Navigation – Plan du site

Chiara Bortolotto, Le patrimoine culturel immatériel. Enjeux d’une nouvelle catégorie

Jean-François Blanchard
Le patrimoine culturel immatériel
Chiara Bortolotto (dir.), Le patrimoine culturel immatériel. Enjeux d'une nouvelle catégorie, Maison des Sciences de l'Homme, 2011, ISBN : 9782735114177.
Haut de page

Texte intégral

1La Convention de l’UNESCO pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel (PCI) offre aux Etats un outil politique de promotion de la diversité culturelle en organisant la protection des éléments immatériels du patrimoine culturel issus des pratiques populaires. Cette convention, dont l’objet est de sauvegarder le patrimoine ethnologique, vient en contrepoint de la Convention de 1973 sur « la protection du patrimoine mondial culturel et naturel ».

2L’ouvrage Le patrimoine culturel immatériel, enjeux d’une nouvelle catégorie est paru aux éditions de la Maison des Sciences de l’Homme. Il rassemble les articles d’anthropologues et de praticiens de la culture de différentes nationalités (française, italienne, islandaise, brésilienne…). Ceux-ci ont participé à un séminaire organisé, entre 2006 et 2009, au LAHIC1 en partenariat avec le Ministère de la Culture de la Communication. Ces travaux constituent « l’acte fondateur »2 de l’application de la Convention en France en investiguant le rapport entre la démarche scientifique de l’anthropologue et la politique culturelle.

3Dans l’introduction, Chiara Bortolotto3, souligne les enjeux posés par cette nouvelle catégorie patrimoniale qui est « en soi un objet privilégié d’étude pour les anthropologues prêts à se livrer à une analyse réflexive de leur propre travail d’experts ou à observer à distance ces processus de patrimonialisation tant sur les terrains classiques qu’au sein des institutions »4. La nouvelle catégorie du PCI interpelle également les Etats et leurs politiques culturelles qu’elles soient de philosophie universaliste ou différentialiste.

4Le patrimoine culturel immatériel désigne « les pratiques, représentations, expressions, connaissances et savoir-faire, ainsi que les instruments, objets, artefacts et espaces culturels qui leur sont associés ». La Convention souligne tout à la fois : le rôle des acteurs sociaux, la dimension historique, le caractère processuel et la portée identitaire de la pratique culturelle. Dans la première partie « Héritage, propriété et communauté » la problématique du classement au PCI est abordée au regard des trois conditions posées par l’UNESCO : une pratique caractérisée et originale, une communauté support, une transmission à préserver. Frédéric Maguet soulève la question de la place des communautés dans l’espace public et avance l’hypothèse que les conditions de reconnaissance du PCI seraient une façon de réintroduire de la communauté dans une société individualiste. Il interroge le sens de « faire communauté » dans le monde contemporain. De son côté, l’universitaire islandais Valdemar T. Hafstein aborde, en partant d’un exemple5, la relation entre le droit d’auteur et le PCI, entre l’art et la culture. Le PCI ne permettrait-il pas aux communautés de devenir propriétaires et sujets de droits ? Régine Bendix s’attache à la confrontation des termes « héritage » et « patrimoine » et observe notamment que la transmission comporte le devoir de faire vivre l’héritage.

5La seconde partie présente quatre études de cas : la patum à Berga (Catalogne), la Tarasque à Tarascon, le canto a tenore en Sardaigne et le jeu de rôle « grandeur nature » (Belgique et France) dans le but de décrire les effets de l’« entrée en patrimoine » des pratiques. Celles-ci ont une histoire sociale, des formes complexes et des fonctions particulières. Le classement entraîne le changement des caractéristiques de l’événement : L’invisible devient visible, le local devient national, voire mondial. De sauvage, la fête peut devenir apprivoisée, d’éphémère, l’événement survit de façon permanente au long de l’année par l’iconographie et les expositions. Cette normalisation n’est pas sans créer des conflits de représentations et d’intérêts au sein des communautés.

6La troisième partie met en question « le rôle des anthropologues : observateurs, médiateurs ou acteurs ». Jean-Louis Tornatore6 intervient dans le registre anthropologie, culture et politique. Il examine la posture du scientifique devant cette nouvelle catégorie politique qui place les acteurs de terrain au centre du jeu. En se fondant sur son expérience vécue dans un parc naturel, il propose une voie médiane entre les deux extrêmes que sont, d’une part une médiatisation par le système ethno-anthropologique et la muséification qui en résulte, et d’autre part, la valorisation du PCI, sans médiation scientifique qui conduit à la création de biens culturels collectifs. Lorsque l’observation de l’acteur social devient une fin en soi, Tornatore dénonce un déni de reconnaissance. La concertation de l’anthropologue avec les acteurs est, à ses yeux, un principe. Dans la même perspective, l’ethnomusicologue Carlos Sandroni argue de la fonction performative de la patrimonialisation et montre, par son expérience dans le classement de la samba de roda, la place active que peut occuper l’expert.

7L’ouvrage montre de façon pragmatique les orientations pertinentes à suivre pour éviter les écueils repérés. Compte tenu de l’actualité du sujet, l’ouvrage intéressera tout lecteur étudiant l’anthropologie, les politiques culturelles, et le traitement politique de la diversité culturelle.

Haut de page

Notes

1  Laboratoire d’anthropologie et d’histoire d’institution de la culture (Paris). Le Lahic est une des cinq équipes fondatrices du IIAC (CNRS-EHESS) et un laboratoire conventionné (CNRS-Ministère de la Culture).

2  Page 11. Avant-propos de Sylvie Grenet et Christian Hottin

3  Chiara Bortolotto, Laboratoire d’Anthropologie des mondes contemporains, Université libre de Bruxelles.

4  Page 23. Introduction.

5  Le plagiat d’El condor pasà, air traditionnel péruvien.

6  Jean-Louis Tornatore, Université Paul Verlaine à Metz. Membre du Lahic

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Blanchard, « Chiara Bortolotto, Le patrimoine culturel immatériel. Enjeux d’une nouvelle catégorie », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 23 janvier 2012, consulté le 02 juillet 2016. URL : http://lectures.revues.org/7325

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page