Navigation – Plan du site

Lilian Mathieu, La démocratie protestataire

Mathilde Pette
La démocratie protestataire
Lilian Mathieu, La démocratie protestataire. Mouvements sociaux et politique en France aujourd'hui, Paris, Presses de Sciences Po, coll. « Nouveaux débats », 2011, EAN : 9782724612295.
Haut de page

Notes de la rédaction

Lilian Mathieu est membre du comité de rédaction de Lectures depuis mai 2013. La rédaction de Lectures précise que ce compte rendu d’une de ses publications a été rédigé et publié avant son entrée au comité de rédaction, à un moment où il n’existait donc aucun lien entre Lectures, le rédacteur du compte rendu et l’auteur de la publication qui aurait été de nature à contrevenir à la charte de la revue.

Texte intégral

1En balayant de nombreux exemples depuis 1995 - date à laquelle L. Mathieu situe la constitution du « mouvement social » comme acteur politique à part entière – l’auteur de La démocratie protestataire dresse un état des lieux des mouvements sociaux français. Sans constituer pour autant un catalogue de mobilisations ou d’acteurs, l’auteur s’attache à déconstruire quelques idées reçues les concernant, qu’elles soient le fait des observateurs (journalistes ou sociologues) ou des militants eux-mêmes. Comment caractériser les mouvements sociaux aujourd’hui en France ? Sont-ils aussi « nouveaux » que le disent de nombreuses analyses ? Sont-ils si éloignés qu’il n’y paraît des partis politiques ? Quels rapports entretiennent-ils avec le milieu intellectuel ou les médias ? Autant de questions traitées dans l’ouvrage qui permettent de dessiner les contours actuels des mouvements sociaux français pour mieux en saisir le rôle sur la scène politique. L’auteur défend la thèse selon laquelle la protestation publique et la bonne santé des mouvements sociaux sont des éléments essentiels du bon fonctionnement de la démocratie.

  • 1  Cf. C. Aguiton et D. Bensaïd, Le retour de la question sociale, Lausanne : Page deux, 1997.
  • 2  Cf. la synthèse réalisée à ce sujet par E. Neveu, Sociologie des mouvements sociaux, Paris : La Dé (...)
  • 3  Cf. les théories d’A. Honneth, La lutte pour la reconnaissance, Paris : Cerf, 2000.
  • 4  Cf. du même auteur Les années 70, un âge d’or des luttes ?, Paris : Textuel, 2010.
  • 5  Cf. notamment L. Israël, L’arme du droit, Paris : SciencesPo. Les Presses, 2009.

2Les années 90 ont sonné la reprise de l’activité des mouvements sociaux en remettant la question sociale1 au devant des préoccupations (chapitre 1). S’opposant à la thèse, défendue par les théoriciens des nouveaux mouvements sociaux2, selon laquelle de nouvelles revendications post-matérialistes se seraient substituées à des demandes matérialistes (portées historiquement par le mouvement ouvrier), l’auteur décrit des mobilisations mêlant demandes d’amélioration des conditions de travail et de vie et enjeux de reconnaissance symbolique3. La reprise de la conflictualité ne s’est néanmoins pas faite sans changement : la position offensive des années 704 s’est effacée au profit d’une position plus défensive. La défense des acquis sociaux, des emplois ou des individus occupe aujourd’hui le plus clair du temps militant. Conséquences sur les répertoires d’action choisis : la grève apparaît moins centrale, d’autres formes se multiplient (manifestations, pétitions, débrayages courts, grèves tournantes, sabotage, absentéisme) et les possibilités de négociation semblent privilégiées par les militants. Ce type d’institutionnalisation rime alors avec juridicisation et individualisation : les usages du droit se multiplient5 et la logique du cas par cas domine les activités militantes, même pour les groupes qui le dénoncent le plus virulemment.

  • 6  Les mouvements de défense des sans-papiers, et notamment les mobilisations du Réseau éducation san (...)
  • 7  Cf. A. Spire, Accueillir ou reconduire. Enquête sur les guichets de l’immigration, Paris : Ed. Rai (...)
  • 8  Ces éléments ont fait l’objet d’une communication au dernier congrès de l’Association Française de (...)

3Les mouvements de défense des sans-papiers6 en sont une bonne illustration : l’ensemble des associations (de droit ou de fait) s’inscrivent dans des logiques de défense individuelle des étrangers en situation irrégulière. La revendication d’une liberté de circulation ou d’une régularisation de tous les sans-papiers est confinée au rang de rengaine utopiste recopiée systématiquement sur chaque tract. Des dispositifs de négociation, plus ou moins formalisés, entre représentants de l’État et représentants des associations se déroulent régulièrement dans de nombreuses préfectures7 et permettent aux agents préfectoraux de maintenir une pression sur les associations et mouvements sociaux8.

  • 9  Le triptyque PCF-CGT-Secours populaire est présenté comme un archétype de ce type d'organisation.
  • 10  Cf. notamment les théories défendues par J. Ion La fin des militants ?, Paris : Ed. de l’Atelier, (...)

4Pour poursuivre son état des lieux des mouvements sociaux en France, l’auteur s’attache à déconstruire la thèse d’une transformation récente des mouvements sociaux (chapitre 2). Dans cette perspective, les formes artistiques, spectaculaires et drôles de la protestation seraient innovantes. Une rupture se serait produite au niveau des modes d’organisation : les mouvements actuels seraient informels, souples et horizontaux en opposition à leurs prédécesseurs respectivement plus formels, rigides, hiérarchiques et verticaux9. Le militant lui-même se serait transformé : celui d’aujourd’hui serait plus libre, plus distant et indépendant vis-à-vis des organisations, mais aussi plus raisonnable et pragmatique en limitant ses revendications de manière stratégique10.

  • 11  Cf. à ce sujet les analyses développées par X. Dunezat, « La production du désengagement dans les (...)

5C’est ici une opération de détricotage de l’illusion du nouveau qui est proposée au lecteur. Ni les modalités d’action symboliques ou spectaculaires, ni les formes d’engagement distancié ne sont nouvelles. Si le fait de se revendiquer d’un mode d’organisation informel n’est pas non plus récent (l’usage des mots collectif, coordination ou réseau n’est pas une nouveauté, comme en témoignent les coordinations d’étudiants ou d’infirmières dès la deuxième moitié des années 80), cette thèse se voit surtout remise en cause par des logiques actuelles inverses. La tendance à l’institutionnalisation fige au contraire les relations de négociation entre mouvements sociaux et autorités, qu’elles soient patronales ou étatiques. Les inégalités entre les militants ne sont quant à elles pas résorbées : on observe les mêmes effets de monopole de la prise de parole publique et des décisions par une élite. L’informalité ne gomme donc pas les rapports de domination parmi les participants des mouvements sociaux. C’est la vision de mouvements plus démocratiques et horizontaux, fonctionnant au consensus, qui est ici battue en brèche11. Enfin, pour l’auteur, le pragmatisme apparent des militants s’explique plus par le rapport de force défavorable dans lequel ils se trouvent que par des stratégies politiques des acteurs. Si la revendication d’une régularisation globale n’est plus au centre des préoccupations des militants pro sans-papiers, ce n’est pas parce qu’ils y renoncent idéologiquement, c’est davantage parce que le contexte politique les oblige à se recentrer sur la défense individuelle des étrangers et à adapter leurs modes d’action et discours.

6Il est aujourd’hui couramment admis que les mouvements sociaux sont des formes légitimes d’expression publique en contexte démocratique (chapitre 3). Le milieu intellectuel participe activement à ce processus de légitimation : des intellectuels s’engagent, certains mobilisent des savoirs spécifiques comme la contre-expertise, d’autres créent des mouvements (ATTAC, fondation Copernic) ou des revues ou maisons d’édition spécifiques. Si les médias sont souvent présentés comme des outils disqualifiant pour les mouvements sociaux, L. Mathieu invite à nuancer cette vision simpliste pour considérer les médias davantage comme des partenaires ambigus de ces mouvements. Les militants sont d’importants consommateurs de médias, ils développent leurs propres médias alternatifs et s’inscrivent dans des relations de transaction plus que de domination avec les journalistes. En revanche, la légitimité des mouvements sociaux semble davantage ébranlée par les dispositifs de surveillance (pratiques de renseignement et de fichage des militants), d’obstruction à l’action (loi sur le service minimum et réquisitions) et de répression des mobilisations (sanctions pénales plus importantes et insertion des mouvements sociaux dans le champ des débats sécuritaires).

7La distance entre mouvements sociaux et partis politiques (chapitre 4) est aussi un indice pertinent pour situer les formes de contestation dans la vie démocratique. De 1995 à nos jours, L. Mathieu diagnostique un progressif décrochage entre mouvements sociaux et partis : recours à des répertoires d’action distincts, méfiance, discours et positions ambigües des leaders des partis de gouvernement à l’égard des mobilisations. Seuls deux évènements politiques voient les lignes bouger ponctuellement : l’entre deux-tours de l’élection présidentielle de 2002, qui voit le rapprochement des registres institutionnels et protestataires, et la campagne du « non » au référendum européen qui voit quant à elle la création de collectifs composés de partis politiques, d’associations, de syndicats et d’organisations de mouvements sociaux.

8L’étude des parcours des militants amènent à nuancer ce décrochage apparent entre mouvements sociaux et politique institutionnelle : les logiques de multi-engagement et les processus de transfert d’un registre d’engagement à l’autre sont fréquents. Ils participent par leurs trajectoires à un effet de porosité des deux espaces par le biais des participants eux-mêmes. La reconversion militante passe alors par les savoir-faire acquis dans des engagements précédents, les réseaux de connaissance et la notoriété accumulée. C’est par exemple le cas de personnalités comme Claire Villiers, passée d’AC ! et de la fondation Copernic au PCF, ou de José Bové et d’Augustin Legrand respectivement de la Confédération Paysanne et des Enfants de Don Quichotte à Europe Ecologie.

  • 12  L’auteur attribue notamment cette théorie à P. Rosanvallon, La Contre-démocratie. La politique à l (...)

9C’est finalement le poids et le rôle des mouvements sociaux dans un contexte politique donné qui sont analysés (chapitre 5). En prenant ses distances avec la vision fonctionnaliste - normative et réductrice - des mouvements sociaux12, L. Mathieu les place au cœur du processus démocratique. Parce qu’elle permet aux citoyens de s’exprimer publiquement au-delà des institutions politiques, « la protestation publique n’est pas qu’un supplément utile, et relativement extérieur de la démocratie, mais [elle] relève des principes fondateurs (...) de cette dernière » (p.164). Le slogan « not in our name » ainsi que les mouvements de désobéissance civile sont des révélateurs de cette possibilité offerte par les mouvements sociaux aux individus de reprendre leurs voix, exprimées dans les urnes, pour se les réapproprier sur la voie publique. De nombreuses études ont montré que ce mécanisme est fonction de la socialisation des militants et de compétences politiques inégalement réparties, renforçant ainsi la fermeture du jeu politique. Le militantisme n’en reste pas moins pour L. Mathieu une école politique, possible lieu d’un rattrapage de ces inégalités par la formation des citoyens.

  • 13  Cf. du même auteur « L’espace des mouvements sociaux », Politix, n°77, 2007, p.131-153.

10Les mouvements sociaux participent selon lui à la qualité du débat public, et par conséquent à celle de la démocratie. Protestation et démocratie ne s’opposent donc pas. Le bon état de santé de la première est au contraire un signe de l’intérêt des militants, et plus largement de l’ensemble des citoyens, pour le fonctionnement de la cité (polis). S’opposant à la vision d’une démocratie ne fonctionnant qu’à travers la délégation du pouvoir par les élections, l’espace des mouvements sociaux13est consacré ici comme un élément clef du système démocratique. Le titre de l’ouvrage La démocratie protestataire trouve dans cette dernière démonstration tout son sens.

11Quelques pistes méthodologiques apparaissent au fil de l’ouvrage. Plutôt que d’étudier les modes d’action ou les degrés d’engagement, L. Mathieu nous invite à porter notre regard sur les propriétés sociales et les disponibilités biographiques des militants, nous permettant ainsi de penser les conditions d’existence du militantisme. Plutôt que de chercher en vain du neuf dans les mouvements sociaux, il faudrait selon lui observer les déplacements des formes militantes en privilégiant une approche par l’analyse des bricolages des militants.

  • 14  Au-delà des références citées précédemment, voir aussi X. Crettiez, I. Sommier (dir.), La France r (...)

12L. Mathieu nous livre ici un essai généraliste et synthétique abordant l’état actuel des mouvements sociaux et leur rôle dans le fonctionnement de la démocratie. Cet essai est pour les étudiants et chercheurs un outil traitant de questions transversales et constitue pour cette raison un complément intéressant à d’autres travaux plus détaillés consacrés à des mouvements spécifiques14. Les militants y trouveront quant à eux un support accessible leur permettant de mettre en perspective leurs propres pratiques d’engagement.

Haut de page

Notes

1  Cf. C. Aguiton et D. Bensaïd, Le retour de la question sociale, Lausanne : Page deux, 1997.

2  Cf. la synthèse réalisée à ce sujet par E. Neveu, Sociologie des mouvements sociaux, Paris : La Découverte, 2011.

3  Cf. les théories d’A. Honneth, La lutte pour la reconnaissance, Paris : Cerf, 2000.

4  Cf. du même auteur Les années 70, un âge d’or des luttes ?, Paris : Textuel, 2010.

5  Cf. notamment L. Israël, L’arme du droit, Paris : SciencesPo. Les Presses, 2009.

6  Les mouvements de défense des sans-papiers, et notamment les mobilisations du Réseau éducation sans frontières (RESF), ne sont qu’un exemple parmi d’autres utilisés dans le livre. Cf. du même auteur La double peine. Histoire d’une lutte inachevée, Paris : La Dispute, 2006 et « Les ressort sociaux de l’indignation militante. L’engagement au sein d’un collectif départemental du Réseau éducation sans frontières », Sociologie, 1(3), 2010.

7  Cf. A. Spire, Accueillir ou reconduire. Enquête sur les guichets de l’immigration, Paris : Ed. Raisons d’Agir, 2008, p.37.

8  Ces éléments ont fait l’objet d’une communication au dernier congrès de l’Association Française de sociologie : M. Pette, « Analyse d’un dispositif formalisé de négociation entre des associations de défense des étrangers et l’Etat. », RT35, 2011.

9  Le triptyque PCF-CGT-Secours populaire est présenté comme un archétype de ce type d'organisation.

10  Cf. notamment les théories défendues par J. Ion La fin des militants ?, Paris : Ed. de l’Atelier, 1997 et J. Ion, S. Franguiadakis et P.Viot, Militer aujourd’hui, Paris : Autrement, 2005.

11  Cf. à ce sujet les analyses développées par X. Dunezat, « La production du désengagement dans les mobilisations de sans », in S. Nicourd, Le travail militant, Rennes : PUR, 2009.

12  L’auteur attribue notamment cette théorie à P. Rosanvallon, La Contre-démocratie. La politique à l’âge de la défiance, Paris : Seuil, 2006.

13  Cf. du même auteur « L’espace des mouvements sociaux », Politix, n°77, 2007, p.131-153.

14  Au-delà des références citées précédemment, voir aussi X. Crettiez, I. Sommier (dir.), La France rebelle. Tous les mouvements et acteurs de la contestation, Paris : Michalon, 2006, S. Béroud, J-M. Denis, G. Desage, B. Giraud, J. Pélisse, La lutte continue ? Les conflits du travail dans la France contemporaine, Bellecombe-en-Bauges : Le Croquant, 2008, et P. Barron, A. Bory, S. Chauvin, N. Jounin, L. Tourette, On bosse ici, on reste ici ! La grève des sans-papiers : une aventure inédite, Paris : La Découverte, 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathilde Pette, « Lilian Mathieu, La démocratie protestataire », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 15 novembre 2011, consulté le 09 décembre 2016. URL : http://lectures.revues.org/6814

Haut de page

Rédacteur

Mathilde Pette

Doctorante en sociologie, ATER en sociologie à l'Université Lille-1 et membre du laboratoire CLERSE.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page