trouve en particulier une patiente, minutieuse, systématiquement exemplifiée et pour le coup très extensive exploration des techniques de construction d’échelles d’attitudes, de leurs enjeux théoriques, et des difficultés concrètes de mise en œuvre qu’elles peuvent soulever. Ne serait-ce que pour la vingtaine de pages qui leur est consacrée dans le chapitre 8, ce livre mérite toute l’attention de celles et ceux qui veulent se lancer dans l’élaboration d’enquêtes d’opinion.

  • 4  Bourdieu Pierre, 1973, « L'opinion publique n'existe pas », Les temps modernes, n° 318, pp. 1292-1 (...)

6L’opinion publique n’existe pas, proclamait le titre d’un article fameux4 dans lequel Pierre Bourdieu produisait une critique des postulats fondamentaux sur lesquels reposait l’idéologie des sondages, et selon lesquels tout le monde aurait une opinion, toutes les opinions auraient la même valeur sociale et pourraient donc être additionnées, et enfin les questions posées seraient les questions que l’on se pose. Qu’en pense, au final, Claude Dargent ? Là encore, il fait preuve de nuance : dans le dernier chapitre de l’ouvrage, justement intitulé « L’opinion publique existe-t-elle ? », il prend la peine de répondre longuement et de façon argumentée aux critiques de Pierre Bourdieu, pour finalement estimer que celles-ci sont très largement fondées. Mais il souligne aussi que Pierre Bourdieu n’en déduisait pas une condamnation du principe même des sondages d’opinion, mais ben plutôt la nécessité à la fois d’une vigilance méthodologique accrue, et d’une autonomisation des professionnels de l’enquête vis-à-vis des pressions exercées par la demande sociale, à laquelle le développement de grandes enquêtes scientifiques sur les valeurs, portées par des organismes publics de recherche, ne peut que contribuer. Et au total, il ne fait aucun doute que ce livre apporte une contribution positive à cette entreprise de légitimation des enquêtes d’opinion, par la clarté de son propos et son attention constante aux enjeux concrets des modalités de mise en œuvre des techniques d’administration des enquêtes et d’analyse des données.

Haut de page

Notes

1  Pour cela, il faudra plutôt consulter l’ouvrage récemment coordonné par Pierre Bréchon et Olivier Galland chez le même éditeur, et intitulé L’individualisation des valeurs (Armand Colin, 2010) ; ou bien, encore plus récent mais décidément toujours chez Armand Colin, les chapitres 10 (« Système politique, attitudes, et formes de politisation ») et 11 (« Attitudes et pratiques religieuses ») de la troisième édition de la somme désormais classique dirigée par Olivier Galland et Yannick Lemel : La société française. Un bilan sociologique des évolutions depuis l'après-guerre.Si l’on souhaite élargir la perspective à l’Europe entière, on pourra se référer à un ouvrage un peu plus ancien des mêmes auteurs, Valeurs et cultures en Europe (La Découverte, coll. « Repères », 2007).

2  Stoetzel Jean, 1948, Les sondages d'opinion publique, Paris, Éditions du Scarabée et Studio Raber.

3  Pour ne prendre des exemples de tels sites compagnons que dans le domaine des ouvrages de méthodologie des sciences sociales, on peut mentionner QUANTI IHMC, le site qui accompagne les Méthodes quantitatives pour l’historien de Claire Lermercier et Claire Zalc (La Découverte, 2008) : http://www.quanti.ihmc.ens.fr. Autre exemple, très récent : http://enquetesqualiquanti.fr, qui accompagne le très récent Enquêtes qualitatives, enquêtes quantitatives, dirigé par Pierre Bréchon (Grenoble, PUG, coll. « Politique en + », 2011).

4  Bourdieu Pierre, 1973, « L'opinion publique n'existe pas », Les temps modernes, n° 318, pp. 1292-1309, repris in Questions de sociologie, Paris, Les Éditions de Minuit, 1984, pp. 222-235. Voir en ligne: http://www.homme-moderne.org/societe/socio/bourdieu/questions/opinionpub.html.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Mercklé, « Claude Dargent, Sociologie des opinions », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 22 octobre 2011, consulté le 28 mai 2016. URL : http://lectures.revues.org/6635

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page