Navigation – Plan du site

Claire Bidart, Alain Degenne, Michel Grossetti (dir.), La vie en réseau. Dynamique des relations sociales

François Granier
La vie en réseau
Claire Bidart, Alain Degenne, Michel Grossetti, La vie en réseau. Dynamique des relations sociales, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Le lien social », 2011, 356 p., ISBN : 9782130590644.
Haut de page

Texte intégral

1Durant la très grande majorité du vingtième siècle, la sociologie a mobilisé les concepts de classe sociale et de catégorie socioprofessionnelle. Ceux-ci avaient l’avantage d’être aisément accessibles au grand public et ils ont incontestablement favorisé la compréhension des sociétés industrielles. Cependant, leur pertinence semble s’être érodée avec la fin des « Trente glorieuses ». Parallèlement, l’essor des technologies de l’information et de la communication et surtout l’emprise de la Toile ont accompagné un brouillage de ces repères. Les analyses de Manuel Castells dans La vie en réseau et celles de Jérémy Rifkin L'âge de l'accès : la vérité sur la nouvelle économie, ont contribué à accréditer l’émergence de la notion de réseau comme nouvelle catégorie sociologique. Si une brève histoire de la notion nous rappelle que celle-ci a été forgée et utilisée par les psycho-sociologues et les anthropologues dès les années 1920, le triomphe planétaire de réseaux sociaux, tels Facebook ou Twitter, invite chacun à s’interroger. Nos sociétés postmodernes seraient-elles depuis deux décennies libérées des rigidités issues de la révolution industrielle ?

2L’analyse des réseaux sociaux postule que les caractéristiques relationnelles des personnes, décrites notamment par le nombre de leurs interlocuteurs stables, leur place plus ou moins centrale dans un réseau…, constitueraient des variables plus explicatives de leurs actions que des identifiants factuels tels leur âge, leur sexe, leur niveau de formation, leur revenu et même leur univers social d’appartenance. L’analyse structurale serait-elle ainsi en mesure d’apporter la preuve que nous serions entrés dans une société plus fluide ? Cette hypothèse heurte les perceptions de nombreux citoyens mais aussi les résultats d’enquêtes longitudinales qui confirment la persistance, voire l’accroissement, des inégalités socioéconomiques.

3Les recherches contemporaines centrées sur les réseaux s’enracinent dans les travaux de nombreux pères de la sociologie : de Durkheim à Simmel, puis plus récemment dans ceux d’Elias et Bourdieu et surtout de ceux de Granovetter. Elles ont fourni les bases d’innombrables enquêtes sociométriques explorant tant les univers professionnels, que les effets de politiques publiques ou l’organisation de la vie familiale.

  • 1  Bernard Lahire, L’homme pluriel, Les ressorts de l'action, Paris, Nathan, 1998

4Les auteurs de La vie en réseau s’inscrivent dans une perspective qui refuse d’analyser la vie sociale au travers de la seule dichotomie : approche holistique vs. approche individualiste. Ils font la double hypothèse que les institutions seraient moins déterminantes depuis les années soixante-dix et que chacun de nous aspirerait à affirmer non seulement sa singularité mais aussi son souhait d’être reconnu comme un « homme pluriel »1. S’insérer dans des réseaux, créer des réseaux… n’est pas en soi une posture nouvelle ; le citoyen romain ou le petit noble de l’Ancien régime n’existaient que par leur appartenance à un ou des réseaux. Cependant, et peut être plus que jamais du fait de la montée des incertitudes économiques et sociales, l’individu ne peut envisager sa vie hors de toute relation structurée c’est à dire au delà d’interactions fonctionnelles et ponctuelles.

5Pour mettre à l’épreuve leurs hypothèses, les auteurs vont chercher à identifier « quelles sont les pratiques concrètes et les dynamiques de la fabrication du lien social ? Comment naissent, changent et disparaissent les relations interpersonnelles ? ». Ils ambitionnent d’éclairer les modalités de structuration des réseaux dans lesquels évolue chacun d’entre nous, tantôt « réflexifs et stratèges, mais aussi souvent orientés par leurs contextes de vie et les aléas de l’existence».

6A cette fin, les auteurs ont conduit deux enquêtes. La première a concerné 399 personnes constituant un échantillon représentatif de la population française en termes d’âges et de couches sociales. La seconde, étalée sur dix ans (1995 – 2004), a permis de suivre, grâce à des entretiens réalisés tous les trois ans, une population de jeunes. Elle visait plus particulièrement à mettre en évidence leurs processus de socialisation et l’évolution de leurs réseaux personnels.

7Les approches classiques des réseaux privilégient le repérage des liens entre personnes à un instant t. Elles débouchent sur des graphes qui mettent par exemple en évidence la densité du réseau, calculée par le ratio entre le nombre de relations citées rapporté au nombre de relations possibles. Ainsi, le réseau d’un préadolescent vivant en milieu rural sera significativement plus dense que celui d’un étudiant inscrit en licence dans une université parisienne. L’option des auteurs s’écarte des analyses de réseaux classiques. Ils ambitionnent de combiner les récits des relations des enquêtés et les différentes dynamiques de leurs réseaux sans les disjoindre ni des collectifs dans lesquels ils évoluent – institutions de formation, cercles culturels et sportifs, univers professionnels - ni de leurs contextes socioéconomiques : vie au foyer parental, autonomie par le travail, chômage…L’analyse fine des matériaux recueillis met en évidence quatre processus qui éclairent la dynamique des réseaux.

8La dissociation, processus caractérisé par une baisse sensible de la densité du réseau, marque plus particulièrement l’entrée dans la vie adulte. La socialisation « en bande » fait place à une socialisation en dyade, c'est-à-dire individualisée. La densification intervient plus particulièrement quand des ensembles très connectés sont intégrés dans le réseau initial. C’est le cas notamment quand les belles-familles se trouvent reliées au réseau initial de chacun des conjoints, ou lors de l’insertion réussie dans un groupe professionnel constitué. La centralisation caractérise l’installation en couple. Très souvent, le conjoint devient alors un quasi pivot qui reconfigure le réseau de son alter-ego. Enfin, la décentration s’observera massivement en cas de séparation des conjoints, mais elle peut aussi s’observer dans un mouvement plus lent d’autonomisation de chacun d’eux ou dans des emplois de cadre consultant.

9Par ailleurs, les résultats obtenus mettent en évidence que les réseaux entretiennent une « ségrégation douce». Plus une personne possèdera un statut socioéconomique et/ou scolaire élevé et plus elle disposera d’un réseau social ample et diversifié. Les auteurs mettent ainsi en évidence que les postulats de l’analyse des effets de structure ne s’observent pas systématiquement. Il en est ainsi de la « fermeture des triangles» qui affirme que si A entretient des relations avec B et C, alors ces derniers seront eux mêmes en relation. Comment dès lors interpréter d’éventuelles non-connexions ? Elles ne pourront être appréhendées que par le recours à l’analyse des situations concrètes des personnes : B et C résident à cinq cents kilomètres l’un de l’autre ou ont des configurations familiales opposées… ou encore ont des goûts artistiques antinomiques…

10Ainsi la sociologie mise en œuvre par les auteurs affirme que la compréhension du social réside dans un espace qui s’intercale entre les effets des cadres sociaux – objet privilégié de la macrosociologie - et ceux des actions individuelles : la microsociologie. Plutôt que de nommer leur approche « méso-sociologie », c’est le terme de « sociologie des dynamiques relationnelles » que les auteurs nous invitent à retenir. En effet, affirment-ils : « les réseaux personnels sont à la fois le fruit et le terreau des trajectoires sociales». Cette proposition implique que soient réconciliées des approches qui ont plutôt disjoint l’analyse « des structures formelles, les projets individuels et les charges émotionnelles ». Loin d’assurer que les résultats de leurs enquêtes puissent être généralisables à d’autres populations que celles étudiées tant au regard de leur nationalité – française - ou de leur âge – jeunes adultes entrant dans la vie professionnelle - les auteurs nous invitent à des recherches longitudinales centrées sur d’autres populations : migrants, personnes dépendantes…

11Ils nous engagent enfin à analyser en quoi les outils de communication du vingt et unième siècle seraient en mesure de modifier les processus qu’ils ont mis à jour. Ils avancent plusieurs hypothèses : les relations en ligne seraient plus homophiles, les liens « faibles » plus faciles à maintenir, les expériences relationnelles seraient plus diversifiées… Cependant, à leurs yeux, ces modifications ne remettraient pas en cause le paradoxe central de toute relation sociale : « La sociabilité s’affirme à la fois comme intrinsèquement désintéressée et constitue une ressource sociale essentielle ».

12Si La vie en réseau interroge les pratiques de recherches sociologiques et appelle à d’authentiques coopérations, l’ouvrage ouvre assurément des cadres d’analyse renouvelés, de nature à affiner la compréhension des sociétés d’individus qui façonnent notre civilisation postmoderne.

Haut de page

Notes

1  Bernard Lahire, L’homme pluriel, Les ressorts de l'action, Paris, Nathan, 1998

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Granier, « Claire Bidart, Alain Degenne, Michel Grossetti (dir.), La vie en réseau. Dynamique des relations sociales », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 23 janvier 2012, consulté le 06 décembre 2016. URL : http://lectures.revues.org/7314

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page