Navigation – Plan du site

Comité d'histoire du Ministère de la Culture, Le fil de l'esprit. Augustin Girard, un parcours entre recherche et action

Camille Dorignon
Le fil de l'esprit
Comité d'histoire du Ministère de la Culture, Le fil de l'esprit. Augustin Girard, un parcours entre recherche et action, Paris, La Documentation Française, 2011, 336 p., ISBN : 9782111281431.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  par ex. : Ph. POIRRIER, L’État et la culture en France au XXe siècle, Le livre de poche, rééd. 200 (...)

1La question de savoir si l’existence d’un Ministère de la Culture se justifie se pose encore, même si c’est, le plus souvent, de façon rhétorique : le « Royaume farfelu », ainsi que l’appelait André Malraux, est l’objet de débats inépuisables. Cet interventionnisme de l’État dans le domaine de la culture a été porté par les deux symboles du portefeuille, Malraux, donc, pour qui le Ministère des Affaires culturelles est créé en 1959, et Jack Lang. Mais il doit sans doute, pour une bonne part, à Augustin Girard de s’être maintenu par-delà les crises économiques et les bouleversements sociologiques. Son rôle a été essentiel1. Il était donc logique que le Comité d’histoire du Ministère, créé en 1993 et animé par lui jusqu’en 2007, rende hommage à sa disparition survenue il y a trois ans.

2L’ouvrage rend compte de l’action du grand commis de l’État de façon thématique. Chacun de ces thèmes fait dialoguer les écrits d’Augustin Girard avec les contributions d’éminents spécialistes contemporains de ces questions, qu’il a contribué à former, qu’il a souvent lui-même recrutés. Il est intéressant de remarquer comme la filiation, revendiquée, est palpable.

3Le premier chapitre revient rapidement sur les grands traits de la vie d’Augustin Girard, « l’éducation active » qu’il a reçue, la Résistance, l’invitation de Bernard Anthonioz (alors directeur de la création artistique) à rejoindre le Ministère à son retour des États-Unis, avant de dresser l’impressionnante liste des projets qu’il a soutenus en quarante ans d’activité.

  • 2  Augustin Girard y déclarait : « Recourir à la recherche scientifique pour préciser une politique d (...)

4Le deuxième chapitre est consacré au « développement culturel », aussi nécessaire selon lui que le développement social ou le développement économique, notion qu’il emprunte à Dumazedier (sociologue spécialiste des loisirs). Ce concept écrit-il, doit être opérationnel. Comme le souligne ensuite Guy Saez, il sous-tend la création du Service des études et recherches, puis du Département des études et de la prospective et du Comité d’histoire du ministère de la Culture. Il instaure le dialogue permanent avec les chercheurs : il fait ainsi appel à Bourdieu, Michel Crozier, Michel de Certeau, et tant d’autres - cette capacité à rassembler est saluée par Catherine Tasca plus tard dans le livre. Car la politique culturelle ne doit pas être simplement menée, mais pensée. Lui-même participe à la réflexion sur le développement culturel, c’est ainsi que pour Guy Saez, « l’apogée intellectuelle de la notion » est incarnée par le colloque, resté célèbre, d’Arc-et-Senans en 1972, tandis que Jean-Louis Crémieux-Brilhac voit dans « Pourquoi des recherches ? La fin de l’ère des goûts et des couleurs » sa profession de foi2.

  • 3  Augustin Girard avait à cœur la défense de ce qu’on appelle encore les « subcultures », voir par e (...)

5Appelant de ses vœux la démocratisation culturelle, il donne au Ministère les moyens de connaître l’efficacité de ses actions en ce sens : c’est la création de la statistique culturelle, à laquelle est dédié le troisième chapitre. Ce sont les fameuses enquêtes sur les pratiques culturelles des Français (http://www.pratiquesculturelles.culture.gouv.fr/​). Avec une grande modestie, Augustin Girard estime qu’elles trouvent leur origine dans le travail militant d’équipes du Commissariat du Plan, ce qui explique leur structure, basée sur des « pratiques » et non une « vie culturelle ». Le maître d’œuvre actuel de ces enquêtes, Olivier Donnat, confirme cette ambition fondatrice de démocratisation culturelle en rappelant leur double originalité : élargissement du champ des pratiques culturelles3, dépassement de la fracture entre culture légitime et culture de masse.

6Ce dépassement, il l’imagine assez vite mis en œuvre aussi par les collectivités territoriales. Le quatrième chapitre touche à ce mouvement d’intérêt des collectivités locales pour l’action culturelle et sa mise en place en partenariat avec l’État central, qui avait jusque-là plutôt mené son action presque sans la province. La « municipalisation de la culture » (Ph. Urfalino) notamment est anticipée très tôt par Augustin Girard, et c’est pourquoi Jean-Pierre Saez le qualifie de « prophète de la décentralisation culturelle » autant que d’« acteur » de celle-ci (capacités de délégation, confiance dans la capacité du citoyen à se saisir de la ville, soutien de la création de l’Observatoire des politiques culturelles etc.).

7Le cinquième chapitre s’ouvre avec ce qui est sans doute l’écrit le plus célèbre d’Augustin Girard, connu bien au-delà de sa sphère d’expertise : l’article « Industries culturelles », paru dans la revue Futuribles en 1978, qui interroge le succès des produits culturels industriels par rapport à la stagnation de la fréquentation des établissements institutionnels. Cette mise en rapport, aujourd’hui banale, est replacée dans son contexte par le sociologue de l’art Pierre-Michel Menger, qui montre comme elle était alors originale ; et prolongée par un entretien avec Emmanuel Hogg, lequel penche pour que le Ministère de la Culture ait un rôle dans l’internet-université populaire de demain.

8Tout au long de sa carrière, l’action et la réflexion d’Augustin Girard s’inscrivent dans une dynamique de coopération internationale, utilisant l’Unesco, le Conseil de l’Europe, tentant d’institutionnaliser ses réseaux personnels. L’historien Laurent Martin, relate, entre autres, la naissance du CIRCLE (réseau de centres de recherche et de documentation), Gérald Grandmont son influence sur les décideurs culturels européens, illustrée ensuite par l’hommage de Christopher Gordon et plusieurs textes de chercheurs norvégiens.

9Le dernier chapitre revient, sous la plume de Philippe Poirrier, aux facteurs qui ont permis la création du Comité d’Histoire du Ministère. Il y a, à côté de la commémoration, cette pressante demande des universitaires qui se consacrent à « l’invention de la politique culturelle » (Ph. Urfalino) en France. Pour Florence Descamps, c’est à la tête du Comité qu’il effectue « sa dernière conversion » : celle de la constitution d’archives orales, dont on a un aperçu par l’écoute du CD qui fait partie intégrante du livre.

10En conclusion, il est temps de revenir sur le titre de l’ouvrage. Qu’est-ce que ce « fil de l’esprit » ?

11C’est cette corde que décrit Augustin Girard lors de son départ du DEPS, qui les a soutenus, lui et ses collaborateurs, et tous ceux qui les ont aidés.

12C’est pourquoi le livre ne relève pas seulement du registre encomiastique mais est appelé, comme anthologie de Girard, et témoignage de son passé comme de l’actualité de sa pensée, à devenir lui-même objet de recherche.

Haut de page

Notes

1  par ex. : Ph. POIRRIER, L’État et la culture en France au XXe siècle, Le livre de poche, rééd. 2009, p. 81

2  Augustin Girard y déclarait : « Recourir à la recherche scientifique pour préciser une politique de développement culturel est une entreprise qui paraît se situer à mi-chemin entre la plaisanterie et le sacrilège. » - « Pourquoi des recherches ? La fin de l’ère des goûts et des couleurs », in L’expansion de la recherche scientifique, Revue trimestrielle de l’Association d’étude pour l’expansion de la recherche scientifique, n° 21, déc. 1964

3  Augustin Girard avait à cœur la défense de ce qu’on appelle encore les « subcultures », voir par exemple : « Pour une nouvelle stratégie de la culture », Éducation et Culture, n° 22, numéro spécial, été 1973, p. 6-10

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Dorignon, « Comité d'histoire du Ministère de la Culture, Le fil de l'esprit. Augustin Girard, un parcours entre recherche et action », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 07 février 2012, consulté le 24 juillet 2016. URL : http://lectures.revues.org/7467

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page