Navegación – Mapa del sitio

Hervé Le Crosnier, Valérie Schafer (dir.), La Neutralité d'internet. Un enjeu de communication

Tam-Kien Duong
La Neutralité d'internet
Hervé Le Crosnier, Valérie Schafer (dir.), La Neutralité d'internet. Un enjeu de communication, CNRS Éditions, col. « Les Essentiels d'Hermès », 2011, 168 p., ISBN : 9782271072658.
Inicio de página

Texto completo

1Publié dans la collection des Essentiels d'Hermès (CNRS éditions), La neutralité de l'Internet est un ouvrage qui répond à une question simple : quelles sont les bases du débat sur la neutralité d'Internet ? Valérie Schafer et Hervé Le Crosnier répondent à cette question en moins de 200 pages tout en établissant un panorama exhaustif des différentes réalités concernées par ce débat. À l’instar des collections 128 ou Que sais-je ?,l’esprit des Essentiels d'Hermès est de fournir des dossiers récapitulatifs sur des questions de sciences de l’information et de la communication en compilant extraits de texte et synthèses.

2Le débat sur "la neutralité d'Internet" est un objet sociologique à la rencontre entre un principe défendu par les concepteurs du réseau informatique et les intérêts des fournisseurs d’accès pour assurer un service aux usagers et une conformité aux exigences politiques nationales. La neutralité d'Internet peut être définie comme le principe selon lequel toutes les communications doivent être traitées de façon égale quelque que soit l’information, le destinataire ou la source. L'idée maîtresse est qu’Internet ne devrait avoir ni contrainte politique, ni technique. À partir de cela, en fonction des raisons pratiques, économiques et politiques mais aussi selon les conceptions variables de la liberté individuelle, des débats émergent en conséquence des mesures prises par certains acteurs pour défendre leurs intérêts. Le principal problème abordé par l’ouvrage est de présenter comment Internet se retrouve au cœur de débats selon des logiques technique et sociale.

3Le débat sur la neutralité d’internet émerge surtout à partir de son architecture technique. L’histoire d’Internet est matériellement une histoire de tuyaux entre des usagers et des contenus. Une des origines du débat est la volonté des acteurs techniques de vouloir optimiser la répartition des coûts dans l’acheminement de l’information. Le débat sur le “peering” est de cet ordre. Il s’agit de savoir qui du fournisseur d’accès ou du fournisseur de contenu doit payer pour assurer les exigences d’une qualité de service. Par exemple, en 2009, un tel conflit a eu lieu Orange et YouTube. Par un truchement d’intermédiaires et d’échanges commerciaux, les contenus vidéos de YouTube ne pouvaient plus profiter d’un traitement privilégié et se sont vus victimes de leur propre demande. De tels arrangements pratiques soulignent les intérêts économiques et l’infrastructure commerciale permettant l’accès à Internet mais sont conflictuels avec le principe de neutralité.

4A cela se greffent des intentions politiques. L’exemple français le plus célèbre reste HADOPI et la protection du système de droit d’auteur français. L’Etat français intervient directement en instituant la possibilité de définir des règles conduisant à la limitation en plusieurs étapes de l’accès à Internet à certaines personnes. Si les discours reposent sur un raisonnement économique de protection des industries culturelles, le fond du débat reste la territorialisation de l’accès à certains contenus ainsi que la possibilité d’un acteur politique d’en définir les règles. L’interférence entre les politiques locales et les accès techniques montre que le principe de neutralité est surtout inscrit dans l’esprit des créateurs et promoteurs du réseau alors que les autres acteurs n’hésitent pas à le négliger. Ces derniers n’hésitent donc pas à proposer des solutions ayant un impact technique important et suscitent donc des débats indépendants de la faisabilité des mesures préconisés. Cela n’empêche pas les lois d’être votées et de susciter des controverses.

5Comme le soulignent les auteurs, Internet en lui-même est complexe et véhicule un imaginaire composite. Dans les sociétés occidentales contemporaines, Internet est devenu plus qu'omniprésent. Il est à la fois potentiellement le lieu d'une nouvelle forme de démocratie et le lieu d'un nouveau marché. À force de volontarisme et de "démocratisation", Internet subit un discours vulgarisateur qui peut parfois nuire à sa compréhension scientifique. Cependant cet ouvrage se permet justement d'échapper aux simplifications. Les auteurs présentent avec patience et précision les différentes couches techniques, juridiques, commerciales et sociales au coeur des considérations pratiques et idéologiques.

6A cause de sa nature mondiale et technique, parler d'Internet est également problématique du point de vue langagier. Les choix de traduction et l'introduction d'un vocabulaire précis sont invisibles, importants et souvent négligés. L'atout de cet ouvrage est de présenter à la fois le cadre juridique et le cadre technique sans donner l'impression de jargonner. Sans ressembler à de la vulgarisation, les auteurs prennent peu de liberté sur la sémantique et se permettent de ne pas rendre simpliste la présentation d'un espace de communication qui rendrait obscure la compréhension du débat sur sa régulation.

7Il est également à souligner l'important effort d'introduction de sources bibliographiques hétérogènes dans la présentation du débat. La présence de voix provenant d'acteurs économico-politiques divers permet de mesurer la globalité sociale en jeux. L'ouvrage est donc à la fois synthétique mais laisse de nombreux pointeurs pour prolonger l'investigation. Les lecteurs pourront facilement naviguer et se faire leur propre bibliographie sans négliger certains aspects ou parti-pris. Sur ce point, l'ouvrage fait lui-même preuve d'une neutralité remarquable, ne s'avançant que discrètement et permettant ainsi aux lecteurs d'être amenés aux conclusions propres à leurs inclinations.

8La neutralité de l'internet est un débat complexe qui demande une compréhension à la fois sociologique, économique et technique de cet espace de communication. L'ouvrage au contraire pose les bases d'une présentation simple et structurée des problèmes posés par la volonté de régulation d'un réseau de communication devenu incontournable. La lecture de l'ouvrage ne serait donc pas négligeable pour toute personne voulant se faire une image précise de l'articulation entre une infrastructure technique de communication, ses imaginaires et ses tentatives de contrôle. Sans rentrer dans un discours simpliste, La neutralité de l'internet permet de comprendre les débats politiques à propos d'Internet à travers une contribution modeste mais solide. La mise en place d'un cadre de discussion n'est pas aisée et manquait sérieusement dans la bibliographie des sciences sociales.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Tam-Kien Duong, « Hervé Le Crosnier, Valérie Schafer (dir.), La Neutralité d'internet. Un enjeu de communication », Lectures [En línea], Reseñas, 2011, Publicado el 05 diciembre 2011, consultado el 23 octubre 2017. URL : http://lectures.revues.org/6929

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página