Navigation – Plan du site

Howard Zinn, La bombe. De l'inutilité des bombardements aériens

Laurent Erbs
La bombe
Howard Zinn, La bombe. De l'inutilité des bombardements aériens, Montréal, Lux, coll. « Mémoire des Amériques », 2011, 96 p., ISBN : 9782895961208.
Haut de page

Texte intégral

1Avec La bombe, Howard Zinn signe son dernier ouvrage. Historien, intellectuel réputé, engagé au côté des mouvements contestataires américains, Howard Zinn a marqué les consciences grâce à ses écrits critiques sur le pouvoir et ses structures. La bombe reprend un texte original, « Hiroshima : briser le silence », publié en 1995 à l’occasion du 50e anniversaire du bombardement atomique du Japon. L’auteur souhaite y subvertir les discours prônant la nécessité des attaques atomiques contre le Japon, et se prononce fermement contre l’usage de l’arme nucléaire.

2À la fois prise de conscience de la tragédie humaine qui se joue à terre, au moment de l’explosion des bombes et critique envers le pouvoir, l’ouvrage se fait témoignage, lorsque la seconde partie est consacrée à la condamnation du bombardement de Royan en 1945, auquel a participé l’auteur. Ce livre devient alors un « petit geste de rébellion contre l’histoire officielle », dans lequel Howard Zinn dresse un sévère réquisitoire contre les bombardements massifs pratiqués par les États-Unis au motif d’une « guerre juste ».

  • 1  Jean-Louis POIRIER, « Pulsion de mort, terrorisme et nihilisme », Critique, 2011-768, p. 356-369.

3Pour appuyer sa réflexion, Howard Zinn invite le lecteur à se plonger dans le climat de rectitude si particulier de la fin de la seconde guerre mondiale. Il explique notamment le poids de la moralité et de la logique disjonctive, qu’elle professait à l’égard des parties en guerre. Le fait d’appartenir aux puissances en lutte contre l’Axe présupposait être du côté de la morale. En effet, qui pourrait décemment justifier les atrocités commises par les régimes fascistes ? Du fait de la barbarie ennemie, toute réplique s’avérait moralement juste. Par conséquent, après l’annonce de l’explosion de la bombe atomique sur Hiroshima,  l’auteur confie avoir été satisfait car la guerre touchait à sa fin. Il concède qu’après une prise de conscience progressive, la spécificité du bombardement atomique d’Hiroshima et Nagasaki lui apparut. Sur le fondement de sources scientifiques, l’auteur arrive à la conclusion que les attaques nucléaires sortaient des opérations de guerre habituelles. En effet, de part leur amplitude destructrice, les explosions nucléaires avaient – comme dans la pratique ennemie – balayé les zones d’immunité1 destinées à protéger les non-combattants. Le nombre de 250000 victimes est suffisamment éloquent à ce propos, mais reste incomplet sans l’évocation de la quantité de survivants marqués à vie par des séquelles physiques incurables. Howard Zinn témoigne de son face-à-face avec cette terrifiante réalité. Invité en 1966 à un colloque sur le désarmement nucléaire, il ne put prendre la parole, pétrifié à la vue des blessures des victimes. Ces drames personnels furent longtemps gardés secrets. Les Américains avaient imposé une censure stricte sur toute image montrant les souffrances dues aux bombes atomiques, afin de préserver l’image de la « guerre juste ».

4L’ouvrage affirme que le choix d’ Hiroshima et Nagasaki  a été dicté à cause de la forte densité de population des deux cités. Aussi, les attaques furent conçues comme une démonstration de force. Celle-ci était non seulement destinée à frapper l’ennemi japonais, mais aussi à signifier sa puissance à l’allié soviétique. Les bombardements précédaient délibérément l’entrée en guerre de l’URSS contre le Japon. Le livre rapporte que les plus hautes autorités américaines ne voulaient pas que la défaite du Japon soit mise au crédit des Russes. C’est la raison pour laquelle, les États-Unis soulevèrent une fin de non-recevoir aux initiatives de paix japonaises, formulées dès le mois d’avril 1945. Par conséquent, Howard Zinn conclut aux desseins belliqueux de son pays. Ainsi, l’attaque nucléaire contre le Japon doit être perçue comme le premier acte d’envergure de la guerre froide, et relevait d’une logique de représailles, plutôt que d’une réelle nécessité militaire.

5Pour Howard Zinn, cette stratégie n’était pas unique dans les faits de guerre américains. Elle conduisit au bombardement de Royan. Dans la deuxième partie de l’ouvrage, l’auteur s’interroge sur la légitimité de ce bombardement. En avril 1945, la ville fit l’objet de trois attaques aériennes consécutives. Le 14, plusieurs centaines de forteresses volantes frappèrent la ville. L’attaque du 15 avril fut encore plus massive. Plus de 1300 avions y participèrent, en utilisant pour la première fois le napalm. Enfin, le surlendemain, un largage de bombes à explosif brisant devait permettre l’attaque des troupes à terre. Déjà durement touchée, la ville n’était plus qu’un champ de ruines. Les attaques d’avril avaient été précédées par le bombardement du 5 janvier. Laissant derrière lui plus d’un millier de victimes civiles car l’opération fut menée sans préavis. Selon des rapports officiels, il s’agissait d’une tragique erreur. Cette litanie dévoile l’expérience personnelle de l’auteur. En tant que membre de la 490e escadrille de bombardement, il a participé au largage des 1,8 millions de litres de napalm qui ont transformé Royan en véritable enfer. L’opération précédait une offensive terrestre destinée à liquider les dernières poches de résistance allemande de la région bordelaise. Les historiens officiels de l’armée de l’air américaine commentaient laconiquement l’évènement comme nécessaire à la neutralisation des garnisons allemandes, afin de permettre aux troupes françaises de libérer la région.

6Howard Zinn, affirme que ces allégations sont trompeuses. Il les réfute aisément grâce à des arguments qui pointent la réalité du terrain. En effet, s’il subsistait quelques formations allemandes, elles étaient toutes situées à la périphérie de Royan. D’autre part, les équipements des avions de l’époque ne permettaient pas un largage précis des bombes à haute altitude. Bien au contraire, la méthode et la technique utilisées convenaient aux bombardements massifs. En somme, au fil de la critique, le lecteur découvre que les opérations militaires incriminées offraient surtout l’opportunité aux militaires de tester l’efficacité des nouveaux explosifs.  

  • 2  Paul RICŒUR, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Le Seuil, Coll. Points Essais, (2000), 2003, (...)

7Avec la condamnation de la stratégie américaine des bombardements massifs, l’ouvrage révèle aussi l’importance des jeux d’échelles. Comme le disait Paul Ricœur : «  ce sont des enchaînements différents en configuration et en causalité2 ». À la lecture de « La bombe », on apprend les effets de la propagande de guerre usant d’une synecdoque confondant le tout et la partie. Ainsi, chaque citoyen pouvait s’identifier aux objectifs de guerre à cause du caractère moral de celle-ci. Howard Zinn montre les limites de cette rhétorique. Elle conduit à l’aveuglement. L’exemple est frappant chez les militaires chargés d’appliquer les décisions des politiques.  Une conscience professionnelle se substitua à toute forme de réflexion. Ainsi, lorsque la haute altitude séparait le bombardier de sa cible, l’heure était au devoir, simplement. Jeux d’échelle également, car invisibles pour l’aviateur, en bas, les civils innocents subissaient la mort tombant du ciel. Comme le faisait Diderot, Howard Zinn se prononce sur la facilité de tuer lorsque la victime échappe à la vue de son bourreau. Enfin, l’ouvrage éclaire le lecteur sur des enjeux non-apparents au premier abord. Ces derniers montrent la primauté des grands intérêts économiques et de la politique expansionniste sur le devenir des simples citoyens d’une nation. Au final, c’est aussi à une nouvelle lecture de l’opposition entre raison d’État et considération humanitaire, que nous invite cet  ouvrage.

Haut de page

Notes

1  Jean-Louis POIRIER, « Pulsion de mort, terrorisme et nihilisme », Critique, 2011-768, p. 356-369.

2  Paul RICŒUR, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Le Seuil, Coll. Points Essais, (2000), 2003, p. 270.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Erbs, « Howard Zinn, La bombe. De l'inutilité des bombardements aériens », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 02 novembre 2011, consulté le 28 septembre 2016. URL : http://lectures.revues.org/6695

Haut de page

Rédacteur

Laurent Erbs

Docteur en histoire contemporaine. Professeur en lycée1/11/2011

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page