Navigation – Plan du site

Christian Robin, Les livres dans l´univers numérique

Christophe Premat
Les livres dans l’univers numérique
Christian Robin, Les livres dans l’univers numérique, La Documentation Française, coll. « Études de la Documentation française », 2011, 162 p., ISBN : 3303331953395.
Haut de page

Texte intégral

1« L’histoire des moyens de communication nous montre que chacun d’entre eux s´ajoute à l´autre : le cinéma n’a pas supplanté le théâtre, ni la télévision le cinéma. Nous le constatons dans les usages des produits culturels, où les plus gros "consommateurs" cumulent les différentes pratiques culturelles : un comédien amateur va au théâtre, lit des livres, se rend au cinéma et utilise internet en moyenne beaucoup plus souvent qu’une personne qui ne va jamais au théâtre. Les livres numériques complèteront donc les livres imprimés » (p.149). Tel est le constat de Christian Robin après avoir restitué l’histoire des enjeux numériques et du livre. Le livre numérique n´implique pas forcément une diversification des publics, mais renforce la diversité des usages de consommateurs intéressés par la culture. L’ouvrage analyse la manière dont le paysage éditorial a été bouleversé par l’écriture numérique. La programmation assistée par ordinateur et le traitement de texte ont modifié la chaîne de production des livres : les auteurs deviennent de plus en plus responsables des conditions techniques de la production de leur ouvrage, la maîtrise du logiciel ayant des effets sur la mise en page. L’impression numérique a eu également un impact sur la production des livres. Les analyses de Christian Robin, au-delà des enjeux du numérique, nous rappellent que le livre est aussi un objet technique dont les conditions de production mobilisent une organisation sociale et économique spécifique.

2Le livre est aussi un objet culturel et la numérisation ne fait que parachever une longue épopée depuis l´imprimerie de Gutenberg. Le paradoxe vient du fait que la surproduction du livre rendue possible par les usages numériques ne se traduit pas nécessairement par une massification des publics. De leur côté, les civilisations d´Extrême-Orient connaissent une autre histoire du livre car elles n’ont pas développé les mêmes techniques d´impression. « Le support même de l´imprimé a longtemps différé entre l´Extrême-Orient et l’Extrême-Occident. Si, en Occident, le codex, c’est-à-dire les feuillets assemblés sous la forme que nous connaissons aujourd´hui, s’est imposé dès les premiers siècles de l’ère chrétienne face au volumen (rouleau), le livre a pris des formes variées en Extrême-Orient » (p.98). Le lecteur occidental n’a pas la même manière d’intégrer les informations que le lecteur oriental habitué aux livres en papillon et en tourbillon. Cette donnée culturelle est à prendre en compte à l’époque des livres numériques. Christian Robin détaille l´histoire des supports en montrant que les procédés d´informatisation ont trouvé de nombreuses applications pédagogiques avant d´évoquer l´entrée du web dans l´édition. En l’occurrence, il rappelle que l’ancêtre de l’e-book, le dynabook d´Alan Kay, présenté en 1972, visait particulièrement les activités éducatives pour les enfants.

  • 1  Pour illustrer ce fait, nous pouvons nous appuyer sur l´autobiographie du joueur de football Zlata (...)

3Les rééditions sont plus nombreuses et l’écriture est elle-même influencée par le traitement de texte et l’informatisation, la normalisation étant beaucoup plus forte qu´avant. Les éditeurs ont privilégié la numérisation des encyclopédies avant que les périodiques et les revues ne soient touchés par ce phénomène faisant apparaître alors un paysage éditorial contrasté. Les éditeurs de sciences humaines et sociales (SHS) ont été confronté à une baisse des tirages, mais bénéficient en même temps d’une accessibilité aux documents (thèses, articles, ouvrages) plus forte qu’avant. La communication sur les livres a également changé avec des facilités plus fortes qu’avant de commenter les dernières parutions, que ce soit par l´intermédiaire des réseaux sociaux ou des blogs. Le marketing des ouvrages en est affecté et les auteurs se chargent eux-mêmes de promouvoir leur ouvrage. La numérisation a bouleversé incontestablement le marché des livres et offre de nombreuses possibilités d´accès. En effet, les bibliothèques numériques se développent avec le projet européen Europeana (base de données culturelles) et Gallica de la BNF. L’entretien de ces bibliothèques numériques est parfois très coûteux1 et pose la question de la pérennité du système. Christian Robin montre également que la presse écrite s´est adaptée à la numérisation et à la surinformation gratuite et anarchique présente sur le web pour proposer des portails complets avec des services divers. Les titres de référence attirent malgré tout, mais au prix d’efforts considérables de restructuration au profit de la dématérialisation. La caducité de l’information fait que la numérisation correspond à l´évolution de la presse. « La nature de l’objet distingue les livres des autres produits éditoriaux. En effet, pour ces derniers, un support extrêmement standardisé entraîne un faible attachement sensoriel et ne permet pas un accès direct aux informations qu´il porte. Dans le cas de la presse, même si la substance physique perdure, l’obsolescence rapide de l´information véhiculée ainsi que le caractère jetable du support l’opposent aux livres »(p. 77).

4Si l’équilibre entre livres imprimés et livres numériques risque de perdurer, la question des droits d´auteur joue un rôle central d´autant plus qu´avec l’informatisation le format numérique du livre peut facilement être récupérable. Christian Robin met en lumière les cultures de la propriété intellectuelle avec le droit d’auteur tel qu´il se développe dans la tradition française et le copyright américain. Le droit d’auteur français est lui régi par le Code de la propriété intellectuelle tandis que le copyright porte davantage sur les aspects commerciaux. Ces deux conceptions ont évolué avec notamment la question de la gestion des droits numériques (Digital Rights Management). En outre, les derniers débats en France touchant la loi Hadopi du 12 juin 2009 (« loi Création et internet ») ont relancé des polémiques sur la lutte contre le piratage. La propriété intellectuelle continuera à alimenter des controverses avec la question des fichiers électroniques et de l’interopérabilité (transfert des fichiers d´une machine à une autre) et des entreprises simplifiant l’accès aux œuvres culturelles. Le livre de Christian Robin est précieux en ce qu’il éclaire la complexité des enjeux liés à l’accès numérique aux œuvres. Il est par ailleurs intéressant que ce soit par un livre imprimé qu´il nous transmette cette excellente synthèse sur l´univers numérique des livres.

Haut de page

Notes

1  Pour illustrer ce fait, nous pouvons nous appuyer sur l´autobiographie du joueur de football Zlatan en Suède qui a été écrite en collaboration avec un écrivain, David Lagercrantz (Zlatan, Lagercrantz, Jag är Zlatan Ibrahimovic.Min historia, Albert Bonniers förlag, 2011. Les bibliothèques suédoises ont proposé cet ouvrage numérique gratuitement. Le coût d´un téléchargement est de 20 couronnes suédoises. Les téléchargements ont été tellement nombreux que les bibliothèques ont dû limiter l´accès.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Premat, « Christian Robin, Les livres dans l´univers numérique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 13 janvier 2012, consulté le 24 juillet 2016. URL : http://lectures.revues.org/7217

Haut de page

Rédacteur

Christophe Premat

Chercheur associé au centre Émile Durkheim (Sciences Po Bordeaux, UMR 5116), Attaché de coopération pour le français auprès de l´Institut français de Suède

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page