Navigation – Plan du site

Marie-Odile André, Marc Dambre, Michel P. Schmitt, La France des écrivains. Eclats d’un mythe (1945-2005)

Virginie Sauzon
La France des écrivains
Marie-Odile André, Marc Dambre, Michel P. Schmitt (dir.), La France des écrivains. Éclats d'un mythe (1945-2005), Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2011, 292 p., ISBN : 9782878545029.
Haut de page

Texte intégral

1Si l’Histoire est récit, penser la nation c’est avant tout lire son palimpseste. L’argument paraît d’autant plus fondé pour un pays qui n’a de cesse de clamer son exception culturelle et d’attester son ambition de grandeur littéraire, et ce dans les deux sens du terme : en tant qu’espace producteur de littérature d’abord, mais également en tant que source épique agissante. Le récent débat autour de la « littérature-monde », tout comme les craintes d’une supposée crise de la littérature française, le démontrent encore aujourd’hui.

2C’est dans ce contexte que s’inscrit l’ouvrage La France des écrivains, Eclats d’un mythe (1945-2005). Notons d’abord que les enjeux du projet en appellent directement à une interdisciplinarité que l’ouvrage, prenant en compte Histoire, idéologie et pratiques culturelles, ne trahit pas, puisqu’il pourra servir d’appui autant au domaine littéraire qu’à d’autres chercheurs en sciences humaines, notamment dans les champs sociologique et historique. D’abord parce que l’approche littéraire de cette question offre des outils d’une grande efficacité pour l’analyse des discours : ce sont ceux de l’étude stylistique, qui permettent de caractériser les modalités de réactivation et d’utilisation du mythe national et de ses clichés (allégorie, personnification, ironie, humour, polyphonie, pour n’en citer que quelques-uns). De plus, les angles d’approche sont ici multiples : l’accent peut-être mis sur un auteur singulier, un groupe d’écrivains, un mouvement, un genre. Aussi cet ouvrage, loin de se cantonner à des études de cas, donne à réfléchir sur la portée de la littérature en dépassant l’idée du simple « thème » littéraire. Car la question posée est aussi celle de l’appartenance, ou non-appartenance, de ces écrivains au mythe littéraire national, autant qu’à leur rapport personnel à « la France ». Ainsi en apprend-on plus sur les positionnements, parfois troubles, parfois cohérents et assumés, de personnalités aussi diverses que Jean-Paul Sartre, Roland Barthes, François Mauriac, Romain Gary, René Char, Sacha Guitry… Il faut alors souligner l’importance de telles analyses : qu’ils le veuillent ou non, les écrivains représentent la France, même lorsqu’ils en refusent la représentation artistique.

3De plus, le choix des auteurs de se concentrer sur cette période historique, 1945-2005, en précise d’emblée l’enjeu : c’est de l’état contemporain du mythe national dont il est question, dans une période lourde de désillusion, cristallisée notamment autour d’une conscience amère de la seconde guerre mondiale et de la décolonisation. C’est ce tournant, ce défi posé à l’idéalisation de la France, que ces vingt-trois contributions étudient, dans un recueil divisé en trois parties. La première, « Réparations, refondations », présente la difficulté des écrivains à faire coïncider le mythe de la France avec ses plus récentes crises ou défaites, à constituer un « mythe réparateur » (p. 9) qui pourra dépasser, après 1945, les angoisses collectives et certaines trahisons des idéaux nationaux. La deuxième partie, « Décompositions, fragmentations », montre à travers la persistance de ces questionnements un désenchantement plus global qui, loin de n’être lié qu’à un événement, modifie en profondeur la relation des écrivains, désormais suspicieux, à l’idée même de « la France ». Enfin, avec la troisième partie, « Disparitions, déplacements », cette question de la démythification se pose depuis l’ « extérieur » ; d’un point de vue géographique certes (puisqu’elle émane d’un en dehors de l’Hexagone), mais également à travers un phénomène de distanciation donnant lieu à autant de postures accusatrices et engagées.

4En premier lieu, ce recueil met à jour des éléments récurrents dans la constitution du mythe national de 1945 à nos jours. D’abord à travers des figures clés (ainsi en va-t-il de Gaulle, qui est l’un des personnages les plus discutés de l’ouvrage). Il s’agit aussi d’évoquer les grands mythes urbains que peuvent représenter des lieux tels que Paris (et auquel Bruno Curatolo consacre son article « Paris en France », pp. 83-93), ou des visions idéales exprimés depuis l’extérieur du territoire national (on lira notamment à ce sujet « La France des Egyptiens » de Daniel Lançon, pp. 27-40). Enfin, il s’agit du poids de la langue et des frontières sur la constitution d’un imaginaire collectif de la nation.

5La notion de nationalisme traverse les différentes contributions. On apprend notamment les ressources qu’offre l’éthique littéraire face à un mythe national pour éviter de donner trop simplement dans le nationalisme (ce que démontre Nicolas Gelas à propos de Romain Gary, pp. 61-71), ou les moyens mis en œuvre par le « Nouveau Roman » pour évacuer la France du texte (Johan Faerber, « Le droit au sol ou l’immigration intérieure dans la France du "Nouveau Roman" », pp. 183-193). C’est également, selon Maryse Vassevière, Aragon faisant preuve d’ « un patriotisme mâtiné d’internationalisme » (p. 159), Roger Nimier révélant un nationalisme « d’insatisfaction » (expression de Raoul Girardet citée par Marc Dambre p. 112), ou Duras, oscillant entre tentation nationale et rejet du mythe unifié et unificateur de la France, tant dans ses territoires coloniaux que sur son propre sol (« Ce pays que Duras crée indéfiniment » de Simona Crippa, pp. 195-203). Mais en contrepoint s’inscrit alors le « lyrisme francolâtre » de certains écrivains dits francophones validant par là le « franco universalisme », comme l’affirme Paul Dirkx dans son étude « La France des Belges » (p. 220 et 221).

6Si la question du nationalisme échoue ainsi à épuiser le sujet, s’il faut sans cesse nuancer l’affirmation, c’est parce que les doutes qui s’élèvent sur le mythe de la France s’accompagnent de l’affirmation progressive d’un autre espace : l’Europe. Le cas de Camus, cité par Jeanyves Guérin, en est exemplaire : « Dans les années 1947-1948, alors qu’il réfléchit à un nouvel ordre international, Camus a compris que la question européenne est désormais centrale. Entre le monde et la nation, se place l’Europe. La France ou l’Europe : le dilemme, pour lui, n’a pas de sens. » (Jeanyves Guérin, « La France d’Albert Camus », p. 143).

7Or, forte de cette conscience de l’internationalisation des perspectives, la troisième partie de cet ouvrage, « Disparitions, déplacements », éclaire la notion de mythe national de manière particulièrement pertinente à travers les notions de francophonie et d’engagement, interrogeant la fixité de ce mythe de la France ou de la littérature française.

8En ce qui concerne la francophonie tout d’abord, la question paraît d’autant plus justifiée que l’article de Daniel Lançon, au début du recueil, rappelle que cette notion a elle aussi une histoire, et qu’on ne parlait d’abord que d’écrivains « d’expression française » (p. 38). Audrey Lasserre ouvre alors cette troisième section dans une contribution intitulée « Qu’est-ce qu’une histoire de la littérature française ? » (pp. 207-217). Elle y répond brillamment en posant par exemple le problème de l’adjectivation : constituer une « histoire de la littérature française » - et non de la France – sans s’attacher à en définir les critères, c’est immédiatement renforcer l’implicite et la force du mythe en scellant le caractère incontestable, bien qu’idéologique et forcément vague, du panthéon littéraire. On réfléchit alors aux multiples problématiques imposées par le « droit du sol hexagonal » (p. 211), au paradoxe de nommer « francophone » tout texte d’expression française sans jamais, ou presque, y inclure les textes écrits en France, et aux orientations des ouvrages d’histoire littéraire, tant il est vrai que celle-ci « depuis sa création, est un des moyens de constitution et de promotion du mythe de l’identité nationale » (p. 211).

9Or si ces interrogations liées aux espaces dits francophones sont cruciales, c’est qu’elles dépassent l’angle contextuel pour expliquer jusqu’à la genèse de l’œuvre et ses modalités d’écriture, comme l’écrit Paul Dirkx : « la disposition à (se) raconter des histoires antinomiques au sujet de la réalité hexagonale et, plus souterrainement, en rapport avec la réalité littéraire hexagonale, non seulement convoque et en même temps recrée inlassablement « la France » en tant que mythe structural, mais concourt en outre à façonner les textes au plus profond de leur texture » (p. 231).

10Or la position extérieure, qu’elle existe géographiquement ou qu’elle soit imposée par ces variations adjectivales de ce qui est ou n’est pas français, permet d’agir comme force dénonciatrice. Ainsi Sabrinelle Bedrane, qui signe l’article « Le coq et l’oud » où elle met l’accent sur « les immigrés maghrébins et plus spécifiquement algériens dans les années 1970 » (p. 233), montre comment ces regards artistiques excentrés permettent de dénoncer un certain racisme (« France rime également avec "violence" », écrit-elle p. 238). C’est ce que montre également Catherine Douzou dans l’accusation de la France de Vichy que manifeste la trilogie juive de Jean-Claude Grumberg, (p. 265).

11Face à tous ces éclatements du mythe, c’est toutefois une voix optimiste qui clôt l’ouvrage, puisque Richard J. Golsan démontre avec Lydie Salvayre l’invalidité de la supposée crise de la littérature française en même temps que la possibilité de représentation d’une France qui, si elle a perdu par le désenchantement sa grandeur, peut toutefois s’en sortir grandie.

12En définitive, cet ouvrage, qui offre une approche cohérente et attentive aux œuvres et aux discours sans pour autant réduire les outils d’analyse à la sphère littéraire, et qui montre une attraction répulsion constante face au mythe national, ajoute certes à la recherche en matière de « communautés imaginées », ainsi que l’écrirait Benedict Anderson. Mais surtout il questionne, en filigrane, cette même recherche ; nul doute que les textes présentés ici nous amènent par exemple à réévaluer l’impact de l’« endoctrinement scolaire » que dénonçait déjà Alexandre Vialatte, selon Alain Schaffner (p. 172), quand il impose une lecture unique, efface des lignes ou réécrit l’Histoire pour valoriser un palimpseste peu glorieux. Un défi posé à tous les niveaux de l’enseignement, y compris universitaire, quand la France et le franco-français deviennent, sans qu’on les définisse pour autant, le socle unique de nos représentations.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Virginie Sauzon, « Marie-Odile André, Marc Dambre, Michel P. Schmitt, La France des écrivains. Eclats d’un mythe (1945-2005) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 08 novembre 2011, consulté le 25 août 2016. URL : http://lectures.revues.org/6727

Haut de page

Rédacteur

Virginie Sauzon

Doctorante et assistante d'enseignement - Department of French Studies, University of Warwick (United Kingdom)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page