Navigation – Plan du site

Corinne Delmas, Sociologie politique de l'expertise

Cristina Popescu
Sociologie politique de l'expertise
Corinne Delmas, Sociologie politique de l'expertise, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2011, 128 p., ISBN : 9782707165817.
Haut de page

Notes de la rédaction

Corinne Delmas est membre du comité de rédaction de Lectures depuis mai 2013. La rédaction de Lectures précise que ce compte rendu d’une de ses publications a été rédigé et publié avant son entrée au comité de rédaction, à un moment où il n’existait donc aucun lien entre Lectures, la rédactrice du compte rendu et l’auteure de la publication qui aurait été de nature à contrevenir à la charte de la revue.

Texte intégral

1Le livre de Corinne Delmas, paru dans la collection « Repères » des éditions de la Découverte, propose à ses lecteurs un regard plutôt original sur l’expertise. Situé au carrefour de la sociologie et de la science politique, l’ouvrage bénéficie des apports bibliographiques des deux disciplines. De ce fait, nous pouvons mieux décrypter la notion d’expertise, ses évolutions, ses formes et son fonctionnement contemporain et tout cela dans le contexte d’un néolibéralisme qui s’impose peu à peu aux sociétés occidentales.

2L’auteure structure son travail de synthèse autour de la question de l’expertise en le divisant en six chapitres dont l’argumentation est minutieusement organisée. Le lecteur peut ainsi identifier deux grandes parties à l’intérieur du livre. La première partie (chapitres I à IV) vise tout d’abord à apporter des précisions terminologiques, pour retracer ensuite l’évolution historique de l’expertise et des experts jusqu’à l’époque contemporaine. La deuxième partie (chapitres V et VI) évoque quant à elle la multiplication des experts et des savoirs d’expertise dans le contexte d’une démocratie de marché.

3Pourquoi dédier alors une première partie si importante en nombre de pages à l’histoire de la notion ? Elle s’avère utile, car sans ce nécessaire retour, comprendre le sens de l’expertise dans le contexte actuel serait chose difficile. Elle se constitue en réponse à des formes qui l’ont précédée, chacune apparue dans des conditions politiques spécifiques. Une synthèse définitionnelle nous permet ainsi de comprendre que le rapport entre savoir et pouvoir est au cœur même de l’expertise. On voit ensuite que les débuts de cette relation se trouvent au XVIIsiècle lorsque l’État, en quête de légitimation de son pouvoir politique, invente l’expert. Il s’agit bien ici d’un modèle français de gouvernance basé sur la maîtrise des connaissances. Nous rencontrons donc les « experts d’État », ce corps de spécialistes issus des mêmes institutions que les dirigeants, telles l’ENA, les Écoles d’application, l’École polytechnique, etc. Le modèle de production interne des savoirs s’avère pourtant imparfait, ce qui permettra une ouverture progressive vers l’expertise extérieure à l’administration. Le conseil, la commande publique, l’appel aux centres alternatifs d’expertise sont tout autant des formes sous lesquelles les compétences extérieures au gouvernement viennent s’insérer dans la vie publique.

4Ce sont ensuite les grands scandales sanitaires et environnementaux qui montrent les insuffisances de l’expertise telle que produite par les institutions de l’État. Désormais, elle ne semble plus être l’apanage de savants. Les erreurs des recherches sanctionnent donc l’image d’un expert savant, qui sera peu à peu remplacé ou accompagné par l’expert riche en expérience. Ces modifications mènent donc vers la disparition progressive des frontières entre savoirs profanes et savoirs experts. Les citoyens, en vertu de leurs « savoirs d’usage », semblent par ailleurs légitimés à participer aux « affaires publiques ». Dans ce contexte, on voit comment le rôle des scientifiques se transforme. Ils doivent maintenant savoir traduire leur savoir technique.

5L’expertise devient ainsi un « répertoire d’action collective » (Tilly), notamment un outil de soutien du militantisme sous ses différentes formes : syndical, humanitaire, etc. Une contre expertise surgit également car les différentes associations et organismes constituent leurs propres savoirs afin de contester celui mis en place par le gouvernement (chapitre IV). Tout cela permet de mieux comprendre la nécessité de l’expertise dans les mouvements sociaux. Il semble d’ailleurs que les citoyens et les associations deviennent des « acteurs légitimes » dans une « démocratie technique » (Sintomer 2 008). Ainsi, la contre-expertise des associations permet la politisation de différentes questions. De plus, on parle même de « coproduction de savoirs » entre les citoyens et les experts. L’expertise contemporaine inclut donc à la fois des savoirs techniques et des savoirs d’usage. Cependant, le livre soutient la thèse d’un faux problème, car, malgré la présence des jurys de citoyens et des conférences de consensus, ce sont toujours les acteurs politiques qui ont le monopole de la situation. Le cadre de discussion ne permet pas un véritable débat, le sujet étant imposé dès le début par les gouvernants.

6La figure contemporaine de l’expert est proche de celle de l’intellectuel impliqué dans la politique. Il se situe entre science et action, entre connaissance et engagement. Ce faisant, il est un intellectuel spécifique, selon la formule de Michel Foucault, c’est-à-dire un spécialiste qui ne prend pas position par rapport aux domaines avec lesquels il n’a pas de lien direct.

7Les deux derniers chapitres de l’ouvrage mettent en lumière le lien étroit entre l’expertise et le système néolibéral. La « nouvelle gestion publique » (traduction de l’anglais new public management) qui fait son apparition dans les démocraties occidentales se base sur la décentralisation, l’externalisation ou la privatisation des services. Un besoin prégnant d’évaluation s’impose et cela fait donc lieu à la mise en place des expertises à tous les niveaux. On parle souvent de compétences, d’« indicateurs de performance », ainsi que d’« outils d’évaluation », tandis que le conseil en gestion acquiert une place importante autant dans le public que dans le privé. Les sciences humaines et managériales sont par la suite reconnues comme les sciences adéquates pour le gouvernement.

  • 1  « Organisations non lucratives, spécialisées dans l’analyse des politiques publiques et indépendan (...)

8Devant une forte demande d’expertise, le nombre des experts se multiplie à son tour. On signalera tout particulièrement que l’ouvrage révèle le rôle important des acteurs collectifs, notamment des think tanks1, dans l’internationalisation de l’expertise. Une ample présentation leur est réservée.

  • 2  Un État réflexif est un État qui se concentre sur la mise en capacité (ou empowerment) de ses indi (...)

9Quelle est alors la place de l’individu dans un processus d’expertisation croissante spécifique à un État réflexif2 qui remplace l’État providence ? Il est soumis à une forte subjectivation et responsabilisation, car il est rendu gestionnaire de sa propre existence. Le rôle de l’État se limite alors à fournir à ses citoyens les moyens nécessaires pour qu’ils se débrouillent tout seuls dans leurs vies. En outre, ces derniers ont la forte illusion de participer au gouvernement démocratique. Les différentes structures étatiques ont l’air de les solliciter en vue des actions publiques. Mais la parole citoyenne est loin d’être suscitée en tant que ressource de gouvernance. Elle apparaît plutôt comme forme d’obligation et de légitimation du nouveau pouvoir. Le livre de Corinne Delmas insiste ainsi sur le rôle joué par l’expertise au niveau des « démocraties de marché ». Les citoyens, obligés de devenir des « entrepreneurs d’eux-mêmes », subissent donc les règles de l’expertise, nouvel instrument de contrôle social.

  • 3  Alain Quemin. Trépos Jean-Yves, « La sociologie de l'expertise », Revue française de sociologie, 1 (...)
  • 4  Le Savant et le politique, Paris, Union Générale d'Éditions, 1 963 (1re éd. : 1 919), consulté le (...)
  • 5  Pauline Adenot, « « Les formes de l’expertise artistique en Europe (XIVe - XVIIIe siècle) », Revue (...)

10Vingt-cinq ans après que l'on s’est posé la question des conditions de possibilité d’une sociologie de l’expertise3, « la technicisation du travail politique » et la démultiplication des travaux influencés par les écrits de Max Weber4 font valoir l’importance d’une politisation de la question. L’expertise se manifeste bien sûr dans des domaines sans lien direct avec le politique, il suffit notamment de regarder pour cela le champ artistique5, mais son cadrage prépondérant est celui situé au carrefour du politique, de la science et de la société.

11En guise de conclusion, ce volume, au-delà du travail impressionnant de synthèse qu’il réalise et la riche bibliographie qu’il met à la disposition de ses lecteurs, ouvre des pistes intéressantes de réflexion sur les enjeux qui se cachent derrière la promotion de plus en plus accrue du discours d’expertise dans les systèmes néolibéraux. Il esquisse le lien qui s’établit entre l’expertise et la subjectivation des individus par l’intermédiaire de l’injonction à l’autonomie et de la responsabilisation. « La sociologie politique de l’expertise » peut constituer un excellent point de départ pour tous ceux qui désirent approfondir cette question, qu’ils soient étudiants, professionnels, ou tout simplement des citoyens essayant de mieux comprendre les transformations spécifiques à la société contemporaine.

Haut de page

Notes

1  « Organisations non lucratives, spécialisées dans l’analyse des politiques publiques et indépendantes de l’État, des partis politiques et des groupes de pression ».

2  Un État réflexif est un État qui se concentre sur la mise en capacité (ou empowerment) de ses individus.

3  Alain Quemin. Trépos Jean-Yves, « La sociologie de l'expertise », Revue française de sociologie, 1997, vol. 38, n° 1, pp. 168-169, consulté le 18 décembre 2011.

URL : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rfsoc_0035-2969_1997_num_38_1_4585

4  Le Savant et le politique, Paris, Union Générale d'Éditions, 1 963 (1re éd. : 1 919), consulté le 18 décembre 2011. URL : http://classiques.uqac.ca/classiques/Weber/savant_politique/Le_savant.html

5  Pauline Adenot, « « Les formes de l’expertise artistique en Europe (XIVe - XVIIIe siècle) », Revue de Synthèse, tome 132, n° 1, 2 011 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 16 mai 2011, consulté le 18 décembre 2011. URL : http://lectures.revues.org/5510

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cristina Popescu, « Corinne Delmas, Sociologie politique de l'expertise », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 03 janvier 2012, consulté le 29 septembre 2016. URL : http://lectures.revues.org/7125

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page