Navigation – Plan du site

Emile Durkheim, Hobbes à l’agrégation. Un cours d’Émile Durkheim suivi par Marcel Mauss

Fabien Eloire
Hobbes à l’agrégation
Émile Durkheim, Hobbes à l’agrégation. Un cours d’Émile Durkheim suivi par Marcel Mauss, Paris, EHESS, coll. « Audiographie », 2011, 64 p., ISBN : 9782713223198.
Haut de page

Texte intégral

1Ce petit texte de soixante pages est la transcription partielle d’un cours dispensé en 1894-1895 par Emile Durkheim (1858-1917), qui prend pour objet la philosophie morale et politique de Thomas Hobbes (1588-1679) alors au programme de l’agrégation de philosophie. Ce cours a été établi à partir de notes manuscrites qui ont été prises par Marcel Mauss lui-même, neveu de Durkheim, ce qui confère à ce document une certaine singularité.

2L’ouvrage commence par une présentation, signée Jean-François Bert, qui relate la genèse de l’ouvrage ; suit la transcription d’Hobbes à l’agrégation, cours s’étalant sur environ cent quarante feuillets manuscrits de la main de Mauss, divisé en huit chapitres. Les intitulés de ces chapitres (par exemple : « Conception générale et méthode de la Politique », « Les lois naturelles ou la morale » ou encore « Genèse et nature de l’Etat ») traduisent bien les raisons de l’intérêt de Durkheim pour la pensée de l’auteur du Leviathan. Non seulement elle joua un rôle important dans la fixation de sa problématique de la « cohésion sociale » (p.15), mais aussi il voyait en Hobbes un « précurseur » de la sociologie (p.19).

3Le texte introductif de Jean-François Bert nous apprend qu’il ne reste pratiquement rien des archives personnelles de Durkheim, mais que celles de Mauss (conservées au Collège de France) permettent de mesurer l’ampleur du travail de préparation de cours accompli par Durkheim : conscient des « peines terribles » que se donnait son oncle, Mauss s’efforçait semble-t-il de tout conserver. Bien que ces notes manuscrites ne disent rien de concret sur la pédagogie de Durkheim (était-il assis, debout ? Ecrivait-il au tableau ? Parlait-il lentement ou avec exaltation ? Etc.), on sait néanmoins que c’était un homme « habité » par son activité professorale (p.12).

4Ce cours sur Hobbes est dispensé à un moment crucial pour Durkheim, à savoir à l’époque de la publication de ses premiers grands travaux de sociologie, entre la sortie de De la division du travail social (1893) et celle des Règles de la méthode sociologique (1895). A cette époque, cherchant à inscrire la sociologie naissante dans une filiation historique et philosophique, Durkheim découvre chez Hobbes une manière de concevoir scientifiquement la société et de donner du social un point de vue objectif (p.20-21). Ainsi, dans la conclusion du cours, Durkheim reconnaît à Hobbes le mérite d’avoir appliqué, avant l’heure, la première règle fondamentale de la sociologie –les faits sociaux doivent être considérés comme des choses, débarrassés des prénotions, des préjugés, des sentiments–, mais regrette qu’il n’ait pas su aller jusqu’à appliquer intuitivement la seconde –les faits sociaux s’expliquent par d’autres faits sociaux– car il resta en dernière analyse cantonné à un raisonnement individualiste (p.58-59).

5Aux yeux de Durkheim, un grand apport de Hobbes est de réfuter l’opinion d’Aristote selon laquelle l’homme serait un animal sociable (p.32). Pour Hobbes, dit Durkheim, la société n’est pas le fruit d’une nature humaine où la sympathie serait une passion contenue en germe. Au contraire, Hobbes avance que si l’état de nature (présocial) avait existé, il consisterait plutôt en une guerre à l’état chronique car l’égalité naturelle des hommes empêcherait toute velléité d’organisation (p.34-35). La société n’est donc pas œuvre de passions mais résultat de la raison humaine qui lie les individus entre eux par des contrats les obligeant mutuellement (p37-39). Ce n’est pas tout : ce pacte interindividuel se double d’un autre pacte qui lie chaque individu au pouvoir établi, par transfert de droit unilatéral (p.41). Hobbes propose ainsi une théorie de l’Etat comme institution non pas naturelle mais sociale (p.44).

6Durkheim examine ensuite plus longuement trois formes de société, appelées par Hobbes sociétés naturelles parce qu’à la différence de la société civile, elles ne relèvent pas du tout du contrat : il s’agit de la société que forment le maître et l’esclave, de la société familiale et de la société religieuse (p.44 et suiv.). Durkheim conclut son cours en expliquant que pour Hobbes ces trois formes de société constituent trois phases de l’humanité, dont la société civile moderne est en fait l’aboutissement (p.52). Dès lors, en établissant que la distinction entre lois naturelles et lois civiles (chère à des auteurs tels que Locke ou Spencer) n’est pas pertinente, Hobbes s’oppose aussi bien aux théoriciens du droit naturel qu’à ceux de l’utilitarisme (p.56). Une position que Durkheim ne manque pas de qualifier, dans le dernier paragraphe de son cours, de « remarquable » et « intrépide » (p.58).

7Pour conclure, on retiendra de ce Hobbes à l’agrégation, l’intérêt que Durkheim trouva dans l’exploration de l’œuvre du philosophe anglais pour élaborer sa pensée sociologique. Certes on pourra regretter que de nombreux passages aient dû être coupés, que des mots n’aient jamais pu être déchiffrés, et que des raisonnements soient restés incomplets. Mais tout cela faisant partie des difficultés inhérentes à ce type d’exercice, on soulignera surtout la qualité du travail de retranscription réalisé pour ressusciter un document singulier.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabien Eloire, « Emile Durkheim, Hobbes à l’agrégation. Un cours d’Émile Durkheim suivi par Marcel Mauss », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 23 décembre 2011, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/7086

Haut de page

Rédacteur

Fabien Eloire

Maître de conférences en sociologie à l'Université Lille1

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page