Navigation – Plan du site

Bertrand Bergier, Ginette Francequin, La revanche scolaire. Des élèves multiredoublants devenus superdiplômés

Clémence Nicolaidis
La revanche scolaire
Bertrand Bergier, Ginette Francequin, La revanche scolaire. Des élèves multiredoublants devenus superdiplômés, Toulouse, Érès, coll. « Sociologie clinique », 2011, 285 p., ISBN : 9782749214443.
Haut de page

Texte intégral

1Par une approche pluridisciplinaire mêlant psychologie, sociologie et sciences de l’éducation, l’ouvrage de Bertrand Bergier et Ginette Francequin entend revenir sur des parcours atypiques d’élèves « multiredoublants » devenus « superdiplômés ».

  • 1  Bourdieu Pierre, « L’école conservatrice. Les inégalités devant l'école et devant la culture », Re (...)
  • 2  Lahire Bernard, « Les raisons de l'improbable : les formes populaires de la réussite à l'école élé (...)
  • 3  Les auteurs rappellent dans leur premier chapitre qu’en France, en 2009-2010, parmi les étudiants (...)

2Ces superlatifs, accrocheurs, désignent plus précisément des étudiants ou anciens étudiants ayant redoublé deux fois ou plus entre la maternelle et le bac, et / ou ayant été orientés vers l’enseignement professionnel, qui ont obtenu au minimum un diplôme de second cycle de l’enseignement supérieur (bac + 4) au terme de leur formation initiale. Autrement dit, après l’intérêt des chercheurs en sciences humaines et sociales pour l’école conservatrice1, et l’étude des parcours de réussite atypiques de jeunes issus de milieux populaires2, Bertrand Bergier et Ginette Francequin proposent de revenir sur une population « quantitativement négligeable »3 certes, mais dont l’itinéraire scolaire en dents de scie constitue une entrée intéressante pour questionner, d’une part, l’orientation au sein de l’institution scolaire, et d’autre part, les types de ressources et manières de mobiliser celles-ci pour réajuster ces parcours.

  • 4  Seul le chapitre 2 intitulé « des raisons d’espérer » présente huit témoignages parmi les 111 recu (...)
  • 5  D’abord compréhensifs afin de recueillir des témoignages, les entretiens étaient ensuite directifs (...)

3Bien que s’adressant à un public de lecteurs hétérogènes – parents, éducateurs, enseignants, professionnels de l’orientation scolaire, etc.- cet ouvrage n’est pas pour autant un simple recueil de témoignages de parcours extraordinaires4. Cette étude repose sur une enquête empirique menée auprès de 322 individus. L’originalité de celle-ci étant de combiner qualitatif et quantitatif avec notamment des entretiens réalisés en deux temps5. Suite à un appel à témoins, 111 individus ayant un parcours atypique correspondant à la définition donnée en préambule ont participé à l’étude, le reste de la population se répartissant comme suit : 104 individus ayant un parcours long « classique » et 107 ayant un parcours ponctué de redoublements et / ou d’une orientation en filière professionnelle, sans poursuite d’étude dans l’enseignement supérieur.

  • 6  Charlot Bernard, Le rapport au savoir en milieu populaire. Une recherche dans les lycées professio (...)

4Cet ouvrage est composé de seize chapitres à partir desquels il est possible de dégager trois grandes parties. Après avoir exposé les principes de leurs démarches (chapitre 1) et quelques témoignages de parcours atypiques (chapitre 2), Bertrand Bergier et Ginette Francequin analysent dans un premier temps, les données qu’ils ont recueillies à travers le prisme des déterminants sociaux. Ils questionnent ainsi la sous-représentativité de filles dans leur population (chapitre 3), l’intériorisation du « retard scolaire » dans les aspirations (chapitre 4), le poids des origines sociales (chapitre 5) – démontrant notamment que, parmi cette population, les multi-redoublants étaient majoritairement issus des classes moyennes voire supérieures, tandis que les jeunes orientés vers les filières professionnelles étaient issus de milieux populaires6 – le rôle des parents (chapitre 6) et enfin l’influence des pratiques de lecture sur l’ethos scolaire (chapitre 7).

5Dans un second temps, les auteurs rappellent que si ces parcours atypiques sont observables c’est parce que l’institution scolaire les permet (chap. 8 et 9). En effet, ces itinéraires atypiques se construisent à l’aide de structures marginales mais faisant partie néanmoins du système scolaire comme les maisons familiales rurales, les classes passerelles, ou bien encore les équivalences de diplôme comme le DAEU (diplôme d’accès aux études universitaires) pour le baccalauréat par exemple. Si l’institution scolaire engendre une « relégation institutionnalisée » par le jeu des filières, elle permet également pour de rares exceptions des « chemins de seconde chance ».

6Enfin, dans un troisième temps, Bertrand Bergier et Ginette Francequin vont se concentrer sur les attitudes et les ressources mobilisées par ces individus au parcours atypique pour changer leur destinée scolaire. Les chapitres 10 à 16 s’inscrivent ainsi dans un cadre d’analyse qui place l’individu davantage comme un acteur. Dans un premier temps, ils reviennent sur des prénotions largement véhiculées dans les discours professionnel et médiatique. Ils nuancent ainsi deux arguments démontrant tout d’abord que si l’intérêt porté aux apprentissages peut influer sur le choix d’une filière, l’assiduité ou bien encore l’achèvement d’un cycle d’étude, il n’existe pas de corrélation significative entre celui-ci et la réussite aux épreuves scolaires. Ensuite, si les affects, « il accroche bien avec son professeur » (p.147), semblent être une piste d’analyse séduisante quant au (ré)investissement de l’élève pour son parcours, ils ne constituent pas un signe distinctif de cette population. Il faut donc regarder ailleurs, du côté des étiquettes scolaires par exemple avec « l’expérience de la bonne note » (chap.11) ou bien encore celle du « déclassement et du mépris » (chap.13). Ces expériences permettent à l’élève relégué d’envisager qu’il n’est pas à sa place, que son orientation en filière professionnelle n’était pas légitime, qu’il peut prétendre à autre chose et revoir ainsi ses aspirations en terme de poursuite d’études.

  • 7  Baudelot Christian, Establet Roger, Allez les filles !, Paris, éd. Du Seuil, 1992.
  • 8  Bourdieu Pierre, Champagne Patrick, « Les exclus de l’intérieur », Actes de la recherche en scienc (...)

7Si cette recherche s’intéresse à une population particulière des diplômés alors peu ou pas enquêtée, les différents points de l’analyse font écho à plusieurs études antérieures comme celle des comportements face à l’école en fonction du genre, qui rappelle les éléments mis en évidence à la fin des années 1980 par Christian Baudelot et Roger Establet7. Toutefois elle apporte des éléments nouveaux quant à la manière de penser l’orientation au sein du système scolaire, et ce notamment sur les passerelles et chemins détournés empruntés par ces étudiants. Elle vient également nuancer l’aspect définitif des relégations au sein du système scolaire8. On regrettera toutefois le caractère parfois un peu trop hybride de cette forme de restitution qui, en plus de mettre en avant l’interdisciplinarité de son analyse, mêle résultats scientifiques et préconisations militantes.

Haut de page

Notes

1  Bourdieu Pierre, « L’école conservatrice. Les inégalités devant l'école et devant la culture », Revue française de sociologie, 1966, n°7, p. 325-347.

2  Lahire Bernard, « Les raisons de l'improbable : les formes populaires de la réussite à l'école élémentaire » in Guy Vincent, L'Éducation prisonnière de la forme scolaire ? Scolarisation et socialisation dans les sociétés industrielles, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1994.

3  Les auteurs rappellent dans leur premier chapitre qu’en France, en 2009-2010, parmi les étudiants de 3ème cycle, on ne compte que 870 étudiants venant d’un lycée professionnel (source DEPP, 2011).

4  Seul le chapitre 2 intitulé « des raisons d’espérer » présente huit témoignages parmi les 111 recueillis.

5  D’abord compréhensifs afin de recueillir des témoignages, les entretiens étaient ensuite directifs, reposant sur un questionnaire, pour mettre à distance le récit de l’enquêté.

6  Charlot Bernard, Le rapport au savoir en milieu populaire. Une recherche dans les lycées professionnels de banlieue, Paris, Anthropos, 1999.

7  Baudelot Christian, Establet Roger, Allez les filles !, Paris, éd. Du Seuil, 1992.

8  Bourdieu Pierre, Champagne Patrick, « Les exclus de l’intérieur », Actes de la recherche en sciences sociales, 1992, n°91, p.71-75.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clémence Nicolaidis, « Bertrand Bergier, Ginette Francequin, La revanche scolaire. Des élèves multiredoublants devenus superdiplômés », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 12 décembre 2011, consulté le 28 avril 2017. URL : http://lectures.revues.org/7018

Haut de page

Rédacteur

Clémence Nicolaidis

Doctorante en sociologieCENS / université de NantesMSH Ange-Guépin, Nantes

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page