Navigation – Plan du site

François De Singly, Séparée. Vivre l'expérience de la rupture

Michèle Pagès
Séparée
François de Singly, Séparée. Vivre l'expérience de la rupture, Paris, Armand Colin, coll. « Individu et société », 2011, 240 p., ISBN : 9782200271909.
Haut de page

Texte intégral

1Dans cet ouvrage, François De Singly poursuit l’exploration des conjugalités contemporaines en se concentrant, cette fois, sur un événement marquant de plus en plus les biographies de couple : la séparation. Ce point de vue particulier lui permet non seulement d’éclairer les raisons de cette expérience de plus en plus répandue, de mettre en évidence les mécanismes générateurs de ces situations de rupture de la relation conjugale, de révéler en contrepoint les attentes vis-à-vis de la vie de couple, mais également de conforter la thèse, déjà développée dans des ouvrages antérieurs, des enjeux identitaires et de reconnaissance de soi de la mise en couple et des formes de socialisation qu’elle implique. L’originalité de l’ouvrage se situe, comme le rappelle son auteur, non seulement dans le fait social observé qui reste peu analysé en France, mais également dans le point de vue qu’il adopte : la séparation saisie exclusivement dans les récits d’une centaine de femmes qui l’ont vécue, qu’elles en aient été les initiatrices (comme c’est le plus souvent le cas) ou non, et dans certaines descriptions romanesques ou filmiques actuelles.

2Sept chapitres composent l’ouvrage. Le premier cherche à mettre en évidence, à travers trois des raisons de l’accroissement des divorces (la multiplicité et la diversification des attentes des partenaires, l’installation d’une routine propre à la vie commune, l’importance de l’injonction sociale de rester soi-même et la défense de soi qui en résulte), ce que la séparation conjugale nous apprend des formes de la vie conjugale. La vie conjugale contemporaine, selon l’auteur, en relation avec les principales transformations générées par l’introduction du processus d’individualisation dans la vie privée et les changements initiés par le mouvement d’émancipation des femmes, se déploie en fonction de deux exigences : en premier lieu, la reconnaissance mutuelle des partenaires et le travail d’entretien continu que celle-ci suppose, et en second lieu la participation au collectif conjugal. Elle se développe sous trois formes qui constituent les diverses déclinaisons possibles de la tension entre le « je » de chacun des partenaires et du « nous » conjugal et entre la fusion et l’autonomie.

3Le second chapitre s’attache à l’analyse de l’imaginaire de la séparation et des différents mythes de la conjugalité. L’amour, devenu la référence incontournable et fragile de la formation et du devenir du couple, a de plus acquis, dans l’idéologie individualiste contemporaine, une fonction de validation des identités personnelles de chacun des partenaires. La survalorisation de l’identité personnelle s’est ainsi constituée contre la prégnance et les contraintes des rôles sociaux imposés dans la sphère privée (épouse, mère…) projetant l’ombre portée d’une conjugalité qui autorise la disparition du soi ne pouvant être retrouvé que par la rupture de la relation. Ceci conduit à la production de l’image d’une séparation libératrice (des rôles sociaux, des modes de vie, des choix, des décisions, des concessions). L’amour met en effet en tension les catégories de la dépendance (à un autrui et à un collectif) et de l’autonomie individuelle et l’expérience concrète de la rupture montre toute l’ambiguïté des rapports à la conjugalité et à l’univers imaginaire qu’elle sous-tend.

4Les trois chapitres suivants s’attachent à l’analyse de la typologie des expériences de séparations conjugales construite à partir des déclarations des femmes interrogées et des illustrations tirées de romans ou de films. Ces trois types de séparation semblent être les réponses aux diverses manières de concevoir la conjugalité et de l’avoir vécue. Se séparer pour survivre, se séparer pour se développer ou bien encore pour se retrouver sont en effet les réponses féminines au désenchantement auquel peuvent conduire la vie en commun et les formes de contraintes qu’elle suppose en fonction du mode d’engagement dans la conjugalité.

5La rupture pour survivre ou celle pour se retrouver ont en commun un mode d’engagement fort de la femme dans le conjugal, dévouée voire sacrifiée sur l’autel du collectif. Si dans le premier type, elles ont le sentiment d’avoir connu un excès d’investissements dans le conjugal et le familial, dans le second type, elles ont su tout de même développer les modalités d’une attention à soi tout en s’occupant des autres (partenaire, enfants), d’une conciliation entre la construction d’un monde commun et une relative indépendance (professionnelle, relationnelle). C’est de ce type de séparation pour se retrouver que se dégage, pour les femmes qui l’ont connu, un équilibre original entre les contraintes de l’amour conjugal et celles de l’individualisme contemporain. Le troisième type, se séparer pour se développer, est une expérience vécue par des femmes qui vivent la relation au partenaire comme un frein au développement de leur propre identité. Ce dernier type regroupe des femmes entrées de manière précoce dans la conjugalité, encore dans un état de relative instabilité identitaire. La rupture peut alors apparaître comme un apprentissage incontournable d’un changement d’identité ou comme l’expérience d’une continuité de soi.

6Les deux derniers chapitres se fixent sur l’après-rupture, sur les manières dont se déroule la déconjugalisation et dont s’opère la définition du statut « d’ex. ». Ici encore la façon dont la conjugalité a été vécue et le regard que les femmes portent sur leur mode d’engagement dans le couple vont déterminer la diversité des conceptions de l’expérience de la déconjugalisation et du statut d’ex. La séparation ou le divorce apparaissent comme une étape de transition dans le processus identitaire. Divers types de soutien se mettent en place, leur mobilisation dépendant en grande partie de l’expérience de la conjugalité avant séparation (une centration forte dans la conjugalité, dans le « nous » peut par ex. oblitérer les « chances » de pouvoir faire appel à d’autres formes relationnelles au moment de la séparation). L’étape de la séparation peut se dérouler selon deux modes, celui de la coupure radicale ou celui de la pause avec allers-retours avant la séparation définitive. La sortie du rôle conjugal nécessite également de définir le lien avec son ancien partenaire et en particulier son intensité. Ici encore, en fonction de son mode d’engagement dans la conjugalité (centré sur le « je » ou investi dans le « nous »), une déclinaison s’opère entre lien fort et lien faible, entre amitié (provisoire ou plus durable) et parentalité (l’ancien partenaire considéré exclusivement comme le père des enfants).

  • 1  Voir à cet égard Michèle Pagès, L’amour et ses histoires, Sociologie des récits de l’expérience am (...)

7Cet éclairage des modalités de l’expérience féminine de la séparation conjugale met en évidence l’enjeu de la réciprocité dans l’univers sentimental contemporain. On peut toutefois regretter qu’à prendre exclusivement le point de vue de la construction identitaire, F. De Singly ait ici relativement négligé les conditions matérielles qui favorisent ou a contrario freinent la décision de la déconjugalisation. Cette analyse de l’expérience de la séparation comme moment-clef des trajectoires conjugales et familiales met en évidence une fois de plus que les femmes et les hommes ne trouvent pas les mêmes « intérêts » à la vie en couple et n’en réalisent pas les mêmes modalités1. Il est probable qu’il en soit de même pour la déconjugalisation. Et on se met alors à regretter, même si on le comprend, le choix opéré par l’auteur de se focaliser sur le féminin. Cette option ne permet pas d’éclairer les intérêts différentiels à la déconjugalisation dont on peut légitimement se demander s’ils ne constituent pas une source d’inégalités entre les femmes et les hommes et s’ils ne représentent pas un des éléments fondamentaux pour la caractérisation des rapports sociaux de sexe dans la vie privée, ce, d’autant que F. De Singly insiste à plusieurs reprises sur les différences de genre et la place centrale de la variable « sexe » dans la vie conjugale hétérosexuelle. Même si dans les trois quarts des cas, ce sont les femmes qui demandent la séparation, la déconjugalisation et les possibilités de re-conjugalisation ne sont très probablement pas les mêmes conjuguées au féminin et au masculin.   

Haut de page

Notes

1  Voir à cet égard Michèle Pagès, L’amour et ses histoires, Sociologie des récits de l’expérience amoureuse, Paris, l’Harmattan, collection Logiques Sociales, 2008

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michèle Pagès, « François De Singly, Séparée. Vivre l'expérience de la rupture », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 05 décembre 2011, consulté le 21 août 2017. URL : http://lectures.revues.org/6931

Haut de page

Rédacteur

Michèle Pagès

Maitre de Conférences de sociologie à l'université de Provence (Aix-Marseille 1) et membre du Laboratoire Méditerranéen de Sociologie (LAMES - CNRS - MMSH)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page