Navigation – Plan du site

Susan T. Fiske, Shelley E. Taylor, Cognition sociale. Des neurones à la culture

Cécile Campergue
Cognition sociale
Susan T. Fiske, Shelley E. Taylor, Cognition sociale. Des neurones à la culture, Wavre (Belgique), Mardaga, coll. « Psy », 2011, 592 p., ISBN : 9782804700355.
Haut de page

Texte intégral

1Voici un ouvrage imposant (456 pages) qui traite de la cognition sociale, c’est-à-dire de la manière dont les gens se donnent du sens et en donnent à autrui (27), analysée dans le champ de la psychologie et des neurosciences sociales, cognitives et affectives. Les auteurs, Susan Fiske et Shelley Taylor, toutes deux psychologues, la première à l’Université de Princeton et la deuxième à l’Université de Californie, poursuivent chacune des recherches en cognition sociale depuis des années déjà. Par exemple, Susan Fiske, auteure majeure dans le champ de la psychologie sociale, remarquée pour ses travaux sur les stéréotypes et les préjugés (la discrimination), se spécialise dans l’étude des préjugés émotionnels aux niveaux culturel, sociétal et neuronal afin d’identifier les dimensions fondamentales de la cognition sociale. Shelley Taylor, spécialiste de la cognition sociale, s’intéresse, elle, au domaine de la santé en analysant le rôle des illusions positives dans le maintien du bien être et aux stéréotypes sociaux. Dès l’introduction, les deux chercheuses notent que l’ouvrage n’est pas un manuel ni un ouvrage de développement personnel mais qu’il peut contribuer à « retrouver votre chemin dans le monde social » (13). Après avoir rappelé clairement les origines de la recherche en cognition sociale et son développement particulier au sein de la psychologie sociale, elles la définissent en pointant quatre caractéristiques fondamentales : le mentalisme (la croyance en l’importance des représentations et des processus mentaux), l’orientation en terme de « processus », une fécondation croisée entre psychologie cognitive et sociale et enfin, un intérêt pour les problèmes sociaux.

2Les années quatre-vingt-dix, « années du cerveau », voient exploser le champ des neurosciences (l’engouement actuel pour les rôles des systèmes neuronaux dans la variété des processus humains provient partiellement des techniques d’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle) et voient naître celui des neurosciences sociales. L’activité cérébrale diffère par exemple selon que l’on est en présence d’objets ou de personnes. Les zones concernées par les interactions avec des personnes sont le cortex préfrontal médian (mPFC), le sulcus temporal supérieur (STS) et le gyrus fusiforme (FFA) ; ainsi, la pensée sociale active des configurations neuronales particulières. Mais le cerveau est loin de tout expliquer : les psychologues sociaux vont d’ailleurs devoir réviser les bases de leur discipline car « bon nombre de considérations de bases relatives à la manière dont les gens pensent par rapport aux autres sont en fait liées à la culture » (34). Les psychologues reconnaissent donc à la culture un rôle essentiel dans la cognition sociale. Mais quelle part de la cognition sociale peut-on attribuer aux processus psychologiques, physiologiques, neuronaux et environnementaux ? Les neurosciences, qui tendent à expliquer les comportements humains en termes de phénomènes biologiques souvent réductionnistes, présentent un champ de recherches en pleine effervescence. S’il y a un aspect sur lequel l’ouvrage déçoit, c’est sur l’aspect culturel, pourtant mis en exergue. Pour signifier que les « cultures ont de l’importance » (35), les auteurs avancent des comparaisons réalisées entre étudiants américains ou canadiens et leurs homologues japonais, chinois ou coréens. Elles ajoutent que les cultures varient par rapport à la manière de penser la causalité, par rapport à la configuration des croyances et par rapport à la qualification du soi. Ainsi, la comparaison entre étudiants américains et japonais autour de la notion du soi permet aux auteurs d’affirmer que le soi est indépendant chez les Américains et interdépendant pour les Japonais. D’où des cultures dites « indépendantes » et d’autres dites « interdépendantes » (134). On est gêné par des propos caricaturaux. Gêné car les perspectives anthropologiques, ethnologiques et historiques sont absentes de la réflexion. Pas un mot sur l’anthropologie, ne serait-ce cognitive. Comment avancer que les cultures sont importantes dans le champ de la cognition sociale sans définir et expliciter ce qu’on entend par culture et sans donner des exemples précis ? Les cultures n’entrent pas en contact, ce sont toujours des personnes aux bagages culturels différents qui entrent en contact. Des matériaux de type ethnologique auraient pu être utilisés pour permettre d’étoffer le propos.

3L’ouvrage se compose de deux parties inégales : la première présente les origines et les bases de la cognition sociale en quatre chapitres : sont ainsi passés en revue les processus de pensée, les habitudes, les motivations, les attitudes, les impressions, les préjugés, les attributions, les inférences, etc., et les principales théories et recherches contemporaines. Comment juge-on autrui ? Sur quelles bases se forge-t-on une première impression ? Pourquoi est-on attiré par telle personne ? Le visage, par exemple, est au centre de l’attention sociale selon différentes recherches menées (89). La deuxième partie (la plus importante) détaille les matières de la cognition sociale : du soi à la société, en onze chapitres (le soi, les processus attributionnels, les heuristiques et raccourcis mentaux, les inférences sociales, les attitudes, les stéréotypes et préjugés, l’affect et le comportement). Plusieurs théories sont détaillées avec à chaque fois des exemples précis. Le racisme est analysé suivant une perspective raciale selon l’exemple Blanc/Noir en contexte américain. Les préjugés de genre, d’âge et d’orientation sexuelle nous laissent sur notre faim car ils sont traités de manière trop sommaire.

4Nous apprécions, au niveau de la forme, les résumés d’une grande clarté à chaque fin de chapitres. On regrette néanmoins l’absence de conclusion. Destiné à des étudiants avancés en psychologie et en science de l’éducation, l’ouvrage intéressera ceux qui s’intéressent à la psychologie sociale et aux sciences comportementales qui y trouveront une somme importante d’informations utiles mais il décevra sans doute les anthropologues et autres chercheurs en sciences humaines qui pensent trouver une synthèse sur la cognition sociale entre neurosciences et anthropologie avec le sous-titre « Des neurones à la culture ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Campergue, « Susan T. Fiske, Shelley E. Taylor, Cognition sociale. Des neurones à la culture », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 09 janvier 2012, consulté le 23 octobre 2014. URL : http://lectures.revues.org/7179

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page