Navigation – Plan du site

Mechthild Fend, Les limites de la masculinité. L'androgynie dans l'art et la théorie de l'art (1750-1850)

Florence Lotterie
Les limites de la masculinité
Mechthild Fend, Les limites de la masculinité. L'androgynie dans l'art et la théorie de l'art (1750-1850), Paris, La Découverte, coll. « Textes à l'appui / Genre & sexualité », 2011, 400 p., ISBN : 9782707169648.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Exception faite, tout de même, des travaux importants de S. Bellenger et R. Michel autour de Girod (...)

1On saluera, dans ce beau livre, le geste éditorial comme tel, qui donne à lire – et à voir : l’ouvrage est richement illustré, parvenant à un bel équilibre de mise en page entre texte et image – un travail publié en allemand, issu d’une thèse conduite à la fin des années 1990. À sa date, l’ouvrage s’est inscrit dans le développement des études pionnières sur le masculin, en particulier sous l’impulsion de la sociologie, mais aussi de l’histoire sociale et de l’histoire des femmes, entrée dans une nouvelle phase à la fin de cette même décennie. L’auteure justifie dans sa postface le choix risqué de préserver non seulement le texte, mais les références bibliographiques en l’état de la première publication allemande de 20031 comme une façon de recontextualiser l’ouvrage dans son moment. Cette traduction française y gagne de fait le statut d’un triple indicateur historique sur la construction d’un champ intellectuel : elle rappelle un moment fondateur, évalue une trajectoire de recherche – même si cette très rapide postface en dit le moins possible à cet égard, on notera qu’en son temps, M. Fend n’avait négligé aucun des travaux d’importance en France, Allemagne et domaine anglo-saxon – et donne à voir les modalités et l’efficace d’une opération de transfert culturel sur les études de genre. Aujourd’hui, la publication d’un tel livre, dans une telle collection, illustre l’institutionnalisation des Gender studies en France. Elle confirme en particulier leur importance pour penser le rapport entre esthétique et politique : « toute tentative de définir une beauté physique idéale, note ainsi M. Fend, représente des idéaux de masculinité et de féminité ».

2M. Fend se situe dans le droit fil de l’analyse proposée par Laqueur du passage du modèle « unisexe » au modèle « des deux sexes ». À travers une patiente et toujours fluide – belle traduction de Jean Torrent – relecture des grands tableaux qui ont nourri depuis déjà un certain temps le discours de l’histoire de l’art en termes de  trouble dans le genre (du Serment des Horaces à Guérin et Delorme dans les années 1820, en passant par Le Sommeil d’Endymion de Girodet, ici référence fondatrice, et La Mort de Bara), M. Fend fait brillamment valoir l’ambivalence de la « ligne néoclassique » qui, dans la valorisation du nu masculin, fait jouer l’hésitation entre les deux pôles décrits par Watelet de la « ligne ondoyante », relevant de la flexibilité du féminin, et du « contour » imposant la représentation du « corps fermé », manifestation apotropaïque du masculin se soustrayant à la menace de la féminité (chapitre 2).

3Elle offre un subtil parcours des diverses déclinaisons d’une « virilité équivoque » entre Révolution et Restauration, où elle propose de saisir le passage d’un rapport mélancolique à l’Antiquité comme monde perdu de l’idéal masculin (autour de la réception des thèses de Winckelmann) à une « esthétique des deux sexes » (selon sa propre formule) qui, dans le premier tiers du XIXe siècle, tendra à inscrire l’androgynie dans le rejet d’une effémination désormais franchement en conflit avec les impératifs de virilité et de rôles sexués (notamment dans le cadre familial) de la modernité bourgeoise.

4Entre les deux, la Révolution constitue un pivot critique où la représentation picturale vient prendre en charge une tension politique propre à l’idéal d’héroïsme viril républicain, dont la célébration est inséparable du sentiment de sa dissolution. Ainsi « la ligne de contour […] se charge d’un désir nostalgique », sur fond de « crise du héros ». Cette crise, c’est l’image fuyante de l’adolescent qui la porte, apte notamment à traverser l’articulation actif/passif : de celui qui, à peine sortant de l’enfance, incarne la part du transitoire, du frontalier, de l’entre-deux d’une beauté vouée à disparaître aussitôt éclose, à celui qui, au seuil de l’âge d’homme, est mis en demeure de ne pas céder aux sirènes d’une dangereuse et malséante effémination pour parvenir à son âge viril, qui doit faire de lui un citoyen accompli, l’histoire de l’androgynie illustrée selon M. Fend apparaît bien aussi comme une nouvelle façon de suivre les effets idéologiques, dans l’ordre des assignations de genre, de la réception et de l’interprétation au long cours du Rousseau antiféministe de la Lettre à d’Alembert et du livre V de l’Émile, ici régulièrement et justement convoqué.

5Le lecteur suit l’histoire de cette nostalgie ambiguë, efficacement appuyée sur le concept d’homosocialité – en particulier dans la sociologie du milieu académique – depuis la réception de l’Endymion de Girodet jusqu’à cet adieu aux armes que serait le Léonidas aux Thermophyles de David (1814), avant que ne s’impose une « esthétique » normative – sous l’influence théorique, notamment, de Kératry – assurant à la « doctrine des sphères séparées » (Laqueur) une grammaire esthétique apte à différencier nettement masculin et féminin selon des critères, écrit M. Fend, « susceptibles de faire concorder nature et morale » autour du refus de préserver, dans la figuration de l’homme, une part de féminité désormais clairement assignée à deux pôles concurrents : la « nature » maternelle, d’un côté, et la perversion efféminée, de l’autre, où s’invente la médicalisation de l’homosexuel. Cette transformation des codes du masculin n’est pas présentée selon la logique d’une évolution linéaire, mais à travers le jeu complexe de représentations, de motifs thématiques qui permettent de tresser les figures multiples de la « masculinité androgyne » à des ordres de discours différents, selon le principe d’une culture ouverte qui fait surtout penser à Jean Starobinski, dette peut-être moins soulignée que d’autres par l’auteur mais, à notre sens, déterminante : médecins-philosophes des Lumières, théoriciens de l’art, motifs mythologiques constitués en paradigmes interprétatifs du genre (la fontaine de Salmacis, Achille et les filles de Lycomède, Hercule et Omphale et, surtout, les couples d’amants…), littérature (le passage sur « Ovide et Sade » et la relecture de Sarrasine affrontée à celle de Barthes sont très stimulants) – manquerait sans doute la musique, en particulier l’opéra. Mais à chaque livre suffit sa peine : et celui-ci est, à n’en pas douter, un grand livre. On pourra, le cas échéant, en accompagner la lecture de celle des belles pages que le premier tome de l’Histoire de la virilité récemment parue sous la direction de Jean-Jacques Courtine, Alain Corbin et Georges Vigarello consacre à la « virilité inquiète ».

Haut de page

Notes

1  Exception faite, tout de même, des travaux importants de S. Bellenger et R. Michel autour de Girodet et David à l’occasion d’expositions restées fameuses.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florence Lotterie, « Mechthild Fend, Les limites de la masculinité. L'androgynie dans l'art et la théorie de l'art (1750-1850) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 04 décembre 2011, consulté le 02 septembre 2014. URL : http://lectures.revues.org/6916

Haut de page

Rédacteur

Florence Lotterie

Professeure en littérature à l'Université Paris VII - Denis Diderot, membre du CERILAC

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page