Navigation – Plan du site

Paul Willis, L’École des ouvriers. Comment les enfants d’ouvriers obtiennent des boulots d’ouvriers

Ludivine Balland
L’École des ouvriers
Paul Willis, L’École des ouvriers. Comment les enfants d’ouvriers obtiennent des boulots d’ouvriers, Agone, coll. « L'ordre des choses », 2011, 456 p., ISBN : 9782748901443.
Haut de page

Texte intégral

« The deadliest domination comes through the domination of trivia », Paul Willis, Profane Culture, 1978 (p.3)

  • 1  Premier livre de la nouvelle collection « L’ordre des choses » d’Agone.
  • 2  Willis P., « L’école des ouvriers », ARSS, 1978, vol.24, 1.

1Publié pour la première fois en 1977 et traduit depuis dans plusieurs langues, l’ouvrage aujourd’hui classique de Paul Willis Learning to labour est désormais accessible intégralement en français, chez Agone1, après une première synthèse publiée dans les Actes de la recherche en sciences sociales en 19782.

  • 3  Willis P., Profane Culture, London and New York, Routledge, 1978.

2C’est après une thèse de doctorat sur les « Bikers » et les « Hippies »3 que Paul Willis oriente ses recherches sur les formes culturelles quotidiennes de la classe ouvrière dans les Midlands, sa région natale. Il met en évidence la façon dont elles s’inscrivent dans des processus de reproduction routiniers, zone grise où s’articulent presque harmonieusement domination et résistance. Le constat de départ pourrait être résumé ainsi : « La difficulté, lorsqu’on tente d’expliquer pourquoi les enfants de la classe ouvrière obtiennent des boulots d’ouvriers, est de savoir pourquoi ils se laissent faire » (p.3).

3Paul Willis suit alors pendant dix-huit mois un groupe de jeunes hommes au moment de leur passage de l’école au travail (et à leur vie adulte). L’analyse de leur vie quotidienne est une façon d’interroger au plus près les processus de reproduction en éprouvant à la fois leur manière de médiatiser cette transition entre deux mondes sociaux et le rôle de l’École dans le maintien des divisions de classes. Le contexte de l’enquête est important : l’âge de la scolarisation vient d’être élevé à 16 ans en Angleterre, la multiplication des discours publics sur l’égalité et la promotion sociale de tous s’accompagnant dans les faits du maintien plus durable dans le système scolaire d’élèves qui jusqu’à présent en étaient exclus précocement. « En définitive », ces élèves finissent par occuper les mêmes emplois ouvriers que leurs parents.

4Pour le comprendre, Paul Willis propose une ethnographie minutieuse de la sociabilité des « gars » (the lads) à l’École, en interrogeant les mécanismes de domination et de résistance à cet ordre scolaire et en tenant ensemble ce qui se joue à l’école et dans d’autres lieux, comme la famille et l’usine. Son étude empirique montre que pour se reproduire, les situations de classe s’appuient sur la participation des élèves. L’orientation vers des métiers manuels n’est ainsi pas le fait d’une élimination scolaire décidée par en haut, mais le résultat combiné d’un processus de sélection non explicite et d’auto-élimination actif fondé sur la conscience du jeu de dupes proposé par l’École : à l’implicite « comportez-vous bien et vous obtiendrez des diplômes et de meilleurs emplois », les « gars » de Paul Willis opposent un « quitte à s’en aller, que cela se passe selon nos propres règles (et de manière spectaculaire…) ». Ces « gars », qui ne sont pas des « pâtes molles » passives sur lesquelles agiraient les logiques de domination, s’opposent parfois farouchement aux valeurs de l’institution et à l’idéologie scolaire (à ce que Willis nomme le « paradigme pédagogique » : 110 et s). Ils y résistent en s’appropriant cet ordre scolaire et en le reformulant dans une culture anti-école aux logiques correspondantes avec la culture ouvrière, ultime pied de nez à cette institution et ses représentants qui ne tiendront pas leurs promesses, alors à quoi bon jouer le jeu ?

5Dans la lignée de Richard Hoggart et de Stuart Hall, Paul Willis investit, sans populisme, la question de l’autonomie des classes populaires et montre de ces gars ce que d’autres auraient décrit comme un art de résister. Sans populisme, car l’analyse de l’art de résister est attentive aux limites de ces formes de résistance et même aux manières dont elle peut contribuer à maintenir l’ordre des choses. Ces résistances multiples, frontales ou détournées, fondamentales ou dérisoires, mais toujours créatives et actives, vécues comme les seules manières de se positionner face à un ordre des choses dont ils savent au fond qu’ils ne le renverseront pas et quelle place il leur réserve. La culture anti-école des gars repose sur le groupe (qui développe une « même perspective sociale » et une « structure évaluative » permettant l’opposition aux normes culturelles dominantes (p.28) et la délimitation du « eux » et du « nous »), un temps spécifique (le maintenant qui ne peut être retardé, consacré à « perdre un temps précieux » p.51), d’un langage et d’un style, de qualités (le sens de la débrouille, le courage, le sens du moment), d’adversaires (les « fayots »  - Lobes -  et les représentants de l’institution) mais aussi d’une attention permanente à la mise en scène de la réalité (autour du jeu, de la rigolade) qui allège la mélancolie du quotidien (p.52). Elle peut-être envisagée comme « la perception, depuis une culture ouvrière héritée et retravaillée, de l’ensemble des cadres promus par le paradigme pédagogique (un bon comportement contre un bon diplôme, des diplômes contre un emploi qualifié et un bon salaire) » (p.397). Culture oppositionnelle structurée selon des schèmes de représentation du monde social qui recoupent en partie le paradigme pédagogique et la culture ouvrière, la culture anti-école n’est toutefois que partiellement autonome et reste fondée implicitement sur la reconnaissance de la légitimité culturelle. Elle n’aboutit pas à son rejet total, les « gars » n’y résistent pas de manière collective mais individuelle, leur connaissance poussée des règles du jeu n’aboutissant pas à la volonté de renverser l’ordre des choses. Cela s’explique par le fait que dans la culture anti-école, les « pénétrations culturelles » (comme appréhension par ses membres du fonctionnement réel du système scolaire et de leur destin social probable) ne sont que partielles car des « limitations » viennent maintenir des divisions dans le groupe ouvrier (divisions de genre et ethniques notamment) et empêchent une prise de conscience et une action collectives (p.209-269).

6Pour développer cette argumentation, le livre s’organise en trois parties. La première, « Ethnographie », restitue finement les résultats de l’enquête en nous immergeant dans le quotidien des « gars » et nous rend spectateur de leur ingéniosité pour contester l’ordre scolaire. Ce rendu ethnographique, organisé autour de trois points (les formes d’opposition à l’école cristallisées dans la culture anti-école, ses points de contact avec la culture ouvrière et le processus de préparation subjective au travail) permet d’éclairer les processus de domination à partir de l’étude de la vie quotidienne et des attitudes et activités de ceux qui les subissent. L’attention portée aux pratiques et aux formes subjectives des acteurs anéantit ici les approches marxistes les plus mécanistes de la domination en soulignant la créativité et l’autonomie relative de ces garçons, leurs oppositions et leurs négociations multiples, leur humour tranchant ou potache qui sanctionne l’appartenance au groupe et adoucit le quotidien : « je crois que c’est un talent très pratique, c’est tout pas qu’on peut se sortir de n’importe quelle situation. Si on peut rigoler, si on peut se faire rigoler, je veux dire que ce soit vraiment convaincant, ça peut vous sortir d’un million de situations […] Putain, on deviendrait dingue si on n’avait pas une bonne rigolade de temps en temps » (Joey p. 53). Cette citation est pourtant ambivalente et laisse penser, comme dans certains passages de la première partie, que les formes de résistance ne sont pas toujours faites d’amusement et de rires, mais qu’elles ont sans doute un coût pour ceux qui les vivent. On aimerait ainsi voir développer cette gamme de formes subjectives (doutes, incertitudes, désillusions ou peut-être souffrances) qui accompagnent les pratiques des « gars » quand ils accélèrent ainsi le processus de fermeture de leur destin social.

  • 4  Les nombreux passages de moments collectifs des « gars » (notamment les « mises en boîte ») font p (...)

7En suivant les « gars » pendant plusieurs mois, l’auteur met au jour les ressorts d’une culture anti-école en partie façonnée en fonction des contextes et des situations rencontrées, et en partie héritée et/ou en continuité avec certains aspects de la culture d’usine4. Il le fait à partir d’un dispositif d’enquête minutieux et ingénieux pour entrer sur le terrain, et y rester. Il multiplie les sites et les groupes observés dans des écoles populaires socialement différenciées, afin de penser les « gars » de manière relationnelle et de les restituer dans un espace social local. Il les suit en classe mais aussi en dehors, dans les temps non scolaires. Cette ethnographie ne vise pas seulement à décrire, mais à analyser au concret la reproduction d’une société de classes. Au-delà de la richesse des éléments livrés sur la culture anti-école, de l’intérêt de la démarche de l’auteur, cette partie montre aussi en pratique ce que peuvent être des espaces variés de contestation en nous entraînant dans une zone limite du fonctionnement de l’institution (scolaire), où les marges de manœuvre pourtant limitées formellement deviennent un terrain de jeu et permettent de lever le voile sur la réalité objective du système en repoussant les dispositifs et les acteurs de l’institution dans leurs retranchements.

  • 5  Précisons que tout en s’appuyant sur certains concepts et schèmes marxistes (par exemple, la « for (...)
  • 6  Renahy N., Les gars du coin. Enquête sur une jeunesse rurale, Paris, La Découverte, 2006.

8La seconde partie, « Analyse », décortique théoriquement le fonctionnement de la culture anti-école et ses relations avec la culture ouvrière et le paradigme pédagogique. Même s’il n’est pas aussi clair à la lecture de l’ouvrage, ce découpage (pratique/théorie) reste contestable en ce qu’il scinde un peu artificiellement l’argumentation. D’autant que l’analyse foisonnante de l’auteur (qui vise aussi à discuter les travaux de son époque à partir d’une enquête ethnographique) n’est pas toujours évidente à suivre, autour d’une approche marxiste propre au contexte de production de l’ouvrage5, qui tend à homogénéiser certains processus ou intérêts à agir, par exemple l’analyse de l’institution et de ses représentants, trop vite envisagés du côté des « conformistes » et/ou relevant du paradigme pédagogique. De la même manière, le groupe des Lads est composé d’individus sociologiquement distincts qui par la culture anti-école éprouvent des rapports variés à l’École et à leur destin, peut-être pas exactement les mêmes en fonction de ces différences. Si l’auteur montre toutes les différences entre le groupe des « fayots » et des « gars », on aimerait, comme dans le travail de Nicolas Renahy dans Les gars du coin6voir varier les positions au sein du groupe, et ainsi comprendre comment ils incarnent individuellement et les uns par rapport aux autres plus ou moins les qualités de la culture anti-école ; comment celle-ci se réfracte différemment en eux.

9La troisième et dernière partie, « Retour sur une enquête », se compose de trois chapitres qui correspondent à trois niveaux de réflexivité sur l’enquête. Tout d’abord, l’appendice de la version de 1977 livre le regard des « gars » sur l’enquête et l’enquêteur au moment de sa première publication (p.331-340). Puis un entretien avec l’auteur réalisé en 2011 replace avec intérêt cette recherche dans le courant des Cultural Studies et au sein des travaux du Centre de Birmingham en soulignant les correspondances entre cette trajectoire collective et celle de l’auteur d’une part, entre ce dernier et les « gars » d’autre part (p.341-384). Enfin, la postface de Sylvain Laurens et Julian Mischi vient rappeler toute l’actualité de cette recherche pionnière et la pertinence de sa traduction (p.385-421). Car malgré les critiques facilement opposables à un travail qui a nourri des recherches en sociologie de l’éducation (surtout) et dans les Cultural Studies ces dernières décennies (et permis ainsi de formuler ces critiques par la cumulativité des recherches), L’école des ouvriers reste aujourd’hui un travail original et contemporain.

  • 7  Le Grignou B, Du côté du public. Usages et réceptions de la télévision, Paris, Economica, 1999, pp (...)
  • 8  Hebdige D., Subcultures. The Meaning of Style, London, Methuen, 1979.
  • 9  Radway R, Reading the Romance. Women, Patriarchy and Popular Literature, London, Verso, 1987.
  • 10  Willis P, Learning to Labor. How Working Class Kids Get Working Class Jobs,New York, Columbia Univ (...)
  • 11  Mc Robbie A, “Jackie Magazine : An Ideology of Adolescent Femininity”, in Bernard Waites (Eds.), P (...)
  • 12  Mattelart A et Neveu É, « Cultural Studies Stories. La domestication d’une pensée sauvage ? », Rés (...)
  • 13  Décalages entre le moment et le lieu de l’enquête dans l’Angleterre industrielle du début des anné (...)

10Cette enquête naît dans l’effervescence du Centre d’études des cultures contemporaines (CCCS) de l’Université de Birmingham qui dans les années 1960 voit émerger et se structurer les Cultural Studies. Il faudrait plus de quelques lignes pour rappeler que ce courant d’études dont l’histoire est complexe et non dénuée d’ambiguïtés vise à analyser les rapports entre culture et société en les rapportant notamment à l’origine sociale, au genre, à l’âge et aux appartenances nationales. Les Cultural Studies rompent avec la tradition des études littéraires dont elles sont issues en envisageant la culture sous l’angle des « modes de vie » perçus comme un ensemble de pratiques sociales signifiantes indissociables les unes des autres. Cette perspective de recherche se veut critique et imprégnée d’une vision marxiste de la société, ayant comme parti pris une défiance à l’encontre de l’idée d’une culture de masse et homogène, productrice d’un public de consommateurs7. Sont ainsi investis les modes de vie de la classe ouvrière et leur rapport à la domination autour d’objets aussi divers que la culture rock et les « Punks »8, les lecteurs de romans roses9 ou encore le monde des « gars »10 et des adolescentes11, la culture étant une manière d’y interroger « les rapports de pouvoir, les mécanismes de résistance et la capacité à produire d’autres représentations de l’ordre social légitime »12. L’école des ouvriers (ainsi que l’entrée de Paul Willis dans le monde académique) s’inscrit donc dans ce contexte intellectuel mais aussi politique de la fin des années 1960, Birmingham étant, pour les chercheurs du Centre de Birmingham, le terrain d’une série de transformations sociales, politiques et intellectuelles propices à l’analyse politique des pratiques culturelles des groupes populaires. L’interview de Paul Willis en appendice de l’ouvrage (« Entrer dans la boîte noire de l’école ») nous plonge dans cette atmosphère de mobilisations, de sit-in et de politisations imbriqués aux réflexions savantes sur les phénomènes et les changements culturels, organisés par Stuart Hall lui-même, alors directeur du Centre (succédant à un Richard Hoggart plutôt mal à l’aise face à cet infléchissement institutionnel). Un lecteur contemporain qui découvrirait aujourd’hui L’école des ouvriers pourrait être tenté de l’envisager seulement comme un produit de son temps, daté (en en restant à la série de décalages que produit sa traduction)13. Ce serait passer à côté d’un grand ouvrage et des apports considérables de cette enquête phare des Cultural Studies et de la sociologie de l’éducation.

Haut de page

Notes

1  Premier livre de la nouvelle collection « L’ordre des choses » d’Agone.

2  Willis P., « L’école des ouvriers », ARSS, 1978, vol.24, 1.

3  Willis P., Profane Culture, London and New York, Routledge, 1978.

4  Les nombreux passages de moments collectifs des « gars » (notamment les « mises en boîte ») font penser à l’« Eigen-sinn » décrite par Ludtke à propos de la vie à l’usine des ouvriers allemands dans les années 1930, ce sens de soi fondé sur la résistance à un ordre social en grappillant un peu de plaisir, d’espace, en détournant le système à son avantage pour s’accorder des moments entre soi, Ludtke A., « La domination au quotidien. « Sens de soi » et individualité des travailleurs en Allemagne avant et après 1933 », Politix,1991, vol.4, 13. Pour un récit « de l’intérieur », voir aussi l’ouvrage de Marcel Durand, Durand M, Grain de sable sous le capot. Chronique de la chaîne à Peugeot-Sochaux, Paris, La Brèche-PEC, 1990 : « Si l’erreur ne vient pas de nous, deux solutions se présentent : ou bien on laisse aller et c’est un des fayots du chef ou le chef lui-même qui rattrape le boulot […] Le fayot doit d’abord démonter, puis refixer la bonne (planche). On l’encourage en lui criant « travaille feignant !» (:31).

5  Précisons que tout en s’appuyant sur certains concepts et schèmes marxistes (par exemple, la « force de travail » est très présente dans l’ouvrage), Willis le met aussi partiellement à distance en prenant pour objet les formes culturelles et leur dimension subjective. Au moment de son enquête, le travail des théoriciens de la reproduction Bowles et Gintis est particulièrement central. L’argumentation des deux auteurs est assez simple. Dans les sociétés capitalistes, l’école a pour principale fonction la reproduction des rapports sociaux, s’agissant alors de produire une force de travail adaptable au système économique. L’apprentissage de compétences techniques est ici moins important que celui d’attitudes et d’habitudes dociles (ainsi que la croyance en l’équité du système), auquel participe pleinement l’école par l’apprentissage continu des valeurs dont l’entreprise a besoin comme la ponctualité, l’obéissance, etc., cf., Bowles S. et Gintis H., Schooling in Capitalist America : Educational Reform and the Contradictions of Economic Life, London, Routledge and Kegan Paul, 1976.

6  Renahy N., Les gars du coin. Enquête sur une jeunesse rurale, Paris, La Découverte, 2006.

7  Le Grignou B, Du côté du public. Usages et réceptions de la télévision, Paris, Economica, 1999, pp. 47 et s.

8  Hebdige D., Subcultures. The Meaning of Style, London, Methuen, 1979.

9  Radway R, Reading the Romance. Women, Patriarchy and Popular Literature, London, Verso, 1987.

10  Willis P, Learning to Labor. How Working Class Kids Get Working Class Jobs,New York, Columbia University Press, 1977.

11  Mc Robbie A, “Jackie Magazine : An Ideology of Adolescent Femininity”, in Bernard Waites (Eds.), Popular Culture, London, Routledge, 1981.

12  Mattelart A et Neveu É, « Cultural Studies Stories. La domestication d’une pensée sauvage ? », Réseaux, 80, 1996, pp. 22-23.

13  Décalages entre le moment et le lieu de l’enquête dans l’Angleterre industrielle du début des années 1970 et sa traduction française intégrale de 2011, qui renvoient à des configurations sociales, théoriques et épistémologiques différentes (l’enquête se déroule dans un moment qui ne connaît pas encore le chômage de masse ni le morcellement des classes populaires, moment aussi de structuration des sciences sociales dans de nombreux pays, alors balisé par les approches marxistes et structuralistes).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ludivine Balland, « Paul Willis, L’École des ouvriers. Comment les enfants d’ouvriers obtiennent des boulots d’ouvriers », Lectures [En ligne], Les notes critiques, 2011, mis en ligne le 02 novembre 2011, consulté le 29 août 2014. URL : http://lectures.revues.org/6699

Haut de page

Rédacteur

Ludivine Balland

LaSSP, IEP de Toulouse

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page