Navigation – Plan du site

Antoine Bevort, Michel Lallement, Annette Jobert, Arnaud Mias (dir.), Dictionnaire du travail

Frédérique Giraud
Dictionnaire du travail
Antoine Bevort, Michel Lallement, Annette Jobert, Arnaud Mias (dir.), Dictionnaire du travail, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Quadrige Dicos Poche », 2012, 860 p., ISBN : 978-2-13-057715-7.
Haut de page

Texte intégral

1Quel est le visage contemporain du travail ? Qu’est-ce que la division du travail ? Qu’entend-on par flexibilité du travail ? A quoi servent les syndicats ? Que signifie l’expression « réglementation du travail » ? Le travailleur est-il aliéné ? Qui sont les travailleurs précaires ? A quoi servent des conventions collectives ?

2Autant de questions auxquelles ce dictionnaire rédigé par quelques 138 spécialistes français et étrangers, regroupant plus de 140 notices, permet de répondre grâce à des articles concis mais néanmoins très denses.

3L’angle d’entrée dans le monde du travail choisi par les coordinateurs de ce dictionnaire (Antoine Bevort, Michel Lallement, Annette Jobert, et Arnaud Mias) est volontairement pluridisciplinaire, tout à la fois historique et sociologique, juridique et politique, autant qu’économique, médical, anthropologique ou linguistique…Cette large palette de spécialités convoquées ici autour d’un même objet fait la richesse de ce travail. La focale est plus ou moins resserrée autour du travail, des cadres institutionnels qui enserrent l’activité, au vécu intime de l’activité, à ses conséquences sanitaires et en termes d’intégration sociale…Il n’est ainsi pas étonnant de trouver des notices « Consommation », « Capacités », « Démocratie », « Ville », mais aussi « Militant », « Corps », « Aliénation », « Don », ou « Front populaire ».

4Le travail est envisagé sous une pluralité d’acceptions : accomplissement pratique, catégorie de l’entendement, statut, implication subjective, et rapport social. C’est aux confins de cette quintuple acception que ce dictionnaire prend toute son ampleur.

5Chaque article de trois à cinq pages, fonctionne de manière autonome et est accompagné d’une notice bibliographique : ce qui en fait un véritable outil de travail pour les étudiants et les professeurs.

6Les professions et catégories socioprofessionnelles ne sont pas oubliées dans ce dictionnaire, tandis que les « Cadres », les « Employés », les « Indépendants » et les « Ouvriers » ont bien leur article. L’article « Genre » fait le point sur la « double journée des femmes », la dynamique de l’emploi et de la scolarité des femmes permettant de saisir les invariants qui caractérisent leur insertion sur le marché du travail (travail à temps partiel, moindre rémunération, peu d’emplis à responsabilité, plus grande prégnance du chômage). Des évènements marquants pour le monde du travail sont mis en exergue : ainsi en est-il pour le « Premier Mai », « Mai 68 » ou encore le « Front populaire ». Par contre, si Marx et Taylor bénéficient chacun d’un article, on peut regretter que cela ne soit pas le cas de Weber, de Ford par exemple, ou encore d’Elton Mayo, père de la sociologie du travail. La réalité institutionnelle du travail n’est pas négligée avec des entrées comme « Syndicat », « Conventions collectives », « Droit du travail », « Corporatisme »…

  • 1  Les contraintes éditoriales jouent ici certainement un rôle majeur…

7Pointons quelques voies d’entrées possibles pour mettre à l’épreuve l’heuristicité de ce dictionnaire. Un enseignant de sciences économiques et sociales préparant son cours pour le nouveau programme de Terminale ES de l’année prochaine ira en priorité consulter les notices «Chômage », « Salariat », « Relations professionnelles », « Flexibilité », « Marché du travail », « Conventions collectives », « Conflits », « Protection sociale », « Coût du travail », « Emploi », « Précarité », « Insertion », « Politique de l’emploi », « Employabilité »… On le voit, le panel est vaste et devrait satisfaire les lecteurs compulsifs. Chacune de ses notices restitue la notion dans son développement historique et s’applique à mettre en évidence ses enjeux sociaux. On regrettera ici que l’article « Marché du travail » ne prenne pas plus le parti de développer l’approche micro-économique néoclassique, afin d’en montrer les limites d’un point de vue de la sociologie économique. Un schéma du fonctionnement du marché du travail, d’un point de vue micro-économique aurait été utile. De manière générale, si l’on devait adresser un reproche à ce dictionnaire, ce serait la trop faible présence de graphiques et de tableaux statistiques, permettant une voie d’entrée rapide et synthétique. Ainsi en est-il par exemple pour le taux de chômage, le taux d’accidents du travail, l’inégale répartition des maladies professionnelles1.

  • 2  Christian Baudelot et Michel Gollac, Travailler pour être heureux ?, éd. Fayard, 2003
  • 3  Catherine Omnès, article « Santé », p. 709

8Les articles « Suicide », « Accidents du travail », « Harcèlement », « Troubles musculo-squelettiques », « Risques psychosociaux », « Cancers professionnels », « Santé »…, permettent de faire le point sur l’expérience toujours très inégalitaire du travail. « Avoir un travail » n’est pas la même chose qu’« avoir un métier » ou une profession, ainsi que le rappelaient Baudelot et Gollac dans leur ouvrage Travailler pour être heureux ?2. Il est important de rappeler qu’au XXIe siècle encore, le travail « tue, empoisonne, blesse, déforme, estropie, tue »3. Cette voie d’entrée dans le monde du travail, conduira le lecteur aux articles « Flexibilité », « Productivisme », mais aussi « Identités » ou encore « Autonomie »…

9Au final, ce dictionnaire du travail résolument comparatiste et historique, à la fois généraliste et spécialisé devrait vite trouver sa place dans les bibliothèques. Il constitue une véritable somme encyclopédique de 880 pages.

Haut de page

Notes

1  Les contraintes éditoriales jouent ici certainement un rôle majeur…

2  Christian Baudelot et Michel Gollac, Travailler pour être heureux ?, éd. Fayard, 2003

3  Catherine Omnès, article « Santé », p. 709

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédérique Giraud, « Antoine Bevort, Michel Lallement, Annette Jobert, Arnaud Mias (dir.), Dictionnaire du travail », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 31 janvier 2012, consulté le 26 mai 2016. URL : http://lectures.revues.org/7370

Haut de page

Rédacteur

Frédérique Giraud

Allocataire-monitrice à l’ENS de Lyon, doctorante au Centre Max Weber, équipe DPCS (Dispositions, Pouvoirs, Cultures, Socialisations). Frédérique Giraud est rédactrice en chef de Lectures.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page