Navigation – Plan du site

Chris Harman, Une histoire populaire de l’humanité. De l’âge de pierre au nouveau millénaire

Rachid Id Yassine
Une histoire populaire de l'humanité
Chris Harman, Une histoire populaire de l'humanité. De l’âge de pierre au nouveau millénaire, Paris, La Découverte, coll. « Cahiers Libres », 2011, 650 p., ISBN : 9782707167903.
Haut de page

Texte intégral

1L’idée au principe de cet ouvrage est simple : retracer une et non pas l’histoire de l’humanité. La singularité du propos réside dans la tentative audacieuse d’inverser l’ordre symbolique qui préside à l’écriture de l’histoire. Les vaincus, les faibles, les dominés font l’histoire, ils la réalisent mais ne l’écrivent pas. La masse des peuples est trop anonyme pour l’historien qui a besoin de réduire et de rattacher le cours des événements à des personnages clefs qui servent de catalyseurs culturels et de repères chronologiques. Á cet aspect pratique s’ajoute inévitablement le problème du pouvoir que l’histoire est amenée à servir, tout comme celui du pouvoir qui se sert d’elle. Cette dialectique entre pouvoir et histoire traverse l’œuvre de Chris Harman.

2Celui-ci va plus loin encore et prend parti en s’inspirant explicitement de Karl Marx. Il déclare en effet chercher ici non pas tant à offrir le récit complet de l’histoire humaine, qu’à conter « le schéma général qui a façonné le présent ». L’histoire populaire de l’humanité qu’il nous propose est une histoire des principales dynamiques collectives dont la succession est inscrite dans le sillage des luttes qu’imposa la division de la société en classes. A contrario de l’historiographie dominante toute ceinte d’un héroïsme constructeur, Harman dépeint la chronologie des grands événements qui rythmèrent à travers les principales civilisations l’aventure humaine : mais sans aventurier, sans cet homme providentiel qui incarne les aspirations des masses populaires et qui entraîne avec lui le destin des peuples, du héros néandertalien à l’« Obamania » du nouveau millénaire.

3Il prend appui sur la thèse d’un communisme originel qui aurait permis à l’être humain de commencer son épopée terrestre dans les conditions idéales d’une organisation fondée sur le principe de réciprocité généralisée qui prévalait notamment dans toutes les sociétés de chasseurs-cueilleurs de la planète. Sans possession privée de la terre et sans spécialisation du travail, les premières organisations des sociétés humaines que l’on connaît, à l’échelle de bandes, de clans, comme à celle de tribus nomades ou de villages, furent dénuées de distinction de classes. Les conditions rudimentaires de ce « communisme primitif » furent très vite dépassées et laissèrent place à l’émergence de classes sociales, du fait de la capacité grandissante des êtres humains à tirer profit des ressources naturelles pour notamment éviter que leur vie soit suspendue d’une récolte à une autre, en stockant les denrées alimentaires et en en produisant plus que ce que l’immédiate nécessité exige. L’accumulation de richesses dont on est privément propriétaire permit ainsi à des relations de domination de s’établir. Celles-ci divisèrent les sociétés en classes : certaines en oppriment et en exploitent d’autres. Les classes spoliatrices sont d’autant plus minoritaires que leur pouvoir d’oppression croît, tandis qu’à l’inverse les populations des classes laborieuses sont aussi nombreuses qu’asservies à produire une richesse dont ils sont dépouillés.

4Et c’est à partir de l’émergence des divisions de classes desquels tirerait leur origine aussi bien l’oppression patriarcale contre les femmes que l’inégalité structurelle du racisme et autres avatars d’une hiérarchisation sociale et économique des appartenances, que l’ouvrage de Chris Harman va dérouler le fil de l’histoire humaine. C’est en sept parties que l’auteur choisit de subdiviser le passé de l’humanité, comme autant de périodes charnières de cette histoire des peuples qui luttent depuis l’avènement des premières formes, plus brutales et moins sophistiqués qu’aujourd’hui, d’assignations sociales. C’est comme si la préhistoire précède l’histoire non plus seulement parce qu’elle n’a guère connu l’écriture, mais aussi et surtout parce qu’elle est la période durant laquelle, en tâtonnant, l’humanité allait donner naissance aux classes sociales. S’ensuivirent l’Antiquité, le Moyen Âge, la Renaissance, les Lumières, la Modernité et le « Nouveau désordre mondial ». Calquant la chronique classique de l’histoire selon la perspective évolutionniste de la civilisation contemporaine, Chris Harman essaie, avec une habilité intellectuelle et un talent pédagogique certains, de se décentrer de l’univers de référence occidental pour décrire comment d’autres civilisations (méditerranéennes, amérindiennes, asiatiques, africaines, islamique…) connurent les mêmes rapports conflictuels de classes, et combien elles offrent à voir d’innombrables similitudes qui sont autant d’arguments plaidant en faveur d’un universalisme historique.

5L’auteur nous expose ainsi une succession de révolutions, de réformes, de luttes et de résistances qui ont jalonné le parcours de l’humanité, avec un point d’orgue : la naissance du capitalisme industriel. Chaque partie étant précédée d’une chronologie bien utile et pratique, elles offrent toutes le spectacle d’un récit historique original par la réflexivité du propos. Chris Harman nous raconte une histoire familière mais dont on a probablement négligé les tenants et aboutissants philosophiques. Dates, événements et personnages dressent trop souvent un portrait de l’humanité un peu flegmatique. Ici, l’ouvrage nous offre l’occasion de repenser le mouvement de l’histoire, de réfléchir à ce qui a bien pu animer le genre humain dans son aventure terrestre qui se poursuit de nos jours avec bien des incertitudes.

6L’intérêt de l’œuvre de Chris Harman réside assurément dans cette philosophie de l’histoire de laquelle nous nous sommes trop éloignés par crainte ou rejet de toute tentation téléologique au principe de toute idéologie, et à laquelle il nous convoque. La neutralité idéologique des sciences historiques est ici clairement mise à l’index comme frauduleuse. Le sens de l’histoire dont on a annoncé la fin est admirablement réinvesti mais de façon critique et réflexive, rendant compte d’une complexité qui ne devrait pas nous dédouaner de tout engagement. Bien au contraire, avec ce livre, l’auteur s’implique franchement dans la lutte contre « la barbarie et l’irrationalité du système capitaliste » mondialisé d’aujourd’hui. La gauche dispose dès lors d’une œuvre de référence, lui permettant en ce début de millénaire bien agité de renouer avec cette lutte de cinq milles années que Chris Harman s’est évertué à retracer avec une rigueur méthodologique indéniable. Son ouvrage est une ferme invitation, en quarante-huit chapitres, à « comprendre le passé » afin que chacun se réapproprie le présent pour réinventer collectivement l’avenir d’une lutte universelle des classes qui tente d’édifier à l’échelle mondiale une société humaine où la domination se dissout toujours davantage, à défaut de pouvoir disparaître un jour. Tout un programme… Révolutionnaire !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rachid Id Yassine, « Chris Harman, Une histoire populaire de l’humanité. De l’âge de pierre au nouveau millénaire », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 12 janvier 2012, consulté le 05 décembre 2016. URL : http://lectures.revues.org/7198

Haut de page

Rédacteur

Rachid Id Yassine

Doctorant à l’École des hautes études en sciences sociales (CADIS/ICRESS) ATER à l’université de Perpignan Via Domitia (Art-DEV), et membre de Europublicislam (EHESS/ERC).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page