Navigation – Plan du site

Jérémy Robine, Les ghettos de la nation. Ségrégation, délinquance, identités, islam

Anne-Claire Collier
Les ghettos de la nation
Jérémy Robine, Les ghettos de la nation. Ségrégation, délinquance, identités, islam, Paris, Vendémiaire, coll. « Géographies », 2011, 221 p., ISBN : 9782363580177.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage est issu de la thèse de Jérémy Robine soutenue en 2009 et intitulée « Banlieue et nation : enjeux géopolitiques : la nation et les citoyens issus de l’immigration en France : Ghettos, identité nationale, question post-coloniale ». Le livre s’inscrit dans une logique de géopolitique, c’est-à-dire qu’il lie les acteurs à leur dimension territoriale (celle des banlieues), insistant alors sur le rapport de force qui se crée et les différents types de mobilisations qui en résultent. Le livre pourrait se diviser en trois grandes parties. La première partie étudie les conditions de création des grands ensembles en prenant comme cas particulier Clichy-sous-Bois et Grigny. Dans la seconde partie, l’auteur met en lumière l’émergence de la trajectoire historique des différents types de mobilisation dans ces espaces qu’il qualifie de « ghettos ». Enfin le passage par ces mobilisations permet à l’auteur de s’interroger dans une dernière partie sur les notions d’identité nationale, de nation, de « guerre des mémoires », de représentation et de postcolonialité.

2La première partie de l’ouvrage s’apparente à une monographie relativement descriptive de l’évolution de deux espaces particuliers que sont Clichy-sous-bois et Grigny, considérés comme emblématiques par l’auteur dans le processus de ghettoïsation des banlieues françaises. On retrouve dans cette partie toutes les conditions de création de ces ensembles : explosion démographique, politiques urbaine et de transport hasardeuses, dégradation progressive des habitats, inexistence d’infrastructures publiques, déconnexion des réseaux routiers. Derrière cette démonstration, appuyée par de nombreuses cartes, l’auteur cherche à circonscrire la notion de ghetto par le biais d’indicateurs socio-économiques tels que le revenu par tête, le taux de chômage, l’âge moyen…

3Le chapitre de transition vers ce qui pourrait être la seconde partie de l’ouvrage pose la question des termes et des représentations (qu’est-ce que cela signifie de parler de ghetto aujourd’hui ?) soulignant ainsi la question de l’émergence du vote identitaire et l’incapacité d’intégration par la gauche des membres issus des banlieues et de l’immigration post-coloniale depuis l’élection de François Mitterrand en 1981. Cette mise à l’écart progressive d’une frange de la population est renforcée par l’émergence des problématiques de reconnaissance et de politique des minorités. Le lien existe donc bien entre d’une part une politique territoriale du ghetto et d’autre part la question de la place des immigrés dans notre société.

4L’auteur tente alors de faire une généalogie des mobilisations issues des banlieues françaises en commençant au moment de l’apparition de la jeunesse française d’origine maghrébine au début des années 1980, lors de la marche pour l’égalité ou « marche des beurs ». Elle apparaît comme le moment de l’entrée de ces jeunes dans l’espace médiatique et symbolique. Cette première marche en appelle d’autres, comme celle de 1984. Si cette première marche fédère un ensemble de mouvements et de sensibilités antagonistes autour d’une même problématique, les marches suivantes se revendiquent d’une forme de mobilisation plutôt qu’une autre. Cela pose la question de savoir si la marche correspond à une autonomisation de certains groupes sociaux : les Noirs, les Arabes ; ou bien s’il s’agit avant tout d’une mobilisation qui renvoie à un groupement de jeunes rassemblant une génération particulière autour du thème de leur identité.

5Ainsi, l’auteur explique les controverses qui ont traversé la création de SOS Racisme et son positionnement par rapport à la gauche française. La problématique du ghetto est retravaillée par ses membres qui nient le besoin d’intégration pour privilégier la notion d’insertion (l’intégration devant être un concept appliqué à des agents non français alors que l’idée d’insertion correspond plus à celle de marginalité). Dans ce positionnement de SOS Racisme se joue alors une lutte pour les représentations du ghetto entre ceux qui le voient comme un lieu communautariste et ceux qui le voient comme un lieu de ségrégation sociale et de discrimination.

6Contre SOS Racisme apparaît alors le MIB qui a pour vocation de représenter directement les habitants des ghettos. Jérémy Robine interroge alors le positionnement et la stratégie de ce groupe pour s’implanter dans le champ militant depuis 1988. Il se caractérise alors comme étant contre la Beurgeoisie, adoptant un discours radical d’extrême gauche, sans être affilié à un parti politique traditionnel. Le MIB reste méfiant face aux structures de mobilisation traditionnelle par crainte de voir leurs luttes instrumentalisées et prône une organisation autonome à l’échelle locale.

7Enfin l’auteur s’intéresse à l’émergence des Indigènes de la République dans cet espace de mobilisation et montre comment ces acteurs parviennent à imposer les questions post-coloniales et mémorielles dans le débat public (à la suite de leur Appel de janvier 2005). Le contexte d’apparition de ce mouvement ne peut être séparé de l’augmentation des discours hostiles envers les musulmans et les Arabes depuis 2001. Selon eux, le continuum colonial reste prégnant dans notre société : si les liens de la colonisation ont disparu, ses formes de domination non. La nation française serait donc raciste et paternaliste. Il est alors intéressant de se demander, à l’instar de Jérémy Robine, si l’Appel implique la défense d’un groupe et de ses intérêts jouant sur une identité particulière. La difficulté rencontrée est qu’il n’y a pas de véritable identité issue de l’immigration mais bien plus une « communauté d’expérience ». Les Indigènes s’inscrivent donc clairement dans le jeu des rivalités pour le leadership des territoires rassemblant les agents issus de l’immigration. Jérémy Robine conclut cette seconde partie sur la mise en valeur d’un paradoxe : l’émergence des mouvements post-coloniaux correspond peut-être à la fin de la période post-coloniale.

8Les dimensions mémorielles et historiques portées par les mouvements depuis 2005 posent la question de l’identité nationale en lien avec l’histoire de la colonisation, la question de l’appartenance nationale et l’apparition des études postconiales dans le champ académique. Dans cette partie, la démonstration vise à souligner l’émergence progressive du terme « identité nationale » en lien avec les « guerres de mémoires » marqué notamment par la création du Ministère de l’Immigration, de l’Intégration nationale, de l’Identité nationale et du développement solidaire à la suite de l’élection de Nicolas Sarkozy en mai 2007.

9L’auteur cherche à casser l’image stéréotypée véhiculée par les médias en soulignant la réalité des « multiples appartenances » sociales. La nation reste cependant, selon lui, un puissant moteur de l’identification collective aujourd’hui car elle incarne un rapport entre l’individu et son territoire. Dans ce contexte de cristallisation autour des identités émergent différentes revendications mémorielles portées par les « oubliés » de l’histoire nationale (Traite des Noirs, histoire coloniale). Le déni de l’histoire est alors considéré comme une violence symbolique faite aux descendants de victimes. De ce fait, une véritable « guerre des mémoires » (comme elle a été qualifié par les médias) est apparue en 2005 posant alors la question d’une représentation unifiée et dominante de la nation ou bien d’une représentation différentialiste. C’est dans ce contexte que les études postcoloniales anglo-saxonnes apparaissent en France (notamment avec de nombreux numéros spéciaux de revues en 2006). Ce courant, selon Jérémy Robine, malgré des ambiguïtés de définitions, permettrait de porter un regard critique sur (et contre) l’occident et ses valeurs (notamment l’universalisme). S’il passe très rapidement sur l’analyse de ce courant de pensée, Jérémy Robine insiste cependant sur le lien entre débats académiques, place de l’histoire de la colonisation et mobilisation collective dans les grands ensembles. Le postcolonialisme, porté par les Indigènes de la République, a donc eu pour mérite de placer la question mémorielle sur le devant de la scène académique, militante et politique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Claire Collier, « Jérémy Robine, Les ghettos de la nation. Ségrégation, délinquance, identités, islam », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 17 janvier 2012, consulté le 09 décembre 2016. URL : http://lectures.revues.org/7270

Haut de page

Rédacteur

Anne-Claire Collier

Doctorante en sociologie à l'université Paris Ouest Nanterre La Défense

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page