Navigation – Plan du site

Alain Virmaux, Odette Virmaux, Dictionnaire des mouvements artistiques et littéraires 1870-2010. Groupes, courants, pôles, foyers

Corinne Delmas
Dictionnaire des mouvements artistiques et littéraires 1870-2010
Alain Virmaux, Odette Virmaux, Dictionnaire des mouvements artistiques et littéraires 1870-2010. Groupes, courants, pôles, foyers, Paris, Éditions du Félin, coll. « Les marches du temps », 2012, 565 p., ISBN : 978-2-86645-768-6.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Alain Virmaux, Odette Virmaux, Dictionnaire mondial des mouvements littéraires et artistiques cont (...)

1On prend beaucoup de plaisir en lisant cet ouvrage dont il faut saluer la réédition1. Ce dictionnaire affiche ne pas avoir « de prétention scientifique » et ne pas viser « à être exhaustif » (p. 17) ; il n’en éclaire pas moins la multitude de mouvements depuis la fin du XIXe siècle, leur influence, leur évolution, et permet de se repérer dans cet enchevêtrement de courants et de tendances. Le terme de mouvement recouvre ici une grande diversité de réalités : cercles, groupements, écoles, revues, procédés, doctrines, genres… La notion est en effet utilisée selon une acception relativement large. Refusant de céder au « jeu dangereux des définitions » (p. 8), l’ouvrage propose de s’en tenir « à une idée simple : il y a mouvement lorsqu’il y a foyer d’irradiation collective et lorsque ce centre de rayonnement finit par constituer un fait de société. » (p. 9) Le livre couvre ainsi une large palette de rassemblements littéraires, intellectuels, artistiques et/ou politiques. Plusieurs partis pris sont revendiqués : privilégier les « groupes, courants, pôles, foyers », en fonction de leur rayonnement, national et/ou international, et assumer une part de subjectivité dans les choix réalisés ; les auteurs souhaitent particulièrement pallier la méconnaissance de tendances négligées par les manuels et dictionnaires telles que le « bovarysme », le « musicalisme », les groupes « Discontinuité » ou « Art et action ». S’il présente une grande pluralité, le dictionnaire éclaire également quelques notions telles celles de « groupes » (p. 219-220), de « salons » (p. 437-440) ou de « cercles » (p. 103) ; certaines ont connu le succès avant de devenir désuètes, telle la dernière, très employée au XIXe siècle, mais ayant depuis cédé sa place à d’autres vocables (« club », « société des amis de… », etc.), nonobstant une certaine pérennité en Allemagne dans le domaine littéraire (« Cercles poétiques de Halle », « Cercle de Königsberg », « Cercle de Stefan George » - « Kreis-George »…).

2L’ouvrage se recommande également par sa clarté et sa pluridisciplinarité. Alors que la majorité des dictionnaires, voués à la peinture, à la littérature ou à la musique, sont plus ou moins spécialisés, celui-ci propose de dépasser ces clivages, au niveau tant de la sélection des mouvements que de leur présentation. Les auteurs insistent ainsi sur les multiples visages de la plupart des mouvements étudiés ; l’école de Chicago, par exemple, recouvre aussi bien un courant littéraire des années 1910-1925, que le regroupement des fondateurs de la sociologie urbaine ou, en psychanalyse, une école orthogénique pour enfants perturbés, sans compter la place de cette ville en matière de structuralisme ou son ouverture au surréalisme dans les années 1970. L’ouvrage éclaire également les hybridations entre champs disciplinaires et/ou entre courants (par exemple entre la peinture et la littérature, entre le cubisme et le futurisme…) Par ailleurs, il met à jour (exercice toujours périlleux) des influences exercées par ces divers mouvements : influence de l’actionnisme viennois sur le cinéaste Michael Haneke (p. 30), postérité littéraire, politique et artistique de la figure de l’anarchiste (p. 39), ascendant de l’école de Barbizon sur l’impressionnisme (p. 73), empreinte des thèses behavioristes sur le roman américain d’entre-deux-guerres (p. 78), Die Brücke aux origines de l’expressionnisme allemand (p. 87), postérité de la tradition « zutiste » (p. 516-517), dont les « jemenfoutistes » prendront brièvement la relève (p. 258), liens entre le lettrisme, le situationnisme et les événements de mai 68 (p. 277), ou entre le minimal art, le pop art et l’abstraction géométrique (p. 299), populisme plus ou moins héritier du naturalisme (p. 394)…

3Certes, le lecteur pointilleux notera de grands absents. Par exemple, si l’art nouveau fait l’objet d’un long article, le mouvement art déco n’est pas même évoqué ; si Vacarme fait l’objet d’une notice, de nombreuses associations et revues contemporaines sont oubliées (Multitudes, Tumultes, Mouvements…). Un esprit scientifique regrettera qu’un travail rigoureux de définition n’ait pas été réalisé et que les critères de sélection n’aient pas été davantage explicités. Nombreux, en effet, sont les regroupements littéraires et/ou artistiques totalement occultés, particulièrement parmi ceux, foisonnants, de la fin d’un XXe siècle caractérisée par un essor des revues littéraires en France et des tentatives de littérature expérimentale ou spécialisée (revues JAVA, Fusées, Revue de littérature générale, TIJA, Boxon, La Femelle du requin, La Revue littéraire…) et l’émergence de nouveaux médias (notamment internet) dont le rôle n’est guère évoqué ici. On cherche parfois la rationalité des choix effectués… Certes, de nombreuses tendances n’en sont pas moins citées, ne serait-ce qu’au détour de notice(s) ; l’Infini et Sollers sont par exemple évoqués à plusieurs reprises, aux articles « Hussards », « Support Surface », « Tel Quel »… À cet égard, s’il faut saluer l’existence d’un index des mouvements et des noms propres, on regrettera l’absence, dans ce dernier, des titres de revues ou des noms de groupes cités.

  • 2  Sujet de prédilection des auteurs, qui ont consacré plusieurs ouvrages à ce mouvement (La Constell (...)

4Enfin, si l’ouvrage souligne l’intéressant parti pris consistant à privilégier les mouvements méconnus, force est de souligner l’importance conférée aux plus visibles et aux mieux connus. Était-il par exemple nécessaire de consacrer près de sept pages au surréalisme2, quatre au mouvement Dada, deux au cubisme ou au naturalisme ?

5Mais ne boudons pas notre plaisir. Les auteurs font partager leur passion et suscitent la curiosité du lecteur. Plaisant, éclairant, l’ouvrage constitue une somme où l’érudition n’est jamais ennuyeuse, l’anecdote toujours instructive ; on rit même parfois, à l’évocation par exemple, de ces « groupuscules pittoresques et drôles qui sévissaient à Paris dans les années 1 880 » (p. 258), réunissant des adeptes autour d’un même goût de la mystification, telle que l’imitation du chant du coq lors de l’élévation à la messe à Notre Dame qui n’empêchera pas l’imitateur de devenir préfet. Riche, instructif, ce dictionnaire se lit donc avec délice et profit, et vient très opportunément compléter les nombreux dictionnaires spécialisés et académiques existant déjà en la matière.

Haut de page

Notes

1  Alain Virmaux, Odette Virmaux, Dictionnaire mondial des mouvements littéraires et artistiques contemporains (éd. Le Rocher, 1992). Odette Virmaux est décédée en 1996.

2  Sujet de prédilection des auteurs, qui ont consacré plusieurs ouvrages à ce mouvement (La Constellation surréaliste, La Manufacture, 1987 ; André Breton, qui êtes-vous, La Manufacture, 1996 ; André Breton, le pôle magnétique, Olbia, 1998 ; Les surréalistes et le cinéma, Ramsay, 1999).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Corinne Delmas, « Alain Virmaux, Odette Virmaux, Dictionnaire des mouvements artistiques et littéraires 1870-2010. Groupes, courants, pôles, foyers », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 03 février 2012, consulté le 27 août 2016. URL : http://lectures.revues.org/7435

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page