Navigation – Plan du site

Didier Fassin, La Force de l’ordre. Une anthropologie de la police des quartiers

Eric Marlière
La force de l'ordre
Didier Fassin, La force de l'ordre. Une anthropologie de la police des quartiers, Paris, Seuil, 2011, 392 p., ISBN : 9782021050837.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Brigade Anti-Criminalité.

1La problématique au sujet des rapports que la police entretient avec les habitants des « quartiers populaires », et plus particulièrement les jeunes, est devenue centrale dans la compréhension des violences urbaines ces dernières décennies. Le dernier livre de Didier Fassin est particulièrement éclairant dans ce domaine puisqu’il restitue une enquête effectuée auprès d’une patrouille de la BAC1 entre 2005 et 2007. La force de ce travail réside dans un travail de qualité d’observations mais encore à une prise de distance réflexive sur le rôle complexe et controversé de cette corporation spécifique qu’est la BAC. Le point d’entrée de l’ouvrage – illustré par un prologue d’une quinzaine de pages - consiste à s’interroger sur le sens de l’interpellation policière, Didier Fassin part d’une illustration éclairante sur les rapports asymétriques police/jeune qui montre une interpellation policière débouchant sur l’arrestation de trois adolescents le soir du 31 décembre 2009. Ces jeunes sont, en quelque sorte, les victimes des répétitives interpellations policières en banlieue gâchant ici la soirée du jour de l’An de ces trois adolescents. Cette scène reconstituée concentre en réalité les principaux ingrédients quotidiens des interventions policières auprès des jeunes des quartiers populaires, le plus souvent issus de l’immigration, que l’auteur résume en quatre points : inefficacité de la répression de la délinquance ; arrestations arbitraires ; caractère disproportionné des moyens mis en œuvre ; (quatre véhicules, soit une quinzaine de policiers, avec exhibition de Flash-Ball…) ; recours à des pratiques vexatoires.

2L’ouvrage s’organise en sept chapitres. L’introduction aborde la problématique liée à la méthodologie de recherche indispensable pour tout chercheur désirant enquêter à l’intérieur de certaines institutions républicaines fermées aux publics. Le premier chapitre présente le contexte historique, politique, institutionnel et social du travail de la BAC en banlieue. Il revient sur la création de cette corporation policière pour répondre aux « désordres urbains croissants » constatés dans les quartiers populaires. Le second chapitre aborde le travail quotidien de la BAC qui est loin de coller aux stéréotypes véhiculés par la police elle-même s’agissant d’un métier d’action comme qualificatif. Il montre, bien au contraire, le quotidien de ces policiers à la recherche du flagrant délit souvent ponctué par l’inaction et le banal contrôle d’identité répondant à un besoin réel d’être dans l’action sans être en mesure d’y être véritablement. Le troisième chapitre nous amène à constater que les contrôles d’identité n’ont pas toujours les objectifs escomptés mais qu’ils permettent en réalité de perpétuer un ordre social inégalitaire à l’insu le plus souvent d’un réel maintien de l’ordre public. L’observation de ces interpellations est particulièrement éclairante sur la manière dont les policiers opèrent un contrôle social dominateur en banlieue. Le chapitre suivant, le plus polémique à mon sens, expose la problématique de l’utilisation excessive de la force par la police. Il dévoile, en effet, les multiples façons d’empêcher le traitement judiciaire des violences commises par les institutions policières. La cinquième partie traite d’une thématique controversée et disputée par les policiers et surtout les sociologues au sujet de pratiques discriminatoires. L’auteur démontre avec efficacité que les sentiments racistes et les usages discriminatoires vont souvent de pair ce que ne s’accordent pas toujours les conclusions d’autres chercheurs sur le sujet. Le chapitre qui suit évoque un autre problème tout aussi sensible que celui de la violence à savoir que les politiques sécuritaires impulsées par les gouvernants ne sont pas sans influences sur le travail quotidien des policiers même si ces derniers contribuent parfois à l’accentuer dans leur pratique. Enfin, le septième et dernier chapitre évoque le blocage moral des policiers ainsi qu’une distance réelle avec les codes de déontologie intrinsèques aux pratiques policières au sein d’un État démocratique.

  • 2  É. MARLIÈRE, La France nous a lâchés ! Le sentiment d’injustice chez les jeunes de cité, Paris, Fa (...)
  • 3  À ce titre, nous renvoyons à une très récente recherche effectuée auprès de trois commissariats (M (...)

3Dans un contexte de militarisation de la police, de spectacularisation des opérations et d’inutiles violences perpétrées à l’égard des habitants, l’auteur est parvenu à effectuer une minutieuse enquête ethnographique au sein de la BAC. À travers une observation méthodique des faits et une analyse scrupuleuse des situations, Didier Fassin nous rétrocède avec intérêt la nature dramatique des enjeux appréhendés dans le travail policier ordinaire en banlieue. Sans être aveuglé par une quelconque indignation, l’auteur nous montre les principes de causalité qui mettent en œuvre une police française aux agissements brutaux et parfois cruels sans pour autant stigmatiser la fonction des policiers. Ces situations pour les avoir observés de l’autre bord - du point de vue des jeunes – ont pour conséquences immédiates la progression d’une forme de radicalité politique croissante chez les « jeunes de cité » à l’égard notamment des institutions républicaines2. Bien que certains hauts fonctionnaires de police paraissent prendre conscience du désamour dont l’institution policière fait preuve à l’égard de la majorité des habitants des quartiers populaires3, nous sommes en droit, comme l’auteur, de nous montrer perplexe, voire pessimiste pour les années à venir.

Haut de page

Notes

1  Brigade Anti-Criminalité.

2  É. MARLIÈRE, La France nous a lâchés ! Le sentiment d’injustice chez les jeunes de cité, Paris, Fayard, 2008.

3  À ce titre, nous renvoyons à une très récente recherche effectuée auprès de trois commissariats (Marseille, Saint-Denis et Châtelet-les-Halles). Ce rapport financé par anciennement la HALDE et piloté par le ministère devrait aboutir ultérieurement sur un ouvrage : « Étude-action sur le discernement et les actions policières en quartiers sensibles », Rapport final pour le défenseur des droits en partenariat avec le Ministère de l’Intérieur, avec M. BOUCHER (sous la dir.), M. BELQASMI, É. MARLIÈRE, V. BORDES, IDS-LERS, octobre 2011, 435 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric Marlière, « Didier Fassin, La Force de l’ordre. Une anthropologie de la police des quartiers », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 28 novembre 2011, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://lectures.revues.org/6899

Haut de page

Rédacteur

Eric Marlière

Maître de conférences à l’université de Lille III et chercheur au CeRIES EA 3589

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page